L’Action française

L’Action française

action-francaise10-journal

 

7 clés pour comprendre

 

Aujourd’hui, l’Action française est devenue un mouvement marginal. Elle suscite l’anathème dans l’opinion publique, du moins pour ceux qui en ont entendu parler car peu de personnes mesurent le rôle qu’elle a joué dans la vie politique et intellectuelle de notre pays durant toute la première moitié du XXe siècle.

Il faut donc replonger dans les débats de la IIIe République pour découvrir cette histoire militante, avec ses fidélités durables et ses haines tenaces.

 

 Qu’est-ce que l’Action française ? Pourquoi ce mouvement nationaliste, dont la doctrine royaliste a été élaborée par Charles Maurras, a-t-il séduit de nombreux catholiques ? Quelles sont les raisons qui expliquent sa condamnation par le pape Pie XI en 1926, provoquant de douloureux déchirements dans les familles ?

Les ligueurs et les Camelots du roi « pensent clair et marchent droit ». Ils donnent de la visibilité à l’organisation en tenant la rue, parfois avec violence. Mais le journal reste le nerf de la guerre. Le combat se joue ici surtout au niveau des idées. Il faut donc les diffuser largement, à coup de scandales et de longs raisonnements.

Voilà une façon de voir la France. Voilà une façon de voir la religion. Une alternative à la culture républicaine qui a su réveiller la vieille tradition royaliste en la modernisant, au moins pour un temps. Elle laisse des traces dans l’inconscient collectif et de vraies lignes de fracture.

Jean-Yves Riou
Revue Codex, 2000 ans d’aventure chrétienne, été 2017, #4.

L’Action française : les grandes heures de la ligue

Cet article est tiré du dossier « L’Action française contre « l’anti-France » »Codex #04, été 2017, 176 pages

 

 

1 ★ Au temps de l’affaire Dreyfus ★ 

Pour bien comprendre les origines de l’Action française, il faut remonter à la guerre de 1870. La France sort humiliée par sa défaite face à l’Allemagne. Elle perd l’Alsace-Lorraine et doit affronter ses propres divisions manifestées (épisode de la Commune). La défaite laisse un goût amer.

Surtout, la chute de Napoléon III inaugure une période d’instabilité institutionnel. Il faut changer de régime. Les monarchistes remportent les élections législatives de 1871 mais les républicains s’emparent du pouvoir en quelques années à peine en ralliant les campagnes.

Leur enracinement s’accompagne d’une nouvelle constitution qui accorde une place importante au Parlement. Dans cette  IIIe République. le vote se fait au suffrage universel masculin, les chambres contrôlent le gouvernement. Les élites traditionnelles se voient concurrencées par une nouvelle génération d’élus.

En 1886-1889, l’épopée populaire du général Boulanger fait vaciller le régime en rassemblant autour de lui une foule hétéroclite de patriotes. Les forces nationalistes s’infléchissent vers la droite. Divers scandales fragilisent le pouvoir : l’’affaire des décorations (1887), scandale financiers.

 En 1898, Émile Zola publie son « J’accuse » dans L’Aurore. Il demande la révision du procès d’Alfred Dreyfus, condamné quatre ans plus tôt pour haute trahison. L’affaire vient cristalliser toutes les oppositions dans un climat de guerre civile.

C’est alors que Maurice Pujo et Henri Vaugeois créent un Comité d’action française : une ligue parmi d’autres qui brandit la menace allemande, l’affaiblissement de l’institution militaire, l’irresponsabilité des politiques sur fond  d’un antisémitisme qui s’inquiète de l’influence croissante des « Juifs de laRépublique ». Une revue est créée en 1899.

 

2 ★ L’Action française, un journal et un réseau ★ 

Le mot  Action française désigne un mouvement nationaliste qui a marqué la vie politique française durant la première moitié du XXe siècle. Il se compose de trois entités :

Le journal : En juin 1899, Maurice Pujo et Henri Vaugeois fondent une petite revue grise, L’Action française, d’abord  bimensuel puis quotidien en 1908. Charles Maurras rejoint la rédaction dès le deuxième numéro où il écrit jusqu’en 1944 (date de sa dernière publication). Léon Daudet et Jacques Bainville font partie des grandes signatures qui conduisent une équipe dynamique.

