AVENT, JOHN HNERY NEWMAN (1801-1890), SERMONS

Temps de l’Avent : semon du cardinal Newman (3 décembre 1837)

ob_b9ab57a4d78e46ce3a7b65b2e96d34fd_sheperd-star-born-jesus

Sermon du cardinal Newman

pour le 1er dimanche de l’Avent (3 décembre 1837)

« Soyez sur vos gardes, veillez [et priez], car vous ne savez pas quand ce sera le moment » (Mc 13, 33).

 

Notre Seigneur nous a donné cet avertissement quand il était sur le point de quitter ce monde ; le quitter signifiait la fin de sa présence visible. Il avait en perspective les centaines d’années qui devaient s’écouler avant son retour. Il connaissait son but à lui et celui de son Père : laisser progressivement le monde à lui-même, lui ôter les signes de sa bienveillante présence. Il voyait, comme il voit toutes choses, la négligence à son égard qui se répandrait même parmi ceux qui feraient profession de le suivre, la désobéissance téméraire et les paroles violentes qu’oseraient lancer contre lui et contre son Père beaucoup de ceux qu’il avait régénérés, la froideur, la lâcheté et la tolérance à l’égard de l’erreur dont beaucoup feraient preuve – sans qu’ils aillent jusqu’à parler ou agir contre lui. Il prévoyait l’état du monde et celui de l’Église, tels que nous les voyons aujourd’hui, alors que son absence prolongée a pratiquement fait croire qu’il ne reviendra jamais sous une forme visible. Dans le texte en exergue, il nous chuchote à l’oreille, avec sa miséricorde, de ne pas partager l’infidélité générale, de ne pas nous laisser emporter à la dérive par ce monde mais « d’être sur nos gardes, de veiller ‘ et de prier » et d’attendre sa venue.

Assurément, ce bienveillant avertissement devrait être toujours pré­sent à notre pensée tant il est net, solennel et sérieux. Le Christ a annoncé sa première venue, et pourtant il a pris son Église au dépourvu quand il est arrivé ; ce sera bien plus vrai quand il viendra soudain pour la deuxième fois, il surprendra les gens, étant donné qu’il n’a pas fixé la mesure de l’intervalle qui le précède, comme il le fit alors, mais il a laissé à notre vigilance le soin de garder la foi et l’amour.

Considérons donc cette très grave question qui concerne chacun de nous si intimement. Qu’est-ce que veiller dans l’attente du Christ ? Il nous dit : « Veillez donc, car vous ne savez pas quand le maître de la maison va venir, le soir, à minuit, au chant du coq ou le matin, de peur que, venant à l’improviste, il ne vous trouve endormis. Et ce que je vous dis à vous, je le dis à tous : veillez ! » Et de nouveau : « si le maître de maison avait su à quelle heure le voleur devait venir, il [aurait veillé et] n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison. » Un avertissement semblable est donné ailleurs à la fois par notre Seigneur et par ses apôtres. Par exemple, nous avons la parabole des dix vierges, cinq étaient avisées et cinq insensées ; l’époux, après avoir tardé, vint soudainement vers elles, cinq furent trouvées sans leur provision d’huile. Sur quoi notre Seigneur déclare : « Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure [où le Fils de l’homme viendra]. » Et il dit encore ceci : « Tenez-vous sur vos gardes, de peur que vos cœurs ne s’appesantissent dans la débauche, l’ivrognerie, les soucis de la vie, et que ce Jour-là ne fonde soudain sur vous comme un filet ; car il s’abattra comme un filet sur tous ceux qui habitent la surface de toute la terre. Veillez donc et priez en tout temps, afin d’avoir la force d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme5. » De la même manière, il a réprimandé Pierre ainsi : « Simon, tu dors ? Tu n’as pas eu la force de veiller une heure ? »

Pareillement saint Paul écrit dans la lettre aux Romains : « C’est l’heure désormais de vous arracher au sommeil […]. La nuit est avan­cée. Le jour est tout proche. » Et encore « Veillez, demeurez fermes dans la foi, soyez des hommes, soyez forts. » « Rendez-vous puis­sants dans le Seigneur et dans la vigueur de sa force. Revêtez l’armure de Dieu pour pouvoir résister aux manœuvres du diable […] afin qu’au jour mauvais vous puissiez résister et, après avoir tout mis en œuvre, rester fermes. » « Ne nous endormons pas, comme font les autres, mais restons éveillés et sobres. » De la même manière, on trouve chez saint Pierre : « La fin de toutes choses est proche. Soyez donc sages et sobres en vue de la prière […]. Soyez sobres, veillez. Votre partie adverse, le Diable, comme un lion rugissant, rôde, cherchant qui dévorer. » Et chez saint Jean : «Voici que je viens comme un voleur : heureux celui qui veille et garde ses vêtements.»

