Le Psaume 57

PSAUME 57

9a212662

Vraiment, vous bâillonnez la justice, vous qui jugez ! Est-ce le droit que vous suivez, fils des hommes ?

Mais non, dans vos cœurs vous commettez le crime ; sur la terre vos mains font régner la violence.

Les méchants sont dévoyés dès le sein maternel, menteurs, égarés depuis leur naissance ;

ils ont du venin, un venin de vipère, ils se bouchent les oreilles, comme des serpents

qui refusent d’écouter la voix de l’enchanteur, du charmeur le plus habile aux charmes.

 Dieu, brise leurs dents et leur mâchoire, Seigneur, casse les crocs de ces lions :

Qu’ils s’en aillent comme les eaux qui se perdent ! Que Dieu les transperce, et qu’ils en périssent,

comme la limace qui glisse en fondant, ou l’avorton qui ne voit pas le soleil !

Plus vite qu’un feu de ronces ne lèche la marmite, que le feu de ta colère les emporte !

Joie pour le juste de voir la vengeance, de laver ses pieds dans le sang de l’impie !

Et l’homme dira : « Oui, le juste porte du fruit ; oui, il existe un Dieu pour juger sur la terre. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s