La mort n’est pas une solution : Asia Bibi

 La mort n’est pas une solution : Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème 

Anne-Isabelle TolletASIA BIBI

Paris, Editions du Rocher, 2015. 151 pages.

 

 

 

« Ma tendre amie, ma sœur bien-aimée, Je vais mourir. Je l’ai appris ce matin de la bouche d’Ashiq. Lorsque je l’ai vu arriver dans le corridor qui mène à ma cellule, il avait l’air si triste et abattu que j’ai compris qu’il n’était pas porteur de bonnes nouvelles. »

 

Ce 14 juin 2009 alors qu’elle cueille des baies asiatiques dans un champ du Penjab en compagnie d’autres femmes de son village, la chaleur est écrasante, la récolte éprouvante  mais Asia et Ashiq ont 5 bouches à nourrir.  Alors qu’elle s’approche du puits et s’y  désaltère, l’une de ses voisines musulmanes  accusent  la chrétienne d’avoir souillé l’eau du  puits. S’ensuit une discussion fatale, au cours de  laquelle, Asia se défend… Le ton monte…  Un mot fuse: «blasphème! ». Le sort d’Asia est scellé, elle est condamnée à mort par pendaison.

Dans son livre, « La mort n’est pas une solution »(Ed du Rocher), l’enquête d’Anne-Isabelle Tollet nous révèle que tout est parti d’une banal histoire de jalousie. Agée d’une quarantaine d’années, Asia Bibi a toujours clamé son innocence et malgré les preuves attestant d’une dénonciation calomnieuse, sa terrible sentence a de nouveau été prononcée le 16 octobre 2014, cette fois-ci par la Haute Cour de Lahore.

Dans sa petite cellule sans fenêtre, Asia pense à ses enfants et garde espoir en attendant son nouveau procès devant la la Cour Suprême, plus haute instance judiciaire pakistanaise. Son cas ne pourra être réexaminé, au mieux, qu’à partir de mai 2015. Mais elle peut attendre encore 3 ans avant d’etre rejugée.

Six années d’enfermement dans une petite cellule misérable à Multan au Pakistan, Asia Bibi est devenue malgré elle, la victime emblématique de la loi sur le blasphème, instrument de répression et de règlements de compte personnels, dont les juges sont les otages tant ils redoutent les représailles des islamistes.

A travers la loi du blasphème, moyenâgeuse, inique et déjugée par la majorité des musulmans pakistanais, la classe politique pakistanaise se retrouve prise entre deux feux. Consciente des dérives de cette loi, les politiques souhaiteraient la réformer et innocenter Asia Bibi, mais ce n’est pas sans risque : les fondamentalistes n’hésitent pas à tuer ceux qui prennent la défense d’Asia Bibi. En 2011 deux hommes politiques de premier plan. Salman Tasser, gouverneur musulman du Penjab et Shahbaz Bhatti ont tous deux été assassiné pour avoir publiquement afficher leur soutien à Asia Bibi. Les fondamentalistes ont promis le chaos dans tout le pays si Asia Bibi était innocentée.

Au Pakistan, 300 personnes chaque année sont accusés de blasphème quelques soit leur confession religieuse. Devenue une arme pour se débarrasser  d’un rival ou pour régler ses problème de voisinage, la question du blasphème sème la terreur partout dans le monde.

Ce récit de voyage au Pakistan se lit comme un roman d’aventure sauf que tout est vrai. Outre les révélations inédites sur les dessous de l’affaire Asia Bibi, l’auteur nous emmène chez les travestis, les femmes talibans  les madrassa pour femmes. 

 

Biographie de l’auteur

Grand reporter, Anne-Isabelle Tollet a été correspondante permanente au Pakistan pour différents médias français. Elle est l’auteur de Blasphème (XO Éditions) et présidente de l association Comité international Asia Bibi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s