Les Ave Maria de Lourdes

L’Ave Maria de Lourdes

Lourdes_ASV_01

L’abbé vendéen Jean Gaignet (1839-1914) est auteur méconnu de l’« Ave Maria » L’  « Ave Maria » est l’un des trois chants catholiques les plus connus dans le monde entier avec « Minuit chrétiens » et « Il est né le divin enfant »

Cependant on ne sait  pas grand-chose de ce prêtre érudit et discret, mort un 1er février en 1914.

Composé en 1873, ce chapelet dédié à la Vierge Marie a été créé en deux temps. Jean Gaignet est professeur au grand séminaire de Luçon lorsqu’il crée le Salut d’arrivée, un cantique de huit couplets destiné aux pèlerins vendéens qui se rendent à la grotte de Lourdes. Sur place, le chant séduit de nombreux fidèles.

L’évêque de Luçon lui demande alors d’écrire une version longue. Jean compose 68 couplets qui décrivent toutes les apparitions de la Vierge.

Le succès est immédiat. Depuis, l’œuvre est devenue incontournable. Ses textes ont été réécrits en 1969, mais sans toucher au refrain, le fameux « Ave, ave, ave Maria ».

Mais qui était Jean Gaignet ? Un ecclésiastique érudit, indépendant et extrêmement dévot. Celui qui deviendra supérieur du Grand séminaire de Limoges entre 1885 et 1905 est décrit comme grand et costaud, austère mais bienveillant, ouvert d’esprit.

Il est fragile, aussi. Car il n’est pas au mieux, physiquement et moralement, lorsqu’il achève l’écriture de son cantique en 1873. Il se remet mal de la perte de ses deux frères, victimes de la guerre franco-allemande de 1870. « Il est allé un temps se reposer dans le Sud et s’est inspiré des airs qu’il y a entendus. »

Les mélodies ramenées de la Bigorre seront le socle de son inspiration. Dont il ne retirera aucune gloire.  En 1925, onze ans après sa mort, on pouvait mesurer à la fois la popularité de cette œuvre et la fierté de son origine à la lecture du bulletin diocésain de Luçon : « L’Ave Maria n’existerait pas sans Lourdes. Mais on peut dire que les pèlerins du monde ne sauraient imaginer Lourdes sans l’Ave Maria. »

 

ce-pretre-vendeen-qui-crea-lave-maria-de-lourdes

Le premier cantique composé en 1873

1 – Les saints et les anges
En chœur glorieux
Chantent vos louanges
Ô Reine des cieux.

Ave, Ave, Ave Maria (bis)

2 – Au salut du monde
Pour mieux travailler
Qu’une foi profonde
Nous aide à prier.

3 – Soyez le refuge
Des pauvres pécheurs
Ô Mère du Juge
Qui connaît nos cœurs

4 – Avec vous, ô Mère
Nous voulons prier
Pour sauver nos frères
Et les sanctifier

5 – Voyez la misère
De tous les humains.
Pitié douce Mère
Tendez leur la main.

6 – A l’heure dernière,
Fermez-nous les yeux ;
A votre prière
S’ouvriront les cieux

 

 

 

Les 60 couplets de l’Ave Maria de Lourdes  également composés mais remaniés en 1969 (il y en avait 68 à l’origine) par l’abbé Jean Gagnet : 

Tous les soirs, à Lourdes, la procession aux flambeaux égrène quelques strophes du cantique traditionnel. Son refrain est universellement connu et tous les pèlerins peuvent le chanter en chœur et en latin. Il n’en va pas de même pour les couplets. Les langues se succèdent. Il est bon qu’il en soit ainsi pour que chaque groupe ait la possibilité de chanter dans sa langue. Mais avec cette méthode, on dépasse rarement le premier couplet. Sauf le 18 février, quand la procession des Lourdais descend de l’église paroissiale jusqu’à la Grotte : c’est le temps nécessaire pour chanter les 60 couplets. Il vaut la peine de connaître les 60 couplets car ils racontent l’histoire et chantent la spiritualité de Lourdes. 

