Le Psaume 126

PSAUME 126

6PhtbxKYLWcs9mBSuNI4JBKI_m4

 Si le Seigneur ne bâtit la maison, les bâtisseurs travaillent en vain ; * si le Seigneur ne garde la ville, c’est en vain que veillent les gardes.

 En vain tu devances le jour, tu retardes le moment de ton repos, + tu manges un pain de douleur : * Dieu comble son bien-aimé quand il dort.

Des fils, voilà ce que donne le Seigneur, des enfants, la récompense qu’il accorde ; *

comme des flèches aux mains d’un guerrier, ainsi les fils de la jeunesse.

Heureux l’homme vaillant qui a garni son carquois de telles armes ! * S’ils affrontent leurs ennemis sur la place, ils ne seront pas humiliés.

1ps_126_dieu_comble_son_ba_qd_il_dort-1766d-d2af9

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s