Je considère que ce mot veiller, employé par notre Seigneur, ensuite par son disciple préféré et par les deux grands apôtres Pierre et Paul, est un mot remarquable ; remarquable parce que l’idée n’est pas si évidente qu’il pourrait sembler à première vue, et ensuite parce que tous y insistent. Nous ne devons pas seulement croire, mais veiller ; veiller pourquoi ? Pour ce grand événement, la venue du Christ. Que nous considérions la signification évidente de ce mot ou l’objet vers lequel il nous oriente, il nous semble y discerner un devoir particulier qui nous est enjoint, un devoir tel qu’il ne vient pas naturellement à notre esprit. La plupart d’entre nous ont une idée générale de ce que l’on entend par croire, craindre, aimer, obéir; mais peut-être ne considérons-nous pas assez et ne comprenons-nous pas ce que Ton entend par veiller.

Pour moi, c’est l’un des points principaux qui, en pratique, séparera les vrais et parfaits serviteurs de Dieu de la foule de ceux qui portent le nom de chrétiens ; de ceux qui, je ne dis pas sont perfides et réprouvés, mais tels que l’on ne peut rien dire d’eux ni avoir la moindre idée de ce qu’ils deviendront. En disant cela, n’entendez pas que j’affirme – je me garderais bien de le faire – qu’on puisse dire avec certitude qui sont les parfaits chrétiens et qui sont les chrétiens hypocrites et inconséquents ; ou que ceux qui discourent avec insistance sur ces sujets sont du côté des bons. Je ne parle que de deux types d’hommes. ceux qui sont sincères et fermes dans leurs principes et ceux qui n’ont pas de fermeté ; et, selon moi, ils seront très largement distingués et départagés par ce seul critère : les vrais chrétiens, quels qu’ils soient, veillent, les chrétiens inconséquents ne veillent pas. Mais qu’est-ce que le fait de veiller ?

 

Je crois qu’on peut le définir à partir de ce qui suit : savez-vous ce que l’on ressent dans la vie courante lorsqu’on attend un ami, que l’on guette sa venue et qu’il tarde? Savez-vous ce que c’est que d’être en compagnie désagréable, de souhaiter que le temps passe et que sonne l’heure de retrouver sa liberté? Savez-vous ce que c’est que d’être dans l’angoisse d’une chose qui peut ou non se produire ou dans l’incertitude d’un événement important qui vous fait battre le cœur dès qu’on vous le rappelle, qui revient comme votre première pensée du matin ? Savez-vous ce que c’est que d’avoir un ami, loin à l’étranger, d’attendre de ses nouvelles et de se demander jour après jour ce qu’il fait maintenant et s’il va bien ? Savez-vous ce que ce c’est que de vivre attaché à quelqu’un que vous suivez des yeux, dans l’âme de qui vous pouvez lire, dont vous remarquez les changements dans le maintien, dont vous anticipez les désirs, avec qui vous échangez les sourires et de qui vous partagez la tristesse, peiné quand il est contrarié, joyeux quand il réussit ? Veiller dans l’attente du Christ est un sentiment analogue à ceux-là dans la mesure où les sentiments de ce monde peuvent nous donner une image de ceux de l’autre.

Il veille dans l’attente du Christ, celui qui a un cœur sensible, ouvert et accueillant, qui est éveillé, prompt, intuitif, qui se tient aux aguets, ardent à le chercher et à l’honorer, qui l’attend dans tout ce qui arrive et qui ne serait ni surpris ni décontenancé ni bouleversé s’il était mis tout à coup devant le fait soudain de sa venue.

