Le Psaume 136

PSAUME 136

image (2)

Au bord des fleuves de Babylone nous étions assis et nous pleurions, + nous souvenant de Sion ; *

 aux saules des alentours nous avions pendu nos harpes.

C’est là que nos vainqueurs nous demandèrent des chansons, + et nos bourreaux, des airs joyeux : * « Chantez-nous, disaient-ils, quelque chant de Sion. »

 Comment chanterions-nous un chant du Seigneur + sur une terre étrangère ? *

Si je t’oublie, Jérusalem, que ma main droite m’oublie !

Je veux que ma langue s’attache à mon palais + si je perds ton souvenir, * si je n’élève Jérusalem, au sommet de ma joie.

 [Souviens-toi, Seigneur, des fils du pays d’Édom, + et de ce jour à Jérusalem * où ils criaient : « Détruisez-la, détruisez-la de fond en comble ! »

O Babylone misérable, + heureux qui te revaudra les maux que tu nous valus ; *

heureux qui saisira tes enfants, pour les briser contre le roc !]

pm-50914-large

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s