CARLOS RUIZ ZAFON, ECRIVAIN ESPAGNOL, LITTERATURE, LITTERATURE ESPAGOLE, LIVRE, LIVRES

Carlos Ruiz Zafon (1964 – 2020) — Blog Histoire Géo

L’écrivain espagnol Carlos Ruiz Zafon, connu pour son roman L’Ombre du vent, est décédé. Il est notamment l’auteur d’une tétralogie intitulée Le Cimetière des livres oubliés, publiée entre 2001 et 2016, qui comprend les romans L’Ombre du vent, Le Jeu de l’ange, Le Prisonnier du ciel et Le Labyrinthe des esprits.

via Carlos Ruiz Zafon (1964 – 2020) — Blog Histoire Géo

ARTISTE, ECRIVAIN ESPAGNOL, ESPAGNE, LITTERATURE ESPAGOLE, PEINTRE ESPAGNOL, SALVADOR DALI (1904-1989)

Salvador Dali (1904-1989)

Salvador Dalí

18271375

Peintre, graveur et écrivain espagnol (Figueras 1904-Figueras 1989).

Génie protéiforme, cultivant l’extravagance et l’autocélébration, Salvador Dalí pratiqua une forme d’art de l’inconscient dont il eut la révélation en lisant Freud. Il marqua de sa personnalité le surréalisme en peinture comme au cinéma.

 

L’ENTRÉE DANS LE SURRÉALISME

Élève rêveur et indiscipliné jusqu’à son entrée à l’École des beaux-arts de Madrid, Salvador Dalí se place à la croisée de plusieurs influences, qui mêlent les réalismes hollandais et espagnol, l’impressionnisme et le cubisme (Jeune Fille assise, vue de dos, 1925, Centre d’art Reina Sofía, Madrid). C’est à Madrid qu’il fait la connaissance de Luis Buñuel, tandis que De Chirico et la « peinture métaphysique », Magritte ou encore Miró décident de sa vocation, qui s’affirme dès 1927 par un style que caractérise une exécution minutieuse mise au service de représentations oniriques. Dans ses compositions apparaît aussi l’obsession des paysages marins qui ne le quittera plus (Femme devant les rochers, 1926, collection privée, Milan). C’est après un premier voyage à Paris qu’il « s’insinue » dans le surréalisme, selon le mot d’André Breton. Sa contribution au mouvement est moins celle du peintre que de l’auteur, avec Buñuel, d’Un chien andalou (1928). À peine moins déterminante est sa part dans la réalisation de l’Âge d’or (1930), qui restera longtemps interdit. La carrière cinématographique de Dalí s’achève en 1932 avec la publication d’un scénario, Babaouo, qui « se passe en 1934 dans n’importe quel pays d’Europe pendant la guerre civile ».

Dalí, qui a pour compagne et inspiratrice Gala Éluard, est le pourvoyeur d’un feu d’artifice ininterrompu. Il a « une idée par minute », de préférence incongrue ou obscène, mettant au service du mouvement surréaliste une publicité ingénieuse et tapageuse. Ses œuvres, telle l’Énigme du désir – Ma mère, ma mère, ma mère (1929, collection privée, Zurich), illustrent sa théorie de la « paranoïa critique » qu’il expose dans son livre la Femme visible (1930). Il s’agit d’une « libre interprétation des associations délirantes ». De là ces peintures où, sous l’apparence d’un trompe-l’œil, les objets s’allongent, se dissolvent, se métamorphosent ; de là ces loufoqueries à propos de tableaux célèbres, comme l’Angélus de Millet, où le chapeau de l’homme dissimule, selon Dalí, un sexe en érection. Malgré le reniement de Breton, en 1934, l’art hallucinatoire de Dalí relève bien de l’esthétique surréaliste (Persistance de la mémoire, ou les Montres molles, 1931, MoMA, New York ; Prémonition de la guerre civile, 1936, Philadelphie), résumée par cet aphorisme : « La culture de l’esprit s’identifiera à la culture du désir. »

 

DALÍ AIME DALÍ

En 1936, Dalí affecte un retour spectaculaire au « classicisme » italien, qui consacre sa rupture définitive avec le surréalisme historique. De 1940 à 1948, il vit aux États-Unis. De retour en Espagne, il s’installe à Port Lligat, en Catalogne. Il épousera religieusement Gala en 1958. Puisant à toutes les sources, réalisme et baroque (Christ de Saint-Jean-de-la-Croix, 1951, Glasgow), expressionnisme abstrait et pop art, il a aussi recours, à partir des années 1970, à des procédés capables de donner l’illusion du relief comme l’holographie et la stéréoscopie.

 

Salvador Dalí, définition du surréalisme

À force d’inventions et de rodomontades, d’avances aux gens du monde, de compromissions avec les puissances politiques et religieuses, Dalí entretient son mythe personnel et continue de passer, aux yeux du grand public, pour l’authentique représentant du surréalisme. Vie et œuvre se confondent alors dans une imposture générale qui pourrait bien être aussi une œuvre d’art digne de forcer, sinon l’approbation, du moins une attention moins sceptique. Un musée Dalí, dont le peintre sera lui-même le promoteur, sera créé en 1974 à Figueras, où verra aussi le jour en 1984 la fondation Gala-Salvador-Dalí. Cinq ans plus tard, c’est elle qui recevra le corps de l’artiste.

 

AVIDA DOLLARS

Le sobriquet, en forme d’anagramme, a pour auteur André Breton. Il s’applique malicieusement à Salvador Dalí, à l’époque de son séjour aux États-Unis, où il n’eut pas d’autre choix que se proclamer le peintre le plus riche du monde ! Dalí, au demeurant, toujours situé aux frontières du dandysme et de la clownerie, ne laissa à personne d’autre qu’à lui-même le soin de faire valoir sa personne. Il endossa la défroque de l’histrion génial, à la moustache hilarante, et entreprit son propre panégyrique sur un ton glorieux et outrancier qui atteignait précisément à la dérision théâtrale… celle-là même dont il usa dans une célèbre publicité où il déclarait être « fou » d’un certain chocolat…

 

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Biographie Salvador Dalí

« A six ans je voulais être cuisinière. A sept ans Napoléon. Depuis, mon ambition n’a cessé de croître comme ma folie des grandeurs. » Salvador Dalí

L’artiste surréaliste espagnol Salvador Dalí naît le 11 mai 1904 à Figueres. Il y décède le 23 janvier 1989 à l’âge de 84 ans. Il est le fils du notaire Salvador Dalí Cusí et de Felipa Domènech Ferrés.

En 1908, son père l’inscrit à l’École publique maternelle de Figueres, avec le maître Esteban Trayter. Deux ans plus tard et, au vu de l’échec de cette option, son père décide de l’inscrire au collège hispano-français Inmaculada Concepción de Figueres, où il apprend le français, sa future langue de culture.
portrait-salvador-dali

Salvador Dali with ocelot and cane – Library of Congress. New York World-Telegram & Sun Collection. 1965 – Auteur : Roger Higgins, World Telegram staff photographer

En 1916, Salvador Dalí passe une période aux alentours de Figueres, dans la propriété El Molí de la Torre, de la famille Pichot – famille d’intellectuels et d’artistes – où, grâce à la collection que possède le peintre Ramon Pichot, il découvre l’impressionnisme. Après une scolarité primaire médiocre, il commence, en automne, ses études secondaires au collège des Frères Maristes et au Lycée de Figueres. Il assiste également aux classes du professeur Juan Núñez à l’École municipale de dessin de Figueres. Au cours de cette année et de la suivante, Salvador Dalí dessine des contes pour sa soeur Anna Maria (née en 1908) lorsque celle-ci est malade.

En 1917, son père lui organise, chez lui, une exposition de dessins au charbon. En 1918, Salvador Dalí collabore, avec une vignette, à la revue populaire catalane Patufet. En 1919, il participe à une exposition collective dans les salons de la Societat de Concerts, au Théâtre municipal de Figueres (futur Théâtre-musée Dalí). Avec un groupe d’amis du lycée, il fonde la revue Studium, où il publie ses premiers écrits : une série de chroniques d’art dans lesquelles, sur un ton académique et scolaire, il écrit sur les artistes qu’il admire : Goya, El Greco, Dürer, Léonard de Vinci, Michel-Ange et Vélasquez. Il collabore également, avec un autre groupe d’amis de Figueres, à la revue humoristique El sanyó Pancraci, dont il peint un portrait imaginaire. Il commence un journal personnel sous le titre Mes impressions et souvenirs intimes (publié en espagnol en 1919-1920), qu’il continue l’année suivante.

dali
Salvador Dalí, 29 novembre 1939 – Library of Congress, Prints and Photographs Division, Van Vechten Collection – Photographe : Carl Van Vechten

En 1920, Dalí commence à écrire un roman, Soirs d’été. Son père lui impose, comme condition pour être peintre, d’aller étudier à Madrid, à l’École des beaux-arts, afin d’obtenir un diplôme de professeur. Dalí l’accepte. La mère de Dalí meurt en février 1921.

A Madrid, en 1922, Dalí assiste à l’École spéciale de peinture, sculpture et gravure (Real Academia de Bellas Artes de San Fernando) et il habite à la Residencia de Estudiantes. Il s’y lie d’amitié avec un groupe de jeunes qui, avec le temps, deviendront d’importantes personnalités intellectuelles et artistiques : Luis Buñuel, Federico García Lorca, Pedro Garfias, Eugenio Montes et Pepín Bello, entre autres. Il commence à écrire un cahier qu’il intitule Pantins. C’est probablement à cette époque qu’il reçoit les premières informations sur la peinture cubiste à travers le catalogue futuriste Peinture et sculpture futuriste (dynamisme plastique) que Pepito Pichot lui avait apporté de Paris et également à travers des revues étrangères comme Esprit nouveau ou Valori Plastici que lui procure son oncle Anselm Domènech, propriétaire d’une importante librairie à Barcelone, à laquelle il demande d’être abonné.

En 1923, Salvador Dalí publie dans la revue Empordà Federal son poème intitulé « De la feria ». Il est expulsé de l’Académie de San Fernando, accusé d’avoir mené une révolte étudiante contre la non-concession au peintre Daniel Vázquez Díaz de la chaire de Peinture de l’École. Il revient à Figueres, où il reprendra ses classes avec Juan Núñez, qui l’instruit dans la modalité de la gravure. En 1924, ses dessins sont publiés dans les revues Alfar et España. En automne, il revient à l’Académie où il se voit obligé de redoubler son année.