1 – Ô Vierge Marie Le peuple chrétien A Lourdes vous prie Chez vous il revient. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

2 – Chantons votre histoire Dans votre Cité Du haut de la gloire Daignez l’écouter. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

3 – Un jour Bernadette Ramasse du bois Avec deux fillettes Qui pleurent de froid. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

4 – Jusqu’à Massabielle L’enfant veut passer Mais elle est si frêle Comment traverser ? 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

5 – Un froid l’a saisie Un bruit la surprend Mais sur la prairie Ne souffle aucun vent. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria

6 – Le fond de la roche S’éclaire l’instant La Dame s’approche Fait signe à l’enfant. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

7 – La blanche apparence Paraît à ses yeux Comme une présence Qui parle de Dieu. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

8 – Avec la parure D’un lys immortel Elle a pour ceinture Un ruban du ciel. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

9 – Au pied de sa Mère L’enfant qui la voit Apprend à bien faire Le signe de croix. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

10 – Les grains d’un rosaire Courraient dans sa main Et de la prière Traçaient le chemin. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

11- Longtemps Bernadette Devant le rocher Joyeuse, répète Le chant de l’Ave. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

12 – Elle était si belle Comment la revoir ? De moi que veut-elle ? Comment le savoir ? 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

13 – Elle est revenue Sans dire son nom L’enfant tout émue A peur du démon. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

14 – D’un geste rapide L’eau sainte a jailli A l’enfant timide La Dame a souri. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

15 – « Vous êtes venue à Lourdes chez nous Pauvresse inconnue Qui suis-je pour vous ? » 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

16 – « Venez je vous prie Ici quinze fois Avec vos amies Entendre ma voix ». 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

17 – « Enfant généreuse Un jour, je promets De vous rendre heureuse Au ciel, à jamais ». 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

18 – La foule croyante Revient chaque jour De l’humble voyante Guettant le retour. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

19 – Ses yeux s’illuminent Son front a pâli Car elle devine Un monde infini.
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

20 – Le peuple fidèle Pressent qu’aujourd’hui Une ère nouvelle Commence pour lui. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

21- La Dame est partie Comment la revoir ? L’enfant éblouie Conserve l’espoir. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

22 – Deux fois la Bergère Revient pour prier: Aucune lumiére Au roc n’a brillé. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

23 – « On dit qu’à la Grotte J’ai tout inventé Ma mère sanglote On veut m’arrêter ». 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

24 – La Dame inconnue Bientôt réapparaît L’enfant à sa vue Retrouve la paix. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

25 – « Sachez que l’orage Un jour passera Que votre courage Plus fort reviendra ». 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria !

26 – L’enfant la supplie: « Que dit votre cœur? – Je veux que l’on prie Pour tous les pécheurs ». 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

27 – Avec insistance La Dame trois fois A dit : « Pénitence » Chrétien, c’est pour toi ! 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

28 – « Mangez l’herbe amère Qui sort du limon Et dans la poussière Courbez votre front ». 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

29 – « A cette fontaine Venez et buvez; Dans l’eau pure et saine Allez vous laver ». 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

30 – Le Gave est tout proche L’attire un instant Un signe à la roche Ramène l’enfant. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

31 – Tandis qu’elle creuse Bientôt elle voit Jaillir l’eau bourbeuse Du sol dans ses doigts. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

32 – Ô source de vie Qui rend la santé Fontaine bénie Comment te chanter ? 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

33 – « Je veux qu’ici même Au pied de ces monts Le peuple que j’aime Vienne en procession ». 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

34 – « Et qu’une chapelle Bâtie en ce lieu Aux hommes rappelle Qu’il faut prier Dieu ». 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

35 – « Allez dire aux prêtres Le vœu de mon cœur Allez le soumettre A votre pasteur ». 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

36 – Le prêtre réclame Un signe parlant : « Quelle est cette Dame ? Son nom, je l’attends ». 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

37 – « Demande pour gage A dit le pasteur Qu’au rosier sauvage Il pousse une fleur ». 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

38 – Avec un sourire Accueillant ce vœu La Dame veut dire : « Je donnerai mieux ». 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

39 – La terre est en fête Dieu vivant vient nous sauver; L’Eglise répète Le chant de l’« Ave ». 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

40 – Ô vous dont la terre Admire le don Quel est ce mystère De votre saint nom ? 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

41 – Trois fois la Bergère Refait humblement La même prière : La Dame l’entend. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria !

