CHRISTIANISME, COMMENT LES CHRETIENS SONT DEVENUS CATHOLIQUES, EGLISE CATHOLIQUE, HISTOIRE DE L'EGLISE, LIVRE, LIVRES, LIVRES - RECENSION, MARIE-CHRISTINE BASLEZ

Comment les chrétiens sont devenus catholiques

Comment les chrétiens sont devenus catholiques : Ier siècle-Vè siècle

Marie-François Baslez

Paris, Tallandier, 2019. 308 pages.

chretiens-devenus-catholiques-crg.jpg

 

Présentation de l’éditeur

L’histoire de la fondation et de l’installation du christianisme dans l’ensemble du monde romain en quelques siècles à peine, la conversion de plusieurs dizaines de millions de personnes font aujourd’hui l’objet d’une très grande curiosité dans le public. C’est depuis ses tout premiers siècles d’existence que le christianisme a connu la division et que sont apparues des divergences sur la manière de suivre les préceptes évangéliques et d’organiser les communautés chrétiennes. Dès la reconnaissance de la nouvelle religion par l’empereur Constantin au début du IVe siècle, il fallut proclamer que celle-ci était « catholique », c’est-à-dire, en grec, universelle, tant les pratiques et les croyances étaient diverses. C’était l’aboutissement de très longs débats spirituels, intellectuels mais aussi politiques, sous-tendus par la division du monde méditerranéen entre Orient et Occident, bientôt entre deux empires (puis deux aires culturelles) le plus souvent opposés.

 

Quatrième de couverture

On imagine volontiers que l’Église, depuis ses origines, est une, catholique (universelle), apostolique (organisée par les apôtres de Jésus) et romaine (sous l’autorité de l’évêque de Rome), que les Églises orientales sont restées indépendantes pour des raisons intellectuelles ou historiques, que le culte a toujours été rendu de la même manière et le dogme fixé de toute éternité. Essaimage, dissidences et persécutions n’auraient-ils donc changé en rien le devenir des communautés chrétiennes durant leurs quatre ou cinq premiers siècles d’existence ? La construction de l’identité catholique aurait-elle été aussi linéaire qu’on le croit encore souvent ?  

Au contraire, la réalité est que la marche vers l’universalisme se déroule sous le signe de tensions continuelles. Au commencement, il n’y a pas de doctrine, mais seulement un message, l’évangile. Il n’y a pas non plus d’organisation, sinon locale. Les communautés développent une conscience collective, l’enseignement et la discipline se construisent au fil des siècles sous l’effet de contraintes extérieures, notamment politiques, tout autant que des évolutions de la pensée antique dans un perpétuel bouillonnement d’idées.  

Appuyé sur une connaissance intime des sources chrétiennes et non chrétiennes et nourri des recherches les plus récentes, ce livre riche et suggestif décrit un long processus de construction qui se clôt avec la transformation du christianisme en religion impériale à partir du règne de Constantin, le concile de Nicée (325) et finalement celui de Chalcédoine (451). Il renouvelle profondément l’histoire concrète des quinze ou vingt premières générations de chrétiens.

 

Biographie de l’auteur

Professeur émérite à l’université de Paris IV-Sorbonne, historienne de la Grèce antique et spécialiste du christianisme ancien, Marie-Françoise Baslez est l’auteur d’une biographie de Saint Paul, devenue un grand classique (1991, nouv. éd. 2008) et d’ouvrages pionniers sur le christianisme des premiers siècles.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s