Et il veille avec le Christ celui qui, en regardant vers l’avenir, ne néglige pas le passé et ne se borne pas à contempler ce que son Sauveur lui a acquis au point d’oublier ce qu’il a souffert pour lui. Il veille avec le Christ celui qui fait mémoire de la croix et de l’agonie du Christ et les revit en sa propre personne, celui qui prend sur lui, avec joie, ce manteau d’affliction que le Christ a porté ici-bas et a laissé derrière lui quand il est monté au ciel. C’est pourquoi, dans les épîtres, les écrivains inspirés expriment aussi souvent leur désir de son deuxième avènement qu’ils expriment leur souvenir de sa première venue et qu’ils ne perdent jamais de vue son crucifiement en célébrant sa résurrection. C’est pourquoi saint Paul, qui rappelle aux Romains qu’ils « attendent la rédemption de leurs corps » au dernier jour, dit aussi : « puisque nous souffrons avec lui pour être aussi glorifiés avec lui ». S’il parle aux Corinthiens de « l’attente de notre Seigneur Jésus Christ », il dit aussi : « Nous portons partout et toujours en notre corps les souffrances de la mort de Jésus, pour que la vie de Jésus soit, elle aussi, manifestée dans notre corps. » S’il parle aux Philippiens de la « puissance de sa résurrection », il évoque aussitôt après « la communion à ses souffrances [pour] lui devenir conforme dans la mort». S’il console les Colossiens avec l’espérance que, « quand le Christ sera manifesté […], alors vous aussi vous serez manifestés avec lui pleins de gloire », il a déjà déclaré : « je complète en ma chair ce qui manque aux épreuves du Christ pour son Corps, qui est l’Église ». Ainsi, la pensée de ce qu’est le Christ maintenant ne doit pas effacer de l’esprit la pensée de ce qu’il a été ; la foi ne cesse de s’affliger avec lui en même temps qu’elle se réjouit avec lui. La même union de pensées opposées est imprimée en nous dans la sainte communion où nous voyons réunies en un même temps la mort et la résurrection du Christ ; nous faisons mémoire de l’une et nous nous réjouissons de l’autre, nous faisons une offrande et nous obtenons une bénédiction.

C’est donc cela, veiller ; être détaché du présent et vivre dans l’invi­sible ; vivre dans la pensée du Christ tel qu’il est venu une fois et tel qu’il reviendra de nouveau ; désirer son second avènement en se rappelant le premier avec amour et reconnaissance. Or c’est cette attitude que les gens, en général, n’ont pas à ce qu’il nous semble. Certes, ils manquent aussi de foi et d’amour, mais ils professent au moins qu’ils ont ces grâces, et il n’est pas facile de les convaincre qu’ils ne les ont pas. Ils considèrent qu’ils ont la foi parce qu’ils tiennent que la Bible est venue de Dieu et qu’ils font entièrement confiance au Christ pour leur salut ; et ils considèrent qu’ils ont l’amour parce qu’ils obéissent à quelques-uns des commandements les plus explicites de Dieu. L’amour et la foi, ils pensent les avoir ; mais ce qui est sûr, c’est qu’ils ne s’imaginent même pas qu’ils veillent. Ce que signifie veiller et comment c’est un devoir, ils n’en ont pas d’idée définie ; ainsi, il se trouve de fait que veiller est la marque propre du chrétien parce que cette attitude particulière de foi et d’amour, tout essentielle qu’elle soit, et que les hommes de ce monde n’adoptent pas, représente la vie et la force de la foi et de l’amour, et la manière selon laquelle la foi et l’amour se manifestent quand ils sont authentiques.

