« Dieu n’est pas conservateur ! » (Mgr Marty)

« Dieu n’est pas conservateur » (Mgr François Marty)

persévérer

« Dieu n’est pas conservateur » affirmait Mgr Marty en commentant les évènements de mai 68 en France, « Dieu est toujours jeune » dit comme en écho le Pape François en s’adressant aux jeunes d’aujourd’hui.

Deux phrases qui peuvent sonner comme des slogans publicitaires, mais qui pourtant pourraient bien nous faire réfléchir sur notre perception du monde, sur notre relation à l’Evangile qui est une Bonne Nouvelle ; et une bonne nouvelle est toujours par définition neuve, toujours à accueillir avec émerveillement, avec joie.

« Dieu n’est pas conservateur ! » car il ne passe pas son temps à regretter le « bon vieux temps » ou à se redire « c’était mieux avant ! ». Dieu ne regarde pas en arrière comme il ne rêve pas de revenir à un supposé âge d’or de la chrétienté. Il ne rêve pas du passé où tout le monde se pressait dans les églises plus par devoir que par une foi bien trempée ! Il ne rêve pas de nous voir partir en croisade pour faire entrer dans son église tous ceux qui ne croient pas en Lui (les athées, les mal croyants, les juifs, les musulmans et tous les autres). Dieu ne rêve pas de grandes batailles, de grands bûchers pour convertir les hérétiques ! Non ! Comme avec le peuple d’Israël Dieu prend son temps car pour Lui « mille ans son comme un jour » (Ps 90, 4) ; l’homme est pressé mais le temps  de Dieu n’est pas le notre : alors laissons Dieu être Dieu ! Il chemine encore à nos côtés comme le faisait Jésus avec ses disciples ; il nous accompagne sur nos errances et nous corrige tout à la fois mais avec patience se laissant accueillir à qui veut bien lui ouvrir mais sans effraction, en respectant toujours et toujours notre liberté : L’Esprit est comme le vent, « il souffle là, tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va » (Jn, 3, 8) dit Jésus à Nicodème. Dieu est comme le semeur qui sème son grain et qui attend que croisse la graine pour en récolter la moisson le jour venu.

« Dieu n’est pas conservateur ». Dieu ne rêve peut-être plus d’un monde recouvert d’un « manteau de cathédrales » où officient des ministres en chapes couvertes d’or. Dieu ne rêve pas d’églises remplies comme des salles de concert si nos prières sont récitées sans âme et sans amour, l’on laisse le pauvre qui a faim à la porte, si l’on ferme bien les portes pour rester entre gens de bonne compagnie pour empêcher l’étranger d’y entrer. « Ce peuple m’honore des lèvres mais son cœur est loin de moi » (Is 29, 13) se lamentait déjà le prophète Isaïe. Dieu veut que nous nous souvenions que nous devons être nous-mêmes  le temple où il puisse demeurer. Dieu nous veut avec un cœur remplit de miséricorde et les mains ouvertes. Peut-être même que Dieu ne veut plus habiter les belles demeures de jadis si l’on n’y voit qu’un patrimoine à conserver, si l’on n’y voit que de belles pièces de musées mais d’où il absent ! « Détruisez ce temple et en trois jours je relèverais » (Jn 2, 13-22)  disait Jésus en contemplant le Temple de Jérusalem : en effet, un jour viendra où Il n’y aura plus besoin de temples si grandioses soient-ils pour Le louer !

« Dieu n’est pas conservateur » car il modèle chaque jour l’homme « à son image, à sa ressemblance » en prenant la terre là où elle se trouve ! Parce qu’il sait l’homme aussi fragile qu’une jeune pousse, alors il prend le temps de l’arroser, le temps de la nourrir de sa Parole, le temps de la façonner de son Esprit ! Les hardes du passé seront toujours à jeter pour que naisse une création nouvelle, un ’homme nouveau. Sa Parole sera toujours une nouveauté autant qu’elle sera nourrie de Sa Parole : comme au temps de la Pentecôte nous entendrons cette Parole dans le langage d’aujourd’hui que cela soit en français, en latin, en arabe ou dans une autre langue ! Dieu serait-il devenu nostalgique tout d’un coup comme lorsque les pharisiens disaient « Voilà un langage nouveau ! »