En 1925, Dalí participe à la Ie Exposition de la Société des artistes ibériques à Madrid et sa première exposition individuelle est présentée aux Galeries Dalmau de Barcelone. Certaines des oeuvres présentées dans ces expositions se situent à mi-chemin entre les tendances cubistes du moment et les oeuvres des métaphysiciens italiens qu’il avait contemplées dans Valori Plastici. C’est son époque de rejet de l’avant-garde et de recherche d’une tradition picturale, essentiellement italienne. Dalí entre en contact avec une peinture, en particulier celle de Giorgio Morandi, qui lui est très utile dans le processus d’épuration qu’il a commencé. Durant cette année scolaire, 1925-1926, il ne revient pas à l’Académie de San Fernando. Federico García Lorca passe ses vacances avec Dalí à Cadaqués.

En 1926, Dalí participe à plusieurs expositions. En compagnie de sa tante et de sa soeur, il réalise son premier voyage à Paris, ville dans laquelle il fait la connaissance de Picasso et il visite le Musée du Louvre. Il est expulsé définitivement de l’École des beaux-arts de Madrid pour avoir déclaré incompétent le jury qui doit l’examiner. Il revient de nouveau à Figueres et se consacre intensément à peindre.

salvador-dali
Salvador Dalí, 29 novembre 1939 – Library of Congress, Prints and Photographs Division, Van Vechten Collection – Photographe : Carl Van Vechten

En 1927, Dalí réalise sa deuxième exposition individuelle aux Galeries Dalmau de Barcelone et participe au IIe Salon d’automne de la Salle Parés de cette même ville. Dans les oeuvres présentées, les premières influences claires du surréalisme peuvent être observées, ainsi que l’anticipation de beaucoup de composants de l’esthétique future de Dalí : les mains et les têtes coupées, les corps amputés, les veines et les artères, le poisson, les figures coupées en morceaux, les ânes pourris, les animaux en état de décomposition…, autrement dit, les premiers pas dans une nouvelle esthétique qui recherche de nouveaux principes formels et qu’il ne fonde plus autant sur ce qui est classique et clairement défini.

En 1928, Dalí participe à l’exposition collective Manifestation d’art d’avant-garde, aux Galeries Dalmau. La Gaceta Literaria publie son poème « À Lydia de Cadaqués » et son article « Réalité et surréalité ». Il réalise l’emblème de Gallo, la revue de Grenade à inspiration superréaliste, ainsi que toutes les illustrations du premier numéro. Avec Lluís Montanyà et Sebastià Gasch, il publie le Manifeste jaune (manifeste antiartistique catalan). Il participe au IIIe Salon d’automne de la Salle Parés et à la XXVIIe Exposition internationale de peintures de Pittsburgh aux États-Unis.

En 1929, Salvador Dalí participe à l’Exposition de peintures et sculptures d’Espagnols résidant à Paris, qui se tient au Jardin Botanique de Madrid. Le dernier numéro de L’Amic de les Arts est publié : la conception et la majeure partie des textes sont réalisés par Salvador Dalí, qui fait une profession de foi surréaliste. Il se rend de nouveau à Paris et, au travers de Joan Miró, il entre en contact avec le groupe des surréalistes, dirigé par André Breton. Durant son séjour dans la capitale française, le journal La Publicitat de Barcelone publie sous le titre « Documentaire-Paris-1929 » les sept articles qui recueillent ses impressions sur tout ce qui se passe dans cette ville. Le film Un chien andalou, fruit de sa collaboration avec Luis Buñuel, est projeté au cinéma Studio des Ursulines de Paris. Il passe l’été à Cadaqués, où il reçoit la visite du galériste Camille Goemans et sa compagne, de René Magritte et son épouse, de Luis Buñuel, de Paul Eluard et Gala, avec la fille de ces derniers, Cécile. À partir de ce moment-là, Gala restera pour toujours à ses côtés. Il participe à l’exposition collective Abstrakte und surrealistische Malerei und Plastik à la Kunsthaus de Zurich. Sa première exposition individuelle a lieu à la Galerie Goemans de Paris.

Au début de la décennie des années 1930, Dalí trouve son propre style, son langage particulier et la forme d’expression qui l’accompagneront toujours et, bien qu’il change et qu’il évolue, ce seront, dans le fond, ceux que nous connaissons tous et qui le définissent si bien. Un mélange d’avant-garde et de tradition. Ses premières toiles impressionnistes restent en arrière, ainsi que ses oeuvres influencées, entre autres mouvements, par le cubisme, le purisme et le futurisme. Dalí est complètement intégré dans le surréalisme et c’est le début de sa consécration comme peintre. L’Âge d’or, le deuxième film réalisé en collaboration avec Buñuel, passe en exclusivité au Studio 28 de Paris.

dali-peintre

Salvador Dalí – Photographe : Philippe Halsman

En 1931, Dalí réalise sa première exposition individuelle à la Galerie Pierre Colle de Paris où il expose son oeuvre La persistance de la mémoire. Il participe à la première exposition surréaliste aux États-Unis qui a lieu au Wadsworth Atheneum de Hartford. En 1932, Dalí participe à l’exposition Surréalisme : peintures, dessins et photographies, de la Julien Levy Gallery de New York. Sa deuxième exposition individuelle a lieu à la Galerie Pierre Colle de Paris. Son livre Babaouo, dans lequel il expose sa conception du cinéma, est publié aux Éditions des Cahiers Libres. À la fin de cette année, Dalí annonce au vicomte de Noailles la création du « groupe du Zodiaque », un groupe d’amis qui s’unissent pour aider économiquement Salvador Dalí, en lui commandant des oeuvres qu’ils achètent régulièrement.

En 1934, Dalí épouse civilement Gala (née Elena Ivanovna Diakonova), en présence des témoins Yves Tanguy et André Gaston. Il expose à l’Exposition du cinquantenaire au Salon des Indépendants du Grand Palais de Paris, sans prendre en compte l’opinion du reste des surréalistes qui avaient décidé de ne pas y participer, un fait qui suppose pratiquement son expulsion du groupe dirigé par Breton. La librairie Quatre Chemins de Paris expose les 42 eauxfortes et les 30 dessins qu’il avait réalisés pour illustrer Les chants de Maldoror d’Isidore Ducasse, Comte de Lautréamont. Il réalise sa première exposition individuelle à la Zwemmer Gallery de Londres. Il embarque avec Gala à bord du Champlain pour effectuer son premier voyage aux États-Unis. Pour l’occasion, il publie un tract, « New York me salue ». Deux expositions individuelles de Dalí sont organisées : l’une à la Julien Levy Gallery et l’autre à l’Avery Memorial du Wadsworth Atheneum, Hartford (Connecticut).

En 1935, Dalí réalise une série de dessins et de textes pour American Weekly où il décrit différents concepts de la vie moderne et urbaine américaine. Le couple rentre en Europe à bord du Normandie. Il illustre avec Arp, Max Ernst, Marcel Duchamp, Alberto Giacometti, Valentine Hugo, Oscar Domínguez, Man Ray, Marcel Jean et Yves Tanguy, le programme du Cycle systématique de conférences sur les plus récentes positions du surréalisme. Il participe à l’exposition surréaliste de la Salle d’exposition de la commune de La Louvière (Belgique) et à l’Exposition internationale de peintures de 1935 du Carnegie Institute de Pittsburgh.

En mai 1936, il participe à l’Exposition surréaliste d’objets à la Galerie Charles Ratton de Paris, où il expose La veste aphrodisiaque et Monument à Kant. En juin, il participe à l’Exposition surréaliste internationale qui se tient aux New Burlington Galleries de Londres. Le 14 décembre, la revue Time lui consacre sa couverture, la photo est de Man Ray. Il participe à l’exposition Surréalisme dadaïsme fantastique au MoMA de New York. C’est à la Julien Levy Gallery de New York que se tient sa troisième exposition individuelle.

En février 1937, il fait la connaissance des frères Marx à Hollywood. Il commence à travailler avec Harpo sur le scénario d’un film, Salade de girafes à cheval (connu dans sa dernière version comme La femme surréaliste), qui n’arrivera jamais à être tourné. Dalí et Gala rentrent en Europe. À Paris, à la Galerie Renou et Colle, il présente son portrait de Harpo Marx et les dessins qu’ils avaient réalisés ensemble pour le film.

Le 17 janvier 1938 a lieu l’inauguration à la Galerie Beaux-Arts de Paris de l’Exposition internationale du surréalisme, organisée par André Breton et Paul Eluard. À l’entrée de la galerie, le Taxi pluvieux de Salvador Dalí est exposé. Dalí rend visite à Sigmund Freud à Londres, en compagnie de Stefan Zweig et d’Edward James.

En 1939, les grands-magasins Bonwit-Teller de New York chargent Salvador Dalí de la décoration de deux de ses vitrines. Le jour de la présentation, la direction change certains éléments sans en avertir Dalí. Lorsque celui-ci voit qu’une partie de sa création a été modifiée, une petite algarade se produit et Dalí passe même quelques heures en détention. Au mois de mai, Dalí signe un contrat pour participer à la World’s Fair de New York. Il dessine le pavillon Rêve de Vénus, qui est présenté dans la zone de divertissement de la Foire. Il publie la Déclaration de l’indépendance de l’imagination et des droits de l’homme à sa propre folie pour protester contre la décision du comité de la Foire mondiale de lui interdire d’exposer sur la façade une reproduction de la Vénus de Sandro Botticelli avec une tête de poisson. L’article de Breton « Des tendances les plus récentes de la peinture surréaliste » suppose l’expulsion de Dalí du groupe surréaliste. En septembre, le couple rentre de nouveau en Europe.

En 1940, son article « Les idées lumineuses. Nous ne mangeons pas de cette lumière-là » paraît dans la revue L’usage de la parole. Avec l’incursion des troupes allemandes à Bordeaux, le ménage Dalí abandonne Arcachon, où ils habitent depuis un certain temps et ils s’en vont vivre aux États-Unis, où ils resteront jusqu’en 1948. À leur arrivée, ils s’installent chez Caresse Crosby, à Hampton Manor (Virginie).

