La vie religieuse en Israël au temps de Jésus

  1.  Les 4 grandes Organisations Religieuses juive à l’époque de Jésus selon Flavius Josèphe

800px-Psalms_Scroll

Josèphe écrit qu’il y avait en Palestine vers l’an + 6 : quatre grandes Organisations religieuses :

  1. les zélotes – 2. les saducéens – 3. les pharisiens – 4. les esséniens

 
1 – Les Zélotes. Nous avons vu précédemment la naissance du mouvement zélote, une secte de partisans filiale du mouvement pharisien qui était né durant la guerre des Macchabées contre les syro-grecs. Encore plus radicale que la précédente cette secte puisait sa force dans la doctrine religieuse en utilisant souvent des méthodes fanatiques individuelles ou de guérillas, se déplaçant d’un maquis à l’autre. On appelait souvent leurs extrémistes intégristes des sicaires du nom des petits couteaux recourbés dont ils se servaient pour assassiner leurs victimes dans le dos !

pugio Portogruaro
2 – Les Saduccéens. Ils formaient l’élite de la haute société juive composée essentiellement de familles aristocratiques qui honoraient souvent l’argent plus que la religion. Comme ils croyaient que Dieu est incapable de faire du mal, il ne prend pas garde à celui que les hommes font! Ils sont persuadés que les âmes meurent avec les corps et qu’il n’y a pas de vie éternelle ! Il faut donc bien vivre sur la Terre à condition d’observer la loi. Malgré leur nombre réduit, ils formaient un groupe très représentatif dans le Sanhédrin où rien ne pouvait se faire sans leur accord mais en aucun cas le peuple n’aurait souffert qu’ils n’entravent les principes des pharisiens.

Vous-Pharisiens...hypocrites
3 – Les Pharisiens. Ils prennent tous les versets de la LOI à la lettre et s’attachent obstinément à ce qu’ils veulent entreprendre. Ils honorent tellement les vieillards qu’ils n’osent pas les contredire. Ils attribuent au destin tout ce qui arrive, sans toutefois ôter à l’homme le pouvoir d’y consentir, en sorte que si tout se fait selon les ordres de Dieu, il dépend néanmoins de notre volonté de choisir entre le bien et le mal.

pharisiens2

Ils croient que les âmes sont immortelles et que dans l’autre monde elles seront jugées en fonction de leurs fautes ou de leurs mérites récompensés ou punis. Ils admettent aussi que certaines âmes peuvent être soit retenues prisonnières ou revenir dans un autre corps !

Exemple: les paroles des pharisiens à l’aveugle-né (guérit par Jésus UN JOUR DE SABBAT :

 » tu es né tout entier dans le péché  » et tu nous enseignes ? Comment un nouveau-né pouvait-il naître tout entier dans le péché ? Ils faisaient bien ici allusion aux péchés d’une vie précédente !

Jésus leur reprocha aussi souvent leur suffisance et leur arrogance, leur interprétation exagérée des règles de la dîme et celles du sabbat. Il leur reprocha leurs habits de luxe, leur manque de charité vis à vis des étrangers ou des gens de modestes conditions, l’usage des esclaves et leur esprit borné concernant ceux qu’ils  » jugent impurs  » : les collecteurs d’impôts, les étrangers à leur nation, les morts, le contact avec le sang, la mise à l’écart des gens malades et celle des samaritains qu’ils accusent d’être des possédés des démons etc…

Il leur reprochera encore leur égotisme, leur manière de donner leur aumône, leur maquillage pour indiquer les moments où ils jeûnent, leurs préjugés qui condamnent sans espoir de pardon et leur besoin d’être assis aux premières places d’honneur etc…

Et c’est parce qu’ils voudront trouver des failles dans l’enseignement du Christ qu’ils le suivront partout où il ira, ils noteront toutes ses paroles en espérant y trouver le moindre prétexte pour l’accuser et justifier leur intention préméditée de le condamner à mort rapidement.

