Marc Chagall (1887-1985)

Marc Chagall (1887-1985)

260px-Marc_Chagall_1941_cut

Biographie Marc Chagall

 

« Ma chambre s’éclairait du bleu foncé, tombant de la fenêtre unique. La lumière venait de loin : de la colline, où se trouvait l’église. J’éprouve toujours du plaisir à peindre une fois de plus cette église et cette petite colline sur mes tableaux. » Marc Chagall 

Marc Chagall, peintre juif naturalisé français, de son vrai nom Moïshe Zakharovich Shagalov, naît le 7 juillet 1887 à Vitebsk, en Russie blanche, au sein d’une famille juive hassidique, dont la vie est rythmée par le temps rituel de la pratique religieuse. Il décède le 28 mars 1985 à Saint-Paul de Vence.

Son père travaille comme commis dans un dépôt de harengs et sa mère tient une petite épicerie. Chagall prend des cours de violon et de chant et assiste même le cantor de la synagogue, la culture de la musique faisant partie de la tradition hassidique. 
image002.jpg
En 1906, à la fin de sa scolarité, Chagall entre à l’école de Jehuda Pen, peintre de scènes de genre et de portraits, qui lui apprend les bases de la peinture. La représentation de la figure humaine étant interdite dans la religion juive, la vocation de Chagall ne peut s’accomplir qu’en rupture avec son milieu.

En 1907, Chagall se présente à l’École de dessin fondée par la Société impériale pour la protection des beaux-arts de Saint-Pétersbourg. Il est directement inscrit en 3e année et se voit accorder une bourse mais le style trop académique de cette école ne lui convient pas et il décide de partir. Chagall se rend chez Léon Bakst, professeur de l’école privée de Svanseva, école de tradition libérale et ouvertes aux expressions artistiques modernes.

En 1909, Chagall rencontre Bella Rosenfeld, cadette d’une famille de bijoutiers fortunés et étudiante à Moscou. Dorénavant, la découverte de l’amour se reflète par un éclat tout particulier dans ses peintures et l’assurance du peintre se nourrit des passions que Bella lui fait partager pour la peinture italienne et hollandaise du XVIIe siècle, ainsi que pour le théâtre.

Au début des années 1910, grâce à une bourse accordée pour 4 ans par son mécène Vinaver, Chagall quitte la Russie. Il arrive à Paris et y rencontre notamment Apollinaire, Cendrars et Jacob. Soutenu par Delaunay il expose au salon des Indépendants. Parmi ses souvenirs de Russie surgissent des motifs et des personnages de caractère judaïque, occupant dorénavant pratiquement toute la toile.

En juin 1914, à Berlin, Herwarth Walden organise la première exposition personnelle de l’artiste à la galerie Der Strurm. Chagall rentre à Vitebsk initialement pour quelques mois mais la guerre le contraint à rester. À la veille de la Révolution d’Octobre, les efforts déployés autour de la création d’un art juif nouveau s’intensifient. Les artistes juifs sont exposés et le collectionneur Kagan-Chabchaj envisage même la construction d’un musée juif pour lequel il acquiert les toiles importantes de Chagall. 

Lounatcharski nomme Marc Chagall commissaire des Beaux Arts et directeur de la nouvelle école des Beaux-Arts de Vitebsk. Chagall organise l’enseignement de l’école en invitant Pougny, Lissitzky, Malévitch. Après un différend avec le courant suprématiste, Chagall démissionne et s’installe à Moscou. Alexeï Granovski lui commande le décor du Théâtre d’art juif. Il crée les décors pour « Le Revizor » de Gogol, « Les Miniatures » de Sholem Aleikhem… 
imm-it5

En 1923, Chagall rentre à Paris. Il rencontre Ambroise Vollard, marchand de tableaux, qui lui propose d’illustrer « Les Âmes mortes » de Gogol.

Au début des années 30, Ambroise Vollard commande à Chagall des illustrations pour la Bible. Sur l’invitation de Dizengoff, l’un des grands pionniers d’Israël, maire et fondateur de Tel-Aviv, le peintre part en Palestine. Il découvre, ébloui, bouleversé, la Terre Sainte, le lieu originel de toute l’aventure du peuple élu. Bouleversement tant spirituel que plastique : l’intense lumière palestinienne dicte à Chagall la quarantaine de gouaches qui seront à l’origine de son travail de graveur. Ce voyage aura alors un impact important et marquera à jamais le peintre. « Ces tableaux, dans ma pensée, ne représentent pas le rêve d’un seul peuple mais celui de l’humanité. » En 1937, Chagall acquiert la nationalité française.