En 1941, l’intérêt de Dalí dans la création de bijoux s’éveille. Tout d’abord en collaboration avec le Duc de Verdura. Plus tard, associé à deux bijoutiers établis à New York, Alemany et Ertman. Dalí entame sa relation professionnelle avec le photographe Philippe Halsman qui continuera jusqu’à la mort de celui-ci en 1979. Il publie dans la revue Vogue « Le rêve de bijoux de Dalí ». Le MoMA de New York inaugure le 18 novembre une exposition anthologique de Dalí et Miró.

En avril 1943, le couple Reynolds Morse achète le premier tableau de Dalí, Araignée du soir… Espoir. C’est le début d’une importante collection d’oeuvres du peintre. Au printemps, à New York, il réalise la décoration de l’appartement d’Helena Rubinstein. En mai, il conçoit un nouveau ballet, Café de Chinitas, sur la base d’une histoire réelle adaptée par Federico García Lorca, qui est représentée à Detroit et au Metropolitan Opera House de New York.

En 1945, Dalí se rend à Hollywood pour travailler avec Alfred Hitchcock dans le film La maison du docteur Edwardes dont il réalise les séquences oniriques. L’exposition Peintures récentes de Salvador Dalí est inaugurée à la Bignou Gallery. En cette occasion, il présente le premier numéro du Dalí News, qu’il édite lui-même et où il ne parle que de son personnage et de son oeuvre.

En 1946, Dalí participe aux expositions Quatre espagnols : Dalí, Gris, Miró, Picasso à l’Institute of Modern Art de Boston, Une sélection de peintures contemporaines à la Bignou Gallery et IIe Exposition d’été d’art contemporain qui se tient à l’Université d’Iowa. En 1947, se tient la deuxième exposition de Dalí à la Bignou Gallery dans laquelle le deuxième et le dernier numéro du Dalí News sont présentés.

En 1949, Dalí annonce qu’il a écrit un scénario pour un « film paranoïaque » intitulé La carretilla de carne, qui n’arrive jamais à être tourné. En décembre, Anna Maria Dalí publie le livre Salvador Dalí vu par sa soeur. À la fin de la décennie des années 40, il commence son étape mystique et nucléaire – dont il expose le corpus dans son Manifeste mystique – caractérisée par le traitement des thèmes religieux et de ceux rattachés aux avances scientifiques de l’époque. Il se montre particulièrement intéressé par les progrès relatifs à la fusion et à la fission nucléaires. Dans ses créations de cette période, nous pouvons observer comment le lancement de la bombe atomique et ses effets ont une influence sur sa création.

En septembre 1950, le père de Dalí meurt. En 1951, Dalí participe à la Ie Exposition biennale hispano-américaine d’art créée par l’Institut de Culture Hispanique. Il présente à Paris le Manifeste mystique avec des oeuvres fondées sur celui-ci. Carlos de Beistegui organise un bal masqué au Palais Labia de Venise. Les Dalí y font leur apparition, dans des costumes créés par l’artiste et confectionnés par la maison Christian Dior. Il prononce la conférence « Picasso et moi » au Théâtre María Guerrero de Madrid. Il expose à Londres à la Lefevre Gallery.

En 1953, la revue Connaissance des arts publie « Salvador Dalí explique sa propre peinture ». Il participe à l’Exposition de la fiesta 1953 : Picasso, Gris, Miró, Dalí au Santa Barbara Museum of Art de Santa Barbara. En 1954, Dalí expose ses dessins au Palais Pallavicini de Rome pour illustrer La divine comédie de Dante. À l’occasion de cette exposition, Dalí apparaît soudain sortant d’un « cube métaphysique » qui symbolise sa renaissance.

En 1955, Dalí réalise le Portrait de Laurence Olivier dans le rôle de Richard III, pour la promotion du film Richard III, d’après l’oeuvre de Shakespeare et mis en scène par Alexander Korda. Il peint au zoo de Vincennes, dans l’enceinte d’un rhinocéros, une interprétation paranoïaque-critique de l’oeuvre de Vermeer La dentellière et prépare un film sur ce sujet.

Au cours de l’année 1958, Dalí reçoit différentes commandes : il dessine pour Hoechst Ibérica une carte de voeux pour Noël. La collaboration avec cette entreprise se prolongera durant 19 ans. Pour les laboratoires Wallace, il conçoit une exposition pour la promotion de la pilule tranquillisante Miltown. Pour la Foire de Paris, il commande un pain de douze mètres qui lui sert à illustrer la conférence qu’il prononce au Théâtre de l’Étoile. Le 8 août, Dalí et Gala se marient au sanctuaire des Àngels, à Sant Martí Vell, près de Gérone.

En 1964, la Grande Croix d’Isabelle la Catholique, la plus haute distinction espagnole, lui est concédée. Une grande rétrospective organisée par Mainichi Newspapers est inaugurée à Tokyo. L’exposition parcourt ensuite différentes villes japonaises.

En 1968, Dalí participe à l’exposition Surréalisme et dadaïsme et leur héritage qui se tient au Museum of Modern Art de New York.À l’occasion des événements du mois de mai français, il publie Ma révolution culturelle, qui est distribué entre les étudiants de l’Université de La Sorbonne.

En 1969, Dalí achète le château de Púbol qu’il décore pour Gala. Dans les années 1960 et 1970, l’intérêt du peintre s’accroît pour la science et l’holographie, qui lui offrent de nouvelles perspectives dans sa quête constante de la maîtrise des images tridimensionnelles. Dalí étudie et utilise les possibilités des nouvelles découvertes scientifiques, surtout celles relatives à la troisième dimension. Il s’intéresse à tous les procédés qui ont pour but d’offrir au spectateur l’impression de plasticité et d’espace. Avec la troisième dimension, il aspire à accéder à la quatrième, c’est à dire, à l’immortalité.

En 1970, il tient une conférence de presse au Musée Gustave Moreau de Paris où il annonce la création du Théâtre-musée Dalí de Figueres. Le Musée Boijmans-van Beuningen de Rotterdam organise pour lui une grande rétrospective, qui pourra être admirée l’année suivante à la Staatliche Kunsthalle de Baden-Baden. En 1971, le Musée Dalí qui accueille la collection d’A. Reynolds Morse est inauguré à à Cleveland. Dalí crée un jeu d’échecs, dédié à Marcel Duchamp, pour l’American Chess Foundation. Le 28 septembre 1974, le Théâtre-musée Dalí est inauguré.

En 1978, Dalí présente au Solomon R. Guggenheim Museum de New York sa première peinture hyperstéréoscopique, Dalí soulevant la peau de la mer Méditerranée pour montrer à Gala la naissance de Vénus. Pendant les années 80, Dalí peint ses dernières oeuvres, fondamentalement inspirées dans Michel-Ange et Raphaël, qu’il avait toujours admirés.

Du 14 mai au 29 juin 1980, une rétrospective de Salvador Dalí est présentée à la Tate Gallery de Londres, où sont montrées un total de deux cent cinquante et une oeuvres. En 1982, The Salvador Dalí Museum, propriété du couple Reynolds Morse, est inauguré à St. Petersburg (Floride). Le 10 juin, Gala meurt à Portlligat. Le roi Juan Carlos I le nomme Marquis de Púbol. Salvador Dalí s’installe au château de Púbol.

En 1983, une grande exposition anthologique : « 400 oeuvres de Salvador Dalí de 1914 à 1983 », se tient à Madrid, Barcelone et Figueres. Ses dernières oeuvres picturales datent de cette période. En 1984, suite à un incendie au château de Púbol, Dalí transfère définitivement sa résidence à Torre Galatea, Figueres, où il vit jusqu’à sa mort.

Salvador Dalí meurt à Torre Galatea le 23 janvier 1989.

« Le véritable peintre, c’est celui qui est capable de peindre des scènes extraordinaires au milieu d’un désert vide. Le véritable peintre, c’est celui qui est capable de peindre patiemment une poire au plus fort des tumultes de l’histoire. » Salvador Dalí.

D

CARLOS RUIZ ZAFON, LE CIMETIERE DES LIVRES OUBLIES, LITTERATURE ESPAGOLE, LIVRES, LIVRES - RECENSION, ROMANS

Le prisonnier du ciel de Carlos Riuz Zafon

Le prisonnier du ciel

Carlos Ruiz Zafon

Paris, Robert Laffont, 2013. 377 pages.

417QyNkwX-L._SX210_

« J’ai toujours su que je reviendrais un jour dans ses rues pour raconter l’histoire de l’homme qui avait perdu son âme dans les ombres de cette Barcelone immergée dans le trouble sommeil d’un temps de cendres et de silence. Ce sont des pages de feu écrites dans les tréfonds de la ville des maudits, des mots gravés dans la mémoire de celui qui est revenu d’entre les morts avec une promesse clouée en plein cœur et au prix d’une malédiction. Le rideau se lève, le public se tait et, avant que l’ombre qui plane sur son destin descendre des cintres, un essaim d’esprits blancs entre en scène, la comédie aux lèvres, avec cette bienheureuse innocence de quelqu’un qui, croyant que le troisième acte est le dernier, vient nous narrer un conte de Noël sans savoir qu’arrivé à la dernière page l’encre de son souffle l’entraînera lentement et inexorablement au cœur des ténèbres » (Julian Carax, Le prisonnier du ciel, 1992)

 

  Quatrième de couverture
Barcelone, 1957. La sonnette tinte sur le seuil de la librairie Sempere. Le client s’approche de Daniel en boitant. L’objet de sa visite ? Un magnifique exemplaire du Comte de Monte-Cristo… Qu’il laisse à l’attention de Fermín, en congé, accompagné d’un curieux message du passé… C’étaient les heures noires du franquisme : à la prison de Monjuïc, parmi les damnés du régime, Fermín portait le numéro 13. Les fantômes refont surface. Dans l’ombre, le Cimetière des Livres oubliés cache toujours son secret…

CRITIQUE DE CET OUVRAGE

Ce nouvel opuscule de Carlos Ruiz Zafon nous replonge dans les années noires de Barcelone : les années qui ont suivi la fin de la guerre civile en Espagne après la victoire de Franco en 1939.

Ainsi tout commence un soir de Noël 1957 à Barcelone. À la librairie Sempere, un inquiétant personnage dont nous connaîtrons plus tard l’identité et ses liens avec Firmin achète un exemplaire du Comte de Monte Cristo. Puis il l’offre à Fermín, accompagné d’une menaçante dédicace. La vie de Fermín vole alors en éclats.

