L’archipel français de Jérôme Fourquet

L’archipel français : naissance d’une nation multiple et divisée

Jérôme Fourquet

Paris, Le Seuil, 2019. 384 pages

L-archipel-francais

 

Présentation de l’éditeur

En quelques décennies, tout a changé. La France, à l’heure des gilets jaunes, n’a plus rien à voir avec cette nation soudée par l’attachement de tous aux valeurs d’une république une et indivisible. Et lorsque l’analyste s’essaie à rendre compte de la dynamique de cette métamorphose, c’est un archipel d’îless’ignorant les unes les autres qui se dessine sous les yeux fascinés du lecteur.

C’est que le socle de la France d’autrefois, sa matrice catho-républicaine, s’est complètement disloqué. Jérôme Fourquet envisage d’abord les conséquences culturelles et morales de cette érosion, et il remarque notamment combien notre relation au corps a changé (le développement de certaines pratiques comme le tatouage et l’incinération en témoigne) ainsi que notre rapport à l’animalité (le veganisme et la vogue des théories antispécistes en donnent la mesure). Mais, plus spectaculaire encore, l’effacement progressif de l’ancienne France sous la pression de la France nouvelle induit un effet d' » archipelisation  » de la société tout entière : sécession des élites, autonomisation des catégories populaires, formation d’un réduit catholique, instauration d’une société multiculturelle de fait, dislocation des références culturelles communes.

À la lumière de ce bouleversement anthropologique, on comprend mieux la crise que traverse notre système politique : dans ce contexte de fragmentation, l’agrégation des intérêts particuliers au sein de coalition larges est tout simplement devenue impossible. En témoignent, bien sûr, l’élection présidentielle de 2017 et les suites que l’on sait…

Cette exploration inédite de la France nouvelle est fondée sur la combinaison originale de différents outils (sondages, analyse des prénoms, géographie électorale, enquête-monographie de terrain), méthode permettant de demeurer au plus près de l’expérience de celles et de ceux qui composent la société française d’aujourd’hui.

Avec de nombreuses cartes, tableaux et graphiques originaux réalisés par Sylvain Manternach, géographe et cartographe.

Un mot de l’auteur

Jérôme Fourquet est analyste politique, expert en géographie électorale, directeur du département Opinion à l’IFOP.
Sylvain Manternach est géographe et cartographe, issu de l’Institut français de géopolitique.

++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Recension du journal La Croix

Le nouveau visage d’une France morcelée

Spécialiste des études d’opinion, Jérôme Fourquet publie une analyse sur les transformations en profondeur de la société française marquée notamment par la disparition de la « matrice catholique ».

L’élection d’Emmanuel Macron, en mai 2017, n’est pas un accident de l’histoire. Si le jeune président a bénéficié de circonstances particulières – l’imprévisible disqualification du candidat de la droite – elle est le résultat d’une profonde recomposition politique qui, elle-même, révèle un puissant mouvement des plaques tectoniques travaillant la société française depuis des décennies. Dans un livre à paraître le 7 mars, Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion à l’institut Ifop analyse, en sismographe, cette transformation à l’œuvre.

La déchristianisation est certes un vieux processus qui a débuté au XVIIIe siècle, mais les choses se sont considérablement accélérées depuis la fin des années 1950. Si les statistiques sur la baisse de la pratique dominicale ou la chute des ordinations de prêtres sont connues, Jérôme Fourquet recourt à d’autres balises comme l’usage des prénoms (0,3 % des petites filles étaient prénommées Marie en 2016, contre 20 % environ en 1900) ou le rapport au corps. La proportion de Français souhaitant se faire incinérer est désormais majoritaire et la pratique des tatouages explose (25 % des moins de 34 ans contre 1 % des plus de 65 ans).

 La bascule anthropologique

L’observation de l’évolution des mœurs et de la famille apparaît également sans appel. L’auteur, à partir des études d’opinion sur le Pacs, le mariage pour tous ou la PMA, montre que l’adoption d’une loi ouvrant des droits nouveaux pour les homosexuels se traduit automatiquement par « une hausse de l’adhésion à une revendication supplémentaire ». Ce qu’il appelle « l’effet-cliquet » de ces réformes sociétales. Le renouvellement des générations en cours annonce « un basculement anthropologique menant à une sortie définitive du référentiel catholique », insiste Jérôme Fourquet.

 La sécession des élites

L’autre glissement à l’œuvre est un mouvement de « séparatisme social ». De manière plus ou moins volontaire, « les membres de la classe supérieure se sont progressivement coupé du reste de la population », écrit Jérôme Fourquet qui exploite là aussi toute une batterie d’indices tel que la part des élèves d’origine modeste dans les grandes écoles, passée de 29 % en 1950 à 9 % au milieu des années 1990. Depuis une trentaine d’années, l’entre-soi des milieux aisés s’est renforcé comme le montre l’évolution de la composition des grandes métropoles régionales ou de la capitale. À Paris, la part de cadres et professions intellectuelles est passée de 24,7 % en 1982 à 46,4 % en 2013. Ce phénomène de séparatisme social s’observe aussi dans des villes moyennes ou au sein des périphéries des grandes agglomérations.

 Une « archipelisation » de la société

Cette « archipelisation » de la société et la disparition de la matrice catholique – qui marqua profondément la carte électorale française – se sont fait spectaculairement sentir lors de la présidentielle de 2017. À grand renfort d’enquêtes et de chiffres, Jérôme Fourquet montre que le clivage gauche-droite perd en pertinence au profit d’une forme de rapport au monde, qu’on peut simplifier par l’opposition perdants/gagnants de la mondialisation. Le niveau de diplôme, l’optimisme face à l’avenir, le lieu de résidence ou le sentiment de déclassement sont les marqueurs d’un « fossé socioculturel de plus en plus structurant ».

 Les pièces d’un puzzle

Jérôme Fourquet est l’un des meilleurs spécialistes de l’opinion publique française sur les aspects identitaires et culturels. Élections après élections, il étudie notamment les comportements selon les affinités religieuses ou régionales. On lui doit ainsi de précédentes études sur le vote des catholiques ou des populations issues de l’immigration, sur la question corse ou l’attitude des juifs face à la montée de l’antisémitisme.

Le livre qui sortira la 7 mars est un peu la somme de toutes ces analyses. Jérôme Fourquet a rassemblé les pièces du puzzle pour faire émerger la photographie d’une France qui, selon le regard qu’on y porte, se recompose ou se décompose. La richesse des données rassemblées, graphiques, statistiques, cartographiques, rend la démonstration passionnante… sans pour autant clore le débat.

https://www.la-croix.com/France/Le-nouveau-visage-dune-France-morcelee-2019-03-01-1201005798

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s