La fuite en Egypte de la Sainte Famille

 

La Fuite en Égypte

59

Après la visite des bergers, celle des images Marie, Joseph et l’enfant Jésus sont restés à Bethléem. Ils veulent restés un peu seuls avec l’enfant, ils voudraient retrouver le calme après toute cette agitation autour du nouveau-né. S’ils savaient au fond de leur cœur que cet enfant n’était pas comme les autres, ils n’imaginaient pas que leur vie serait à ce point bouleversée. Ils savent bien que cet enfant est venu dans ce monde : ils se remémorent les paroles qu’ils ont entendues de la bouche de l’ange.

Marie se souvient  de ces paroles : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu (Luc 1, 35)

Joseph aussi médite en silence ce qu’il a entendu dans son sommeil : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »(Matthieu 1, 21-22).

Dans le silence de leur maison, tous les deux ils contemplent cet enfant qui leur donné pour apporter la consolation d’Israël mais ils ignorent tout de la manière dont cela se fera. Alors pour l’instant ils reprennent leur vie quotidienne  et faire ce que tous les parents du monde font pour un nouveau né !

Mais voilà qu’une nuit alors que Joseph dormait sans doute profondément l’ange du Seigneur vient et lui dit : « Prends l’enfant et sa mère, fuis en Egypte car Hérode recherche l’enfant pour le faire périr ! » Alors Joseph se lève dans la nuit, il réveille Marie et lui dit ce qu’il faut faire suite à cette annonce. En hâte ils rassemblent quelques affaires : comme ils n’ont pas grand-chose à emporter le balluchon est vite fait ! Comme tous ceux qui fuient la guerre, les persécutions Joseph et Marie n’emportent que le nécessaire ! Les pauvres dans ces cas-là n’emportent guère de richesses, rien que le nécessaire pour la route.

8768560-13862940

Alors Joseph prends l’âne, y installe Marie et l’enfant ainsi que de maigres affaires. Et les voilà partis une nouvelle fois sur les routes, sur de mauvaises routes. Et cela représente environ 600 kilomètres ; à cette époque cela représente un long voyage car il n’y a ni route goudronnées, ni voiture ni avion ! Alors tout au long de ce périlleux et fatigant voyage ils se rappelleront les étapes parcourus par leur peuple : le séjour de Joseph, l’arrivée de Jacob en terre d’Egypte, le long temps d’esclavage, l’esclavage et la délivrance du peuple par Moïse. d’Egypte à la terre.

Malgré leur inquiétude, malgré toutes les fatigues et les incertitudes du lendemain il y a une promesse que Marie et Joseph doivent sans doute murmurer dans leur cœur : « D’Egypte j’ai appelé mon fils ! »(Osée 11,1).

Le périple égyptien

Selon la tradition, la première halte de la Sainte Famille a eu lieu dans la ville de Farma, à l’est du Nil. Puis ils auraient continué jusqu’à Mostorod, un village au nord du Caire. La tradition raconte qu’après leur passage, une source aurait jailli près de la ville. Ils se sont ensuite arrêtés à Sakha, où l’église de la Sainte Famille garde encore aujourd’hui une pierre ayant conservé l’empreinte de pas de l’Enfant-Jésus.  

Puis ils se sont dirigés vers Wadi El Natroun, avant de s’arrêter aux portes du Caire. Ici, un arbre les aurait protégé du soleil. Lors du voyage, ils auraient vraisemblablement vu les anciennes pyramides d’Égypte. Peut-être se sont-ils même arrêtés pour les contempler.

La Sainte Famille s’est ensuite rendue au Vieux Caire, puis s’est dirigée vers le sud pour arriver dans la région de Maadi, où ils ont embarqué sur un petit bateau en direction de Deir El Garnous et de Gabal Al-Teir.

Leur séjour le plus long en Égypte était à Gabal Quoskam. Ils seraient restés ici environ six mois. Avant de rentrer chez eux, ils auraient fait une dernière halte à Assiout. Le peuple copte est très fier de ce chapitre spécial de la vie de Jésus et conserve une dévotion très forte à la Sainte Famille, qui a voyagé et vécu parmi eux durant les premières années de la vie de Jésus.

©Claude-Marie T.

