L’ETAT DES EMIRATS ARABES UNIS

ETAT DES EMIRATS ARABES UNIS

 

emirats_arabes_unis_cle87ae75.jpg

 

Présentation du pays

Nom officiel : Etat des Emirats arabes unis
Nature du régime : émirat, Etat fédéral, chaque émirat est gouverné par un émir, le pouvoir est héréditaire.
Chef de l’Etat : Cheikh Khalifa Bin Zayed Al Nahyan, Président de la Fédération et Emir d’Abou Dabi (depuis le 2 novembre 2004).

 Données géographiques

Superficie : 82.880 km² 
Capitale : Abou Dabi (capitale fédérale)
Emirats : Abou Dabi, Dubaï, Charjah, Oumm al Qaïwaïn, Ajman, Ras el Khaïmah, Fujaïrah.
Villes principales : Dubaï (2.75 millions), Charjah (1.24 million), Abou Dabi (1.3 million)
Langue officielle : arabe
Autres langues : anglais, hindi, ourdou, tagalog, persan
Monnaie : Dirham émirien (1 AED = 0,23 euros en octobre 2018) 
Fête nationale : 2 décembre (création de la Fédération en 1971)

 Données démographiques

Population : 10.1 millions d’habitants en 2017 (dont 12% de nationaux)
Densité : 48 hab/km² 
Taux de croissance de la population : 1.4 % (2017)
Espérance de vie à la naissance : 77 ans 
Taux d’alphabétisation : 93% 
Religions : musulmans 76% (sunnites : 85% ; chiites : 15% ; islam : religion officielle), chrétiens (9%) autres 15%
Indice de développement humain : 0,86 – 46ème rang mondial (2017)

Données économiques
(sources : FMI, DGT, BM)

PIB (2017) : 377 milliards de dollars 
PIB par habitant (2018) : 37.226 dollars par habitants
Taux de croissance (2017) : 0.5% 
Taux de chômage (au sens du BIT) (2016) : 14%
Principaux clients : Japon 14,8%, Iran 11,4%, Inde 9,6%, Corée du Sud 5,7%, Chine 5,5%, Singapour 5,4%, Thaïlande 4,5%
Principaux fournisseurs : Chine 15,7%, Inde 13,4%, Etats-Unis 8,9%, Allemagne 5,3%
Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (2017) :

agriculture : 1 %

industrie : 44.6%

services : 54.7%

Exportations françaises vers les Emirats arabes unis (2017) : 3.4milliards de dollars
Importations françaises depuis les Emirats arabes unis (2017) : 1.1 milliard de dollars
Communauté française : près de 30.000 Français sont établis aux Emirats

Eléments d’actualité

 

Politique intérieure

Fondée le 2 décembre 1971 lors du départ des Britanniques, la Fédération des Emirats arabes unis est constituée de sept émirats (dominés par ceux d’Abou Dabi et de Dubaï). Un Conseil suprême réunit les sept émirs. Le Conseil national fédéral, composé de 40 membres, pour moitié élus par un corps électoral successivement élargi en 2011 (130 000 grands électeurs) et 2015 (225.000 grands électeurs), fait fonction de « Parlement » au rôle consultatif.

Depuis le 2 novembre 2004, la présidence de la Fédération est exercée par Cheikh Khalifa Bin Zayed Al Nahyan, émir d’Abou Dabi. Cheikh Mohammed, Prince héritier d’Abou Dabi et vice-Commandant suprême des forces armées, concentre de facto l’essentiel du pouvoir.

Le contrat social repose sur un système de redistribution, notamment en faveur des populations moins favorisées des Emirats du nord : attribution de logements, accès gratuit aux soins et à l’éducation, aides aux jeunes mariés, recrutements dans le secteur public (employeur de 97% des actifs émiriens).

Situation économique

L’économie des Emirats arabes unis est dominée par l’émirat d’Abou Dabi (60% du PIB total) qui assure l’essentiel de la production d’hydrocarbures (plus de 90% de la production nationale, 4ème producteur de l’organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) avec 2,99 millions de barils/jour) et qui gère la quasi-totalité de l’épargne accumulée dans les fonds souverains. Les autorités d’Abou Dabi financent sur les revenus des hydrocarbures un modèle économique destiné à préparer l’après-pétrole, centré sur l’industrie, les hautes technologies et le tourisme.

