JAMES HARRISON (1937-2016)

harrisonJim Harrison

Jim Harrison, nom de plume de James Harrison, né le 11 décembre 1937 à Grayling dans le Michigan aux États-Unis et mort le 26 mars 2016, à Patagonia, Arizona, est un écrivain américain.

Biographie

La mère de Jim Harrison est d’origine suédoise. Son père est agent agricole. Lorsqu’il a trois ans, la famille emménage dans la ville de Reed City (Michigan). À l’âge de huit ans, son œil gauche est accidentellement crevé au cours d’un jeu. À 16 ans, il décide de devenir écrivain « de par mes convictions romantiques et le profond ennui ressenti face au mode de vie bourgeois et middle class ». Il quitte le Michigan pour vivre la grande aventure à Boston et à New York.

En 1960, à l’âge de 23 ans, il épouse Linda King. Ils ont deux filles, Jamie et Anna. Il obtient cette même année une licence de lettres. En 1962, son père et sa sœur Judith meurent dans un accident de circulation. En 1965, il est engagé comme assistant d’anglais à l’université d’État de New York à Stony Brook mais renonce rapidement à une carrière universitaire. Pour élever ses filles, il rédige des articles de journaux, des scénarios, en même temps que sont publiés ses premiers romans et ses recueils de poèmes. Grand lecteur de poésie, il est un grand admirateur du poète français René Char.

En 1967, la famille retourne dans le Michigan pour s’installer dans une ferme sur les rives du Lake Leelanau. Jim Harrison rencontre Jack Nicholson, que Thomas McGuane, qui travaille à l’écriture de scénarios pour Hollywood, lui présente. Nicholson devient son ami et lui prête l’argent suffisant pour qu’il puisse nourrir sa famille tout en passant du temps à écrire. Il entretient une correspondance avec son ami Gérard Oberlé. Elle est publiée en partie dans Aventures d’un gourmand vagabond : le cuit et le cru (Raw and the Cooked : Adventures of a Roving Gourmand, 2001). Il partage son temps entre le Michigan, le Nouveau-Mexique et le Montana.

Traduit en français d’abord par Serge Lentz, Marie-Hélène Dumas, Pierre-François Gorse et Sara Oudin, puis par Brice Matthieussent, il est publié dans vingt-trois langues à travers le monde.

Jim Harrison meurt d’une crise cardiaque le 26 mars 2016, à l’âge de 78 ans, dans sa maison de Patagonia, Arizona.

 

Son œuvre

Après plusieurs recueils de poésie, à partir du milieu des années 1960, dont un Retour en terre (1977), il aborde progressivement le roman et la nouvelle, devenant un des principaux représentants du mouvement littéraire américain du nature writing.

1978-1979, année de l’écriture de Légendes d’automne, marque son premier grand succès littéraire. Suivront ses œuvres les plus connues, dont Sorcier, Faux Soleil et Dalva.

À la fin des années 1980, il se lance, seul ou en collaboration, dans l’écriture de scénarios hollywoodiens. Ainsi :

vers 1988, avec Thomas McGuane, il écrit le scénario de Cold Feet, film américain réalisé Robert Dornhelm en 1989, avec Keith Carradine et Tom Waits, qui ne sera jamais diffusé en France ;

vers 1989, avec Jeffrey Fiskin, il adapte sa nouvelle « Une vengeance » pour le film Vengeance, réalisé par Tony Scott, avec Kevin Costner, Anthony Quinn et Madeleine Stowe ;

vers 1992/1993, avec Wesley Strick, il écrit le scénario de Wolf, d’après son roman homonyme, qui est réalisé par Mike Nichols, en 1994, avec Jack Nicholson et Michelle Pfeiffer ;

vers 1996, lors d’une visite à Saint-Malo pour le Festival des Étonnants Voyageurs, il décide d’interrompre ses collaborations avec Hollywood, et de se retirer quelque temps dans sa cabane non loin du Lac Supérieur pour écrire une suite à Dalva, intitulée La Route du retour (1998) ;

en 2000, Jim Harrison travaille avec sa fille Jamie à l’adaptation cinématographique, pour Jack Nicholson, de sa nouvelle La Bête que Dieu oublia d’inventer, qu’on peut lire dans son dernier recueil de nouvelles En route vers l’Ouest, mais le projet n’aboutit pas.

Il parle également d’écrire ses mémoires, un projet qui ferait s’exclamer sa fille Jamie, elle-même auteur de romans policiers : « Oh please, Dad !!!… don’t !!! »

La réputation de Jim Harrison se confirme avec les publications de Une odyssée américaine (Flammarion) en 2009. Il revient en 2012 avec Grand Maître : faux roman policier, son douzième roman.

 

Poésies

Plain Song (1965)

Locations (1968)

Outlyer and Ghazals (1971)

Publié en français sous le titre Lointains et Ghazals, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1999, réédition, Paris, 10/18 (édition bilingue), 2003

Letters to Yesenin (1973) Publié en français sous le titre Lettres à Essenine, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1999 ; réédition, Paris, 10/18 (édition bilingue), 2003

Returning to Earth (1977) Publié en français sous le titre Retour en terre, Paris, Christian Bourgois, 2007 ; réédition, Paris, 10/18, 2009

Selected and New Poems, 1965-2010 (1982) Publié en français sous le titre Une heure de jour en moins: poèmes choisis, 1965-2010, Paris, Flammarion, 2012

Theory and Practice of Rivers (1985) Publié en français sous le titre Théorie et Pratique des rivières, Paris, Éditions l’Incertain, 1994; réédition, Paris, 10/18 1995

After Ikkyu and Other Poems (1996) Publié en français sous le titre L’Éclipse de lune de Davenport, , Paris, Éditions de la Table Ronde, 1998