Qui est cet inconnu ? De quels abîmes du passé surgit-il ? Firmin, interrogé par Daniel, va finir par révéler le lourd secret qu’il cache depuis des années. La terrible prison de Montjuïc (1) en 1939. Une poignée d’hommes condamnés à mourir lentement dans cette antichambre de l’enfer parce qu’ils étaient républicains et dont le directeur de cette prison n’est autre que Mauricio Valls déjà rencontré dans un précédent roman. Parmi eux Fermín, David Martín, l’auteur de La Ville des maudits et dont nous connaissons l’histoire tourmentée. Tout comme dans le Comte de Monte Cristo  nous assistons à l’évasion rocambolesque de Firmin qui a emporté avec lui une clé appartenant à cet inconnu qui a offert le livre à Firmin ce soir de Noël 1957.

Dix-huit ans plus tard cet ancien compagnon d’infortune vient crier vengeance et réclamer son dû : la fameuse clé volée par Firmin afin de récupérer un trésor caché quelqu’un crie vengeance. Des mensonges enfouis refont surface, des ombres oubliées se mettent en mouvement, la peur et la haine rôdent.

Nous apprendrons les causes de la mort d’Isabella, la mère de Daniel : elle est morte empoisonnée par Valls à cause de son obstination à adoucir le sort de David Martin qu’elle a toujours aimé en secret. Avec cette révélation c’est la haine qui entre dans le cœur de Daniel : il veut se venger de ce Valls qui l’a privé si tôt de l’amour de sa mère.

Mais il ne faut pas oublier des moments de bonheur : le mariage de Firmin et de Bernarda.

C’est par petit chapitre que l’auteur nous livre les secrets de ses personnages. Foisonnant de suspense et d’émotion ce livre est comme les autres romans un hommage à la littérature, un hommage aux livres. Le Prisonnier du ciel nous rapproche pas à pas de l’énigme cachée au cœur du Cimetière des livres..

Attendons donc la suite …..

©Claude-Marie T.

15 octobre 2018.

 

La prison de Montjuic.

la Sur la colline qui domine le port, à 173 mètres de hauteur, le château de Montjuïcobserve la ville et offre des vues imprenables. Aujourd’hui pacifique, le souvenir de l’histoire de cette forteresse perdure à Barcelone comme symbole de répression, mais aussi de lutte de la ville à différents moments de son histoire.

Le sommet de Montjuïc est une enclave idéale pour la défense et permet une vision de 360ºC sur le territoire environnant. Mais ce n’est que lors de la Guerra dels Segadors(guerre des moissonneurs) en 1640 que l’on y fit construire un fort militaire, à l’endroit où se trouvait une tour de surveillance. Cette première forteresse devint, en 1652, propriété royale et quelques années plus tard, elle fut l’un des protagonistes de la guerre de Succession, entre 1705 et 1714.

Au milieu du XVIIIe siècle, l’ingénieur militaire Juan Martín Cermeño se chargea de la réforme du fort, qui avait beaucoup souffert pendant la guerre et le château adopta l’apparence qu’il possède aujourd’hui. La ville de Barcelone a été bombardée depuis le château en différentes occasions de on histoire et il a également servi de prison. Le 15 octobre 1940, Lluís Companys, président de la Generalitat de Catalogne y fut fusillé. Le château fut une prison militaire jusqu’en 1960 et il fut ensuite cédé à la ville sous la responsabilité de l’armée de terre. Trois ans plus tard, Franco inaugurait un musée des armes. Actuellement, depuis 2007, le château de Montjuïc appartient à la municipalité de Barcelone et en définitive, à tous les Barcelonais.

CARLOS RUIZ ZAFON, LE CIMETIERE DES LIVRES OUBLIES, LE JEU DE L'ANGE, LITTERATURE ESPAGOLE, LIVRES - RECENSION

Le jeu de l’ange

Le jeu de l’ange

Carlos Ruiz Zafon

Paris, Robert Lafont, 2008. 666 pages.

le-jeu-de-l-ange-de-carlos-ruiz-zafon-livre-876619656_ML

Avec ce deuxième opus du Cimetière des Livres oubliés nous voilà dans la turbulente Barcelone des années 1920. David Martin en un à la fois le héros et le narrateur. C’est l’histoire d’un jeune écrivain à la fois talentueux mais qui n’arrive pas à vivre de sa plume ; c’est aussi le l’histoire de notre héros hanté par un amour impossible, celui de Cristina . Le drame va se nouer quand il reçoit l’offre inespérée d’un mystérieux éditeur : écrire un livre comme il n’en a jamais existé, « une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d’être tués », en échange d’une fortune, d’une renommée,  et, peut-être aussi, de beaucoup plus.
Du jour où il accepte ce contrat, une étrange et inquiétante mécanique de destruction se met en place autour de lui, menaçant les êtres qu’il aime le plus au monde. En moyennant son talent d’écrivain, David aurait-il vendu son âme au diable ?

Une deuxième variation sur le thème du livre qui bouleverse votre vie. Dans L’ombre du vent, il s’agissait d’un livre écrit par un auteur inconnu qui transformait la vie de celui qui l’avait choisi dans le Cimetière des Livres Oubliés, cette fois c’est la vie de celui qui écrit qui est perturbée par son livre.
On rencontre David Martín alors qu’il est encore enfant (comme le fut Daniel Sempere dans L’ombre du vent). C’est un gamin pauvre, abandonné par sa mère à la garde de son père, homme violent et incapable de comprendre son amour des livres car analphabète. A la mort de son père, il est engagé dans le journal où son père était gardien, comme grouillot, protégé par un jeune riche qui l’encourage à écrire. Son univers est celui des histoires à rebondissements où il peut donner libre court à son imagination débordante d’inventivité comme en témoigne son premier feuilleton Les mystères de Barcelone
Mais il aimerait écrire autre chose, une histoire plus personnelle où son génie pourrait être reconnu, où il pourrait être libre d’écrire selon ce que lui dicte son cœur .Mais le succès n’est pas au rendez- vous et l’argent manque et il faut bien vivre ! Justement depuis quelques temps un mystérieux et inquiétant éditeur français Andreas Corelli lui propose un contrat très avantageux. Lorsqu’il accepte enfin, la maison d’édition avec laquelle il avait signé un contrat d’exclusivité brûle opportunément avec ses deux associés. Ce n’est que la première des coïncidences, les premières aventures étranges et aussi les premières morts, car les cadavres vont s’accumuler !

Entre cet éditeur qui se déclare son ami, mais l’inquiète et cet inspecteur Grandes apparemment très soucieux également de lui venir en aide en vertu de la sympathie qu’il lui inspire, David va devoir apprendre louvoyer.
Il y a toutefois un lieu et un homme qui sont depuis toujours un refuge, Sempere, père et fils,  et sa librairie déjà présente dans le premier opus, cette librairie tenue par le père et son fils. Comme aussi dans le premier livre, l’existence d’une grande maison abandonnée, une maison maudite et dans laquelle David s’installe dès que ses moyens financiers le lui permettent. Également des amours contrariés pour le héros. Et bien sûr, Barcelone, omniprésente, souvent battue par les pluies et les vents. 

Dans ce livre, comme dans le précédent, tout tourne autour de la puissance de l’écriture, de l’importance que peut avoir un livre dans une vie. Même si second volume n’a pas la force du premier, ni la magie que l’on aurait aimé y retrouver d’où une certaine déception c’est encore un univers fantastique où le réel réside avant tout dans l’évocation de la ville de Barcelone des années 1920.

 

Quelques extraits significatifs de cet ouvrage

 

« Je crois que vous n’avez pas beaucoup d’amis. Moi non plus. Je me méfie de ceux qui s’imaginent avoir beaucoup d’amis. C’est signe qu’ils connaissent mal leur prochain.

« Un intellectuel est ordinairement quelqu’un qui ne se distingue pas précisément par son intelligence, affirma-t-il. Il s’attribue lui-même ce qualificatif pour compenser l’impuissance naturelle dont il sent bien que ses capacités sont affectées. C’est aussi vieux et aussi sûr que le dicton. « Dis-moi de quoi tu te vantes et je te dirai ce qui te manques. » C’est pain quotidien. L’incompétent se présente toujours comme expert, le cruel comme pitoyable, le pêcheur comme dévot, l’usurier comme bienfaiteur, l’arrogant comme humble, le vulgaire comme distingué et l’abruti comme intellectuel. 

– « Quand j’étais enfant, pendant quelques mois, j’ai voulu être Esope.
– Nous abandonnons tous nos grandes espérances sur la route.

« Rien ne nous induit plus à avoir la foi que la peur, la certitude d’être menacés. Quand nous nous sentons des victimes, toutes nos actions et nos croyances deviennent légitimes, mêmes les plus contestables. Ceux qui s’opposent à nous, ou qui, simplement sont nos voisins, cessent d’être nos semblables et deviennent nos ennemis. Nous ne sommes plus des agresseurs, nous sommes des défenseurs. L’envie, la jalousie ou le ressentiment qui nous motivent sont sanctifiés, car nous avons la certitude d’agir pour notre seule défense. Le mal, la menace, sont toujours chez l’autre. La peur est le premier pas vers une foi passionnée. La peur de perdre notre identité, notre vie, notre condition ou nos croyances. La peur est la poudre et la haine est la mèche. Le dogme, en dernière instance, n’est que l’allumette qui y met le feu. 

« Chaque livre, chaque tome que tu vois a une âme. L’âme de celui qui l’a écrit et l’âme de ceux qui l’ont lu, ont vécu et ont rêvé avec lui. Toutes les fois qu’un livre change de main, toutes les fois que quelqu’un parcourt ses pages, son esprit grandit et devient plus fort. Ici, les livres dont personne ne se souvient, les livres qui se sont perdus dans le temps, vivent pour toujours, en attendant d’arriver dans les mains d’un nouveau lecteur, d’un nouvel esprit…

« Un écrivain n’oublie jamais le moment où, pour la première fois, il a accepté un peu d’argent ou quelques éloges en échange d’une histoire. Il n’oublie jamais la première fois où il a senti dans ses veines le doux poison de la vanité et cru que si personne ne découvrait son absence de talent, son rêve de littérature pourrait lui procurer un toit sur la tête, un vrai repas chaque soir et ce qu’il désirait le plus au monde : son nom imprimé sur un misérable bout de papier qui, il en est sûr vivra plus longtemps que lui. Un écrivain est condamné à se souvenir de ce moment, parce que, dès lors, il est perdu : son âme a un prix.