L’émirat de Dubaï, deuxième économie de la fédération (26% du PIB total), a centré son développement sur sa position privilégiée de plate-forme commerciale, avec un port et un aéroport qui comptent parmi les plus importants au monde, avant de se développer dans les services (services financiers, tourisme, commerce de détail, etc.).

Forts de leur stratégie de diversification industrielle et de leur solidarité croissante, suite notamment à la crise immobilière de 2009, les Emirats parviennent progressivement à réduire ces dernières années la dépendance de leur économie aux hydrocarbures. Aujourd’hui, le pétrole représente moins de 30 % du PIB, et les autorités ont pour objectif de réduire sa contribution au PIB à hauteur de 20 % d’ici 2030.

Politique étrangère

La diplomatie de la Fédération des Emirats arabes unis, longtemps discrète et neutre, adopte depuis les révolutions arabes de 2011 une posture nettement plus affirmée. Elle est d’abord dictée par des considérations sécuritaires, face aux deux menaces perçues comme majeures : la montée en puissance des courants islamistes dans le contexte du printemps arabe et, au second plan, l’expansionnisme chiite.

La menace chiite est aujourd’hui principalement perçue sur le théâtre yéménite. Les Emirats sont membres de la coalition militaire au Yémen, emmenée par l’Arabie saoudite depuis le 23 mars 2015.

Les Emirats s’inquiètent également de la montée en puissance de l’Iran dans la région. Dans la foulée de la rupture des relations diplomatiques entre l’Arabie saoudite et l’Iran en janvier 2016, ils ont rappelé leur ambassadeur à Téhéran.

Par ailleurs, les EAU ont pour ambition de se poser en acteur majeur des dynamiques politiques et économiques de la Corne de l’Afrique : ils ont appuyé la réconciliation entre l’Erythrée et l’Ethiopie consacrée à Riyad en juillet 2018 et déploient dans plusieurs pays de la Corne une présence militaire (base d’Assab en Erythrée et de Berbera en Somalie et commerciale.

Depuis le 5 juin 2017, les Emirats se sont rangés aux côtés de l’Arabie saoudite, du Bahreïn et de l’Egypte, dans la crise qui les oppose au Qatar. Les quatre pays reprochent notamment à Doha son soutien aux mouvements issus des frères musulmans et sa proximité avec l’Iran.

 

https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/emirats-arabes-unis/presentation-des-emirats-arabes-unis/

============================================================================

La religion chrétienne dans les Emirats arabes unis

387.jpg

 

Chiffres clés

Musulmans : 76.7%

Chrétiens : 12.4%

Hindous : %

Bouddhistes : 0%

Agnostiques : 1.1%

Autres : 1.4%

Superficie : 83600 m2

Population : 9266997 habitants

Emirats-arabes-Unis_1_728_606

Cadre juridique de la liberté religieuse et son application effective

Les Émirats Arabes Unis sont une fédération de sept émirats situés dans le golfe persique. Politiquement et économiquement, Dubaï est le plus important d’entre eux.

Selon la Constitution de 19711 (art.7), l’islam est la religion officielle de la fédération. La charia islamique est une source majeure de la législation aux Émirats Arabes Unis ». L’article 25 exclut la discrimination fondée sur la religion. Il dispose : « Les citoyens sont égaux devant la loi. Aucune distinction entre les citoyens des Émirats Arabes Unis ne reposera sur la base de la race, de la nationalité, de la foi ou du statut social ». L’article 32 indique : « la liberté d’exercer un culte religieux est garantie conformément aux traditions en vigueur, à condition que cette liberté soit conforme à l’ordre public ou ne viole pas la moralité publique ».

Les citoyens musulmans n’ont pas le droit de changer de religion. L’apostasie dans l’islam es.t passible de la peine de mort. Elle est considérée comme un crime en vertu du concept d’infractions hudud, qui reposent sur la loi islamique et sont incorporées au code pénal du pays. Il s’agit notamment de « l’adultère, l’apostasie, le meurtre, le vol, le banditisme de grand chemin qui implique de tuer, et la fausse accusation d’adultère ».2L’article 1 du code pénal prévoit que la loi islamique s’applique dans les cas hudud, y compris le versement du prix du sang (diyya) et le meurtre. L’article 66 dispose que parmi les « peines prévues à l’origine » par la loi, il existe les peines de crimes hudud, dont la peine de mort. Personne, cependant, n’a été poursuivi ou sanctionné par un tribunal pour une telle infraction

La loi criminalise le blasphème et inflige des amendes et des peines d’emprisonnement comme punition. Il est également interdit d’insulter d’autres religions. Les non-citoyens risquent d’être expulsés en cas de blasphème.

