LA MORT DU VILLAGE

La mort du village

Dans cette rue étroite

Il y avait toujours

Ces miroirs des insectes

Peinaient avec amour

Les femmes du village

Pourquoi vouloir les cieux

Des villes en images ?

C’était si merveilleux

Dans cette rue étroite

Il était des enfants

Dans cette rue étroite

Travaillaient leurs mamans

Le soleil qui riait

Dans la flore sauvage

De bonheur inondait

La vie de ce village

Autrefois le village

Vivait heureux de vivre

Mais un mauvais présage

A mis sur le pupitre

Nouveau de ces villes

A enlevé une âme

Ruche aux jeux puérils

Restez-nous vous les femmes

Entretenez le feu

Du foyer et du cœur

Nous étions heureux

Nageant dans le bonheur

Maintenant il est mort

Le village des rêves

Tous vous avez eu tort

Adieu, adieu beaux rêves

Claude-Marie T

Juillet 1967village

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s