La joie spacieuse de Jean-Louis Chrétien

La joie spacieuse : essai sur la dilatation

Jean-Louis Chrétien, 2007. 272 pages.

Paris, Editions de Minuit,

  

Recension précédemment publiée dans la revue Lumière & Vie

joie spacieuse

 

 

Il y a des auteurs qui publient des livres mais qui ne se font pas remarquer mais que l’on découvre au hasard d’une lecture ou d’une rencontre.  Des auteurs qui suivent leur propre trajectoire, sans chercher à être à la mode et à écrire ce que l’on attend. Puis, vient le temps où l’on s’aperçoit que tous ces livres forment une œuvre, une œuvre puissante et cohérente, une œuvre décisive, une œuvre qui nous éclaire et nous fortifie, une œuvre que l’on voudrait visiter à l’infini !. C’est le cas de Jean-Louis Chrétien.

Poète et philosophe, professeur de philosophie à l’Université Paris-Sorbonne (Paris-IV), spécialiste de l’antiquité tardive et du haut Moyen Age, Jean-Louis Chrétien est l’auteur, depuis près de vingt-cinq ans, de plus d’une vingtaine d’ouvrages, dont L’Effroi du beau (1987) et L’Arche de la parole (1999). La joie spacieuse. Essai sur la dilatation peut être considéré comme l’autre versant de l’étude qu’il a déjà menée sur l’épuisement, la déréliction, l’acédie (De la fatigue, 1996).

 

« Dès que la joie se lève, tout s’élargit. Notre respiration se fait plus ample, notre corps, l’instant d’avant replié sur lui-même, n’occupant que sa place ou son coin, tout à coup se redresse et vibre de mobilité, nous voudrions sauter, bondir, courir, danser, car nous sommes plus vifs dans un plus vaste espace, et le défilé resserré de notre gorge devient le gué du cri, du chant ou du rire déployé. » C’est notre corps qui manifeste notre joie par le mouvement et la parole. Pour parler de la joie, l’auteur suit le fil conducteur de la « dilatation »  Car la joie, c’est un élargissement, une amplification de nous-mêmes, un accueil en nous de l’altérité, c’est être au large dans le grand large du monde soudain révélé comme tel, c’est un élargissement de l’espace, aussi bien extérieur qu’intérieur. Le cœur se resserre dans la tristesse et se dilate dans la joie.

Notre âme, notre cœur, notre existence est un espace plus ou moins large, plus ou moins accueillant. La dilatatio, la dilatatio cordis – la dilatation du cœur, le cœur désignant le centre même de l’homme, dans l’anthropologie biblique, aussi bien la pensée que la sensibilité et que la volonté – est un thème qui appartient en propre au vocabulaire (latin) chrétien et dont la source est biblique. Cette dilatation du cœur, s’accompagne d’un accroissement du désir, ouvre de nouveaux possibles pour la pensée, pour l’amour, pour la louange, en accueillant dans son espace ce qui l’excède. Ces joies, qui ne sont pas le contraire de la souffrance, mais qui peuvent naître dans la souffrance parfois, relèvent d’une logique de l’excès. Et nous portent au-delà de nous-mêmes, vers l’autre, jusqu’au déchirement.

Aux philosophes, Chrétien a préfèré les auteurs spirituels : poètes, mystiques, orateurs. Saint Augustin, saint Grégoire le Grand et les Pères de l’Eglise, saint François de Sales et Louis Chardon, la correspondance de Bossuet et l’œuvre posthume de Thomas Traherne,  Amiel, Walt Whitman et l’œuvre entière de Paul Claudel : ces auteurs embarquent  le lecteur vers un cri de joie et de louange, dilatation et respiration cosmique. Jean-Louis Chrétien cite encore les nombreux lecteurs du Psaume 118 – « Sur la voie de tes commandements, j’ai couru, lorsque tu as dilaté mon cœur (cum dilatasti cor meum) » (Ps 118,32) – depuis saint Bernard de Clairvaux jusqu’à Henri Michaux, en passant par les Demeures du château intérieur de Thérèse d’Avila. Autant d’auteurs qui décrivent l’épreuve de la joie – et nous en ouvrent les chemins. Pas de définitions et de doctrines, donc, pas de « philosophie » au sens on l’on peut l’entendre. Il faut noter, toutefois, la présence discrète et tenace de Platon. Mais Platon dans ces œuvres a été d’une certaine manière un spirituel et un mystique.

Chrétien n’est pas un théoricien hors du monde, il se montre dans cet ouvrage un penseur du corps et de la parole. Autrement dit, de l’incarnation. Son œuvre, scrutant notre condition incarnée et notre lien au monde, ne cesse d’explorer des notions telles que l’appel et la réponse, la promesse donnée et reçue, les actes de parole, l’effroi du beau, les joies escarpées, la lueur du secret, l’inoubliable et l’inespéré. Et nous apprend à être attentif à la présence, la plus sublime comme la plus familière. Jean-Louis Chrétien se révèle aussi un grand lecteur et un merveilleux passeur qui se met à l’écoute des grands textes pour nous en faire découvrir toute la beauté et la  riche profondeur, car « on ne parle en vérité que pour autant qu’on écoute et qu’aussi longtemps qu’on écoute ».

 

Source Pascal David, d’après le texte publié dans Lumière & Vie

 

 

Soyez dans la joie

 « Dès que la joie se lève, tout s’élargit.

Notre respiration se fait plus ample, notre corps, l’instant d’avant replié

sur lui-même, n’occupant que sa place ou son coin, tout à coup se redresse

et vibre de mobilité, nous voudrions sauter, bondir, courir, danser,

car nous sommes plus vifs dans un plus vaste espace, et le défilé resserré

de notre gorge devient le gué du cri, du chant du rire déployé.

Rire ou pleurer, rire en pleurant, qu’importe !

C’est la réponse au même excès de ce qui vient.

Notre visage s’ouvre et notre regard s’éclaire.

Qu’est-ce qui vient ?

L’à  venir.

Mais il n’est pas seulement projeté, calculé, anticipé, imaginé,

il surgit ici et maintenant, et parce que cet ici et ce maintenant

 ne sauraient être ponctuels que tout s’élargit. »

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s