LES INVASIONS BARBARES

Les invasions barbares

Philippe Henne

 Paris, Le Cerf, 2016. 159 pages.

 

Résumé

 Face au défi migratoire que connaît l’Europe aujourd’hui, Philippe Henne nous invite à nous décentrer de nos préoccupations et de nos réflexes identitaires pour aller puiser une inspiration dans l’histoire. L’auteur nous raconte les invasions barbares auxquelles firent face l’Empire romain, et comment les Romains, confrontés à la fin d’un monde, sortirent de l’histoire par des réactions condescendantes souvent, racistes parfois.

 Face à ces vagues migratoires, l’auteur raconte ici, en reprenant le récit des grands témoins d’alors – auteurs païens et les Pères de l’Eglise – , comment les Romains de l’Empire traversèrent les invasions barbares. Ils se pensaient supérieurs, ils se montrèrent racistes. Ils se croyaient immortels, ils furent battus. Ils se voulaient maîtres de l’histoire, ils en sortirent. Seuls les chrétiens, parmi eux, finirent par comprendre quel formidable défi représentait cette apparente apocalypse. Ils y virent un appel à la mission, aux conversions et à une régénération de leur propre foi. De ces témoins, hommes ou femmes, Ambroise de Milan, Augustin d’Hippone, Paulin de Nole, Geneviève de Paris, Isidore de Séville, et de leurs vies, de leurs écrits, Philippe Henne fait un chœur évangélique pour temps de troubles. L’Eglise a comprit que ces barbare étaient une chance l’évangélisation : de fait ils se christianisèrent et furent à même de transformer le vieil empire romain.

 Ce livre, centré sur l’attitude particulière des chrétiens d’alors, est un plaidoyer pour l’ouverture, l’accueil, la confrontation des cultures, et se veut un rappel du passé pour mieux envisager l’avenir. Parce qu’il parle de la rencontre avec l’Autre, de la tentation du rejet et du devoir d’accueil, il se veut un rappel sur hier pour mieux penser aujourd’hui et surtout vivre mieux demain au-delà de nos peurs.

les-invasions-barbaresExtrait

« L’Europe occidentale a connu une autre grande époque de déplacements massifs de populations. Du IVème au VIème siècle, de grandes marées humaines ont submergé l’Empire romain. Les villas brûlaient, les femmes étaient violées, les églises étaient profanées. Comment les chrétiens de l’époque réagirent-ils face à ces grandes migrations? Quelle leçon peuvent-ils nous apporter sur la situation actuelle? Mais tâchons tout d’abord de situer l’ampleur du phénomène. Ce que les uns appellent invasions barbares, d’autres le nomment Volkerwandernung, c’est-à-dire migration des peuples. Ces différentes dénominations en disent long sur la façon de juger ces terribles évènements ».

L’auteur

Philippe Henne est professeur à l’université catholique de Lille, et s’est imposé comme l’un des meilleurs passeurs des Pères de l’Eglise dans la culture contemporaine. Il est notamment l’auteur du « Vertige divin » paru aux Editions du Cerf en 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s