Il est facile d’illustrer ce que je veux dire par l’expérience que nous avons tous de la vie. Beaucoup de gens, certes, attaquent ouvertement la religion ou du moins désobéissent ouvertement à ses lois ; mais examinons le cas de ceux qui relèvent d’une forme d’esprit plus retenue et plus consciencieuse. Ils ont nombre de bonnes qualités et sont en un certain sens et jusqu’à un certain point religieux ; mais ils ne veillent pas. Leur notion de la religion se résume brièvement à aimer Dieu, certes, mais aussi à aimer ce monde ; à ne pas seulement accomplir leur devoir, mais à trouver leur bien principal et le plus élevé dans cet état de vie en lequel il a plu à Dieu de les appeler, à s’installer en lui, à le considérer comme leur part. Ils servent Dieu et le cherchent ; mais ils considèrent le monde présent comme s’il était éternel et non comme étant le théâtre seulement temporaire de leurs devoirs et de leurs privilèges, et ils ne considèrent jamais la possibilité d’en être séparés. Ce n’est pas qu’ils oublient Dieu ou qu’ils vivent sans principes ou qu’ils ne se souviennent pas que les biens de ce monde viennent de lui ; mais ils les aiment pour eux-mêmes plutôt que pour leur donateur, et ils comptent sur leur durée comme si elle était comparable à celle de leurs devoirs et de leurs privilèges spirituels. Ils ne comprennent pas qu’ils sont appelés à être des étrangers et des voyageurs sur la terre, que leur part et leurs biens en ce monde sont une sorte d’accident dans leur existence, qu’ils ne détiennent réellement aucune propriété même si la loi humaine leur en garantit le droit. Par suite, Us mettent leurs cœurs dans leurs possessions, grandes ou petites, non sans avoir le sens de la religion en général mais aussi en tombant dans l’idolâtrie. Telle est leur faute, assimiler Dieu à ce monde et, par suite, idolâtrer le monde ; ce qui, en conséquence, les dispense de chercher leur Dieu car ils pensent l’avoir trouvé dans les biens de ce monde. Certes, ils sont réellement dignes de louange en maints domaines de leur conduite, ils sont bienveillants, charitables, affables, de bon voisinage, utiles à leur génération et, à la vérité, peut-être réguliers dans les devoirs religieux qui relèvent de la coutume, ils font preuve de sentiments justes et aimables et de beaucoup de rectitude dans leurs idées, ils sont même sur la voie d’améliorer leur caractère et leur comportement, de corriger beaucoup de leurs travers, d’acquérir une plus grande maîtrise d’eux-mêmes, de la maturité dans leur jugement, et d’être bien considérés en conséquence ; pourtant, il est évident qu Us aiment ce monde, qu’ils regretteraient de le quitter et qu’ils souhaitent avoir encore plus des bonnes choses qu’il leur offre. Ils aiment la richesse, l’honneur, le crédit et l’influence. Il se peut qu’ils progressent dans leur conduite mais non dans leurs aspirations ; ils avancent mais ne s’élèvent pas ; ils se meuvent à un bas niveau, et le continueraient-ils pendant des siècles qu’ils ne s’élèveraient jamais au-dessus de l’atmosphère de ce monde. « Je vais me tenir à mon poste de garde, je vais rester debout sur mon rempart ; je guetterai pour voir ce qu il me dira, ce qu’il va répondre à ma doléance. » Telle est la qualité d’esprit qu’il leur manque ; et quand nous nous rendons compte a quel point elle est rare parmi les chrétiens déclarés, nous comprenons pourquoi notre Seigneur la recommande si instamment ; c’est comme s il disait : « Je ne vous donne pas d’avertissement à vous, mes disciples, contre l’apostasie ouverte ; elle ne se produira pas ; mais je prévois que bien peu resteront en éveil et en attente quand je serai parti. Bénis seront les serviteurs qui veilleront ; peu m’ouvriront dès que je frap­perai. Ils auront toujours quelque chose à faire d’abord, ils auront a se préparer. Ils auront à revenir de la surprise et de la confusion qui les envahiront aux premières annonces de ma venue. Ils auront besoin de temps pour se ressaisir et rassembler de meilleures pensées et de meilleurs sentiments. Ils se trouvent si bien comme ils sont ; ils souhaitent servir Dieu comme ils sont. Ils sont contents de rester sur la terre ; ils ne souhaitent pas la quitter ; ils ne souhaitent pas changer. »