Pyramides-GEO-Ado-2016

*******************************************************************

 

« Après [le départ des mages], voici qu’un ange du Seigneur apparut à Joseph pendant son sommeil, et lui dit :   « Lève-toi, prends l’Enfant et sa mère, fuis en Egypte et restes-y jusqu’à ce que je t’avertisse ; car Hérode va rechercher l’Enfant pour le faire périr.  »
Joseph se leva, et la nuit même, prenant l’Enfant avec sa mère, il se retira en Egypte. Et il y resta jusqu’à la mort d’Hérode, afin que s’accomplît ce qu’avait dit le Seigneur par le Prophète : « J’ai rappelé mon fils d’Egypte.  »
Alors Hérode, voyant que les Mages s’étaient joués de lui, entra dans une grande colère, et envoya tuer tous les enfants qui étaient dans Bethléem et dans les environs, depuis l’âge de deux ans et au-dessous, d’après la date qu’il connaissait exactement par les Mages.
Alors fut accompli l’oracle du prophète Jérémie disant :
Une voix a été entendue dans Rama, des plaintes et des cris lamentables : Rachel pleure ses enfants ; et elle n’a pas voulu être consolée, parce qu’ils ne sont plus.

Hérode étant mort, voici qu’un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph dans la terre d’Egypte, et lui dit :   « Lève-toi, prends l’Enfant et sa mère, et va dans la terre d’Israël, car ceux qui en voulaient à la vie de l’Enfant sont morts.  »
Joseph s’étant levé, prit l’Enfant et sa mère, et vint dans la terre d’Israël. Mais, apprenant qu’Archélaüs régnait en Judée à la place d’Hérode, son père, il n’osa y aller, et, ayant été averti en songe, il se retira dans la Galilée et vint habiter une ville nommée Nazareth, afin que s’accomplît ce qu’avaient dit les prophètes :  «Il sera appelé Nazaréen ». 

 

(Matthieu 2, 13-23)

fuiteenEgypte-Millet250

 

*******************************************************************

La Fuite en Égypte et le massacre des Innocents sont racontés dans un passage de l’Evangile selon Matthieu (Mt 2, 13-23) qui forme une unité rédactionnelle.

Les deux textes font partie du Sondergut de cet évangile.

Selon Matthieu, le roi Hérode Ier envoya tuer tous les enfants de moins de deux ans qui se trouvaient dans la ville. Joseph, prévenu par un songe, s’enfuit avec l’enfant Jésus et sa mère en Egypte, où ils restèrent jusqu’à la mort d’Hérode. Cependant, comme le fils d’Hérode, Archélaüs,  régnait sur la Judée à la suite de son père, Joseph s’installa avec sa famille à Nazareth en Galilée.

Le texte

 « Mais, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin. Après leur départ, voici que l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu’à ce que je t’avertisse, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr. » Joseph se leva ; dans la nuit, il prit l’enfant et sa mère, et se retira en Égypte, où il resta jusqu’à la mort d’Hérode, pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : D’Égypte, j’ai appelé mon fils. » (Math 2, 12-15)

Traditions

Le chemin parcouru selon la tradition chrétienne s’appelle le Chemin de la Sainte Famille, et est en passe d’être reconnu au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.

itineraire

******************************************************************

 

Période romaine de l’Égypte

empire-romain-carte

L’Égypte dans l’Empire romain, vers 120

L’Egypte est sous la domination romaine en – 30. Elle conserve un statut particulier durant tout l’Empire romain. Le pays reste un des principaux greniers à pour Rome, ainsi que la source de matériau utilisés à Rome tels que le granite, extrait du Mont Claudianus et le porphyre, extrait du Mons Porphyrites, qui transitaient via Coptos. La religion égyptienne continue de rayonner dans l’ensemble du bassin méditerranéen. Le pays bénéficie de la Pax Romana pendant plusieurs dizaines d’années.

Histoire

Après la mort de Cléopatre VII, l’Égypte devient une province de l’Empire romain, gouvernée par un préfet choisi par l’empereur, et non par un gouverneur de l’ordre sénatorial. L’héritage des Ptolémées d n’est cependant pas totalement effacé : le grec reste une langue courante dans l’administration. Il n’y a pas de colonisation massive de l’Égypte par les Romains. Ces derniers respectent et même adoptent le panthéon et le culte égyptiens, même si le culte de l’empereur et de Rome est progressivement introduit.

Les premiers préfets romains en Égypte :

Gaius Conellius Gallus ;

Gaius Aelius Gallus

Gaius Petronius.

Après la destruction du temple de Jérusalem par les Romains en 70, Alexandrie en  devient l’un des grands centres d’immigration et d’études juives. Sous Trajan, , une révolte des Juifs d’Alexandrie entraîne la suppression de leurs privilèges.