Alors que les musulmans peuvent faire du prosélytisme, des sanctions sont prévues pour les non-musulmans qui en feraient auprès des musulmans. Les non-citoyens peuvent être expulsés.

La charia s’applique en matière de statut personnel aux citoyens et résidents musulmans. Les musulmans peuvent épouser des non-musulmanes « parmi les gens du livre », c’est-à-dire chrétiennes ou juives. Les musulmanes ne peuvent épouser que des musulmans. Dans le cas d’un mariage mixte entre un musulman et une femme non musulmane, la garde des enfants est accordée au père. Les non-musulmanes ne sont pas éligibles à la naturalisation.

Les musulmans et non-musulmans sont légalement tenus de respecter les heures de jeûne pendant le Ramadan.

Le gouvernement contrôle le contenu des sermons dans presque toutes les mosquées sunnites. Les manuels et les programmes scolaires dans les écoles privées et publiques sont censurés par le Ministère de l’Education.3

6a00d83451619c69e201a73d8623aa970d-600wi

Les églises chrétiennes n’ont pas le droit d’avoir un clocher ou une croix à leur sommet.

En juillet 2015, les Émirats Arabes Unis ont annoncé une nouvelle législation sur les crimes liés à la haine religieuse et à l’extrémisme. Elle incluait la peine de mort. Un décret présidentiel interdit tout acte qui attise la haine religieuse, ainsi que la discrimination « fondée sur la religion, la caste, la croyance, la doctrine, la race, la couleur de peau ou l’origine ethnique ».4 Selon ce décret, rapporté par une agence de presse officielle, les contrevenants risquent jusqu’à 10 ans de prison ou la peine de mort s’ils sont reconnus coupables de « takfirisme » (déclarer que d’autres musulmans sont des infidèles) ou d’extrémisme musulman sunnite.

Selon le cheikh Mohammed Ben Rachid, vice-président et souverain de Dubaï, la loi « garantit la liberté des individus contre l’intolérance religieuse et sous-tend la politique d’inclusivité des Émirats Arabes Unis ».5 Le père Samir Khalil, un prêtre jésuite, a déclaré : « En faisant cela, les Émirats Arabes Unis ont fait un pas en avant en ce qui concerne la liberté religieuse, une exception à la règle dans les pays musulmans ».6

Les résidents non-citoyens sont des travailleurs immigrés qui proviennent principalement d’Asie du sud et du sud-est, mais aussi du Proche-Orient, d’Europe et d’Amérique du nord. Bien que les chiffres récents ne soient pas disponibles, la majorité des résidents sont musulmans. Selon le dernier recensement (2005), plus des trois quarts de la population sont musulmans, les chrétiens étant le plus grand groupe non musulman.7

On recense aussi des communautés protestantes et orthodoxes. Au total, plus de 35 églises sont actives ainsi que deux temples hindous. Étant donné le grand nombre de fidèles, ils sont souvent surpeuplés.

 Incidents

Selon le Rapport international sur la liberté religieuse de 20168, le gouvernement des Émirats Arabes Unis continue de fournir des terres pour la construction d’églises chrétiennes, de temples sikhs et hindous. Il fournit également des terres pour les cimetières non islamiques et les installations de crémation de la grande communauté hindoue du pays.

En novembre 2016, les autorités des Émirats Arabes Unis ont tenu une conférence9 pour discuter des moyens de promouvoir la tolérance et la compréhension. Des représentants religieux étaient invités, parmi lesquels Justin Welby, archevêque de Canterbury, le plus haut responsable de l’Église d’Angleterre, et Ahmed El Tayeb, Grand imam d’Al Azhar et Président du Conseil musulman des anciens des Émirats Arabes Unis. Il a été décidé qu’une association serait formée pour les jeunes issus de diverses cultures et nationalités, afin d’améliorer et d’encourager la tolérance.

En juin 2017, le prince héritier d’Abu Dhabi et commandant suprême adjoint des forces armées des Émirats Arabes Unis, Cheikh Mohammad Ben Zayed Al-Nahyan, a ordonné que la mosquée Cheikh Mohammad Ben Zayed soit renommée « Marie, Mère de Jésus ». Cette décision a été prise afin de « consolider les liens d’humanité entre les fidèles de différentes religions ».10 Cette décision symbolise les initiatives puis par les Émirats Arabes Unis pour promouvoir la tolérance religieuse dans la région.