42 – Marie à la terre Livra son secret Par cette bergère Que tous ignoraient. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

43 – Vierge Immaculée En vous nous croyons Enfin révélée Par votre vrai nom. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

44 – Le cierge qui brûle Epargne ses doigts Survient l’incrédule Qui doute et qui croit. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

45 – La Vierge fidèle Revient mais se tait Elle est bien plus belle Alors que jamais. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

46 – Fidèle au message L’Eglise a parlé Rendant témoignage A la vérité 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

47 – « Marie est venue chez nous 18 fois L’enfant qui l’a vue Est digne de foi ». 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

48 – La foule innombrable Depuis ce grand jour Revient inlassable Chanter son amour. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

49 – La Grotte où l’on prie Dispense la paix C’est là que Marie Répand ses bienfaits. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

50 – On voit la fontaine Couler sans tarir Et la foule humaine Passer sans finir. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

51 – Aux grâces nouvelles Sachons obéir Car Dieu nous appelle A nous convertir. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

52 – On dit son rosaire On vit dans la foi Avec vous ô Mère On porte sa croix.
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

53 – Le Dieu qui pardonne Absout le pécheur La grâce rayonne Au nom du Sauveur. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

54 – Sans cesse ô Marie Au Christ menez-nous Le Dieu de l’Hostie Triomphe chez vous. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

55 – Nos croix sont bien lourdes Quand Dieu est lointain La grâce de Lourdes Est notre soutien. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

56 – Avec tous les nôtres Dans notre cité Soyons les apôtres De paix, d’unité 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

57 – Salut ô Marie Le fils du Dieu Saint Qui vous a choisie Bénit votre sein. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

58 – A l’heure dernière Pour nous les pécheurs Veuillez Sainte Mère Prier le Sauveur. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

59 – Ô Vierge Marie Vivons dans l’espoir Après cette vie Au ciel de vous voir. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

60 – Que votre louange Redise sans fin Le chant que l’Archange Apprit aux humains. 
Ave, Ave, Ave Maria ; Ave, Ave, Ave Maria ! 

 

 

 Version de l’Ave Maria également chanté à Lourdes pendant la procession mariale

 

  1. ô, Vierge Marie, le peuple chrétien,
    A Lourdes vous prie, chez vous il revient.

Ave. Ave, Ave Maria (bis)

  1. Le fond de la roche s’éclaire un instant :
    La Dame s’approche, fait signe à l’enfant

  1. «Venez, je vous prie, ici, quinze fois,
    Avec vos amies, entendre ma voix.»

 

  1. Avec insistance, la dame, trois fois,
    A dit «pénitence». Chrétien, c’est pour toi!

  1. À cette fontaine venez et buvez;
    Dans l’eau pure et Sainte allez vous laver.

  1. «Je veux qu’ici même, au pied de ces monts,
    Le peuple que j’aime vienne en procession.»

 

  1. «Et qu’une chapelle bâtie en ce lieu
    Aux hommes rappelle qu’il faut prier Dieu.»

  1. «Marie est venue chez nous, dix-huit fois;
    L’enfant qui l’a vue est digne de foi.»

  1. La grotte où l’on prie, dispense la paix;
    C’est là que Marie répand ses bienfaits.

  1. On voit la fontaine, couler sans tarir,
    Et la foule humaine passer sans finir.

  1. Aux grâces nouvelles, sachons obéir.
    Car Dieu nous appelle à nous convertir.

  1. La terre est en fête, Dieu veut nous sauver,
    L’Eglise répète le chant de l’Ave.
  2. Sans cesse, ô Marie, au Christ menez-nous,
    Le Dieu de l’Hostie triomphe en nous.

 

Procession-mariale

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s