Retour à Killibeggs de Sorj Chalandon

Retour à Killibeggs

Sorj Chalandon

Paris, Grasset, 2011.  388 pages.

9782253164562-001-T

 

« Maintenant que tout est découvert, ils vont parler à ma place. L’IRA, les Britanniques, ma famille, mes proches, des journalistes que je n’ai même jamais rencontrés. Certains oseront vous expliquer pourquoi et comment j’en suis venu à trahir. Des livres seront peut-être écrits sur moi, et j’enrage. N’écoutez rien de ce qu’ils prétendront. Ne vous fiez pas à mes ennemis, encore moins à mes amis. Détournez-vous de ceux qui diront m’avoir connu. Personne n’a jamais été dans mon ventre, personne. Si je parle aujourd’hui, c’est parce que je suis le seul à pouvoir dire la vérité. Parce qu’après moi, j’espère le silence. »

Après avoir écrit Mon traitre Sorj Chalandon revient sur l’un des personnages de l’histoire d’Irlande durant la guerre qui oppose les irlandais catholiques  regroupés dans l’IRA (Armée Républicaine Irlandaise)  et le gouvernement britannique. On y retrouve tous les ingrédients de ce qui fait une lutte de civils contre un gouvernement considéré comme un « corps étranger » : attentats, action contre les intérêts britanniques, vie clandestine des membres de l’IRA.

A travers le personnage de Tyrone Meehan c’est l’histoire de Denis Donaldson qui est au cœur de ce roman. L’on suit avec sympathie ces terroristes qui luttent pour leur indépendance contre les britanniques, contre les unionistes protestants. Chassés de partout,  vivant tant bien que mal ils entrent dans l’IRA comme on entre en religion. Toutes ses années de luttes, de clandestinité  avec ses membres dans les prisons anglaises, ses morts, ses martyrs (surtout quand est évoqué la mort des prisonniers irlandais dans les prisons britanniques – comme Bobby Sands sous le gouvernement  de Margaret Thatcher après une longue grève de la faim.

Pourtant tout n’est ni tout noir ni tout blanc. Et tout comme Denis Donaldson Tyrone Meehan sera « retourné » par les services secrets britanniques quand ceux-ci découvriront qu’il a tué accidentellement l’un de ses chefs et amis. Pendant vingt années il va mentir à ses amis, jouer double-jeu en renseignant  les britanniques sur les activités de l’IRA. Au moment des accords de paix qui mettent fin officiellement à cette lutte en 1998 sous le mandat de Tony Blair il avoue tout : sa trahison, son double-jeu. Il se sait alors condamné par ses anciens amis qui ne lui pardonneront jamais sa trahison. Alors il retourne en Killibegg le village de son enfance ;  il y retourne avec ses souvenirs : souvenirs d’un père violent mais fier d’être irlandais, souvenirs de la misère après la mort du père, souvenirs de ses premières armes dans cette armée, souvenirs des attentats, souvenirs aussi des années de prisons.

Tyrone Meehan « le traitre » sera finalement assassiné en 2007 par un commando qui l’avait condamné à mort.C’est la vie et la mort d’un homme usé par tant de luttes et qui est las : « Je  n’en pouvais plus de cette guerre, de ces héros, de cette communauté étouffante. J’étais fatigué. Fatigué de combattre, de manifester, fatigué de prison, fatigué de clandestinité et de silence, fatigué des prières répétées depuis l’enfance, fatigué de haine, de colère et de peur, fatigué de nos peaux terreuses, de nos chaussures percées, de nos manteaux de pluie mouillés à l’intérieur. »

 

 Né en 1952, Sorj Chalandon est un écrivain et journaliste français. Après avoir travaillé pendant 34 ans à Libération, il devient membre de la rédaction du Canard enchaîné. Ses reportages sur l’Irlande du Nord et le procès Klaus Barbie lui ont valu le prix Albert-Londres en 1988. Il est notamment l’auteur du Petit Bonzi, d’Une promesse (prix Médicis en 2006), de Mon traitre, de La Légende de nos pères, de Retour à Killyberg (prix Goncourt des lycéens en 2013 et prix des lecteurs du Livre de Poche en 2015.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s