La famille Chagall part pour les États-Unis en 1941 sur invitation du Museum of Modern Art de New York où Marc Chagall expose. La guerre les oblige à rester là-bas. En 1944, quelques jours avant leur retour en France, Bella décède brutalement. Terrassé par le chagrin, Chagall ne trouvera assez d’énergie pour se remettre au travail qu’au bout de 9 mois.

En 1948, Chagall rentre en France, il s’installe aux environs de Paris. Aimé Maeght devient son marchand. Après la mort de Vollard, en 1939, c’est Efstratios Eleftheriades, critique d’art grec installé en France, qui va proposer à Chagall de publier ses illustrations. Les éditions Tériade éditent « les Âmes mortes ». Ses gravures remportent le Grand Prix à la 24e Biennale de Venise.

A partir des années 1950 et pendant deux décennies, Chagall se consacre à de nouvelles techniques d’expression artistique : la céramique, la mosaïque, la tapisserie et le vitrail. Il fréquente l’atelier du célèbre imprimeur lithographe Fernand Mourlot. Commence alors une longue collaboration entre l’artiste et les artisans de l’atelier, notamment avec Charles Sorlier. Ce dernier deviendra le chef du département lithographique de l’imprimerie, et constituera une importante collection de lithographies de Chagall.

En 1950, Marc Chagall s’installe dans le sud de la France, à Vence, où il rencontre régulièrement Matisse et Picasso. En 1952, il épouse Valentina (Vava) Brodsky. Un nouveau chapitre de la vie de l’artiste s’ouvre. « Les Fables de la Fontaine » avec ses illustrations sont publiées par Tériade. Il voyage en Grèce pour l’illustration de « Daphnis et Chloé ». Il y retournera deux ans plus tard, s’en suivra une série de dessins et de gouaches traduisant les fortes impressions que produit ce pays sur lui.

En 1956, « la Bible » de Chagall est éditée par Tériade, près de 26 ans après son voyage en Palestine. Le peintre poursuit la série des peintures murales du « Message Biblique », commencé vers 1950, qu’il souhaite réunir en un lieu. En 1957, Chagall réalise des vitraux et une céramique murale, « La Traversée de la mer Rouge », pour le baptistère de l’église Notre-Dame-de-Toute-Grâce du Plateau d’Assy.

chagall-la-tapisserie-au-parlement-israelien-p8dt52.jpg

En 1958, il fait la connaissance de Charles Marq, maître verrier et directeur de l’atelier Simon à Reims, qui va fournir à Chagall le moyen technique de prolonger sa peinture dans le vitrail. En 1960, Chagall se consacre aux maquettes destinées aux douze vitraux, « les Douze Tribus d’Israël », de la synagogue du Medical Center Hadassah, en Israël. Il se rendra sur place l’année suivante pour leur inauguration. En 1962, le musée Rath de Genève rend hommage au peintre à travers l’exposition « Chagall et la Bible ».

En 1963, André Malraux propose à l’artiste de concevoir un nouveau plafond pour l’Opéra de Paris au Palais Garnier. Il peint deux grandes maquettes qu’il présente au général de Gaulle et à André Malraux. En 1964, le nouveau plafond est inauguré et remporte un franc succès. Le directeur du Metropolitan Opera de New York lui commande deux peintures murales, et les décors et les costumes pour « La Flûte enchantée ». Il réalise également les vitraux de la chapelle Rockefeller à Pocantico Hills à New York.

En 1966, Chagall termine son cycle du « Message Biblique » comportant 17 tableaux. En 1967, cette oeuvre est présentée au Musée du Louvre et Chagall en fait une donation à l’Etat français. En 1968, Chagall travaille sur les vitraux pour le triforium de la cathédrale de Metz. En 1969-70, Chagall se rend en Israël à l’occasion de l’inauguration du nouveau parlement, la Knesset, où sont placées sa mosaïque murale, « Le Mur des Lamentations », et trois grandes tapisseries. 

En 1972, Chagall exécute une grande mosaïque pour le Musée National Message Biblique à Nice, « Le Char d’Élie ». En 1973, sur l’invitation de Jekaterina Furzewa, Ministre de la Culture d’Union Soviétique, Chagall se rend avec Vava à Moscou (pour la première fois depuis son départ en 1922). À cette occasion, l’artiste signe, 50 ans plus tard, les panneaux du théâtre d’Art juif et retrouve deux de ses soeurs à Leningrad. La même année, le Musée National Message Biblique Marc Chagall, pour lequel l’artiste a conçu trois vitraux sur le thème de « La Création du monde », est inauguré en présence d’André Malraux. 