Lorsqu’on sait que Flavius Josèphe a adhéré à cette secte à l’âge de dix neuf ans on comprend pourquoi il attaque les fils de Sadoc mais il persistera à conserver une image respectable des pharisiens.

(4)  54.  Les Esséniens ou MOINES de la MER MORTE

mer-morte-manuscrits-1021x580

Flavius semble très impressionné par leur règle, leur mode de vie, leur intégrité, leur détachement absolu aux biens matériels, leur obéissance à leur grand Maître, leur esprit de communauté et leur recherche d’un MONDE de lumière et de vérité.

Fondé vers l’an -150 lors de l’invasion d’Antioche Epiphane, 30 ans plus tard le mauvais roi Alexandre Jeannée entra en conflit avec les gardiens de l’Alliance qui lui reprochaient son attitude indigne d’un Grand Prêtre. Il fit exécuter leur Grand Maître, ils restèrent alors à Damas jusqu’en -63 puis revinrent à leur Maison-mère de Qumrân.

leur Habitat :

leur nombre dans une maison dépasse rarement les cent membres. L’ensemble de leur Ordre comportait environ quatre mille moines. Et comme leur Maison Mère était à Qumrân au bord de la Mer Morte on les appela souvent les Moines de la Mer Morte ou Esséniens.

ils se distinguent en quatre classes dont celle des plus jeunes a un tel respect des anciens qu’ils se sentent obligés de se laver s’il leur arrive de toucher un confrère très âgé. Ils n’admettent pas l’esclavage puisque Dieu a créé tous les hommes égaux.

leur seule occupation est de cultiver la terre et de prier ou de chanter les louanges du Seigneur le jour et même à certaines heures de la nuit.

 
 concernant les nouveaux membres :

ils doivent renoncer à tout leur patrimoine personnel et le donner à la communauté en faisant voeu de pauvreté et promettre de vivre dans un détachement complet pour tout partager avec leurs frères. Leurs biens appartiendront à la communauté et seront gérés par des économes et gens de biens

un postulant à la vie religieuse doit vivre un an en dehors de la communauté avec les mêmes habits dont une tunique blanche et une pioche qu’il emporte avec lui pour enterrer ses selles. Il ne mange pas avec les anciens et doit se laver comme eux à l’eau froide.

un novice n’a pas accès non plus au réfectoire commun durant ses deux années de mise à l’épreuve. Son admission au réfectoire commun est la preuve qu’il a subi avec succès toutes les épreuves et peut désormais s’asseoir avec ses frères, après avoir  » solennellement promis  » d’honorer Dieu et de le servir de tout son coeur, d’observer la justice envers les hommes et de ne jamais faire de mal à personne, même si on le lui ordonnerait. Qu’il aura un amour inviolable pour la vérité et reprendra sévèrement les menteurs. Qu’il partagera avec ses frères tous les mystères de la religion mais n’en révélera rien aux autres (!), même si on le menaçait de mort. Enfin qu’il n’enseignera que la doctrine qui lui a transmise et qu’il conservera soigneusement et avec respect les livres et les noms de l’Ordre.

la manière de vivre essénienne :

Flavius écrit que leur manière de vivre est semblable à celles dont vivent les Plistes parmi les Daces.

Ils rejettent le mariage, mais comme on a trouvé près de Qumrân un cimetière contenant des ossements féminins il n’est pas exclu que des femmes les assistaient aux travaux ménagers ou qu’une communauté féminine séparée existait à proximité de leur monastère.

Ils ne peuvent donc pas avoir d’enfants mais ils instruisaient ceux qu’on envoyait chez eux.

Ils méprisent les richesses et partagent tous les biens matériels entre chaque membre de la communauté.

Ils font des prières avant le lever du soleil, puis ils s’en vont travailler chacun à leur ouvrage selon qu’il leur a été commandé.