« Dieu n’est pas conservateur » ni nostalgique du passé ! Dieu n’est pas nostalgique des grandes conquêtes du passé car son projet sur le monde n’est pas le notre et il ne nous appartient pas : il nous appelle sans cesse à la conversion, à la mission mais quand il le veut et comme il le veut Mais comme toujours il invite à aller de l’avant sans se retourner : « Nul qui a mis la main à la charrue et qui regarde en arrière, n’est propre au Royaume de Dieu » (Luc, 9, 62). Il nous invite seulement à la conversion. Il invite à aller porter la Bonne Nouvelle « Allez de toute les nations faites des disciples ; baptisez-les au nom du Père, du Fils, et du Saint-Esprit » (Mat 28, 19) Les plus grands missionnaires ne sont pas partis avec un glaive de fer à la main pour répandre cette parole, ils sont partis avec le glaive de la Parole toute empreinte de douceur et de miséricorde : ils ont évangélisés en soignant les corps, en nourrissant les corps et leur exemple à fait plus pour le Royaume qu’une armée.

« Car vos pensées ne sont pas pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, Dit l’Eternel.  Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, Et mes pensées au-dessus de vos pensées ». (Isaïe 55, 8-9)

« L’inquiétude est toujours vanité, parce qu’elle ne sert à rien de bon. Oui, même si le monde entier était jeté dans la confusion, ainsi que toutes les choses qu’il renferme, l’inquiétude à ce sujet serait vanité » (Jean de la Croix)

 

« Voici ma prière, je demande à Jésus de m’attirer dans les flammes de son amour, de m’unir si étroitement à Lui, qu’Il vive et agisse en moi. Je sens que plus le feu de l’amour embrasera mon cœur, plus je dirai : Attirez-moi, plus aussi les âmes qui s’approcheront de moi […], plus ces âmes courront avec vitesse à l’odeur des parfums de leur Bien-Aimé, car une âme embrasée d’amour ne peut rester inactive, sans doute comme sainte Madeleine elle se tient aux pieds de Jésus, elle écoute sa parole douce et enflammée. Paraissant ne rien donner, elle donne bien plus que Marthe qui se tourmente de beaucoup de choses et voudrait que sa sœur l’imite. […]. Un Savant a dit : « Donnez-moi un levier, un point d’appui, et je soulèverai le monde. » Ce qu’Archimède n’a pu obtenir parce que sa demande ne s’adressait point à Dieu […] les Saints l’ont obtenu dans toute sa plénitude. Le Tout-Puissant leur a donné pour point d’appui : Lui-même et Lui seul. Pour levier : l’oraison, qui embrase d’un feu d’amour, et c’est ainsi qu’ils ont soulevé le monde, c’est ainsi que les Saints encore militants le soulèvent et que jusqu’à la fin du monde les Saints à venir le soulèveront aussi ». (sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, Histoire d’une Âme, Manuscrit C, folio 36)

 

 « Père, l’heure est venue. Glorifie ton Fils afin que le Fils te glorifie.

 Ainsi, comme tu lui as donné pouvoir sur tout être de chair, il donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ.

Moi, je t’ai glorifié sur la terre en accomplissant l’œuvre que tu m’avais donnée à faire. Et maintenant, glorifie-moi auprès de toi, Père, de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde existe. J’ai manifesté ton nom aux hommes que tu as pris dans le monde pour me les donner. Ils étaient à toi, tu me les as donnés, et ils ont gardé ta parole.

Maintenant, ils ont reconnu que tout ce que tu m’as donné vient de toi, car je leur ai donné les paroles que tu m’avais données : ils les ont reçues, ils ont vraiment reconnu que je suis sorti de toi, et ils ont cru que tu m’as envoyé.

Moi, je prie pour eux ; ce n’est pas pour le monde que je prie, mais pour ceux que tu m’as donnés, car ils sont à toi. Tout ce qui est à moi est à toi, et ce qui est à toi est à moi ; et je suis glorifié en eux.

Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux, ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi. Père saint, garde-les unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes.

Quand j’étais avec eux, je les gardais unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné. J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu, sauf celui qui s’en va à sa perte de sorte que l’Écriture soit accomplie.

Et maintenant que je viens à toi, je parle ainsi, dans le monde, pour qu’ils aient en eux ma joie, et qu’ils en soient comblés. Moi, je leur ai donné ta parole, et le monde les a pris en haine parce qu’ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi je n’appartiens pas au monde.

Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais. Ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi, je n’appartiens pas au monde.

Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité.

De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde.

Et pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi. Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé.

Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes UN : moi en eux, et toi en moi. Qu’ils deviennent ainsi parfaitement un, afin que le monde sache que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé.

Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, ils soient eux aussi avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde.

Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont reconnu que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître, pour que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que moi aussi, je sois en eux. » (Jn 17, 1-26)

« Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps. » (Mt, 28, 20)

 

©Claude-Marie T.

22 septembre 2018.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s