Romans

Wolf, a False Memoir (1971) Publié en français sous le titre Wolf : mémoires fictifs , Paris, Éditions Robert Laffont, 1991; réédition, Paris, 10/18 1992

A Good Day to Die (1973) Publié en français sous le titre Un bon jour pour mourir, Paris, Éditions Robert Laffont, 1985 ; réédition, Paris, 10/18, 1989

Farmer (1976) Publié en français sous le titre Nord-Michigan, Paris, Éditions Robert Laffont, 1984 ; réédition, Paris, 10/18, 1991

Warlock (1981) Publié en français sous le titre Sorcier, Paris, Éditions Robert Laffont, 1983; réédition, Paris, 10/18, 1989

Sundog (1984) Publié en français sous le titre Faux Soleil : l’histoire d’un chef d’équipe américain, Robert Corvus Strang, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1987 ; réédition, Paris, 10/18, 1988

Dalva (1988) Publié en français sous le titre Dalva, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1991; réédition, Paris, 10/18, 1993)

Just Before Dark (1990) Publié en français sous le titre Entre chien et loup, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1993; réédition, Paris, 10/18, 1994

The Road Home (1998) Publié en français sous le titre La Route du retour,, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1998

True North (2004) Publié en français sous le titre De Marquette à Vera Cruz, Paris, Christian Bourgois éditeur, 2004; réédition, Paris, 10/18, 2005

Returning to Earth (2007) Publié en français sous le titre Retour en terre, , Paris, Christian Bourgois éditeur, 2007; réédition, Paris, 10/18, 2009

The English Major (2008) Publié en français sous le titre Une odyssée américaine, Paris, Flammarion, 2009; réédition, Paris, J’ai lu 2010

The Great Leader: a faux mystery (2011) Publié en français sous le titre Grand Maître : faux roman policier, Paris, Flammarion, 201) ; réédition, Paris, J’ai lu, 2014

The River Swimmer (Deux novellas: « The Land of Unlikeness » et « The River Swimmer ») (2013) Publié en français sous le titre Nageur de rivière, Paris, Flammarion, 2014

Brown Dog (novellas) (2013)

The Big Seven (2015) Publié en français sous le titre Péchés capitaux, Paris, Flammarion, 2015)

The Ancient Minstrel (novellas) (2016)

 

Recueils de nouvelles

Legends of the Fall (1979)

Publié en français sous le titre Légendes d’automne (regroupe les nouvelles « Une vengeance », « L’Homme qui abandonna son nom », « Légendes d’automne »), Paris, Éditions Robert Laffont, 1981; réédition, Paris, 10/18, 1984 ; réédition révisée, Paris, Robert Laffont, 1995

The Woman Lit by Fire Flies (1990) Publié en français sous le titre La Femme aux lucioles (regroupe les nouvelles « Chien brun », « Sunset Limited », « La Femme aux Lucioles »), Paris, Christian Bourgois éditeur, 1991.

Julip (1994) Publié en français sous le titre Julip, traduit par Brice Matthieussent, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1995

Westward Ho (2000) Publié en français sous le titre En route vers l’Ouest, (regroupe les nouvelles « En route vers l’ouest », « La Bête que Dieu oublia d’inventer », « J’ai oublié d’aller en Espagne »), Paris, Christian Bourgois éditeur, coll. Fictives ; réédition, Paris, 10/18, 2001

The Summer He Didn’t Die (2005) Publié en français sous le titre L’Été où il faillit mourir, (regroupe les nouvelles « L’Été où il faillit mourir », « Épouses républicaines », « Traces »), Paris, Christian Bourgois éditeur, 2006; réédition, Paris, 10/18,

The Farmer’s Daughter (2010) Publié en français sous le titre Les Jeux de la nuit, Paris, Flammarion, 2010; réédition, Paris, J’ai lu, 2011

The River Swimmer (2014) Publié en français sous le titre Nageur de rivière, (regroupe les nouvelles « Nageur de rivière », « Au pays du sans-pareil »), Paris, Flammarion, 2014; réédition, Paris, J’ai lu, 2015

 

Littérature d’enfance et de jeunesse

The Boy Who Ran to the Woods (2000)

Publié en français sous le titre Le Garçon qui s’enfuit dans les bois, Paris, Christian Bourgois éditeur et Éditions du Seuil jeunesse, 2001

 

Essai

The Raw and the Cooked: Adventures of a Roving Gourmand (2001)

Publié en français sous le titre Aventures d’un gourmand vagabond : le cuit et le cru, Paris, Christian Bourgois éditeur, 2002; réédition, Paris, 10/18, 2007

 

Autobiographie

Off the Side (2002) Publié en français sous le titre En marge, Paris, Christian Bourgois éditeur, 2003 ; réédition, Paris, 10/18, 2003

 

Filmographie

En tant que scénariste

1989 : Cold Feet, film américain scénario original de Harrison, avec Keith Carradine, Sally Kirkland et Tom Waits

1990 : Vengeance (Revenge), adaptation par Harrison de sa nouvelle éponyme, avec Kevin Kostner, Anthony Quinn et Madeleine Stowe

1994 : Wolf, scénario original de Jim Harrison, avec Jack Nicholson, Michelle Pfeiffer, James Spader et Kate Nelligan

 

Adaptations

1994 : Légendes d’automne (Legends of the Fall), d’après la nouvelle éponyme, avec Brad Pitt, Anthony Hopkins et Aidan Quinn

1996 : Carried Away , adaptation du roman Farmer (Nord Michigan), avec Dennis Hopper, Amy Irving, Gary Busey et Julie Harris

1996 : Dalva, adaptation du roman éponyme, avec Farrah Fawcett, Carroll Baker et Powers Boothe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s