La dévotion à la Scala Santa

La Scala Sancta

scala_sancta_kreuzberg_2

La Scala Santa ou Scala Sancta, c’est-à-dire en italien le « Saint Escalier », est dans la tradition chrétienne, celui du prétoire de Jérusalem gravi par Jésus lors de son jugement par Ponce Pilate qui décida de sa crucifixion. Plusieurs lieux passent pour conserver cette précieuse relique de la Passion dont le plus célèbre est le sanctuaire de la Scala Santa situé à proximité de la Basilique Saint-Jean-de-Latran à Rome dont la prééminence provient de son antériorité.

Beaucoup d’Escaliers Saints sont des reliques de contact de la Scala Santa romaine qui sont créés au xixe siècle par le processus de « recharge sacrale » ou de relance dévotionnelle des sanctuaires de pèlerinage ébranlés par la contestation interne du siècle des Lumières.  . Dans ces sanctuaires, la Scala Santa est ainsi un édiccule, souvent en forme de dôme, doté d’un escalier de pénitence à double rampe garni de balustres, pour que les pèlerins puissent méditer la Passion du Christ avec parfois une avant-chapelle pour les messes en plein air aux jours des grands pèlerinages et pardons,, l’église attenante ne pouvant accueillir tous les fidèles à cette occasion.

 

La Scala Santa de Rome

Historique

Selon une tradition médiévale, la Scala Pilati ( « Escalier de Pilate », nom de cette relique au Moyen Âge) est transportée miraculeusement de Jérusalem à Rome vers 326 par Hélène, mère du premier empereur chrétien, Constantin. L’escalier est déposé dans l’aile nord du palais du Latran,  la nouvelle résidence papale. En réalité, la dévotion de cette relique (notamment la pratique des pèlerins de gravir les marches à genoux pour revivre la Passion du Christ mais aussi obtenir des faveurs) n’est vraiment attestée qu’à l’occasion du jubilé de 1450 lorsque l’évêque de Châlons-sur-Marne affirme qu’il s’agissait de l’escalier du Prétoire.

Une légende veut que la conversion de Martin Luther ait été favorisée après avoir gravi ces marches à genoux en 1511 alors qu’il désirait sauver du purgatoire l’âme de son grand-père. En haut des marches, il aurait entendu retentir à ses oreilles les paroles du prophète Habakuc rapportées par l’apôtre Paul « le juste vivra par la foi » et, doutant des faveurs spirituelles dont l’Église est la divine dispensatrice, se serait sauvé.

En 1589, le pape Sixte V charge l’architecte Domenico Fontana de démonter les escaliers et les transporter du vieux palais du Latran en cours de destruction au Sancta sanctorum situé sur la partie orientale de la place Saint-Jean de Latran. L’escalier mène ainsi au Saint des Saints, chapelle reconstruite au xiiie siècle par Nicolas III et érigée en basilique majeure, la basilique San-Salvatore-della Scala Santa. Fontana ajoute deux escaliers parallèles de chaque côté des trois escaliers en marbre, créant ainsi un portique avec cinq escaliers. Cet aménagement permet aux pèlerins de plus en plus nombreux (notamment pendant la Semaine sainte) de descendre les escaliers latéraux sans perturber ceux qui gravissent à genoux l’escalier saint central.

En 1672, l’abbé Joseph Maria Soresini qui est chargé d’écrire un petit texte historique sur la relique rédige une fausse bulle attribuée au pape Pascal II, Ad apostolicae dignitatis fastigium qu’il insère dans sa publication7. Cette bulle du 5 août 1100 était censée accorder neuf années d’indulgences pour chacune des 28 marches que les pèlerins graviraient à genoux, et selon une autre tradition inventée, confirmer une bulle du pape Léon IV de l’an 850. Les papes Benoît XIV, par un décret de la sainte Congrégation des indulgences en 1742, et Pie VII, par un décret du 2 septembre 1817, confirment la fausse bulle, accordant de nouveau cette indulgence, mais à perpétuité, et déclarant qu’on pouvait aussi l’appliquer aux âmes du Purgatoire, ce qui favorise les pèlerinages et fait du culte de la Scala Santa le plus important de la ville.