Sans contester à ces gens la valeur de leurs nombreuses habitudes religieuses, je dirais qu’il leur manque un cœur tendre et sensible qui s’attache à la pensée du Christ et qui vit dans son amour. L’air de ce monde a le pouvoir particulier, pour ainsi dire, de rouiller leur âme. Leur miroir intérieur, au lieu de réfléchir le Fils de Dieu, leur Sauveur. est devenu terne et décoloré ; en conséquence (pour employer une expression familière), même s’il y a beaucoup de bien en eux, il est seulement en eux ; il ne les pénètre pas, ne les enveloppe pas, ne les couvre pas. Une croûte mauvaise est sur eux : ils sont remplis d’idées et de manières de parler qui sont celles du monde ; le monde est leur référence et ils ont une sorte de révérence pour tout ce qu’il dit. Il y a en eux un manque de naturel, de simplicité et de docilité de l’enfant. Il est difficile de les toucher ou (si l’on peut dire) de les atteindre et de les persuader d’être fermes dans les questions religieuses. Ils se décident à agir quand vous vous y attendez le moins : ils émettent des réserves, font des distinctions, trouvent des exceptions, ils hésitent sur des questions où il n’y a que deux réponses, une bonne et une mauvaise. Leurs sentiments religieux ont du mal à s’exprimer au moment même où il le faudrait : ou bien ils sont méfiants et ne peuvent rien dire, ou bien ils sont affectés et contraints dans leur façon de converser. Et comme la rouille ronge le métal et le creuse, cet esprit mondain pénètre de plus en plus profondément dans leur âme, une fois qu’il y est entré. Et ce serait, semble-t-il, mettre un terme définitif à ces afflic­tions que d’effacer et de purifier ces souillures venues de l’extérieur et de garder l’âme dans un certain degré de pureté baptismale et d’éclat.

