Prier dans les tranchées

Les tranchées : un lieu de prière

 

« La Prière des Tranchées » 

 

ob_539372_christ-des-tranches (1)

Le soir tombe, semblable au-dessus des deux lignes  
Semblable de tendresse et de rédemption. 
Encore un jour passé que nous abandonnons 
Pour mieux aimer demain dont l’espoir nous fait signe. 
 
Le soir tombe, Seigneur. Sous sa feinte douceur 
Que cache-t-il, tendant la trame de son ombre ? 
Quel invisible doigt parmi nos rangs dénombre 
Ceux dont le dernier jour sera ce jour qui meurt ? 
 
Quels d’entre nous verront le prochain crépuscule ? 
Quels verront la Victoire et l’ultime combat ? 
Notre désir grandit, s’exalte, se débat, 
Et, douloureux se tend vers le but qui recule.  
 
Sans la flamme, Seigneur, les flambeaux ne sont rien. 
Nous sommes les flambeaux et vous êtes la flamme. 
Pour l’orgueil de nos cœurs, pour la foi de nos âmes, 
Seigneur, accordez-nous notre espoir quotidien. 
 
…Seigneur, vous n’avez pas exaucé nos prières. 
Voici les ciels de brume et d’immobilité ! 
Chaque jour alourdit le poids de nos misères 
Et nous doutons parfois, Seigneur, de la clarté.  
 
Où sont les fruits promis, les moissons et les roses ?  
L’hiver a poignardé la gloire du jardin. 
Aux espoirs abolis les granges se sont closes 
Et le vol des corbeaux insulte à nos destins.

…Pitié mon Dieu, pitié pour tous ceux qui fléchissent, 
Pour tous ceux qui n’ont plus la foi qu’il faut avoir. 
Plus pur est dans le cœur l’état du sacrifice 
Quand il ne s’est nourri qu’aux flambeaux du devoir. 
 
D’autres heures naîtront, plus belles et meilleures. 
La Victoire luira sur le dernier combat. 
Seigneur, faites que ceux qui connaîtront ces heures 
Se souviennent de ceux qui ne reviendront pas.  
 
Sylvain ROYÉ (1891-1916)

 

 

La tranchée, lieu de prière

ob_25ad18_1916-05-03-messedessoldatsbretons

Une exhortation à prier, par le Père Doncœur, à ses frères soldats.

 

«Pries-tu ?… Du fond du cœur ?.. Comme il le faut dans les terribles heures que nous vivons !

Avoue que tu passes facilement un jour sans prier, que souvent tu pries sans penser à rien, que souvent tu pries comme si cela t’était bien égal. Mais prie donc !

Prie le matin en sortant de ta paille. Tu n’y penses pas souvent ou tu te dis que tu n’en as pas le temps. Fais un bon signe de croix et dis : “Mon Dieu, je vous offre ma journée et je me confie à votre bont销 Et cours à la corvée qui t’appelle.

Prie le soir quand tu tombes éreinté dans ton abri sans te déséquiper. Tu n’en peux plus. Et dis-le donc : “Mon Dieu, je n’en puis plus, je vous offre mon travail et je m’endors dans vos bras”€. Et dors bien vite.

Prie quand tu es de garde la nuit, que tu t’ennuies parce que c’est long, et que le cafard te prend, et que la peur ou le froid te gèlent. Prends donc ton chapelet et dis-le dix fois jusqu’à ce qu’il ne tourne plus ; celui-ci pour ta femme et tes petits, celui-ci pour la France, celui-ci pour que la guerre finisse et celui-ci pour tes camarades tombés l’autre jour…

Et puis quand tu le peux, au cantonnement, tranquillement, monte à la vieille église sombre, va près de l’autel, et la tête dans tes mains, oublie tout le monde et prie avec ferveur, dans un recueillement intense. Dis à Dieu tes misères, tes tristesses, ton amour, tes désirs, tes besoins.

Dis-lui que tu t’offres à lui. Demande-lui qu’il vive en toi, qu’il te purifie ; qu’il te fortifie, qu’il te change, qu’il fasse de toi un chrétien solide, et qu’il te donne le bonheur de convertir ton camarade qui n’est pas venu mais qui viendra peut-être. Et demande-lui qu’il sauve le pays et ceci, et cela…

Il y a tant à demander !.. et tu ne pries pas ?… Mais prie donc !»

Paul Doncoeur (1880-1961), l’ aumônier militaire

produit_image4_12000_1355476580

Quand la guerre éclate en 1914, Paul Doncœur devient aumônier militaire aux 115e RI, 35e RI et 42e RI ; il participe aux batailles de la Marne, de l’Aisne, de Champagne et de Verdun. C’est à cette période que le Père Doncoeur, aidé d’ouvriers du bâtiment, construit une chapelle souterraine dans les grottes de Confrécourt.

Grièvement blessé dans la Somme, il guérit miraculeusement à Lourdes, ce qui lui permet de rejoindre ses régiments pour les combats de Reims, des Flandres et de la victoire de 1918. Sa bravoure, son abnégation, son courage et son dévouement pour assurer une sépulture chrétienne aux soldats morts au champ d’honneur lui vaudront une renommée immense : sept citations, la Croix de guerre, et il est fait Chevalier de la Légion d’honneur.

Après le conflit, il s’engage dans différentes actions afin «de reconstruire la chrétienté de la France, retrouver un christianisme intégral, pour que le sacrifice de la grande guerre ne soit pas inutile !». Parallèlement il anime la Ligue de la DRAC (Défense des Religieux Anciens Combattants).

En effet, de novembre 1918 à septembre 1919, le Père Doncoeur accompagné d’une équipe de soldats arpente les différents champs de bataille pour assurer à tous les soldats une sépulture descente. C’est en 1919, que cette équipe de volontaire crée le Calvaire des Wacques à Souain. Cette initiative est soutenue et encouragée par le Général Baston de la 14e division d’infanterie.

Le 25 novembre 1921, promu Officier de la Légion d’Honneur, il est décoré sur le front des troupes dans la cour d’honneur des Invalides.

Moins de trois ans plus tard, le nouveau président du conseil, Edouard Herriot, annonce, le 2 juin 1924, la reprise de l’expulsion des congrégations, la suppression de l’ambassade auprès du Saint-Siège et l’application de la loi de séparation de l’Église et de l’État à l’Alsace et à la Moselle.

En réponse à ces annonces, deux mois plus tard, la Ligue des droits du religieux ancien combattant est fondée et, en octobre, Paul Doncœur publie une lettre ouverte au Président Herriot « Pour l’honneur de la France, nous ne partirons pas ».

Et le Président Herriot abandonna son projet.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s