En décembre 2017, le Premier ministre des Émirats Arabes Unis et émir de Dubaï, cheikh Mohammed Ben Rachid Al-Maktoum, a indiqué que le pont piétonnier sur le canal de Dubaï, récemment construit, devait être baptisé « pont de la tolérance ».11 Il avait précédemment déclaré que « l’amour et la tolérance sont des ponts de communication et un langage universel, reliant l’humanité à travers différentes langues, religions et cultures ». Il a ajouté que « ce sont là les fondements des Émirats ».

Du 11 au 13 décembre 2017, le Forum pour la promotion de la paix dans les sociétés musulmanes a été organisé à Abou Dabi. Organisée par le ministre émirati des affaires étrangères et de la coopération internationale cheikh Abdullah Ben Zayed Al Nahyan, cette 4eme édition du Forum avait pour thème « la paix mondiale et la peur de l’islam : lutte contre la propagation de l’extrémisme ».12 Un accord de coopération conjoint entre l’Organisation des Nations Unies et le Forum a été annoncé par le sous-secrétaire général et conseiller spécial des Nations Unies pour la prévention du génocide, Adama Dieng. Cette coopération consiste à organiser dix ateliers de recherche pour promouvoir l’instruction religieuse dans le monde islamique.13

 Perspectives pour la liberté religieuse

On peut s’attendre à ce que la liberté de religion s’améliore dans les années à venir aux Émirats Arabes Unis. Les responsables d’Églises locales décrivent l’atmosphère comme amicale et louent la volonté d’ouverture du pays.14 La nouvelle loi contre la haine religieuse constitue un signe d’espoir.

****************************************************************

United Arab Emirates’ Constitution of 1971 with Amendments through 2009, constituteproject, org, https://www.constituteproject.org/constitution/United_Arab_Emirates_2009.pdf?lang=en

Global Legal Research Directorate and Hanibal Goitom, ‘Unied Arab Emirates,’ Laws Criminalizing Apostasy, Library of Congress, http://www.loc.gov/law/help/apostasy/index.php#uae

Freedom in the World 2016, Freedom House, https://freedomhouse.org/report/freedom-world/2016/united-arab-emirates

Gulf News, 20 juillet 2015, http://gulfnews.com/news/uae/government/new-uae-anti-hate-law-in-detail-1.1553188

Naser Al Remeithi, The National, 20 juillet 2015, https://www.thenational.ae/uae/government/widespread-praise-for-anti-discrimination-law-1.15018

  1. K. Samir, AsiaNews, 24 juillet 2015, http://www.asianews.it/news-en/A-new-anti-discrimination-law-is-a-step-forward-in-terms-of-religious-freedom-34863.html

Bureau of Democracy, Human Rights and Labor, International Religious Freedom Report for 2016, U.S. State Department, https://www.state.gov/j/drl/rls/irf/religiousfreedom/index.htm#wrapper

L’Église catholique est présente à travers le vicariat apostolique d’Arabie méridionale, dont le siège, actuellement occupé par Mgr Paul Hinder, est à Abou Dabi. Huit paroisses catholiques et neuf écoles opèrent aux Émirats Arabes Unis. Le nombre de catholiques est estimé à environ 800 000.((The Apostolic Vicariate of Southern Arabia (United Arab Emirates, Oman and Yemenhttps://avosa.org/

Bureau of Democracy, Human Rights and Labor, op. cit

  1. Dajani, The National, 2 novembre 2016, https://www.thenational.ae/uae/uae-sets-good-example-by-allowing-freedom-of-religion-says-archbishop-of-canterbury-1.200029

Catholic Herald, 16 juin 2017, The Nationalhttp://catholicherald.co.uk/leading-articles/2017/06/16/united-arab-emirates-renames-mosque-mary-mother-of-jesus/

  1. Jabri-Pickett, The Arab Weekly, 24 décembre 2017, https://thearabweekly.com/uae-christmas-about-building-bridges

Emirates News Agency, 11 décembre 2017, http://wam.ae/en/details/1395302653386

Business Wire, 14 décembre 2018 https://www.businesswire.com/news/home/20171213006267/en/Part-Fourth-Annual-Forum-Promoting-Peace-Muslim

  1. Zaatari, Gulf News, 1erdécembre 2014, http://gulfnews.com/news/uae/society/churches-praise-uae-s-religious-freedom-and-tolerance-1.1420738

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s