Ainsi, on ne saurait douter du fait qu’il y a dans l’Eglise une quantité de personnes telles que je viens de les décrire qui ne voudraient ni ne pourraient accueillir notre Seigneur au moment de sa venue. Nous ne pouvons, certes, pas appliquer ce qui vient d’être dit à tel ou tel en particulier, mais, dans l’ensemble, considérant la majorité des cas, on ne peut se méprendre. Il y a des exceptions, mais, toutes les restrictions possibles ayant été faites, un grand nombre restent irrésolus, s’efforçant d’unir des réalités incompatibles. Nous pourrions en être sûrs même si le Christ n’avait rien dit sur le sujet ; mais c’est avec beaucoup d’émotion et de gravité que nous constatons qu’il a, de fait, attiré notre attention sur ce danger précis, le danger d’une religion mondaine, car il faut bien la nommer ainsi, bien qu’il s’agisse de religion ; ce mélange de religion et d’infidélité qui amène à servir Dieu en vérité mais aussi à aimer la mode, les distinctions, les plaisirs, le confort de cette vie, à se satisfaire des circonstances qui donnent accès aux honneurs et aux vanités, à se montrer exigeant dans les affaires de nourriture, d’habillement, de logement, de mobilier ou de service domestique, à faire la cour aux grands et à rechercher toute position sociale. Le Christ avertit ses disciples du danger qu’il y a à laisser l’esprit se détourner de lui, quelle qu’en soit la cause ; il les met en garde contre toute excitation, toute séduction de ce monde ; il les avertit solennel­lement que le monde ne sera pas préparé pour sa venue, et il les supplie, avec tendresse, de ne pas se compromettre avec lui. Il les avertit par les exemples de l’homme riche à qui on a demandé son âme, du serviteur qui a mangé et bu et des vierges folles. Quand il reviendra, il leur manquera du temps ; ils ne sauront où donner de la tête, leurs yeux se brouilleront, leur langue bégaiera, leurs membres fléchiront comme s’ils étaient réveillés en sursaut. Ils ne retrouveront pas sur le moment leurs sens et leurs facultés. Ô pensée redoutable ! le cortège nuptial s’avance – les anges sont là -, les justes rendus parfaits sont là – petits enfants, saints docteurs, élus vêtus de leur robe blanche, martyrs qui ont lavé la leur dans le sang; les noces de l’Agneau sont arrivées et son épouse s’est préparée. Elle a revêtu sa parure : pendant que nous dormions, elle a mis ses habits, ajouté bijou sur bijou, beauté sur beauté ; elle a rassemblé les invités de son choix, un par un, elle les a formés à la sainteté en les purifiant pour son Seigneur, maintenant l’heure des noces est arrivée. La Jérusalem céleste descend et une voix puissante proclame : « Voici que l’époux arrive, allez à sa rencontre ! » Mais nous, hélas ! nous sommes seulement éblouis par l’éclat de sa lumière et aucun de nous n’accueille cette voix ni ne lui obéit, et tout cela, pourquoi? Qu’aurons-nous gagné ? Qu’est-ce que ce monde aura fait pour nous ? Monde misérable et trompeur ! qui sera alors consumé, incapable non seulement de nous être utile mais de se sauver lui-même. Heure misérable, en vérité, quand nous aurons soudain pleine conscience de ce que nous refusons de croire maintenant, c’est-à-dire que nous sommes à présent les serviteurs du monde. Nous badinons maintenant avec notre conscience ; nous trompons notre meilleur jugement ; nous refusons les conseils de ceux qui nous disent que nous nous joignons à ce monde périssable. Nous voulons goûter un peu de ses plaisirs et suivre ses voies, nous pensons qu’il n’y a pas de mal à cela pourvu que nous ne négligions pas en même temps la religion. Je veux dire que nous nous permettons d’envier ce que nous n’avons pas, de nous vanter de ce que nous avons, de mépriser ceux qui ont moins ; ou bien nous nous permettons de professer ce que nous n’essayons pas de pratiquer d’argumenter par amour de la réussite, de débattre quand il faudrait obéir ; nous tirons orgueil de notre capacité de raisonner, nous nous croyons éclairés, nous dédaignons ceux qui ont moins à dire en leur faveur et nous étalons et défendons nos propres théories ; ou bien nous sommes rongés d’inquiétude, irritables, minés par les soucis des affaires du monde, rancuniers, jaloux, mécontents et d’un naturel malveillant : nous avons partie liée avec ce monde et nous ne voulons pas l’admettre. Nous refusons obstinément de le croire ; nous savons que nous ne sommes pas, somme toute, irréligieux et nous nous persuadons que nous sommes religieux. Nous apprenons à penser qu’il es( possible d’être trop religieux ; nous nous sommes convaincus qu’il n’y avait rien d’élevé ou de profond dans la religion, aucun grand déploiement de nos sentiments, aucune nourriture de qualité pour notre pensée, aucune tâche assez digne pour nos efforts. Nous poursuivons notre route de satisfaction et de suffisance de nous-mêmes, sans regarder hors de nous-mêmes, sans nous tenir, comme des soldats aux aguets, dans la nuit sombre ; mais nous allumons notre propre feu et nous prenons notre plaisir à ses étincelles. Tel est notre état ou quelque chose de semblable, et le grand jour le manifestera ; ce jour est à nos portes ; ce jour scrutera notre cœur et nous fera comprendre même malgré nous que nous nous sommes leurrés en paroles, que nous n’avons pas servi le Christ, comme le demande le rédempteur de nos âmes, sinon d’un service mesquin, partiel, mondain, sans une vraie contemplation de celui qui est au-dessus du monde et distinct de lui. Silencieusement, les années passent, l’une après l’autre ; la venue du Christ est toujours plus proche qu’elle n’était. Ô, tandis qu’il approche de la terre, puissions-nous nous approcher du ciel ! Ô, mes frères, priez-le pour qu’il vous donne un cœur qui le cherche sincèrement. Priez-le de vous rendre sérieux. Vous n’avez qu’une chose à faire, porter votre croix à sa suite. Avec sa force, décidez de le faire. Décidez de n’être plus séduits par des « ombres de religion », par des mots ou des discussions ou de simples notions ou des déclarations éclatantes ou des excuses ou les promesses ou les menaces du monde. Priez-le de vous donner ce que l’Écriture appelle « un cœur honnête et bon » ou « un cœur parfait », et, sans attendre, commencez tout de suite à lui obéir de tout votre cœur. Toute forme d’obéissance est meilleure qu’aucune obéissance, toute profession de foi qui n’est pas associée à l’obéissance est une pure prétention et une tromperie. Toute religion qui ne vous rapproche pas de Dieu est une religion mondaine. Vous devez chercher son visage ; l’obéissance est la seule manière de le chercher. Tous nos devoirs sont des actes d’obéissance. Si vous devez croire aux vérités qu’il a révélées, si vous devez vous régler sur ses préceptes, si vous devez fréquenter régulièrement ses sacrements, appartenir à son Église et à son peuple, pour quel motif devez-vous le faire sinon parce qu’il vous l’a commandé ? Faire ce qu’il commande c’est lui obéir, et lui obéir c’est se rapprocher de lui. Tout acte d’obéissance nous met plus près toujours, plus près de Dieu qui n’est pas loin de nous, malgré les apparences ; il est tout près, derrière l’écran visible des choses qui nous le cachent. Il est derrière les formes matérielles ; terre et ciel ne sont qu’un voile entre lui et nous ; le jour viendra où il déchirera le voile et se montrera à nous. Alors, selon que nous l’aurons attendu, il nous récompensera. Si nous l’avons oublié, il ne nous reconnaîtra pas ; mais « Heureux ces serviteurs que le maître à son arrivée trouvera fidèles à veiller ! […] il se ceindra, les fera mettre à table et, passant de l’un à l’autre, il les servira. Qu’il vienne à la deuxième ou à la troisième veille, s’il trouve les choses ainsi, heureux seront-ils ! » Puisse cela être la part de chacun de vous ! Il est dur d’y arriver ; mais il est tragique d’échouer. La vie est courte ; la mort est certaine ; et le monde à venir est éternel.