En 1853, le pape Pie IX fait restaurer le sanctuaire de la Scala Santa et lui adjoint un couvent, confiant le 24 février la charge de ce complexe à la Congrégation de la Passion de Jésus Christ.

Le pape Pie X, par rescrit autographe du 26 février 1908, accorde une indulgence plénière aussi souvent que les escaliers sont montés après la confession et la communion.

Faisant partie du Latran, le sanctuaire de la Scala Santa romaine est une des propriétés extraterritoriales du Saint-Siège en Italie depuis les accords du Latran signés en 1929.

Le sanctuaire de la Scala Santa est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1980.

Une restauration importante de l’escalier est entreprise en 2007, principalement financée par la Getty Fondation qui a versé 300 000 £.

Le 2 juillet 2010 les marches sont vandalisées par diverses inscriptions faites avec de la peinture rouge qui ont été rapidement nettoyées par les services municipaux.

Description

Cette Scala Santa romaine est composée de 28 marches de marbre blanc de Tyr dont les veines sont dans le sens de la longueur des marches. La fréquence des pèlerinages entraînait leur usure prématurée, ce qui incite le pape Clément XII en 1730, à les faire recouvrir de planches de bois de noyer destinées à les protéger, opération qui a été renouvelée trois fois. Certaines planches sont percées de hublots en laiton dont le verre laisse transparaître des taches que la tradition attribue aux gouttes de sang tombant de Jésus, couronné d’épines, lorsqu’il fut amené devant Pilate. Ces taches sont en fait des veines de marbre

L’escalier, flanqué de quatre autres escaliers (deux de chaque côté, pour l’usage commun, puisque le Saint Escalier ne peut être monté que sur les genoux), a été ceint de panneaux de bois décorés de peintures al fresco représentant les scènes de la Passion du Christ   et réalisées notamment par Giovanni-Baglione, Giacomo Stella, Giovanni-Battista Pozzi, Paul Bril, Paolo Guidotti, Paris Nogari, Prospero Orsi, Ferraù Fenzoni, Giovanni-Battista Ricci, Cesare Torelli-Bril, Paolo Guidotti, Cesare-Torelli Romano, Antonio Vivarini, Andrea Lilio, Cesare et Vincenszo Conti, Baldassare Croce, Ventura Salimbeni et Antonio Scalvat. et . La Scala Santa mène à une scène de la Crucifixion.

Par ailleurs, la Scala Santa désigne désormais un complexe monumental abritant sur l’oratoire San Silvetro in Palatio ainsi que la chapelle San Lorenzo in Palatio dite Sancta sanctorum qui fut l’ancienne chapelle privée du pape. L’Escalier saint mène à cette chapelle

Les autres Saints Escaliers

Scala Santa à double escalier de la basilique Sainte-Anne d’Auray.

Jérusalem conserverait les restes de l’escalier originel

Veroli dans la province de Frosinone, en conserve un autre.

Campi dans la province de Teramo, encore un autre.

Au Mont Sacré de Varallo est conservé une copie de la Scala Santa romaine

Contre l’église des Théatins de Salzbourg (église Saint-Gaëtan) copie de la Scala Santa de 49 marches.

Église de Monserato à Bastia en Corse. Le pape Pie VII a autorisé la ville de Bastia à posséder une Scala santa pour la remercier de l’accueil réservé aux religieux qui étaient persécutés parce qu’ils ne s’étaient pas soumis à l’autorité de Napoléon Bonaparte lors du Concordat de 1801.

Le calvaire de la Madeleine Pontchâteau en Loire-Atlantique.

Le début du Chemin de Croix de Lourdes dispose d’un Escalier Saint.

Le Scala Sancta de la Sainte-Anne-d’Auray et de la Basilique Notre-Dame-de-Quelven en Bretagne.

Le Scala Sancta édifiée en 1891 près de la Basilique Sainte-Anne-de-Baupré au Québec (Canada) est la première construite sur le continent américain.