En 1977, Marc Chagall reçoit la grand-croix de la Légion d’honneur, décoration remise par Valéry Giscard d’Estaing. Teddy Kolek, maire de Jérusalem, nomme Chagall citoyen d’honneur de la ville. En 1978, le premier vitrail – d’un ensemble de neuf vitraux exécutés entre 1978 et 1985 – est inauguré à l’église Saint-Étienne de Mayence. 

En 1985, une gande rétrospective de l’oeuvre peinte de Marc Chagall se tient à la Royal Academy of Arts à Londres. Malgré son âge, l’artiste continue à travailler, tous les jours, en particulier à des lithographies. Il s’éteint le 28 mars 1985.

ob_9e3491_l1170392-ccddjpg.jpg

 

Citations de Marc Chagall.

« Je ne voudrais pas être pareil aux autres ; je veux voir un monde nouveau » Marc Chagall 

« Un vase debout n’existe pas, il faut qu’il tombe pour prouver qu’il est stable »

« La Russie se couvrait de glaces. Lénine l’a renversée sens dessus dessous, comme moi je retourne mes tableaux »

« L’armée s’avançait, et à mesure la population juive s’éloignait, abandonnant les villes et les petits faubourgs […] J’avais envie de les faire transporter sur mes toiles, pour les mettre en sûreté »

« Je marche par le monde comme dans une forêt
Sur les pieds, sur les mains, de-ci de-là
D’arbre en arbre les feuilles tombent
Elles me réveillent, j’ai peur »

« Un homme qui marche a besoin d’un vis-à-vis à l’envers pour souligner son mouvement »

« Pourquoi la vache est-elle verte et pourquoi le cheval s’envole-t-il dans le ciel ? »

« Je plonge dans mes réflexions, je vole au-dessus du monde » 

Une autre facette de son œuvre

Très prolifique, Chagall réalise entre 1949 et 1972 plus de 220 céramiques, pièces uniques, car contrairement à Pablo Picasso, il refuse le principe de l’édition.

Les premières productions s’adaptent aux formes traditionnelles de la céramique culinaire. Très vite Chagall tire parti des formes mais aussi des cuissons pour obtenir le velouté des couleurs, jouant de la lumière et de la profondeur grâce à l’alternance des vernis mats et brillants.

En 1951, il profite de l’aspect grenu et poreux de la terre chamottée pour donner une intensité dramatique ou une nouvelle sensualité aux sujets. Il travaille ensuite le volume et obtient une complexité formelle de plus en plus grande, les vases deviennent de purs volumes plastiques et atteignent ainsi un statut d’objets autonomes. Sa réflexion sur les oppositions entre espaces intérieurs et extérieurs l’amène à innover dans la céramique comme le ferait un sculpteur. les séries réalisées à partir de 1950 comme Les Fables de La Fontaine ou les ensembles pour la Bible affichent clairement leur correspondance avec celles réalisées en peinture et lithographie sur les mêmes thèmes.

Chagall joue des motifs en accentuant ou simplifiant les traits pour adapter la lisibilité du sujet à la céramique mais il dirige aussi ses recherches vers la céramique murale : comment agrandir l’image sans détruire l’unité visuelle. Là aussi, les premières créations sont directement liées aux thèmes de ses œuvres  picturales (L’Horloge, Le Saint Voiturier, Le Village…).

L’exposition s’attache ainsi, pour la première fois, à valoriser les transpositions réalisées par Marc Chagall entre le dessin, la gravure, la peinture et la céramique. Un accent particulier est mis sur les œuvres  en céramique : pièces de forme, plats ou plaques, qui sont parfois accompagnées de leurs dessins préparatoires ou des toiles qui ont exploité les mêmes thèmes. Transversalement, toutes les thématiques de Chagall sont ici abordées dans leur grande richesse : couples, religion, cirque, Fables de La Fontaine, monuments, nus, mythologie et natures mortes.
chagall-marc-1887-1985-rus-fra-peintre-autoportrait-en-double-2406985.jpg

Liens Marc Chagall

Site officiel du Musée National Marc Chagall

Un site pour découvrir les principales œuvres de Chagall

https://www.beauxarts.com/grand-format/marc-chagall-en-2-minutes/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s