 

Sermon du 3 décembre 1837

Trad. Marie-Bernard Duvignau et Pierre Poque.

John Henry Newman, Sermons Paroissiaux vol 4 (Le paradoxe chrétien) sermon 22, Cerf, Paris 1996, pp. 277-289. 

51UNQ55-rXL._SX320_BO1,204,203,200_

BERNARD DE CLAIRVAUX, BERNARD DE CLAIRVAUX (saint ; 1091-1153), FETE DE LA TOUSSAINT, FETE LITURGIQUE, JOHN HNERY NEWMAN (1801-1890), PRIERE, SERMONS

Premier novembre : fête de la Toussaint

Le premier novembre : Fête de tous les saints

All-Saints.jpg

« Recherchons les choses d’en-haut « ,

Une homélie de saint Bernard pour la Toussaint

 

 Du fond des siècles, la prédication de St. Bernard de Clairvaux nous parvient et n’a rien perdu de sa fougue! Il nous confie une chose essentielle: les saints ne sont pas faits que pour être admirés! Nous sommes tous appelés à faire partie de “la foule immense des témoins” dont le grand bonheur est de voir un jour le visage du Seigneur et d’être semblable à lui (1 Jn 3,2). Tel est le sens de la fête de la Toussaint célébrée le 1er novembre.

Pourquoi notre louange à l’égard des saints, pourquoi notre chant à leur gloire, pourquoi cette fête même que nous célébrons ? Que leur font ces honneurs terrestres, alors que le Père du ciel, en réalisant la promesse du Fils, les honore lui-même ? De nos honneurs les saints n’ont pas besoin, et rien dans notre culte ne peut leur être utile. De fait, si nous vénérons leur mémoire, c’est pour nous que cela importe, non pour eux. […] Pour ma part, je l’avoue, je sens que leur souvenir allume en moi un violent désir […]

Le premier désir, en effet, que la mémoire des saints éveille, ou plus encore stimule en nous, le voici : nous réjouir dans leur communion tellement désirable et obtenir d’être concitoyens et compagnons des esprits bienheureux, d’être mêlés à l’assemblée des patriarches, à la troupe des prophètes, au groupe des Apôtres, à la foule immense des martyrs, à la communauté des confesseurs, au chœur des vierges, bref d’être associés à la joie et à la communion de tous les saints. […] Cette Église des premiers-nés nous attend, et nous n’en aurions cure ! Les saints nous désirent et nous n’en ferions aucun cas ! Les justes nous espèrent et nous nous déroberions !

Réveillons-nous enfin, frères ; ressuscitons avec le Christ, cherchons les réalités d’en haut ; ces réalités, savourons-les. Désirons ceux qui nous désirent, courons vers ceux qui nous attendent, et puisqu’ils comptent sur nous, accourrons avec nos désirs spirituels. {…] Ce qu’il nous faut souhaiter, ce n’est pas seulement la compagnie des saints, mais leur bonheur, si bien qu’en désirant leur présence, nous ayons l’ambition aussi de partager leur gloire, avec toute l’ardeur et les efforts que cela suppose. Car cette ambition-là n’a rien de mauvais : nul danger à se passionner pour une telle gloire. […]

Et voici le second désir dont la commémoration des saints nous embrase : voir, comme eux, le Christ nous apparaître, lui qui est notre vie, et paraître, nous aussi, avec lui dans la gloire. Jusque-là, il ne se présente pas à nous comme il est en lui-même, mais tel qu’il s’est fait pour nous : notre Tête, non pas couronnée de gloire, mais ceinte par les épines de nos péchés […] Viendra le jour de l’avènement du Christ : alors on n’annoncera plus sa mort de manière à nous faire savoir que nous aussi sommes morts et que notre vie est cachée avec lui. La Tête apparaîtra dans la gloire, et avec elles les membres resplendiront de gloire, lorsque le Christ restaurera notre corps d’humilité pour le configurer à la gloire de la Tête, puisque c’est lui la Tête.