Hadrien visite plusieurs fois l’Égypte et fonde la ville d’Antinoupolis, en mémoire de son jeune amant Antinoüs qui s’était noyé dans le Nil, qu’il relie au port de Bérénice sur la Mer Rouge. Sous Marc-Aurèle, une importante révolte éclate, attribuée aux boukoloi, les bouviers du delta du Nil. Cette révolte trouve sans doute ses causes en partie dans les difficultés que connaît la province. Les crues du Nil ont été faibles, l’épidémie dite de la « peste antonine » touche la province et l’on assiste à la fuite de nombreux paysans face aux exigences fiscales. La révolte éclate vers 169 et semble culminer en 172,  elle fut suivie de plusieurs répressions de la part des Romains, mais aussi d’une remise d’impôt. On a pu voir dans cette période la fin de la prospérité égyptienne. En 175, Avidius Cassius, qui a dirigé les forces romaines durant la révolte, se déclare lui-même empereur et est reconnu par les armées de Syrie et d’Egypte. L’usurpateur est finalement abattu, et l’empereur rétablit la paix après une visite à Alexandrie. Une autre révolte éclate en 193 lorsque Pescennius Niger est proclamé empereur à la mort de Pertinax. Plus tard, l’empereur Septime Sévère donne une constitution à la ville d’Alexandrie.

L’empereur Caracalla (2011 à 217) accorde la citoyenneté romaine aux Égyptiens libres, comme à tous les habitants de l’Empire.

Le IIIè siècle  est marqué par une série d’usurpations et de guerres, en Égypte comme dans l’ensemble de l’Empire romain. Entre 270 et 272, la reine de Palmyre, Zénobie domine l’Égypte à la suite d’une invasion rapide. Deux généraux basés en Égypte, Probus et Domitius Domitianus, mènent des révoltes et deviennent empereurs. L’empereur Dioclétien reprend l’Égypte en main, et réorganise la province à la fin du IIIè siècle.

Les empereurs romains

À la chute des Ptolémées, les traditions égyptiennes sont restées en usage et la religion pharaonique est toujours respectée du pharaon Djéser à l’empereur Hadrien.

Si l’Égypte est importante aux yeux des Romains, c’est avant tout parce que le pays, avec la Tunisie, est le grenier à blé de l’empire. L’Égypte appartient personnellement à l’empereur et non au Sénat. L’époque romaine est une période assez honteuse pour les Égyptiens, considérés comme des personnes de basse catégorieIls endurent des conditions de vie difficiles.

Des temples sont construits, ou bien les Romains embellissent ou achèvent les temples commencés par les Ptolémées. L’art de cette époque est grossier et sans comparaison avec l’époque deSéthi. Ainsi sont construits la ville d’Antinoupolis, par le romain Hadrien, , le kiosque de Trajan à Philae, le temple de Dendérah, embelli par Auguste, plusieurs mammisi. etc.

Le pharaon est le fils des dieux, sans lequel il n’y a que désordre en Égypte. L’empereur romain va se représenter, comme les Ptolémées, à la mode égyptienne, il doit se soumettre spirituellement au peuple, dont il se moque bien de respecter la tradition, hormis quelques exceptions.

En 215, les massacres d’Alexandrie de Caracalla déciment une part importante de l’élite grecque d’Alexandrie.

Après 391, date de fermeture des temples païens, de grands bouleversement religieux apparaissent : le christianisme prend son essor, mais ne séduit vraiment le pays qu’à partir du Vè siècle siècle voire du VIè siècle.

L’Empire romain d’Occident s’effondre en 476, date de l’abdication de Rolulus Auguste. Il ne reste alors que celui d’Orient dont le centre est Byzance ou Constantinople, civilisation mêlant tradition grecque et romaine, bien qu’une tendance orientale se forme définitivement à partir du VIIè siècle.

L’Égypte est alors dirigée par un préfet envoyé par Byzance, qui gouverne depuis Alexandrie.

Après la fin du culte d’Isis sur Philæ, la civilisation égyptienne meurt, son histoire tombe dans l’oubli. La redécouverte de cette période faste de l’Égypte pharaonique ne se fit qu’après l’expédition d’Egypte de Bonaparte, accompagné de nombreux scientifiques et archéologues en 1798.

Image1_7201817145630 (1)

Hier comme aujourd’hui

65886_migrants-famille-ombre

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s