Actualité de Madeleine Delbrêl

La mission à l’école de Madeleine Delbrêl

DELBREL

 

         Madeleine Delbrêl a vécu sa mission de chrétienne avec les pauvres, les incroyants et les athées. Dans la ville d’Ivry, de 1933 à 1964,  elle a vécu une vie ordinaire mais jamais repliée sur elle-même. Dans cette cité marxiste elle va beaucoup apprendre : leurs combats, leur idéologie ; si elle s’engage à leurs côtés dans certaines occasions elle aura toujours le courage de dire et de témoigner ce qui la sépare d’eux : sa foi dans le Christ et son attachement indéfectible à l’Eglise Elle nouera des amitiés vraies mais basées sur la vérité. « Milieu athée, circonstance favorable à notre propre conversion« , tel sera le titre de sa dernière conférence à des étudiants, quelque temps avant sa mort.

 

         Aujourd’hui nous ne sommes plus dans les années où le Communisme pouvait attirer nombre de personnes généreuses.

Le temps de certaines idéologies semble mort bien que l’actualité nous montre combien certaines idées mortifères ressurgissent çà et là. Aujourd’hui le temps est à la désespérance parce que notre monde ne serait plus chrétien ! Mais l’a-t-il été vraiment ? Le temps est à la désespérance parce le christianisme est (ou semble) minoritaire en Occident  Il y a donc mille et une raison de désespérer : haine de l’autre, racisme, sécularisation agressive, montée d’un islamiste que l’on ne maîtrise pas, culte de la performance à tout prix, lois de la nature que l’on oublie devant les progrès de la technologie…..

 

         Et pourtant il encore des raisons d’espérer ! Il reste encore une mission à accomplir ! Le petit livre de Madeleine Delbrêl Ville marxiste terre de mission peut être une lumière sur notre chemin … Ce petit livre est riche d’enseignements pour aujourd’hui parce qu’il parle de foi, de charité et d’espérance à hauteur humaine ! Il parle d’apostolat non pas dans des missions impossibles mais dans ce qui fait notre vie de tous les jours, un apostolat dans le hic et nunc  de notre quotidien. Et surtout il nous rappelle que chaque être humain – que ce soit le croyant ou l’incroyant, l’athée ou le musulman –est avant tout une créature de Dieu, un être aimé de Dieu, donc un frère à aimer. Cette conviction devrait nous rappeler cette parole de Jésus : « Je ne suis pas venu pour les justes ! »

 

         L’apostolat, la mission envers  ceux qui ne connaissent pas le Christ, envers ceux qui ne croient pas en Lui  devrait donc nous porter non pas à vouloir les convertir d’emblée mais de prendre le temps de les connaître, de les aimer ; la pensée d’être en amitié avec celui qui ne croit pas on la trouve déjà chez un saint François d’Assise. Ce n’est peut-être qu’après un compagnonnage avec eux que l’on pourra témoigner de notre foi mais que cette foi soit aussi une foi vécue avec Joie et dans la Charité. Quant au désir de convertir l’autre – ce qui est louable – cela est-il bien de notre ressort ? Finalement qui convertit ? N’est-ce pas Dieu qui décide de l’heure, du moment et aussi de la manière dont il ouvrira un cœur à la grâce de le rencontrer.

 

         Peut-être que notre tâche de chrétien si elle est d’amener quelqu’un à rencontrer Dieu un jour ressemble davantage au travail du laboureur qui travaille la terre mais dont le fruit ne se verra que bien plus tard. Alors si nous sommes collaborateur de Dieu, laissons-lui faire son travail de Dieu : laissons Dieu être Dieu.

         Il nous faut aussi penser à l’attitude de Marie. Marie lors de la visite de l’ange Gabriel a dit simplement : « Qu’il me soit fait selon Sa Parole ! » Aux noces de Cana elle dit simplement : « Faites tout ce qu’Il vous dira ! ». Au pied de la Croix Marie ne dit rien quand Jésus lui dit « Femme voici ton fils ! ». Et c’est pourtant ainsi qu’elle est devenue la Mère de Dieu, la Mère de tous les hommes.

 

         Il y a peut-être dix mille raisons de désespérer mais on pourrait trouver  mille raisons d’espérer aussi ! Et même s’il n’en restait qu’un seule : puisque  Jésus nous a fait cette promesse : « Et moi, Je suis avec vous tous les jours  jusqu’à la fin des temps ! » (Matthieu 28, 20)

 

►©Claude-Marie T.

5 mars 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s