Cette gloire, il nous faut la convoiter d’une absolue et ferme ambition. […] Et vraiment, pour qu’il nous soit permis de l’espérer, et d’aspirer à un tel bonheur, il nous faut rechercher de tout cœur l’aide et la prière des saints : ce qui est au-dessus de nos forces puisse-t-il nous être donné par leur intercession !

 

Saint Bernard de Clairvaux (1090-1153)

 

 

Rayonne à travers moi !

 

A l’approche de la Toussaint, voici une prière du Cardinal Newman (1801-1890) qui pourrait être un programme de sainteté.

Seigneur Jésus,
inonde-moi de ton Esprit et de ta vie.
Prends possession de tout mon être
pour que ma vie ne soit
qu’un reflet de la tienne

Rayonne à travers moi, habite en moi,
et tous ceux que je rencontrerai
pourront sentir ta Présence auprès de moi,
en me regardant ils ne verront plus que Toi seul,
Seigneur!

Demeure en moi et alors je pourrai,
comme Toi, rayonner,
au point d’être à mon tour
une lumière pour les autres,
lumière, Seigneur,
qui émanera complètement de Toi,
c’est Toi qui, à travers moi,
illuminera les autres.

Ainsi ma vie deviendra une louange à ta gloire,
la louange que tu préfères,
en te faisant rayonner sur ceux qui nous entourent.
Par la plénitude éclatante de l’amour
que te porte mon cœur. Amen.

 

https://www.jeunes-cathos.fr/toussaint/recherchons-les-choses-den-haut-une-homelie-de-saint-bernard-pour-la-toussaint

ANGES, JOHN HNERY NEWMAN (1801-1890), PRIERE, PRIERE DU CARDINAL NEWMAN A SON ANGE GARDIEN, PRIERES

Prière du cardinal Newman à son ange gardien

La Prière du Bx Cardinal J H Newman à son ange gardien 

« Mon plus vieil ami » :

Ange_au_sourire.jpg

« Mon plus vieil ami, ami depuis mon premier souffle de vie  ; mon ami fidèle, tu le seras, sans trahir, jusqu’à ma mort.

Tu as toujours été auprès de moi  ; mon Créateur à ta garde confia mon âme, dès qu’Il forma l’enfant tiré de la poussière.

Ni la ferveur du cœur dans la prière, ni la foi droitement formée, ne m’ont donné pour tuteur Joseph, ou la puissance conquérante de Michel.

Nul saint patron, ni l’amour de Marie, le plus cher, le meilleur, ne me connais, moi, comme tu me connais, et m’a béni, comme tu m’as béni.

Tu me portas sur les fonts baptismaux  ; et toi, chaque année, allant croissant, tu as murmuré les rudiments de la vérité dans mes oreilles d’enfant.

Et quand l’adolescence fut dépassée, et que mon esprit rebelle eut cédé, Ah ! Oui, tu as vu, et tu tremblais aussi, et cependant supportais ce qui mène en Enfer.

Alors, quand le jugement venait, et que la frayeur me reprenait, ton souffle doux s’empressait d’apaiser et de sanctifier toutes mes peines.

Oh ! Qui de tes labeurs et de tes soucis peut faire entièrement le récit, toi qui m’as placé sous le sourire de Marie, et conduit aux pieds de Pierre !

Et tu te pencheras sur mon lit, à l’heure où de la vie les ombres s’allongent  ; toi, du doute, de l’impatience et de la tristesse, l’ennemi vigilant et jaloux.

Mon ami, moi devant le Juge  ; mon ami, si, épargné, je peux demeurer dans le feu de la mort dorée, le temps que mon péché tout entier soit consumé.

Mon ami, ô frère de mon âme, quand le jour de ma libération sera arrivé  ; alors tes bras doucement me relèveront, tes ailes me porteront à mon foyer d’éternité.

Amen. »

Cardinal John Henry Newman (1801-1890)