La Scala Sancta de l’église du château de la ville de Rastatt en Allemagne. La margravine Sybilla Augusta fit copier l’escalier du Latran après son retour de son voyage à Rome en 1719.

Une indulgence   spéciale reste attachée à ces Saints Escaliers : les personnes qui les gravissent à genoux avec les dispositions requises, en priant ou en méditant sur la Passion du Christ (parfois en baisant chacune de ses marches), gagnent plusieurs années d’indulgences pour chacune des marches montées.

 

 La dévotion de la Scala Santa

L’origine de la dévotion de la Scala Santa également appelée « Saint Escalier » provient de l’escalier que Jésus monta au cours de Sa Passion pour se rendre au prétoire de Ponce Pilate. L’on peut encore voir aujourd’hui les vestiges de cet escalier, qui ont été sanctifiés par le passage de notre Seigneur. L’on perpétue cette dévotion à Rome, et on peut y honorer des vestiges et des reliques de ce Saint Escalier, près de la Basilique Saint Jean de Latran. Au cours des siècles précédents, il est devenu coutume dans de nombreuses parties de l’Eglise catholique de construire des escaliers similaire à la Scala Santa de Rome. L’on peut en voir au Calvaire de la Madeleine de Pontchâteau (Loire Atlantique, France), ou encore, au début du Chemin de Croix de Lourdes. La première Scala Santa qui fut construite sur le continent Américain, fut édifiée en 1891 et se trouve au Sanctuaire de Sainte-Anne-de-Beaupré, (Québec, Canada).

 Le 13 novembre 1893, le pape Léon XIII accorda aux fidèles qui montent les marches de la Scala Santa à genoux, avec un coeur contrit en les priant et en méditant sur la Passion du Seigneur, une indulgence de trois cents jours pour chaque marche montée. Cette indulgence est applicable pour les âmes du Purgatoire. Bien qu’il n’y ait aucune prière spéciale qui ne soit obligatoire, on peut dire cette prière pour chacune des 28 marches. Ces prières courtes sont dignes de vénération, parce qu’elles ont été composées et publiées à Rome à l’usage des pèlerins de la Scala Santa originale.

 

 Prière préparatoire 

O Jésus miséricordieux ! Pour le salut de l’humanité, Vous avez été soumis aux souffrances de la flagellation et du couronnement d’épines; Vous avez été traîné Par des mains impies sur ces escaliers, avant d’être conduit devant Pilate. Je désire vénérer avec un profond respect les traces de sang divin de Vos pieds, et je vous supplie humblement, par les mérites de votre passion, de permettre, que je puisse un jour, vous contempler au trône de la Gloire, où Vous vivez et régnez avec le Père et l’Esprit-Saint, maintenant, Toujours et à jamais. Amen.

 

Prières pour chacune des 28 marches

(A la fin de chaque invocation, récitez pieusement un Ave Maria et une invocation à votre saint patron)

1ere marche : O mon Jésus ! Par l’angoisse de Ton coeur, quand Tu fus séparé de Ta Très Sainte Mère, pour Te rendre vers la Mort, Aie pitié de moi!

 

2e marche : O mon Jésus ! Par l’immense angoisse qui a causé la sueur de Ton Sang précieux au Jardin des Oliviers, Aie pitié de moi !

3e marche : O mon Jésus ! Par l’immense douleur que tu ressenti quand Tu fus trahi par le perfide Judas, aie pitié de moi !

4e marche : O mon Jésus ! Par la comparaison avec un malfaiteur, quand Tu fus conduit à travers les ruesde Jérusalem, aie pitié de moi !

5e marche : O mon Jésus ! par la violence par laquelle Tu fus ignoblement frappé au Visage par des mains impies, Aie pitié de moi !

6e marche : O mon Jésus ! Par Ton infinie patience quand Tu te trouvais au milieu des outrages et des moqueries, au Tribunal et pendant toute la nuit précédant Ta Sainte Mort, aie pitié de moi !

7e marche : O mon Jésus ! Par les insultes les plus cruelles que l’on a prononcées contre Toi quand Tu portais la Croix, aie pitié de moi !