La rédaction prend parti sur tous les sujets d’actualité, mêlant l’analyse à la provocation, la politique aux critiques littéraires…. L’Action française développe un véritable savoirfaire pour mobiliser l’opinion dans des campagnes de presse qui dénoncent les scandales de la IIIè République, ce qui lui vaut ses meilleurs tirages en 1917 et 1934. C’est l’organe structurel du mouvement.

Le réseau des militants : Il offre une vie de section stimulante qui permet de s’engager totalement pour la cause. La Ligue d’Action française est fondée en 1905, la Fédération des étudiants la même année et les Camelots du roi en 1908. Les activités allient la formation (conférence, groupe d’études) et la présence sur le terrain  (parade, manifestation, vente du journal, campagne d’affichage, agitation autour d’un cours ou d’une pièce de théâtre). Adhérer nécessite des convictions et des sacrifices.

L’Institut : L’Action française crée un centre de formation en 1906. C’est  Contre-Sorbonne qui propose un idéal alternatif à celui de la République : anti-modernisme, politique positiviste, nationalisme français, histoire des idées politiques, relations extérieures et économie sociale.

 

3 ★ Maurras apporte la solution monarchique ★ 

Au départ, les fondateurs de l’Action française ne souhaitent pas rompre avec la République, juste une réforme pour relever la France dans un esprit conservateur qui ne cache pas certaines sympathies avec la gauche. Mais l’arrivée de Charles Maurras vient tout bouleverser.

En 1900, ce jeune journaliste féru de littérature s’est déjà forgé une doctrine politique. Il prône le « nationalisme intégral » qui remet en le système républicain pour lui préférer un régime monarchique. Il convertit l’Action française au royalisme, usant de son charisme et de son intelligence pour convaincre. Et cela marche.

En quelques années, il obtient l’adhésion de Henri Vaugeois, Léon de Montesquiou, Lucien Moreau, Jacques Bainville… Ces intellectuels sont souvent agnostiques, issus de milieux républicains mais surtout nationalistes et antidreyfusards.

Ils vont jouer un rôle majeur dans l’organisation du mouvement, par leurs écrits, leur talent d’orateur et leur zèle de néophyte. Ceci constitue  une véritable école autour du maître. Léon Daudet les rejoint en 1904, avec sa stature de tribun, et puis Jules Lemaître en 1907. Seul Maurice Barrès résiste : écrivain nationaliste,  l’un des chefs de file du camp antidreyfusard. il  reste r républicain malgré son amitié pour Maurras.

 

4 ★ Une doctrine structurante pour le nationalisme français ★ 

Les idées nationalistes s’affirment fortement dans l’Europe des XIXe et XXe siècles. Apparues en France  avec les révolutionnaires qui s’en réclament pour défendre la patrie contre la coalition de 1792 soutenue par les émigrés, elles s’ancrent à droite au moment de la crise boulangiste (1886-1889) et de l’affaire Dreyfus (1898).

Ces événements montrent que la cause mobilise mais qu’elle manque encore d’assise doctrinale. Charles Maurras va en poser les fondements : le principe des intérêts nationaux. L’actualité lui permet d’établir un diagnostic, tandis que l’histoire apporte des expériences comparatives. La monarchie est le régime qui offre le plus de garanties pour l’unité, la sécurité et la souveraineté de la France.

Cette pensée à contre-courant rassemble dans un système cohérent des éléments divers présents dans la société de l’époque : le sentiment diffus de décadence, l’hostilité envers les  Allemands, la critique de l’individualisme, le rejet du parlementarisme, la recherche d’une autorité forte, l’antisémitisme, la fascination pour les démonstrations scientifiques… Elle offre une grille de lecture efficace pour comprendre le monde. En somme, Maurras convertit les nationalistes au royalisme et les royalistes au nationalisme.

 

5 ★ L’alliance avec les catholiques tourne au divorce ★ 

Très vite, l’Action française se pose en défenseur de l’Église. Cette stratégie lui permet de séduire les catholiques qui depuis les années 1880 vivent une période d’affrontement avec la République. Cet affrontement  culmine avec les lois de Séparation et de l’Etat en 1905. En 1906, les inventaires des églises donnent lieu à des querelles où les ligueurs n’hésitent pas à monter en première ligne. L’Action française y gagne des reconnaissances durables. En outre  sur le plan doctrinal elle soutient Rome dans son combat contre le modernisme.

