Prière mariale de Charles Péguy

 « Prière Mariale » de Charles Péguy

Detail-mosaique-Vierge-choeur-basilique-Notre-Dame-Rosaire-Lourdes-DR_0_445_334
La Prière Mariale de Charles Péguy « Il y a des jours où les patrons et les saints ne suffisent pas ! » 

« Il y a des jours où les patrons et les saints ne suffisent pas !

Alors il faut prendre son courage à deux mains et s’adresser directement à Celle qui est au-dessus de tout.

Être hardi, une fois, s’adresser hardiment à Celle qui est infiniment belle parce qu’aussi Elle est infiniment bonne.

À Celle qui intercède, la Seule qui puisse parler de l’autorité d’une mère. S’adresser hardiment à Celle qui est infiniment pure parce qu’aussi Elle est infiniment douce.

À Celle qui est infiniment riche parce qu’aussi Elle est infiniment pauvre.

À Celle qui est infiniment grande parce qu’aussi Elle est infiniment petite, infiniment humble.

À Celle qui est infiniment joyeuse parce qu’aussi Elle est infiniment douloureuse.

À Celle qui est Marie parce qu’Elle est pleine de grâce.

À Celle qui est pleine de grâce parce qu’Elle est avec nous.

À Celle qui est avec nous parce que le Seigneur est avec Elle.

Ainsi soit-il. » 

Charles Péguy (1873-1914)

Autre version de la Prière Mariale de Charles Péguy « Il y a des jours où les patrons et les saints ne suffisent pas ! » 

« Il y a des jours où les patrons et les saints ne suffisent pas.

Les plus grands patrons et les plus grands saints.

Les patrons ordinaires et les saints ordinaires.

Et où il faut monter, monter encore, monter toujours ; toujours plus haut, aller encore.

Alors il faut prendre son courage à deux mains.

Et s’adresser directement à celle qui est au-dessus de tout.

Être hardi.

Une fois.

S’adresser hardiment à celle qui est infiniment belle.

Parce qu’aussi elle est infiniment bonne.

A celle qui intercède.

La seule qui puisse parler avec l’autorité d’une mère.

S’adresser hardiment à celle qui est infiniment pure.

Parce qu’aussi elle est infiniment douce.

A celle qui est infiniment noble.

Parce qu’aussi elle est infiniment courtoise.

A celle qui est infiniment riche.

Parce qu’aussi elle est infiniment pauvre.

A celle qui est infiniment haute.

Parce qu’aussi elle est infiniment descendante.

A celle qui est infiniment grande.

Parce qu’aussi elle est infiniment petite.

Infiniment humble.

Une jeune mère.

A celle qui est infiniment jeune.

Parce qu’aussi elle est infiniment mère.

A celle qui est infiniment droite.

Parce qu’aussi elle est infiniment penchée.

A celle qui est infiniment joyeuse.

Parce qu’aussi elle est infiniment douloureuse.

A celle qui est toute Grandeur et toute Foi.

Parce qu’aussi elle est toute Charité.

A celle qui est toute Foi et toute Charité.

Parce qu’aussi elle est toute Espérance.

Amen. » 

Charles Péguy (1873-1914) – (Le Porche du mystère de la deuxième vertu)

Portrait-Charles-Peguy-1873-1914-ecrivain-poete-essayiste-francais-Lee-Leemage_1_730_590

Voici la Prière Mariale « Il y a des jours où les patrons et les saints ne suffisent pas ! » de Charles Péguy (1873-1914), écrivain, poète et essayiste français catholique également connu sous les noms de plume de Pierre Deloire et Pierre Baudouin, mort sur le champ de bataille de l’Ourcq en disant : « Oh mon Dieu ! Mes enfants ! » 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s