8e marche : O mon Jésus ! Par lez silence dont Tu as fait preuve quand l’on portait de faux et mensongeux témoignages contre Toi, et quand l’inique Pilate Te condamna injustement, aie pitié de moi !

9e marche : O mon Jésus ! Par l’humiliation et la dérision que Tu as subi quand Tu fus en présence d’Hérode et de sa cour, aie pitié de moi !

10e marche : O mon Jésus ! Par la honte d’être dépouillé de Tes vêtements et d’être attaché à la colonne afin d’être flagellé, aie pitié de moi !

11e marche : O mon Jésus ! Par la douleur que tu ressenti quand Tu fus flagellé, et lorsque Ton corps fut recouvert de toutes sortes de blessures et de meurtrissures, aie pitié de moi !

12e marche : O mon Jésus ! Par l’horribles douleur que Te provoquèrent les épines, lorsque la Couronne fut posée sur Ta Tête, aie pitié de moi !

13e marche : O mon Jésus ! Par la patience que Tu eûs, quand Tu fus paré de tissus de couleur pourpre, et que l’on mis en Tes mains un roseau, Te tournant ensuite en dérision, aie pitié de moi !

14e marche : O mon Jésus ! Par l’affliction que Tu ressentis quand Tu entendis les gens crier contre Toi, Et demandant Ta Mort, aie pitié de moi !

 

15e marche : O mon Jésus ! Par l’humiliation que Tu subis quand Tu fus comparé au brigand Barrabas, et quand ils le Préférèrent à Toi, aie pitié de moi !

16e marche : O mon Jésus ! Par Ton choix d’embrasser la Croix et quand Tu porta sur le Chemin du Golgotha, aie pitié de moi !

17e marche : O mon Jésus ! Par le chagrin de Ta Sainte Mère, présente à Tes côtés et par l’angoisse de Son Coeur Maternel, aie pitié de moi !

18e marche : O mon Jésus ! Par la grande fatigue que Tu ressentis quand Tu portais la lourde Croix sur Ton épaule, mettant à jour à trois os saints, aie pitié de moi !

19e marche : O mon Jésus ! Par l’amertume que tu ressenti, lorsque le fiel et l vinaigre furent porté à Tes lèvres, aie pitié de moi !

20e marche : O mon Jésus ! Par l’agonie que Tu as enduré quand l’on arrachait Tes vêtements, aie pitié de moi !

21e marche : O mon Jésus ! Par les douleurs que Tu as subis, Quand l’on transperçait Tes mains et Tes pieds, pour T’attacher à la Croix, aie pitié de moi !

22e marche : O mon Jésus ! Par l’infinie charité, T’a poussé à pardonner à Tes bourreaux et à prier le Père du Ciel pour eux, aie pitié de moi !

23e marche : O mon Jésus ! Par la Miséricordieuse bonté avec laquelle Tu as ouvert les portes du Paradis, à Dismas, le bon larron, et par la bienveillance par laquelle Tu as donné Marie pour Mère à Jean et Jean pour fils à Marie, aie pitié de moi !

24e marche : O mon Jésus ! Par la soif brûlante que Tu ressentis vivement quand Tu fûs cloué sur la Sainte Croix, aie pitié de moi !

25e marche : O mon Jésus ! Par le tourment que Tu subis, quand Tu vis que Tu étais abandonné par tous, aie pitié de moi !

26e marche : O mon Jésus ! Par le grand amour Avec laquelle ton Divin Cœur était enflammé pour moi et pour tous, quand Tu expirais, rendant Ton dernier soupir, aie pitié de moi !

27e marche : O mon Jésus ! Par l’infinie Miséricorde que Tu as manifeste, quand Ton côté fut ouvert d’un coup de lance et d’où jailli le Sang et l’Eau, source de Miséricorde pour nous le monde, aie pitié de moi !

28e marche : O mon Jésus ! Par la douleur que ressentis Ta Mère très Sainte, quand Tu fus descendu de la Croix et remis en ses bras, avant d’être déposé au tombeau, aie pitié de moi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s