ENCYCLOPEDIE DE LA LITTERATURE ROMANESQUE FRANCOPHONE (1532-1951), LITTERATURE FRANCOPHONE, LIVRES, LIVRES - RECENSION, ROMANS

Rétrofictions : encyclopédie de la conjecture romanesque (1532-1951)

Retrofictions
Illustration de couverture de Jeam Tag.

Rétrofictions: Encyclopédie de la conjecture romanesque rationnelle francophone, de Rabelais à Barjavel, 1532-1951.  

Guy Costes, Joseph Altairac, Gérard Klein

Paris, Editions les Belles Lettres, 2018. 2458 pages.

 

Auteurs du monumental essai bibliographique Les Terres creuses (2006) consacré aux mondes souterrains imaginaires, Guy Costes et Joseph Altairac explorent cette fois, avec Rétrofictions, les domaines de l’utopie, des voyages extraordinaires, du merveilleux scientifique et de la science-fiction ancienne, en reprenant à leur compte le concept unificateur de « conjecture romanesque rationnelle » théorisé par l’encyclopédiste Pierre Versins.
Cette entreprise ne constitue cependant pas une simple mise à jour de sa célèbre Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science fiction (1972) : en effet, Rétrofictions concerne exclusivement les productions francophones, mais recensées dans une perspective d’exhaustivité, à partir de 1532, date de publication du Pantagruel de Rabelais, jusqu’à la création en 1951 du « Rayon Fantastiques» et d’ « Anticipation », premières collections françaises de science-fiction.
L’ouvrage propose près de 5000 entrées onomastiques consacrées aux auteurs de 11000 occurrences dans des genres et sur des supports les plus divers (littérature, poésie, théâtre, bande dessinée, illustration, cinéma, radiodiffusion, carte postale, assiette ornée, etc.), œuvres  dont l’appartenance à la conjecture rationnelle se trouve à chaque fois justifiée par un extrait ou un descriptif, accompagnés de données bibliographiques précises. La reproduction de plus de 1000 documents iconographiques témoigne de l’importance accordée par les auteurs à l’illustration au sens large.
Enfin, un imposant index thématique achève de faire de Rétrofictions  un ouvrage de référence et un outil indispensable aussi bien à l’amateur et au collectionneur qu’au chercheur travaillant sur l’histoire et l’évolution de la science-fiction francophone sous toutes ses formes. 

=================================================

Revue de presse

Saluons ce monstre de science et de patience, météore éditorial et désormais indispensable pierre d’angle de toute bibliothèque française de l’imaginaire. Source: Le Monde des Livres Published On: 2018-10-26

Le souci d’exhaustivité et le sérieux des deux auteurs ne sont plus à prouver. […] Un véritable travail de titans. Source: Le français dans le monde Published On: 2018-11-01

Il y a désormais une réponse à la fameuse question : quel livre emporter sur l’île déserte ? Un ouvrage profus, documenté, luxuriant. […] Vous ne parviendrez pas à vous en libérer. Source: Galaxies

Un corpus incroyable, […] un Who’s Who de la rétrofiction, […] une mine d’extraits et de trouvailles. […] Saluons donc ici haut et fort Joseph Altairac & Guy Costes, pour ce travail digne des moines copistes. Tels des humbles mais joyeusement barrés Bartleby, ils ont hantés les antres les plus reculées des bibliothèques, des librairies, des bouquinistes et des antiquaires pour nous trouver ces innombrables ressources. Révérence et chapeau bas !

Source: Boojum.fr Published On: 2018-11-23

Une admirable encyclopédie célèbre ce que notre culture francophone semble avoir oublié : son goût très ancien, depuis le siècle de Rabelais, pour la « science-fiction ». Source: Le Figaro Magazine Published On: 2018-11-30

Une somme de travail extraordinaire. […] Une encyclopédie à consulter de façon erratique, c’est le meilleur moyen d’être davantage surpris et séduit. Source: Le Soir Published On: 2018-12-08

Au plaisir de grignoter les résumés et citations des quelque 11 000 titres de récits mentionnés s’ajoute celui de la découverte de véritables inconnus parmi les 4 000 auteurs recensés. Et que dire des centaines d’étonnantes illustrations dénichées […]. Un régal de lecture pour de nombreux mois ! Source: L’Écran fantastique Published On: 2019-01-01

Dans le monde de la SF, on dit « Costes et Altairac » comme dans celui de la gastronomie on dit « Gault et Millau ». […] Cette odyssée dans l’imagination humaine grise tant par son ampleur que par le caractère pointu de ses informations. Un ouvrage fascinant tant il s’essaye à épuiser son sujet. Sidéral et sidérant. Source: Télérama Published On: 2019-02-19


« Monumental. Cette encyclopédie va s’imposer comme une référence. » (Libération)
« L’indispensable pierre d’angle de toute bibliothèque française de l’imaginaire. » (Le Monde des Livres)

 ==========================================

 Quatre siècles de littératures de l’imaginaire en une encyclopédie

C’est un travail colossal et passionnant : deux chercheurs publient un énorme ouvrage des littératures francophones de l’imaginaire entre le XVIe siècle et le milieu du XXe. Rencontre avec Joseph Altairac, l’un des deux auteurs de ce livre au format XXXL.