« C’était un temps où le sang et la violence devenaient le pain quotidien des rues de Barcelone. Jours de tracts et de bombes qui laissaient des corps déchiquetés, frémissants et fumants dans les rues de Raval, jours où des bandes aux visages barbouillés de noir rôdaient la nuit en répandant le sang, de processions de saints et de défilés de généraux qui puaient la mort et l’hypocrisie, de discours incendiaires où tout le monde mentait et où tout le monde avait raison. On respirait déjà dans l’air empoisonné la rage et la haine qui des années plus tard, devaient mener les uns et les autres à s’assassiner au nom de slogans grandioses et de chiffons de couleur. Le brouillard perpétuel des usines rampait sur la ville et noyait ses avenues pavées et sillonnées par les tramways et les voitures. La nuit appartenait aux lampadaires à gaz, à l’obscurité des ruelles rompues seulement par l’éclair des coups de feu et les traînées bleues de la poudre brûlée. C’était un temps où l’on grandissait vite et où, quand ils laissaient leur enfance derrière eux, beaucoup de gamins avaient déjà un regard de vieux.

 

 « Ce lieu est un mystère. Un sanctuaire. Chaque livre, chaque tome que tu vois a une âme. L’âme de celui qui l’a écrit et l’âme de ceux qui l’ont lu, ont vécu et ont rêvé avec lui. Toutes les fois qu’un livre change de main, toutes les fois que quelqu’un parcourt ses pages, son esprit grandit et devient plus fort. Ici, les livres dont personne ne se souvient, les livres qui se sont perdus dans le temps, vivent pour toujours, en attendant d’arriver dans les mains d’un nouveau lecteur, d’un nouvel esprit…

©Claude-Marie T.

21 septembre 2018.

L'HOMME QUI AIMAIT LES CHIENS, LEON TROTSKY (1879-1940), LEONARDO PADURA (1955-...), LITTERATURE ESPAGOLE, LIVRES - RECENSION, RAMON MERCADER DEL RIO (1913-1978), ROMAN, ROMANS

L’homme qui aimait les chiens : roman de Leonardo Padura

L’homme qui aimait les chiens : roman

Leonardo Padura

traduit de l’espagnol (Cuba) par René Solis et Elena Zayas

Editions Métailié, 2011. (805 pages en livre de poche)

517LRDc20wL._SX301_BO1,204,203,200_
Résumé :

En 2004, Iván, écrivain frustré, responsable d’un misérable cabinet vétérinaire de La Havane, revient sur sa rencontre en 1977 avec un homme mystérieux qui promenait sur la plage deux lévriers barzoï. Cet inconnu se présente sous le nom Jaime Lopez. “L’home qui aimait les chiens” lui fait des confidences sur Ramón Mercader, l’assassin de Trotski qu’il semble connaître intimement.
Iván reconstruit les trajectoires de Lev Davidovitch Bronstein, dit Trotski, et de Ramón Mercader, alias Jacques Mornard, alias Jackson, de la Révolution russe à la guerre d’Espagne, jusqu’à leur rencontre dramatique à Mexico. Sa propre vie dans Cuba en crise, qu’il raconte en parallèle, résonne alors étrangement.

A travers ce roman nous suivons l’errance de Trotsky, poursuivi par la haine de Staline,  d’abord en Turquie, puis à Paris et finalement à Mexico. Au-delà de cette errance l’on peut suivre ce que fut la vie de cet homme toujours en butte à la haine du Petit Père des Peuples, mais jamais abattu et qui poursuit envers et contre tout son idée d’une IVè Internationale fidèle aux idées de Marx et de Lénine. C’est l’occasion aussi d’entrer dans la « grande histoire » de l’époque stalinienne avec ses purges, ses procès truqués (les anciens bolcheviks sont éliminés), ses mensonges d’Etat pour asseoir le pouvoir communiste.

Faire la rencontre de Jaime Lopez c’est plonger dans la Guerre d’Espagne avec Ramon Mercader del Rio et aussi dans les liens troubles qu’entretient la Russie soviétique avec ses alliés. Aux côtés des communistes il lutte contre les troupes du général Franco pour faire triompher la République. Mais les Républicains sont divisés : entre communistes et trotskystes c’est une lutte à mort : les partisans du POUM sont éliminés sur ordre de Moscou. C’est alors que les agents du NKVD (service d’espionnage soviétique) enrôlent le jeune Ramon pour ce qui devra être la grande œuvre de sa vie : traquer les trotskystes partout où ils se trouvent et surtout assassiner le traitre : Léon Trotsky. Mettre fin à l’existence de Trostsky c’est se sacrifier pour la cause. Il endossera une nouvelle identité (celle de Jacques Mornard, citoyen belge) et une nouvelle personnalité. Ce n’est qu’une fois le crime accompli et son arrivée en URSS qu’il prendra conscience du fait qu’on lui a sciemment menti, qu’il n’a été qu’un pion entre les mains de Staline : cruelle désillusion :

« Jusqu’à la fin de sa vie, Ramon Mercader se souviendrait, que quelques secondes à peine avant de prononcer les mots qui allaient changer son existence, il avait découvert la densité malsaine du silence en pleine guerre. (…). Dans les années d’enfermement, de doute et de marginalisation auxquelles les quatre mots allaient le conduire, Ramon se lancerait souvent le défi d’imaginer ce qu’aurait été sa vie, s’il avait répondu non. Il s’efforcerait de recréer une existence parallèle, un parcours fondamentalement romanesque où il n’aurait jamais cessé de s’appeler Ramon, d’être Ramon, d’agir comme Ramon, peut-être loin de sa terre natale et de ses souvenirs comme tant d’hommes de sa génération, mais en étant toujours Ramon Mercader del Rio, dans son corps et, surtout dans son âme » (page 47).

C’est aussi l’occasion pour l’auteur d’évoquer la vie à Cuba sous la férule de Fidel Castro et du régime communiste de l’ïle. Le rêve socialiste se paie cher aussi à Cuba même si le régime y est moins sanguinaire qu’en Union soviétique. Mais là aussi c’est le règne d’une vie où tout manque : une vie décente, la nourriture mais surtout la liberté, liberté de s’exprimer sans contrainte et de pouvoir écrire dans être censuré. A Cuba, comme dans les régimes communistes le mensonge d’Etat et la peur sont le lot quotidien des citoyens à moins de pouvoir fuir en Amérique !

« Cet après-midi, quand on fermera le cercueil de mon ami, la croix du naufrage (de tous nos naufrages) et cette boite en carton, pleine de merde, de haine, de tonnes de frustration et d’une bonne dose de peur, partiront avec lui : au ciel ou vers la pourriture matérialiste de la mort. Peut-être sur une planète où les vérités importent encore. Ou pour une étoile où il n’y ait aucune raison de vivre dans la crainte et où nous puissions même nous réjouir d’éprouver de la compassion. Vers une galaxie où Ivan saura peut-être que faire d’une croix rongée par la mer et de cette histoire qui n’est pas son histoire mais qui l’est en réalité, car c’est aussi la mienne et celle de tant de gens qui n’ont pas demandé à y être, mais à laquelle nous n’avons pas pu échapper ; ils trouveront peut-être l’endroit utopique où mon ami sera, sans la moindre hésitation, ce qu’on peut bien foutre de la vérité, de la confiance et de la compassion » (page 802 et dernière page de ce ouvrage).
Dans une écriture puissante, Leonardo Padura raconte, à travers trois destins tragiques et étroitement mêlés malgré eux,  l’histoire du mensonge idéologique et de sa force de destruction sur la grande utopie révolutionnaire du XXe siècle ainsi que ses retombées actuelles sur la vie des individus, en particulier à Cuba. Un grand livre qui devrait nous guérir de toutes les idéologies à venir, de toutes les idéologies qui prétendent faire le bonheur de l’homme sans lui, malgré lui et trop souvent contre lui !
©Claude-Marie T.

Lundi 13 août 2018

QUELQUES AUTRES EXTRAITS

« Assis sur le sable, le dos appuyé au tronc d’un casuarina, j’allumai une cigarette et fermai les yeux. Dans une heure le soleil se coucherait, mais comme cela devenait habituel dans ma vie, je n’éprouvais aucune impatience et n’avais aucune expectative. Ou plutôt je n’avais presque rien : et presque sans le presque ! Tout ce qui m’intéressait à ce moment-là, c’était le plaisir de voir arriver le crépuscule, ce cadeau de l’instant fabuleux où le soleil s’approche de la mer argentée du golfe et dessine un sillage de feu à sa surface. Au mois de mars, avec la plage pratiquement déserte, la promesse de cette vision m’apportait une sorte de sérénité, un état proche de l’équilibre qui me réconfortait et me permettait de croire encore à l’existence palpable d’un petit bonheur, fait à la mesure de mes maigres ambitions ».(page 95)

« A part mes allées et venues à la plage, ce dont je me rappelle le mieux de cette période, c’est la fébrilité avec laquelle je dévorais cette volumineuse biographie du révolutionnaire nommé Leon Bronstein qui, par la même occasion me faisait découvrir ma prodigieuse ignorance des vérités (vérités?) historiques, sur les circonstances et les faits qu’avait vécus cet homme, des circonstances et des faits si russes et si lointains, à commencer par la révolution d’Octobre (je n’ai jamais très bien compris ce qui s’est passé à Petrograd ce 7 novembre, qui en réalité était le 25 octobre, et comment était tombé le palais d’Hiver qu’à la fin presque personne ne voulait défendre, ce qui entraîna automatiquement le triomphe de la Révolution et donna le pouvoir aux bolcheviks), en continuant par de tout aussi étranges luttes dynastiques entre révolutionnaires, où seul Staline semblait disposé à s’emparer du pouvoir, pour terminer avec les procès de Moscou, pratiquement passés sous silence (pour nous ils semblaient ne jamais avoir existé), où les prévenus étaient les pires accusateurs. A la fin de

tout ce défilé de manifestations de « l’âme russe » (quand on ne comprend pas quelque chose chez les Russes, on dit toujours que c’est la faute de leur âme) venait la confirmation de l’assasinat du vieux leader, gommé dans les livres soviétiques qui lui étaient consacrés, car Trotsky (peut-être parce qu’il était ukrainien et non russe) semblait plutôt être mort d’un rhume, ou mieux encore, avalé par un marécage mouvant comme un personnage d’Emilio Salgari ». (pages 336-337).

