Ce siècle a dix-neuf ans…

Ce siècle a dix-neuf ans….

inspiration-light

Ce siècle a dix-neuf ans … l’âge toutes les promesses, l’âge de tous les rêves

Ce siècle a dix-neuf ans et semble déjà las de vivre fatigué par on ne sait quels durs travaux

Ce siècle a dix-neuf ans et il est désespéré et désespérant

Ce siècle a dix-neuf et il ressemble déjà à un vieillard revenu de tout et qui en a trop enduré, trop vue

Ce siècle a dix-neuf ans et il ressemble à ces vieillards qui attendent que la mort vienne les délivrer

Ce siècle a dix-neuf et il semble attendre désespérément qu’une âme charitable vienne lui faire la dernière piqure

Ce siècle a dix-neuf ans et il pousse son cadavre comme Sisyphe poussait son caillou vers le sommet de la montagne

Ce siècle a dix-neuf ans… mais peut-être ne s’agit-il que d’une « fakes-new » comme l’on dit si joliment aujourd’hui.

 

Ce siècle a dix-neuf ans et il semble vouloir nous rejouer la même scène d’il y a plus d’un siècle quand l’Europe était au bord du gouffre. Mais c’était la guerre entre nations. Aujourd’hui la guerre a changé de visage, la changé : hier elle déchirait les corps et aujourd’hui elle déchire encore des corps mais elle charrie des torrents de haine qui tuent aussi bien et encore mieux que les armes.

Mais peut-être que cela ne sont que des « fake-news » comme l’on dit si joliment aujourd’hui.

 

Ce siècle a dix-neuf ans que déjà l’on ressasse toutes les mauvaises nouvelles entendues à la radio, à la télévision, sur les réseaux sociaux. Et même la littérature semble fatigué : l’on sort encore des livres mais ce ne sont que des ouvrages déprimants ! Entre le dernier Houellebecq aussi désespéré que désespérant, le dernier livre à scandale sur l’Eglise et le dernier livre qui nous dira que le monde va mal, que la France est en déclin, que l’Eglise est en crise…. il ne restera pas grand-chose ! Il est vrai que les vieilles romances de jadis ne font plus recettes !

Mais peut-être que cela ne sont que des « fake-news » comme l’on dit si joliment aujourd’hui !

 

Ce siècle a dix-neuf ans et il jette par-dessus bord tout ce qui hier était encore honorable ; la patrie, la nation, la famille, les institutions, l’école, l’église : tout est bon à jeter ! « Virons-les tous ! » est le mot d’ordre devenu le plus sublime de tous. De tout le passé faisons table… et après ? Nul ne le sait ! Ou plutôt si : rien, le grand nettoyage par le vide !

Mais peut-être que ce n sont que des « fake-news » comme l’on dit si joliment aujourd’hui.

 

Ce siècle a dix-neuf ans et il ne vit plus que par procuration, seul, désespérément  seul car tout le monde nous ment ! Les gouvernants nous mentent, les politiques nous mentent, les réseaux sociaux nous mentent, les clercs nous mentent ! Alors on ressort les des musées cette bonne vieille « veuve » que l’on allait visiter les jours de pluie derrière sa vitrine de verre ! L’on s’insulte à qui mieux mieux dans les tribunes de journaux, sur les plateaux de télévision et sur les réseaux sociaux on se promet des mises à mort ! Et l’on se traine ensuite devant les tribunaux …

Mais peut-être que tout cela ne sont que des « fake-new s » comme l’on dit si joliment aujourd’hui !

 

Ce siècle a dix-neuf ans mais il rêve quand même encore que la technologie prépare un monde meilleure, un monde sans douleur, sans maladie ni mort. Le mythe de l’homme parfait mais robotisé est son avenir. Si il rêve de liberté il accepte que big brother surveille ses faits et le lui assure sa sécurité. Il rêve de fraternité mais il construit des murs autour de lui afin que nul ne vienne le déranger dans son confort douillet. Il rêve d’un monde plus humain mais c’est derrière un écran où se parle sans se voir, où les amitiés et les amours se nouent set se énouent sur un simple clic. Les algorithmes et les statistiques ont pris la place des romances d’hier. L’aventure se calcule sans prises de risques.

Mais peut-être que tout cela ne sont que des « fake-neuws » comme l’on dit si joliment aujourd’hui.

 

Ce siècle a dix-neuf ans et l’homme disparaît lentement derrière les robots, les machines. Et pendant ce temps-là les hommes deviennent des statistiques, les hommes se cachent derrières des sigles que l’on a peine à comprendre. Si les humains rêvent d’une descendance il faut bien sûr la programmer et la voir dans de belles courbes mathématiques qui donneront le bon produit. En même temps le  mendiant devient un SDF, les victimes de nos guerres deviennent des dommages collatéraux. Si l’on rêve encore du temps des chevaliers l’on lance la cavalerie derrière un écran et l’adversaire n’est qu’une cible anonyme

Tout cela ne sont encore peut-être que des « fakenews » comme l’on dit si joliment aujourd’hui.

 

Ce siècle a dix-neuf ans et ne veut pas être consolé de qu’il a perdu ou croit avoir perdu. L’on croirait entendre gémir Jérémie : « Un cri s’élève dans Rama, une plainte et des pleurs d’amertume. C’est Rachel qui pleure ses fils ; elle refuse d’être consolée, car ses fils ne sont plus ».(Jér 31, 15).

Ce siècle a dix-neuf ans et il ressemble au chaos originel. Derrière ce monde ancien qui se meurt dans les brumes de l’hiver perce un printemps qui tarde à venir et pourtant l’amandier est en fleurs. Car sous le désordre de jeunes pousses qui sortent de la glaise informe et forcent avec la violence de l’adolescence un monde nouveau à venir au jour un monde nouveau est en train d’advenir.

Ce siècle a dix-neuf et le monde nouveau  qui fleurit au cœur de l’hiver, au cœur des orages c’est l’espérance qui encore et toujours  s’est blottie au plus profond de pour éclore dans un matin lumineux.

Et ceci n’est peut-être plus une « fake-news » mais la vie qui toujours a le dernier mot sur nos peurs.

Ce siècle a dix-neuf ans…. Sa jeunesse est son excuse, sa faiblessee et sa force. Ne détruisons son espérance !

saint-paul-de-mausole-amandiers

©Claude-Marie T.

Jeudi 21 février 20119.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s