Guy Costes et vous-même titrez votre livre à quatre mains : Encyclopédie de la conjecture romanesque rationnelle francophone. Francophone, on comprend, mais pour le reste…
Il s’agit d’une expression forgée par notre maître, Pierre Versins, qui a en 1972 écrit la première encyclopédie 1 consacrée à ce que l’on appelle de façon réductrice la science-fiction. Elle nous a permis d’aborder beaucoup de domaines : la SF, bien sûr, mais aussi les utopies, les dystopies, les voyages extraordinaires, les uchronies…. C’est une définition très large. Elle est évidemment parfois un peu floue. Les romans spirites en font-ils partie ou non ? Et les romans qui racontent une histoire secrète, qui imaginent par exemple que Napoléon s’est évadé de Sainte-Hélène et a refait sa vie, en relèvent-ils ?

Effectivement, le font-ils ? Les avez-vous inclus ou pas ?
Cela dépend. Ceux sur Napoléon, oui. Ceux sur le Masque de fer ou Louis XVII, non, car ce sont des histoires tellement traitées qu’elles ne paraissent plus conjecturales.

Votre ouvrage comporte 11086 entrées. Est-ce l’œuvre d’une vie ? Et comment démarre-t-on un projet aussi colossal ?
Nous sommes deux passionnés, comme vous pouvez vous en douter. Pour moi, cela remonte à mon bac, en 1976, pour l’obtention duquel on m’a justement offert “le Versins”, où je me suis plongé. Après avoir travaillé longtemps sur les “terres creuses”, à savoir les mondes souterrains imaginaires, les figures de la caverne ou de l’abîme 2, Guy Costes et moi avons eu l’idée d’étendre notre intérêt à toute la SF francophone.

“Notre livre est très complet. La masse des omissions n’équivaut qu’à un faible pourcentage de ce que nous avons collecté”

Pourquoi vous limiter à la sphère francophone ? Et surtout, pourquoi avoir clos votre recherche en 1951 ?
Francophone, parce qu’autrement, il fallait traiter le monde entier, et dix vies n’y auraient pas suffi ! Mais francophone ne veut pas dire français : il y a quelques Suisses, Belges, Canadiens, et même un auteur tchèque et un auteur hongrois, qui ont l’un et l’autre écrit en français. Et la date de 1951, parce qu’elle correspond en France à l’apparition – c’était plus précisément en 1949 – du terme « science-fiction » et à la création de deux collections importantes : « Anticipation » aux éditions Fleuve noir et « Le rayon fantastique » aux éditions Le Masque. Ensuite, ça a été une explosion. Il y a eu trop de matière, et la tâche serait devenue impossible.

Vous courez après le vieux rêve de l’exhaustivité, sans bien sûr l’atteindre… Vous a-t-on signalé des manques ?
Oui, forcément. Et nous en avons trouvé nous-mêmes. Nous remplissons d’ailleurs un dossier avec ces suppléments. Mais notre livre est quand même très complet. La masse des omissions n’équivaut qu’à un faible pourcentage de ce que nous avons collecté.

 Vous l’avez trouvée où, cette masse d’informations et de références ?
En cherchant tous azimuts. Chez les bouquinistes, les brocanteurs, les amateurs, en rencontrant d’autres amateurs, en épluchant les fanzines, très nombreux en SF. C’est un petit monde, et des chaînes se forment : untel en parle à untel, qui en parle à untel, etc. En revanche, nous avons tenu à voir tous les documents nous-mêmes – ou, dans quelques rares cas, à avoir la parole de quelqu’un de fiable qui les avait vus. Sans cette précaution, les légendes se répondent les unes aux autres, et on finit par parler de textes qui, en fait, n’existent pas. Toutes nos entrées sont vérifiées.

 Avez-vous eu des surprises ?
Bien sûr. Par exemple celle de retrouver deux uchronies signées Charles Maurras, auteur peu connu pour son goût pour l’imaginaire… Nous les avons trouvées en faisant des recherches sur un autre auteur, Jacques Spitz, qui signalait leur parution dans l’Action française, où nous avons ensuite cherchées.

 Le format numérique n’aurait-il pas été plus approprié qu’un livre papier, pour cette entreprise qui est forcément un work in progress ?
Si, bien sûr, mais on s’en moque (rires). Sans doute nos continuateurs passeront-ils par une autre formule. Mais nous sommes deux enfants de l’écrit, et le livre incarne quelque chose de plus qu’un site internet. Si nous avions fait le même travail sur un site, vous-même, en parleriez-vous ?

 

L’Encyclopédie de l’utopie, de la science-fiction et des voyages extraordinaires de Pierre Versins est parue en 1972 aux éditions de L’Âge d’homme.

2 Guy Costes et Joseph Altairac ont signé en 2006 Les terres creuses : bibliographie géo-anthropologique commentée des mondes souterrains imaginaires et des récits spéléologiques conjecturaux, une somme de 800 pages parue aux éditions Encrage. 

A LIRE : 
Rétrofictions. Encyclopédie de la conjecture romanesque rationnelle francophone, de Rabelais à Barjavel. 1532-1951, de Guy Costes et Joseph Altairac, éd. Encrage, 2 548 p, deux volumes sous coffret, 115 €.

https://www.telerama.fr/livre/quatre-siecles-de-litteratures-de-limaginaire-en-une-encyclopedie,n6125398.php

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s