. « Il avait honte, en pensant à ce que cela signifiait pour l’idéal socialiste, de savoir qu’après l’invasion de la Pologne, Staline y imposait l’ordre soviétique avec la même fureur que Hitler exportait l’idéologie fasciste. Cette grossière application du modèle soviétique à la Pologne et à l’Ukraine occidentale entraînerait la démoralisation des ouvriers européens devant l’opportunisme politique du stalinisme. Quant aux habitants des régions envahies, victimes historiques des empires russes et germaniques, ils avaient déjà dû se demander quelle était la différence entre les deux envahisseurs, et Lev Davidovitch ne serait pas étonné de voir bientôt la plupart de ces peuples en arriver à considérer les nazis comme leurs libérateurs du joug stalinien.
Même ainsi, Lev Davidovitch était accablé par le poids de la contradiction : jusqu’à quel point était-il possible de s’opposer au stalinisme sans cesser de défendre l’URSS ? Il se tourmentait, ne discernant pas vraiment si la bureaucratie était déjà une nouvelle classe, enfantée par la Révolution ou seulement une excroissance comme il l’avait toujours pensé. Il avait besoin de se convaincre qu’il était encore possible de marquer une différence qualitative entre le fascisme et le stalinisme pour tenter de démontrer à tous les hommes sincères, anéantis par les coups bas de la bureaucratie thermidorienne, que l’URSS conservait l’essence ultime de la Révolution et que cette essence devait être défendue et préservée. Mais si, comme le disaient certains, vaincus par les évidences, la classe ouvrière avait montré dans l’expérience russe sont incapacité à se gouverner elle-même, alors il faudrait admettre que la conception marxiste de la société et du socialisme était erronée. Cette possibilité le confrontait au coeur du terrible problème : le marxisme n’était-il qu’une simple « idéologie » de plus, une sorte de fausse conscience qui menait les classes opprimées et leurs partis à croire qu’ils se battaient pour leurs propres objectifs, quand en réalité ils servaient les intérêts d’une nouvelle classe dirigeante ?… Le seul fait d’y penser lui infligeait une souffrance intense : la victoire de Staline et son régime se dresseraient comme le triomphe de la réalité sur l’espoir philosophique, comme un acte véritable de la stagnation historique. Beaucoup, dont lui, se verraient obligés de reconnaître qu’il ne fallait pas chercher les racines du stalinisme dans le retard de la Russie ni dans l’hostilité impérialiste ambiante, comme on l’avait dit, mais dans l’incapacité du prolétariat à devenir une classe gouvernante. Il faudrait admettre aussi que l’URSS n’avait été que le pays précurseur d’un nouveau système d’exploitation et que sa structure politique devait inévitablement engendrer une nouvelle dictature, parée tout au plus d’une autre rhétorique.
Mais l’exilé savait qu’il ne pouvait changer sa façon de voir le monde et de concevoir la lutte. C’est pourquoi il ne se lassera pas d’exhorter les hommes de bonne foi à demeurer aux côtés des exploités, même si l’histoire et les nécessités scientifiques semblaient être contre eux. À bas la science, à bas l’histoire ! S’il le faut, on doit les recréer ! écrivit-il : de toute façon, je resterai du côté de Spartacus, jamais des Césars, et en dépit de la science, je continue à affirmer ma confiance dans la capacité des masses travailleuses à se libérer du joug capitaliste, qui a vu ces masses en action sait que c’est possible. Les erreurs de Lénine, les miennes, celle du parti bolchevik, qui ont permis la déformation de l’utopie, ne devraient jamais être attribuées aux travailleurs. Non, jamais, il en resterait persuadé.
(Page 545-547).

« Donner à en avoir mal, ne pas faire de politique ni prétendre par cet acte à une quelconque prééminence, et encore moins pratiquer la trompeuse philosophie qui consiste à obliger les autres à accepter nos conceptions du bien et de la vérité parce qu’elles sont (croyons-nous) les seules possibles et parce que, de plus, ils doivent nous être reconnaissants de ce que nous leur avons donné même s’ils n’ont rien demandé. J’avais beau savoir que ma cosmogonie était totalement impraticable (qu’est-ce qu’on peut bien foutre de l’économie, de l’argent, de la propriété, pour que tout ça fonctionne ? Et des esprits prédestinés et des salauds de naissance ?), j’avais la satisfaction de penser qu’un jour peut-être l’être humain pourrait cultiver cette philosophie qui me semblait si élémentaire, sans avoir à supporter les douleurs d’un accouchement ni les traumatismes du « tout obligatoire » : par pur et libre choix, guidé par le besoin éthique d’être solidaires et démocratiques. Bref, tout ça c’était mon habituelle branlette mentale.
C’est pourquoi, en silence et non sans douleur, je me laissais entraîner par l’écriture, sans toutefois savoir si je me risquerais un jour à montrer le manuscrit, ou à lui chercher une plus haute destinée, car ces possibilités ne m’intéressaient guère. Ma seule conviction était que cet exercice de sauvetage d’une mémoire escamotée avait beaucoup à voir avec ma responsabilité devant la vie ou plutôt ma vie : si le destin avait fait de moi le dépositaire d’une histoire cruelle et exemplaire, mon devoir d’être humain était de la préserver, de la soustraire au raz de marée des oublis » (pages 564-565).

« Ramon se souviendrait toujours de cette fin de matinée et de ce début d’après-midi du 20 août 1940, de ces heures interminables et floues. Tout l’arsenal des trucs psychologiques qu’on lui avait appris à Malajovka s’était désamorcé dans sa tête, et la seule chose qui lui restait de son entraînement était la haine, mais plus la haine concentrée et contrôlée qu’on lui avait inculquée, non, une haine de plus en plus dispersée et difficile à maîtriser, une haine plus grande que lui-même, qui le dévorait de l’intérieur. S’il ne voulait pas devenir fou, il devait occuper son temps, et Sylvia pouvait encore lui être utile. Il se redressa, fracassa la machine à écrire contre les rochers, jeta les fragments dans le ruisseau et retourna à la voiture. »(pages 670-671)

« Je sus alors que la plupart des gens de ma génération ne sortiraient pas indemnes de ce saut de la mort sans filet : nous étions la génération des naïfs, des romantiques qui avaient tout accepté et tout justifié, les yeux tournés vers l’avenir, qui coupèrent la canne à sucre, convaincus qu’ils devaient le faire (et, bien entendu, sans être payés pour ce travail infâme) ; la génération de ceux qui partir faire la guerre à l’autre bout du monde puisque l’internationalisme prolétarien l’exigeait, sans attendre d’autre récompenses que la gratitude de l’Humanité et de l’Histoire ; la génération qui fut la cible des attaques de l’intransigeance sexuelle, religieuse, idéologique, culturelle et même alcoolique, qu’elle endura tout au plus avec un petit hochement de tête et, bien souvent, sans éprouver le ressentiment ou le désespoir qui mène à la fuite, ce désespoir qui ouvrait maintenant les yeux aux plus jeunes et les décidaient à fuir, avant même de recevoir leur premier coup de pied au cul » (pages 684)

 

Une recension parue dans le Monde des livres le 5 janvier 2011 nous fait mieux comprendre ce ouvrage qui dénonce sous forme de fiction la réalité de ce que peut être un régime totalitaire. Cet article reproduit ici à le mérite de laisser la parole à l’auteur lui-même.

« L’homme qui aimait les chiens », de Leonardo Padura : l’homme qui tua Léon Trotski

L’écrivain délaisse le polar pour un roman subtil qui suit Ramon Mercader dans son exil cubain.

Maître du polar cubain, Leonardo Padura a laissé de côté sa créature, l’enquêteur Mario Conde, pour s’attaquer à un duo autrement réfractaire, Léon Trotski et son assassin, Ramon Mercader. Le premier est assez connu depuis la biographie d’Isaac Deutscher, qui en avait fait le « prophète armé » de la révolution russe, « désarmé » ensuite par son adversaire Staline, avant de devenir un « hors-la-loi » dans une « planète sans visa ». En revanche, le meurtrier au piolet est resté un mystère en dépit de l’ouverture des archives de Moscou.

« A Cuba, il était très difficile de connaître la véritable histoire, nous disposions seulement des manuels soviétiques, dans lesquels Staline restait un grand leader, confie Leonardo Padura. En octobre 1989, au Mexique, j’ai été bouleversé par la visite de la maison fortifiée de Trotski à Coyoacan. Cela a constitué le point de départ intellectuel de mon nouveau roman. » Après la chute du mur de Berlin, l’écrivain est devenu lui-même enquêteur.

Après avoir purgé sa peine à Mexico et vécu à Moscou, Ramon Mercader a passé les dernières années de sa vie à Cuba, à la suite d’un arrangement entre les services de renseignement cubains et soviétiques. A La Havane, c’était un secret de polichinelle. « Le cinéaste Tomas Gutiérrez Alea cherchait des lévriers pour son film Les Survivants (1978), lorsqu’il aperçut un vieil Espagnol qui se promenait avec deux magnifiques chiens russes, raconte Padura. C’était Ramon Mercader, qui accompagnera ses lévriers pendant tout le tournage. Et des années plus tard, lorsque Alea aura des difficultés à se déplacer, il utilisera la canne qui avait appartenu à Mercader. »

Errance et effervescence

L’homme qui aimait les chiens alterne l’exil de Trotski et les années de formation de Mercader, la déchéance de l’homme public et la montée en puissance de l’agent de l’ombre. Comment donner une égale épaisseur à deux personnages aussi dissemblables ? Le dénouement de leur rencontre, le 21 août 1940, est connu. Le défi consistait à recréer les grands événements et la petite histoire avec une fraîcheur capable d’épater même les connaisseurs. L’errance de Trotski, de la Sibérie au Mexique, en passant par la Turquie et l’Europe, s’articule avec l’effervescence de la République espagnole, qui se précipite dans la guerre civile et jette des militants comme Mercader dans les bras de Staline.

