Le Psaume 72

PSAUME 72

les-nom-de-Dieu

 

Vraiment, Dieu est bon pour Israël, pour les hommes au coeur pur.

Un rien, et je perdais pied, un peu plus, et je faisais un faux pas ;

car j’étais jaloux des superbes, je voyais le succès des impies.

Jusqu’à leur mort, ils ne manquent de rien, ils jouissent d’une santé parfaite ;

 ils échappent aux souffrances des hommes, aux coups qui frappent les mortels.

Ainsi, l’orgueil est leur collier, la violence, l’habit qui les couvre ;

leurs yeux qui brillent de bien-être trahissent les envies de leur coeur.

Ils ricanent, ils prônent le mal, de très haut, ils prônent la force ;

leur bouche accapare le ciel, et leur langue parcourt la terre.

Ainsi, le peuple se détourne vers la source d’une telle abondance.

 Ils disent : « Comment Dieu saurait-il ? le Très-Haut, que peut-il savoir ? »

Voyez comme sont les impies : tranquilles, ils amassent des fortunes.

 Vraiment, c’est en vain que j’ai gardé mon cœur  pur, lavé mes mains en signe d’innocence !

Me voici frappé chaque jour, châtié dès le matin.

Si j’avais dit : « Je vais parler comme eux », j’aurais trahi la race de tes fils.

Longtemps, j’ai cherché à savoir, je me suis donné de la peine.

Mais quand j’entrai dans la demeure de Dieu, je compris quel serait leur avenir.

Vraiment, tu les as mis sur la pente : déjà tu les entraînes vers la ruine.

Comment vont-ils soudain au désastre, anéantis, achevés par la terreur ?

A ton réveil, Seigneur, tu chasses leur image, comme un songe au sortir du sommeil.

 Oui, mon cœur  s’aigrissait, j’avais les reins transpercés.

 Moi, stupide, comme une bête, je ne savais pas, mais j’étais avec toi.

Moi, je suis toujours avec toi, avec toi qui as saisi ma main droite.

Tu me conduis selon tes desseins ; puis tu me prendras dans la gloire.

Qui donc est pour moi dans le ciel si je n’ai, même avec toi, aucune joie sur la terre ?

Ma chair et mon cœur  sont usés : ma part, le roc de mon cœur, c’est Dieu pour toujours.

Qui s’éloigne de toi périra : tu détruis ceux qui te délaissent.

Pour moi, il est bon d’être proche de Dieu ; j’ai pris refuge auprès de mon Dieu pour annoncer les œuvres  du Seigneur aux portes de Sion.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s