A onze heures ils se lavent à l’eau froide dans leur cellule, puis ils vont au réfectoire en habit sacré où un sacrificateur prononce une prière et un sacrificateur bénit les viandes, puis il mangent en silence pendant que l’un d’eux lit à voix haute des textes choisis. A la fin du repas on chante une louange à Dieu pour le remercier de ses libéralités. Puis les moines quittent leur habit sacré pour se mettre en tenue de travail. Le soir, ils font la même chose en invitant à leur table des hôtes qui sont de passage.

Ils sont toujours très sobres et ne mangent que la nourriture dont leur corps à besoin. Ils vivent dans le silence et lorsqu’ils sont ensembles se déplacent en rang en disant des prières.

lorsqu’ils sont dix ensemble personne n’ose parler d’un thème si les neuf autres ne l’approuvent.

Ils doivent à leur supérieur une obéissance absolue et ils ont pour règle d’assister bénévolement les pauvres et de soigner les malades.

Ils punissent de mort ceux qui outragent Dieu en parlant de lui avec mépris. Et lorsqu’ils doivent faire un voyage ils ne portent autre chose que des armes pour se défendre des voleurs.

la conviction spirituelle essénienne :

Ils observent le sabbat plus strictement que tous les autres juifs en cuisant leur viande la veille, et n’osent même satisfaire aux nécessités de la nature même s’ils y sont contraints. Aux autres jours ils font leur besoin dans un lieu écarté dans un trou qu’ils recouvrent de terre comme s’il s’agissait d’une impureté !

Ils ne vont pas au temple mais ils y envoient leurs offrandes de céréales sans sacrifices sanglants. Ils préfèrent assister aux cérémonies qu’ils célèbrent entre eux dans leur temple privé.

Ils étudient avec soin tous les écrits anciens concernant leur religion, la médecine, les plantes, les pierres et les métaux.

Ils croient en une vie meilleure et que nos corps sont mortels et corruptibles. Par contre ces corps contiennent une substance aérienne immortelle qui dès que la mort les délivre s’élève dans l’air et s’envole avec joie dans une région où il n’y a pas d’excès de températures mais où règne un doux zéphyr et des parfums délicats. Tandis que les âmes des méchants vont habiter dans des lieux glacés et agités par de continuelles tempêtes et gémissent éternellement dans des peines infinies.

qumran
Hérode le grand et les Esséniens

 
Il y avait en Palestine un Essénien nommé MANAHEM qui menait une vie si vertueuse qu’il avait reçu de Dieu le don de prédire les choses futures. A l’époque où Hérode était encore très jeune, il était entrain de jouer avec ses camarades lorsque Manahem l’interpella et lui annonça qu’il régnerait un jour sur les juifs !

Hérode crut qu’il se moquait de lui et lui répondit qu’il était évident que par sa naissance il ne pouvait espérer un tel honneur !

Manahem lui dit en souriant en tapant légèrement sur son épaule :

 » Je vous l’ai dit et je vous le dis encore, vous serez ROI et vous régnerez heureusement parce que Dieu le veut ainsi. Souvenez vous alors de ce que je vous ai dit, afin de vous représenter en esprit les divers changements de la fortune. Et n’oubliez jamais qu’un roi doit avoir continuellement devant les yeux la piété que Dieu lui demande, la justice qu’il doit rendre à tout le monde et l’amour qu’il est obligé d’avoir pour ses sujets.

Mais je sais que vous ne le ferez pas lorsque vous serez arrivé à un si haut degré de puissance. Car autant vous serez heureux dans tout le reste et digne de la gloire immortelle, autant vous serez malheureux par votre impiété envers Dieu et par votre injustice envers les hommes. Mais vous ne vous déroberez pas à la vue du Souverain Maître de l’Univers, qui pénétrera vos pensées les plus secrètes et vous fera éprouver sur la fin de votre vie les effets de sa colère. « 

Longtemps plus tard lorsque Hérode fut Roi, il convoqua Manahem pour lui demander s’il régnerait dix ans ? Il répondit plus de trente ans! Depuis Hérode traita toujours avec estime tous les Esséniens.

vue-globale-du-temple_3868bb2fc5478192f9f742f82adb4da76c9cf7b2

http://www.historel.net/flavius/herode6.htm

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s