Le roman déploie un troisième récit, celui d’un écrivain cubain en herbe, Ivan, aux prises avec l’autocensure. Sur le bord de mer de La Havane, le jeune homme et le vieux Mercader entament une conversation intermittente, sous le regard distant d’un surveillant de la sécurité de l’Etat. Difficile de voir en Ivan l’alter ego de l’auteur, car le personnage est pétrifié de peur, sans savoir que faire des sulfureuses confidences entendues. Son cheminement pathétique évoque la parabole de l’utopie sous les tropiques.

« Les trois histoires ne sont pas parallèles mais consécutives, l’une est la conséquence de l’autre », souligne Padura. Cette subtilité, qui rétablit la continuité historique au-delà du procédé narratif, est tranquillement à contre-courant de l’histoire officielle en vogue à La Havane. A entendre les Cubains, le stalinisme était un problème purement européen, qui ne les touchait guère. « Staline a fondé le seul modèle socialiste réellement existant, et à Cuba nous l’avons appliqué, sans pour autant répéter ses crimes », précise Padura.

Le romancier situe assez tôt la « trahison » de l’idéal révolutionnaire en Russie : « Dès 1918, lorsque le Parti bolchevique interdit les autres partis. Ni Lénine ni Trotski n’ont eu une vision d’avenir  Padura est plus dubitatif à propos de Cuba. La peur et l’autocensure qui rongent son personnage Ivan remontent à 1961, lorsque Fidel Castro résume ses « Paroles aux intellectuels » par un mot d’ordre ambivalent : « Dans la révolution, tout ; contre la révolution, rien. » « La peur parcourt tous les cercles littéraires et artistiques de La Havane », écrivait à l’époque l’écrivain Virgilio Piñera.

Leonardo Padura, né en 1955 à La Havane, était encore un enfant pendant ces années 1960 qu’il qualifie de « confuses, hétérodoxes, hétérogènes ». Il se souvient mieux des années 1970, la période de soviétisation à outrance, pendant laquelle les bureaucrates prétendaient enfermer les créateurs dans des « paramètres » idéologiques, esthétiques et même sexuels. « Virgilio Piñera et José Lezama Lima sont morts dans l’ostracisme, Reinaldo Arenas est mort en exil », rappelle Padura. Grâce à la crise des années 1990, sa génération a bénéficié de la possibilité de publier ou exposer à l’étranger, sans dépendre des institutions cubaines. Elle en a profité pour « ouvrir des fenêtres » et braver l’autocensure. « Les plus jeunes sont carrément hérétiques, ils ne croient pas à la rhétorique officielle. Enfants de la crise, ils n’ont rien reçu en héritage et n’ont rien à perdre »  Ils n’ont plus la peur au ventre comme Ivan.

LE MONDE DES LIVRES | 6 janvier 2011 par Paulo A. Paranagua

 

BIOGRAPHIES DES PRINCIPAUX PERSONNAGES QUE SONT LEON TROTSKY ET JAIME RAMON MERCADER DEL RIO ET CELLE DE LEON PADURA, L’AUTEUR

 

Biographie de Ramón Mercader, l’assassin de Léon Trotsky

RamonMercader-home

Jaime Ramón Mercader del Rio Hernandez (Barcelone, 7 février 1913 – La Havane, 18 octobre 1978) Espagnol engagé la Guerre d’Espagne il fut recruté par les NKVD dans le but d’assassiner Léon Trosky sur l’ordre de Staline. Il était le frère de Maria Mercader, seconde épouse   épouse du directeur Vittorio De Sica et la mère de l’acteur Christian De Sica et du muscien Manuel de Sica.

Né en Espagne, Il a passé une grande partie de sa jeunesse en France   avec sa mère Eustacia María Caridad del Río Hernández après la séparation du père catalan. Très jeune, il a adhéré aux idées communistes et va être membre du Parti communiste espagnol des années trente. Il a également été emprisonné pour des activités politiques et a été libéré de prison en 1936, quand arrive au pouvoir en 1936 un Front populaire. Pendant ce temps, sa mère est devenue u  agent de renseignement soviétique. Très tôt Ramon Mercader est recruté pour travailler pour le NKVD dont le but est d’éliminer le POUM (parti troskyste en Espagne) puis de tuer Lev Trosky (alors réfugié au Mexique) qui continuait par ses écrits à critiquer le régime soviétique.

Mercader arrive au Mexique octobre 1939, avec un faux passeport fait au nom de Jacques Mornard et ayant un l’emploi fictif d’homme d’affaires (selon ce passeport  il serait né en Téhéran et fils d’un  diplomate belge) Par le biais d’une secrétaire américaine de Trotsky, Sylvia Ageloff, qui avait délibérément courtisé en Paris et qu’il a ensuite suivi en USA et au Mexique, il a pu entrer en contact avec Trotsky, faisant semblant d’être un admirateur de ses opinions politiques. Trostky échappe (en mai 1940) à une première agression armée organisée par le célèbre peintre David Alfaro Siquieros, tendance stalinienne.

Le 20 Août 1940, Mercader blesse à mort Trotsky, en lui fendant le crâne avec un piolet dans sa résidence Coyoacán. Mercader, blessé et détenu par les autorités mexicaines, n’a jamais révélé sa véritable identité, et a été condamner à 20 ans de prison. Sa véritable identité fut révélée en 1953 mais ses liens avec le NKVD ne furent connus qu’après la dissolution de l’Union soviétique.

Le 6 mai 1960 Il a été libéré de prison après plusieurs demandes de grâce et entre en Union soviétique où il vivra jusqu’en 1974.  Il quittera l’URSS pour La Havane (à Cuba) où il a été accueilli par Fidel Castro. Son geste fut récompensé quand il reçu la médaille des « Héros de l’Union soviétique en 1963.  

Il a passé le reste de sa vie Cuba. Il est mort en octobre 1978 à la Havane d’un cancer des os et sa tombe se trouve à Moscou dans la cimetière e Kuntsevo.

 

Biographie de Léon Trosky (1879-1940).

130110_d32zi_arebours_trotsky_11012013_sn635
Léon Trotski de son vrai nom Lev Davidovitch Bronstein, était un révolutionnaire et homme politique russo-soviétique.

Militant marxiste, du Parti ouvrier social-démocrate de Russie puis, à partir de l’été 1917, bolchevik, il est plusieurs fois déporté en Sibérie ou exilé de Russie, et est notamment président du soviet de Pétrograd lors de la révolution russe de 1905. 
Principal artisan avec Lénine de la révolution d’Octobre (1917), il est le fondateur de l’Armée rouge et l’un des vainqueurs essentiels de la guerre civile russe de 1918-1921, ainsi que l’un des plus importants dirigeants du nouveau régime bolchevik. 

S’étant opposé à la bureaucratisation du régime et à Staline, ce dernier le fait chasser du gouvernement (1924) et du Parti (1927), puis l’exile en Asie centrale avant de le bannir d’URSS (1929) et de le faire traquer et assassiner par le NKVD.

À la fois orateur, théoricien, historien, mémorialiste et homme d’action, il est aussi le fondateur de la IVe Internationale (1938), et l’inspirateur commun dont se réclament toujours un certain nombre de groupes trotskistes à travers le monde.
Le rapprochement de Trotski du marxisme est probablement en partie lié à la relation qu’il lie avec la jeune marxiste Alexandra Sokolovskaia.

Trotski se marie avec elle en 1900 dans la prison de Moscou, pour éviter d’en être séparé, car il devait être envoyé en déportation en Sibérie à Oust-Kout. Ils ont deux filles.
Ne supportant plus l’enfermement devant sa tâche à accomplir, il réussit à s’évader en 1902, en laissant sa femme et ses filles derrière lui. Lev Bronstein prend alors le pseudonyme « Trotski », d’après le nom d’un gardien de la prison d’Odessa, qu’il choisit peut-être pour dissimuler ses origines juives.

En septembre 1936, il s’installe au Mexique grâce au président Lazaro Cardenas, où il est accueilli dans la « Maison bleue » des peintres Diego Rivera et Frida Kahlo. Il a une liaison passionnée avec cette dernière, qui lui dédie même un tableau : Autoportrait dédié à Léon Trotski.

Trotski est mortellement blessé le 20 août 1940 à Mexico, dans le quartier de Coyoacán, d’un coup de piolet dans l’arrière du crâne par un agent de Staline (Jacques Mornard ou Franck Jackson, de son vrai nom Ramón Mercader).
Contrairement à d’autres victimes de Staline, Léon Trotski n’a jamais été officiellement réhabilité par les autorités de l’URSS. 

 

Biographie de l’auteur : Leonardo Padura Fuentes

Œuvres principales

Cycle Les Quatre Saisons

 padura1

Leonardo Padura, né Leonardo Padura Fuentes le 9 octobre 1955 à La Havane. C’est un journaliste, scénariste et écrivain cubain, auteur d’une dizaine de romans policiers et lauréat du prix Princesse des Asturies en 2015.

 

Fils d’un commerçant devenu chauffeur de bus après la révolution cubaine,  il fait des études supérieures en littérature hispano-américaine et décroche une licence avant de rédiger une thèse sur Inca Garcilaso de la Vega. Il étudie aussi le latin à la faculté de philologie de l’Université de La Havane où il a le romancier Daniel Daniel Chavarria comme professeur.