L’encyclique Pascendi (1907) et la condamnation du Sillon (1910) l’encouragent dans cette voie. Pour beaucoup de catholiques sincères, le mouvement devient un allié indispensable, même si son maître soit un païen. Cela jette le trouble chez certains catholiques (ainsi la réaction de Maurice Blondel face aux idées de Charles Maurras).Ce sentiment n’est pas partagé par tous. 

Le Saint-Office reçoit régulièrement des courriers qui s’inquiètent du contenu de cette doctrine influente sur la jeunesse. En 1914, Pie X signe une première condamnation qui reste secrète pour des raisons conjoncturelles. Mais les temps changent. L’Église peut se permettre de se défaire d’un soutien encombrant.

En 1926, Pie XI interdit la lecture de sept ouvrages de Maurras ainsi que celle du journal. Le nationalisme excessif et surtout la primauté absolue du politique constituent des dangers pour la foi. Cette décision va susciter des souffrances et des incompréhensions car les fidèles sont sommés de choisir leur camp, sous peine de se voir priver des sacrements.

 

6 ★ Les grandes heures de la ligue ★ 

C’est en 1908 que l’Action française commence véritablement sa croissance avec le lancement du quotidien et la création des Camelots du roi. Une vitalité qui attire les adversaires du parti républicain. Le mouvement connaît ensuite sa phase d’influence maximale entre 1914 et 1924. Les idées nationalistes nourrissent la période de la guerre contre l’Allemagne, de la négociation du traité de Versailles et de la chambre bleu horizon.

Surtout  l’Action française sait mettre ses convictions royalistes entre parenthèses pour soutenir l’Union sacrée et le gouvernement de Clémenceau. Certains républicains ne l’oublieront pas. Le milieu des années 1920 apporte une succession de coups durs : la victoire  du cartel des gauches (1924), la dissidence de Georges Valois (1926) et surtout la crise avec Rome (1926-1927) qui réduit les effectifs.

De ce fait l’influence de l’Action française commence à décliner. D’autres organisations lui font concurrence pour défendre les intérêts catholiques (Fédération nationale catholique) ou les idées nationalistes (Croix de feu). L’affaire Stavisky offre un sursaut en 1934 avec les événements de février. Mais les départs se multiplient car le mouvement est incapable de se renouveler et surtout il n’apporte aucune réponse face enjeux posés par la crise économique, la standardisation industrielle, l’ascension de Hitler ou de Mussolini

Pendant la guerre, Maurras choisit la fidélité absolue au maréchal Pétain qui pour lui  incarne d’une certaine façon les idéaux de l’Action française. Mais le mouvement ne survivra pas à la chute du régime de Vichy. . En 1945, il est mort politiquent et il explose en plusieurs courants.

 

7 ★ Échec ou réussite ? ★ 

L’Action française a su imprégner les esprits de son temps grâce à sa puissance doctrinale et à sa force de communication. Elle a fait tomber plus d’un ministère, elle a donné le ton à la politique étrangère de la France après 1919 en demandant une application rigoureuse du traité de Versailles, elle a contribué à la remise en question du parlementarisme à cause des failles de la IIIe République.

Mais son  but premier était de travailler à la restauration du roi. En ce sens, force est de constater que l’échec a été complet. En 1937, le prétendant au trône lui-même désavoue le mouvement qu’il accuse d’avoir instrumentalisé la cause royaliste. Les évènements de la nuit 6 février 1934 et la mise en cause par de nombreux de l’autorité de Maurras ont fragilisé le mouvement. 

Les mots ne leur suffisent plus. Il faut passer à l’action et de faire ce « coup de force » qu’on leur promet depuis si longtemps. Mais sans véritable stratégie politique concrète, les dirigeants de l’Action française n’ont pas su ou pas voulu se préparer pour exercer le pouvoir.

Face à ces échecs, déçus et amers Déçus, certains dissidents choisiront des modes opératoires plus radicaux, comme les militants du XVIIe arrondissement qui fonderont le groupe terroriste la Cagoule (1935). L’Action française inspirera cependant d’autres nationalismes au Québec, en Suisse, en Espagne ou en Italie.

 

D’après diverses sources ; Hérodote.et et revue Codex (avril 2017).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s