Le nouveau défi des chrétiens d’Orient

Le nouveau défi des chrétiens d’Orient : d’Istanbul à Bagdad

Sébastien de Courtois

Paris, JC Lattès, 2009. 233 pages.

le-nouveau-defi-des-chretiens-d-orient (1)

 

« Après le récit de ces atrocités, je ne peux plus écouter les défenseurs de l’immobilisme de la même façon (…) Il est vrai que les causes se bousculent au portillon de l’indignation. Mais ce silence envers ceux dont nous avons été si proches frise l’indécence (…) Les chrétiens d’Orient n’ont pas le vent en poupe, avec leur encens et leurs dialectes antiques, tenus pour des réactionnaires dans nos pays, alors qu’ils sont à la pointe du progrès dans les leurs. J’aimerais voir les ardents partisans des grandes idées généreuses s’engager auprès des orientaux baptisés, lire des manifestes, signer des pétitions d’universitaires pour la défense des persécutés, ceci au nom des mêmes valeurs de liberté, de diversité et de tolérance, que l’on accore sans sourciller à d’autres causes »

Jeune français établi à Istanbul, Sébastien de Courtois a voulu partir à la rencontre des chrétiens d’Irak. Son livre est une sorte de récit de voyage, qui alterne la sténographie de ses conversations avec des chrétiens affrontés quotidiennement à la violence et à la peur et des réflexions personnelles sur le sort de ces communautés persécutées depuis si longtemps. Après s’être consacré à l’étude du sort – lors des massacres allant de 1895 à 1915 – des communautés syriaques de ces montagnes du sud-est de la Turquie et du nord de l’Irak qui furent si longtemps un havre pour les communautés minoritaires, l’auteur est allé à la rencontre de familles et de prêtres qui décrivent leur vie au jour le jour. Le défi de ces populations a toujours été le même : survivre en conservant leur foi et leur tradition dans une terre majoritairement musulmane et souvent disputée entre nations. Cependant jamais dans l’histoire le risque de disparition de ces communautés parlant encore une forme ancienne d’araméen n’aura été aussi grand, tant l’explosion de l’Irak en a fait des victimes, boucs émissaires de toutes les violences. L’auteur rend hommage au courage et à la foi d’une communauté qui se refuse à toute vengeance mais pleure de devoir quitter, pour assurer la survie de ses fils, une terre de si vieille tradition chrétienne. Ce témoignage de première main, recueilli tout récemment ne peut laisser indifférent.

Revue Etudes, juin 2010

 

SEBASTIEN DE COURTOIS

Sébastien de Courtois, né en 1974 à Montpellier. C’est un historien, un écrivain et un journaliste français spécialisé dans les minorités chrétiennes d’Orient.

Juriste de formation (Université Toulouse 1), il a travaillé dans un cabinet d’avocats à Londres Londres (Hobson & Hodley) puis à Paris (Sotheby’s). Au Sénat, il a été attaché parlementaire d’un élu représentant les Français de l’étranger (André Ferrand) entre 2002 et 2004. Après un DEA (Diplôme d’études approfondies) consacré aux minorités syriaques de l’Empire ottoman (Tur Abdin, Mardin, Mydiat et la Djézireh), Une communauté syriaque orthodoxe en danger à la fin de l’Empire ottoman (publié sous le titre : Le Génocide Oublié, Les Derniers Araméens, aux éditions Ellipses en 2002, il commence à écrire pour la presse, dont le Figaro Magazine qui publie ses premiers reportages.

Depuis cette rencontre avec le monde des chrétiens orientaux, il consacre ses travaux universitaires à l’étude des communautés de langue araméenne. Le Tur Abdin (La Montagne des Serviteurs de Dieu) devient un lieu de prédilection pour ses pérégrinations, une sorte de « seconde patrie », comme il l’écrit dans son Périple en Turquie Chrétienne (Presses de la Renaissance, 2009).

Sébastien de Courtois est doctorant depuis 2012 à l’EPHE (École Pratique des Hautes Études) affilié au GSRL (Groupe Sociétés, Religions, Laïcités) : Une communauté araméophone du sud-est de la Turquie, approches historiques et anthropologiques d’une situation identitaire complexe. Thierry Zarcone est son directeur de recherche.

Journaliste spécialisé sur la Turquie et le Moyen-Orient, il devient correspondant de presse à Istanbul, d’où il collabore à plusieurs magazines : « Le Point », Figaro MagazineLe Monde de la Bible.

Sébastien de Courtois est aussi écrivain dans le voyage, emmenant ses lecteurs sur les routes d’Orient et d’Afrique. Ses deux derniers ouvrages ont été remarqués par la critique : L’Éloge du Voyage, Sur les traces d’Arthur Rimbaud (Nil, 2013), Toison d’Or du livre d’aventure, et Un Thé à Istanbul, Récit d’une ville (Le Passeur, 2014).

Depuis 2008, il est co-directeur avec Patrick Blanc (Musée de l’Arles et de la Provence Antique) et Alain Desreumaux (CNRS) du projet de restauration de la mosaïque de l’église de Mar-Gabriel, un monastère syriaque situé dans le Tur Abdin, au sud-est de la Turquie.

Depuis 2007, il est membre de la Société des explorateurs français.

Depuis 2011, il est producteur et animateur de l’émission Chrétiens d’Orient sur France Culture. En 2014, il devient le président de l’association des Amis de la Cappadoce. Il est éditeur conseil pour les éditions du CERF sous la direction de Jean-François Colosimo.

 

Bibliographie

2015 : Sur les fleuves de Babylone, nous pleurions. Le crépuscule des chrétiens d’Orient, Stock, 2015, 186 pages.

2014 : Siméon de Bulgarie, Un destin singulier, Flammarion, 2014, Paris.

2014 : Un Thé à Istanbul, Récit d’une Ville, Le Passeur éditeur, 2014, Paris.

2013 : Éloge du Voyage, Sur les traces d’Arthur Rimbaud, NIL Éditions, 2013, Paris.

2011 : Süryaniler, Yapi Kredi Yayinlari, Istanbul (Traduction en turc de l’album texte/photos sur le Tur Abdin : Les Derniers Araméens).

2010 : La Turquie Biblique, Paris, Editions Empreinte- temps présent.

2009 : Le nouveau défi des chrétiens d’Orient, d’Istanbul à Bagdad, Éditions JC. Lattès, 240 p.

2008 : Périple en Turquie chrétienne, Presses de la Renaissance, 297 p. (Récit de voyage) 

2007 : Chrétiens d’Orient sur la route de la soie, dans les pas des Nestoriens, La Table Ronde, 365 p., dessins de Bertrand de Miollis. (Récit d’un voyage d’Istanbul à Pékin sur la trace des nestoriens) 

2004 et 2007 : Les derniers Araméens, le peuple oublié de Jésus, avec le photographe Douchan Novakovic, (réimpression en 2007). Album présentant la région syriaque de Tur Abdin, ou Tour Abdin, une montagne sainte dans le sud-est de la Turquie.

2002 : Lé génocide oublié, chrétiens d’Orient, les derniers araméens, Ellipses, (publication d’archives diplomatiques du ministère français des Affaires étrangères sur la période 1895-1914).

2001 : Une communauté syriaque orthodoxe en péril à la fin de l’Empire ottoman, mémoire de DEA soutenu à l’École pratique des hautes études, principale étude sur le monde syriaque de la fin du XIXè siècle au début du XXè siècle.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s