Il entre comme journaliste à la revue culturelle Caiman Barbudo dont il sera expulsé en 1983 puis participe au supplément dominical du journal Juventud Rebelde et signe des critiques littéraires, ainsi que des articles de fond. En parallèle, et « à l’écart de tout activisme politique, il écrit des scénarios pour le cinéma » notamment pour un documentaire sur la salsa Jusqu’en 1995, il est rédacteur en chef de La Gazeta de Cuba. « Ce que je fis alors fut d’écrire mes reportages comme si j’écrivais des récits, c’est à dire, dans une langue qui ne soit pas fonctionnelle, mais conceptuelle, plus littéraire, en utilisant des structures formelles peu courantes en journalisme, en créant des personnages (y compris de fiction car j’ai moi-même réussi à interviewer un mort) et remplaçant les manques d’information par des espaces imaginaires ». Il amorce sa carrière de romancier en 1998 et devient l’auteur d’une série policière ayant pour héros le lieutenant-enquêteur Mario Conde ; « Scénariste pour le cinéma, essayiste, nouvelliste, Leonardo Padura a trouvé avec le roman noir un genre tout indiqué pour distiller une vraie réflexion sur « ce pays si chaud et hétérodoxe où il n’y a jamais rien eu de pur », selon la formule de son impayable Mario Conde – un flic hétérosexuel macho-stalinien, alcoolo et désabusé, vengeur des petits et des faibles, qui déboule en 1991 dans Passé parfait. « Leonardo nous a ouvert la porte », estime son ami le journaliste et écrivain Amir Valle, né en 1967. « Il nous a fait comprendre que nous pouvions écrire sur des questions quotidiennes taboues, avec honnêteté, sans verser dans le racolage »». Mario Conde, célibataire, d’abord au milieu de la trentaine dans les premiers romans, puis quadragénaire, évolue donc dans des récits subtilement agencés, afin de contourner la censure, où les « enquêtes criminelles sont autant de prétextes à lever le voile sur la société cubaine et ses faux-semblants4 ». Ainsi, dans Électre à La Havane (Máscaras, 1997), il rend visite à un metteur en scène homosexuel   qui lui permet de résoudre l’énigme du cadavre d’un homme portant une robe découvert dans un bois. Dans L’Automne à Cuba (1998), Mario Conde démissionne de la police et mène une enquête littéraire dans Adiós Hemingway (2001), concernant le passé de l’auteur américain Ernest Hemingway auquel il voue une grande admiration. Tous les titres de cette série policière sont traduits en France aux éditions Métailié.

Leonardo Padura vit à La Havane où il reste quasiment anonyme, car les médias, sous le contrôle de l’État, l’ignorent.

Comme scénariste, il a notamment participé à l’écriture de trois des sept segments du films à sketchs 7 jours à La Havane en 2012 et au scénario du film Retour à Ithaque, co-écrit et réalisé par Laurent Cantet en 2014.

CARLOS RUIZ ZAFON, CIMETIERE DES LIVRES OULIES, ECRIVAIN ESPAGNOL, LITTERATURE ESPAGOLE

La trilogie du cimetières des livres oubliés

LA TRILOGIE DU CIMETIÈRE DES LIVRES OUBLIÉS –

 

51Yewuj2ZTL._SX260_

L’Ombre du vent, Le Jeu de l’ange et Le Prisonnier du ciel

Carlos Ruiz Zafon

La trilogie best-seller de Carlos Ruiz Zafón réunie pour la première fois dans une édition numérique intégrale !

Dans les ruelles sombres de Barcelone, le Cimetière des Livres Oubliés est un lieu mystérieux où reposent des centaines de milliers de livres…

 

L’Ombre du vent. 

Dans la Barcelone de l’après-guerre civile, « ville des Prodiges » marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon Daniel Sempere dans un lieu mystérieux du quartier Gothique : le Cimetière des livres oubliés. L’enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d’occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y « adopter » un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets « enterrés dans l’âme de la ville » : L’Ombre du vent.

 

Le Jeu de l’ange

Années 1920. David Martin, jeune journaliste, écrit des feuilletons sous pseudonyme qui rencontrent un énorme succès. Mais après quelques années, à bout de force, David va renoncer. Ses éditeurs lui accordent neuf mois pour écrire son propre roman. Celui-ci, boudé par la critique et sabordé par les éditeurs, est un échec. Son ami libraire, Sempere, choisit ce moment pour l’emmener au Cimetière des livres oubliés, où David dépose le sien. Puis arrive une offre extraordinaire : un éditeur parisien, Corelli, lui propose, moyennant cent mille francs, une fortune, de créer un texte fondateur, sorte de nouvelle Bible, « une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d’être tués, d’offrir leur âme ». Du jour où il accepte ce contrat, une étrange mécanique du meurtre se met en place autour de David. En vendant sa liberté d’écrivain, aurait-il vendu son âme au diable ? Épouvanté et fasciné, David se lance dans une enquête sur ce curieux éditeur, dont les pouvoirs semblent transcender le temps et l’espace.

 

Le Prisonnier du ciel. 

Noël 1957. À la librairie Sempere, un inquiétant personnage achète un exemplaire du Comte de Monte Cristo. Puis il l’offre à Fermín, ami de toujours de Daniel Sempere, accompagné d’une menaçante dédicace. La vie de Fermín vole alors en éclats. Qui est cet inconnu ? De quels abîmes du passé surgit-il ? Interrogé par Daniel, Fermín révèle ce qu’il a toujours caché. Il raconte la terrible prison de Montjuïc en 1939. Une poignée d’hommes condamnés à mourir lentement dans cette antichambre de l’enfer. Parmi eux Fermín et David Martín, l’auteur de La Ville des maudits. Une évasion prodigieuse et un objet volé… Dix-huit ans plus tard, quelqu’un crie vengeance. Des mensonges enfouis refont surface, des ombres oubliées se mettent en mouvement, la peur et la haine rôdent.

CARLOS RUIZ ZAFON, L'OMBRE DU VENT, LITTERATURE ESPAGOLE

L’ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon

L’ombre du vent

(La sombra del viento)

Carlos Ruiz Zafón

Paris, le Livre de poche, 2014

 

Présentation de l’œuvre

C’est un récit envoûtant de la première ligne à la dernière. C’est un roman dont on peut dire (comme le mentionne le bandeau sur la couverture dans l’édition de poche) : « Si vous avez le malheur de lire les trois premières pages de ce roman, vous n’avez aucune chance de lui échapper». Le récit est magnifique car à la fois plein de poésie, de violence et l’on ressent l’attachement de l’auteur pour les protagonistes de l’histoire. Il y plane aussi l’ombre oppressante de la dictature franquiste dans la Barcelone des années d’après-guerre. Ce livre est tout aussi le récit d’une quête que des histoires d’amitié et d’amour.

 C’est l’histoire de Daniel Sempere, huit ans, qui se rend un jour de 1945 avec son père libraire au « Cimetière des Livres oubliés », une bibliothèque magique, un lieu mystérieux auquel n’ont accès qu’un petit groupe de privilégiés. Daniel va devoir « sauver » un livre, choisir celui qu’il devra, envers et contre tout, préserver, parmi les milliers qui se trouvent dans cet endroit énigmatique et fantastique. Daniel choisit « L’ombre du vent » de Julian Carax :  il ne connaît rien de l’histoire ni de son auteur ; il va simplement apprendre que son auteur Juan Carax est parti vivre à Paris une dizaine d’années plus tôt et que depuis, un étrange personnage au visage effroyable passe son temps à brûler tous ses écrits.

Le temps passe, Daniel au cours de sa scolarité se fait des amis qui lui resteront fidèle. Le temps passe mais il  n’oublie pas Julian Carax : il poursuit sa quête malgré les obstacles. Il se lie d’amitié avec un mendiant rencontré par hasard ; Firmin Romero de Torres qui va l’aider à poursuivre sa quête. Désormais la vie de Daniel se mêle étrangement à celle de Juan Carax. Juan Carax supposé mort en 1936 est-il bien mort ou encore vivant !  

Au fil de ses investigations Daniel commence à en douter car ses recherches lui révèlent des informations biographiques troublantes :  il découvre que Carax était un brillant adolescent élevé par un homme qui n’est pas son père, il avait trois amis inséparables qui ont pourtant pris chacun des chemins radicalement différents. Julian Carax est fils de chapelier, il se lie d’amitié avec un gros client de son père, Jorge Aldaya dont il tombe éperdument amoureux de la sœur , Pénélope (qui se révèlera être sa sœur). Jorge les surprend, Julian s’exile à Paris pendant que Pénélope meurt en donnant naissance à un enfant mort-né.

Si au fur et à mesure de ses investigations (où il rencontre des derniers témoins qui ont connu Carax), le voile se lève sur la biographie officielle de Carax, sur une vie douloureuse malgré l’amitié indéfectible de Miguel ; mais le mystère s’épaissit à mesure que l’on avance dans le roman : il s’y mêlent des histoires d’amour impossibles, des mensonges, des trahisons, des peurs, beaucoup de tragédies imbriquées les unes dans les autres comme des poupées russes et qui forment la trame de ce récit.  La fin du récit mêle étrange l’histoire de Juan Cardax et celle du jeune Daniel Sempere lors d’une rencontre en forme de happy end !

En toile de fond on retrouve comme une ombre sortie de nulle part et qui poursuit nos héros, un personnage diabolique (ce policier Francesco Javier Fumero) qui promène son ombre dans toute l’histoire et dans Barcelone, une ville omni  présente à chaque page, que l’on entend vivre à travers les ombres d’un passé aboli, où rien n’est sûr dans le présent dans l’Espagne à peine sortie de la guerre civile : la Barcelone des temps d’avant guerre et celle qui est née après 1945.

Zafon décrit les ambiances avec une force qui ne se relâche jamais au cours du récit où l’histoire de Juan Cardax et celle de Daniel Sempere semble une seule et même histoire. Et puis, il y a sa bibliothèque, un sanctuaire dont on aimerait parcourir les rayons avec ses ouvrages rares et mystérieux ; il y a aussi Barcelone que l’on parcourt avec les protagonistes de cet ouvrage, une Barcelone vivante mais hantée par des fantômes ; il ya enfin ce mystérieux et envoutant  cimetière des livres qui ouvre et clôt le récit.

 

Biographie de Carlos Ruiz Zafón

zafonCarlos Ruíz Zafón est née en 1964 à Barcelone. C’est un auteur espagnol qui écrit principalement en castillan. 
Fils d’un agent d’assurances et d’une mère au foyer, il a passé 11 ans chez les jésuites. Il a écrit son premier roman à 14 ans et a travaillé dans la publicité, qu’il a quittée pour se consacrer à son roman Le Prince du Brouillard, en 1993.

Actuellement, Carlos Ruiz Zafon est l’auteur espagnol vivant le plus lu au monde, depuis la parution en 2001 de L’Ombre Du Vent (Prix Planeta, en 2004), une saga baroque à l’époque du franquisme. Ses derniers romans, Les Lumières de Septembre (2012) et Le Prisonnier du Ciel (2012) connaissent aussi un large succès.
Carlos Ruis Zafon habite, depuis 1993, à Los Angeles où il écrit des scénarios de films. 
Il a reçu aussi des prix littéraires français, comme le Prix des Amis du Scribe et le Prix Michelet en 2005. Il est classé comme l’un des écrivains de fictions qui est le plus lu en Europe.