Film : Jésus l’enquête

Le film Jésus l’enquête

carte-article-3-1200x600.jpg

« Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire; et je le ressusciterai au dernier jour.  Il est écrit dans les prophètes: Ils seront tous enseignés de Dieu. Ainsi quiconque a entendu le Père et a reçu son enseignement vient à moi.

(Jean 15, 44-45).

 

Le film

Inspiré du best-seller de Lee Strobel The Case for Christ sorti en 1998, le réalisateur américain Jon Gunn produit une œuvre pour nous exposer les preuves de la Résurrection du Christ au cinéma

Que peut-il y avoir de pire pour un athée de voir sa femme se convertir ? Surtout quand on est heureux en famille et dans son métier, lui qui est un journaliste d’investigation reconnu au Chicago Tribune?  Son credo qu’il applique dans son métier comme dans vie personnelle est de tout prouver par des preuves irréfutables : les faits, rien que les faits !pour croire, comme c’est le cas pour Lee Strobel. Mais au cours d’une rencontre dans un restaurant sa femme rencontre une infirmière qui sauve la vie de leur fille et va amener la jeune femme à se convertir.

A l’annonce de sa conversion, il décide d’enquêter sur la prétendue résurrection du Christ, un des fondements de la foi chrétienne en appliquant à cette enquête sa méthode journalistique : les faits, rien que le faits. Déterminé à prouver que la résurrection est un mensonge il rencontre les sommités de plusieurs spécialités afin d’obtenir des réponses cartésiennes et rationnelles à ses multiples questions : médecins, psychanalyste, pasteur, théologien. Il scrute attentivement les Ecritures pour en démontrer les moindres failles. Il est de plus en plus dérouté par les réponses qu’il reçoit et surtout par l’attitude de sa femme  au point que leur ménage se trouve en péril.

Alors que chacun apporte au dossier une réponse  mais aucune ne va dans son sens. Vat-il pouvoir démontrer à la femme qu’il a épousée et qu’il ne reconnaît plus qu’elle se trompe et qu’elle en train de se tromper et qu’elle est victime d’une supercherie ? Va-t-il pouvoir sauver son couple qui est en péril d’autant plus qu’il ne consacre plus beaucoup de temps à sa famille ?

En parallèle on le voit enquêter sur un homme qui aurait tiré sur un policier. D’abord dupé par ce même policier ce qui aboutira à la condamnation de ce suspect il finira par rétablir la vérité. Au cours d’une rencontre avec ses parents on se rencontre de la blessure qui l’habite : il croit que son père ne l’a jamais aimé ! Vie familiale, vie personnelle et vie professionnelle s’entremêle de façon heureuse pour sonner un film criant de vérité.

Mais la foi passe-t-elle par les preuves ? Les preuves aussi irréfutables soient-elles suffisent-elles  à elles seules à donner la foi et  la recevoir ? Les contemporains de Jésus ont-ils cru pour autant ? Les disciples ont dû attendre la Pentecôte pour croire que le Jésus qu’ils avaient côtoyé pendant trois ans étaient bien le Jésus de la Résurrection.  Les dernières scènes du film en donnent la clé : Lee se rappelle que l’un de ses interlocuteurs lui a répondu à la question « pourquoi a-t-il fait cela ? » que Jésus était mort sur la croix « par amour » ; en regardant une image une représentation du suaire de Turin le voile tome : « C’est par amour ! ». Si les preuves accumulées n’ont pas eu raison de son scepticisme c’est cet amour donné qui lui fait entrevoir le mystère de ce Jésus qu’il cherchait !

 

Pour conclure

Par son aspect démonstratif le film Jésus l’enquête est  un film à thèse tel que l’on pouvait les voir dans les années 1970. Cependant il reste que chacun – croyant ou non croyant – sera amené  à se poser  question : « Qui est ce Jésus ? »  De plus il peut servir de discussion car il aborde toutes formes de questions. Qu’est-ce que la foi ? Foi et raison sont-elles conciliables ?  Comment faire l’expérience de la rencontre avec ce Jésus mort il y a 2000 ans et qui reste si mystérieux ? Ce sont bien  – au-delà du témoignage de Lee Strobel  – toutes les interrogations que ce film soulèvent en filigrane.  Et c’est peut-être tout l’intérêt de ce film !

 

Bien tard je t’ai aimée,
ô beauté si ancienne et si nouvelle,
bien tard je t’ai aimée !
Et voici que tu étais au-dedans, et moi au-dehors
et c’est là que je te cherchais,
et sur la grâce de ces choses que tu as faites,
pauvre disgracié, je me ruais !
Tu étais avec moi et je n’étais pas avec toi ;
elles me retenaient loin de toi, ces choses qui pourtant,
si elles n’existaient pas en toi, n’existeraient pas !

Tu as appelé, tu as crié et tu as brisé ma surdité ;
tu as brillé, tu as resplendi et tu as dissipé ma cécité ;
tu as embaumé, j’ai respiré et haletant j’aspire à toi ;
j’ai goûté, et j’ai faim et j’ai soif ;
tu m’as touché et je me suis enflammé pour ta paix.

Saint Augustin (Confessions)

 

©Claude-Marie T.

23 avril 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s