ACHEVEZ CLAUSEWITZ DE RENE GIRARD

Achever Clausewitz : René Girard, penseur de l’apocalypse

En 2007, René Girard inaugure une nouvelle étape dans ses recherches et sa pensée avec Achever Clausewitz (2007). Dans ce livre d’entretiens avec Benoît Chantre, il analyse l’histoire contemporaine et ses conflits en relisant le traité De la guerre de Carl von Clausewitz connu pour la formule : « La guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens. » Le stratège prussien parle volontiers de « duel », d’«action réciproque » ou de « montée aux extrêmes ». Pour René Girard, Clausewitz a compris mieux l’enjeu des guerres napoléoniennes : une rivalité mimétique entre la France et l’Allemagne qui nourrit une montée aux extrêmes de la violence pour finir à une vision de la guerre comme anéantissement de l’adversaire, destruction de l’autre, vu comme différent et qui est pourtant l’identique contre lequel on doit engager une « guerre absolue », ; ce duel, pour René Girard ressemble – avec des moyens modernes – un duel qui semble la continuation, au sacrifice originaire du frère.
Il s’oppose en cela à la vision rationaliste de Raymond Aron, qui ne voit qu’un concept dans la « guerre absolue » et qui pose la politique comme moyen de résolution des conflits, René Girard achève Clausewitz : il pousse cette logique du début du XIXè siècle jusqu’au attentats du du 11 septembre 2001. : car l’histoire s’est accélérée et la violence a engendré toujours plus de violence. Pour Girard le temps de l’Apocalypse a commencé : parce que l’humanité détient les moyens techniques et technologiques pour détruire toute la planète et que rien ne semble pouvoir arrêter cette intensification de la violence. Mais pour l’auteur René, il s’agit aussi de comprendre l’«apocalypse» dans son sens étymologique et évangélique de « révélation » : elle L’apocalypse révèle aux hommes leur propre violence sans limites.
Se replaçant dans la tradition prophétique, il affirme que la Bible et les prophètes montrent déjà que le Messie, par son sacrifice, est celui qui révèle l’innocence des boucs émissaires et que la violence est à l’origine de toute société humaine. C’est ce message – contenu dans la Bible –qui n’aurait pas été compris par la modernité : en effet au moment où la violence se déchaîne il n’existe plus de mythe ni de sacrifice pour la contenir. Et René Girard en appelle à l’eschatologie dans un temps où il faudra faire un choix inéluctable choisir entre une apocalypse destructrice, ou choisir l’avènement Royaume
clausewitczACHEV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s