Le dimanche

LE DIMANCHE

 

« Le septième jour, Dieu avait achevé l’œuvre qu’il avait faite. Il se reposa, le septième jour, de toute l’œuvre qu’il avait faite. Et Dieu bénit le septième jour : il le sanctifia puisque, ce jour-là, il se reposa de toute l’œuvre de création qu’il avait faite » (Genèse2, 2-3)

 « Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau. Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. »

« Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau.  Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. » Evangile selon saint Jean (21, 1-4)

 

Quand vient le dimanche

Il ne faudrait pas hésiter

A sortir du sommeil de la nuit

Pour se hâter

D’un pas léger

Le cœur en fête

Pour courir à la rencontre

De Celui qui attend notre

Visite de ce jour sacré

Il faudrait se souvenir

Que ce jour est le jour

De notre Créateur

Le jour de notre renaissance

Il faudrait se hâter

D’aller à la rencontre

De Celui qui appelle

« Adam, où es-tu ? »

 

Quand vient le dimanche

Dès l’aube

De  ce premier jour de la semaine

Il faut s’habiller le cœur

Et presser le pas

Le Ressuscité nous appelle

« Réveille-toi ô toi qui dors !

Allez annoncer à mes frères

Que Je vous précède sur le chemin

Pour venir à votre rencontre ! »

Ne manquons pas

Le rendez-vous que Dieu donne

A ses amis

Le festin de la rencontre

Ne peut attendre

Sur le rivage de nos vies

La Parole attend ses disciples

 

Quand vient le dimanche

Nous ne voulons pas être dérangés

Nous voulons simplement

Oublier le travail de la semaine écoulée

Oublier les tracas de la vie de chaque jour

Les heures filent vite

Et le temps est si précieux

C’est ce jour-là pourtant

Qu’il faudrait un faire un bouquet

De nos joies, de nos peines

De nos colères, de nos désirs

Et le déposer aux pieds

De Celui qui attend

L’offrande de nos vies

 

Quand vient le dimanche

Nous nous hâtons de faire notre devoir

Nous allons à la Messe

En espérant  que l’église

Ne soit ni froide ni trop chaude

En espérant trouver

Un banc bien confortable

En soupirant

Pour que la messe ne soit pas trop longue

Le dîner pourrait refroidir

Ou brûler dans le four –

Que les lectures ne soient pas dures

A nos oreilles et pour notre cœur

Que l’homélie ne soit pas trop longue

Que la chorale soit bonne

Ainsi nous serons tranquilles

Nous aurons fait notre devoir

Nous aurons respecté la consigne

Nous serons quittes pour une semaine

 

Une fois ce dimanche passé

Que restera-t-il

Sinon la pensée de recommencer

Une autre semaine semblable aux autres ?

Que restera-t-il

De nos loisirs arrachés au temps

Sinon l’amertume ou le souvenir ?

Restera-t-il au moins

Au fond du cœur

Le regret amer

De n’avoir pas goûté la rencontre

Qui nous était donné gratuitement

De n’avoir pas reçu le pain.

De Sa Parole

De son Sacrement d’amour

 

Et quand le soir viendra

Aurons-nous un peu de mémoire

Pour nous souvenir

Que Quelqu’un est venu

Pour nous rencontrer aujourd’hui

Aurons-nous un pardon à murmurer

Un merci à donner

A Celui qui est venu aujourd’hui

Une pensée pour Celui

Qui donne tout

La joie de se savoir aimé

La joie de se savoir sauvé

La joie toute brûlante du feu sans fin

De l’avoir touché

 

Quand le soleil se couchera

Avant que nos paupières se ferment

Aux dernières lueurs de ce jour

Peut-être

Que notre cœur sera tout brûlant

Comme celui des disciples d’Emmaüs

Alors

Il restera près de nous

Il marchera sur notre route

Encore une fois Il dira les Ecritures

Il rompra le pain

Et nos yeux s’ouvriront

Et nous repartiront

 

« Ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons à vous aussi, pour que, vous aussi, vous soyez en communion avec nous. Or nous sommes, nous aussi, en communion avec le Père et avec son Fils, Jésus Christ (1 Jean, 3)

A LA MESSE

Claude-Marie T.

12 février 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s