CHINE, MAO ZEDONG (1893-1976), REVOLUTION CULTURELLE (1966-1976)

La Révolution culturelle en Chine (1966-1968)

18 août 1966 – 27 janvier 1968

Révolution culturelle en Chine populaire

cover-r4x3w1000-587905625d791-chine Mao

Le 18 août 1966 débute la Révolution culturelle prolétarienne. Planifiée par Mao Zedong (73 ans), fondateur du régime communiste et de la Chine dite populaire, elle vise à restaurer son autorité sur le Parti communiste chinois (PCC) après l’échec dramatique du « Grand Bond en avant » (1958-1961).

 

Vive la révolution permanente !

ob_174405_revolution-culturelle-01.jpg

Mao, qui est toujours le président du Parti, mobilise la jeunesse lycéenne de Pékin et Shangai contre le président de la République Liu Shaoqi et Deng Xiaoping.

Ceux-ci représentent l’aide droite pragmatique au bureau du PCC. Ils sont accusés de « révisionnisme » et se voient reprocher de sacrifier l’idéologie aux impératifs du redressement économique. Deng Xiaoping est soumis à une rééducation forcée et Liu Shaoqi meurt en prison.

Emportés par leur élan, les jeunes de toutes conditions sociales se rassemblent sous l’étiquette de « Gardes rouges ». Ils brandissent le Petit livre rouge des Pensées du président Mao, un recueil de formules prudhommesques que tout bon révolutionnaire se doit d’apprendre par coeur et répéter à tout propos.

Ils multiplient les réunions politiques et les rassemblements de masse, s’expriment par dazibaos (affiches manuscrites) et bousculent au sens propre et au sens figuré les institutions du pays.

Dans les deux années qui suivent, ils lynchent à mort leurs maîtres et les supposés « représentants de la bourgeoisie ». Ils saccagent aussi les temples, les monuments patrimoniaux ou encore les magasins en relation avec l’ordre ancien. Ils brûlent des livres anciens.

Li-Zhensheng-Copie.jpg

Humilié, le grand écrivain Lao She choisit de se suicider plutôt que de se rendre à une convocation de la police. 

Étrangement, la Révolution culturelle séduit par ses outrances une frange de la jeunesse estudiantine (et bourgeoise) d’Occident. Les représentants des droites européennes, comme Alain Peyrefitte ou Valéry Giscard d’Estaing, n’échappent pas à la « maolâtrie » ambiante !

 

Fiasco meurtrier

Revolution-culturelle-1024x690

Le 27 janvier 1968, Mao décide enfin de mettre fin aux turbulences de la Révolution culturelle. Sur son ordre, le chef de l’armée Lin Biao expédie dix-sept millions de jeunes « Gardes rouges » dans les campagnes et les confie aux mauvais soins des paysans. Beaucoup deviendront du coup des opposants déterminés au maoïsme…

En septembre 1971, Lin Biao, connu comme l’auteur du Petit Livre Rouge et le dauphin de Mao, est, bien que malade, soupçonné par ce dernier de vouloir le renverser. Il s’écrase en avion en tentant de s’enfuir en URSS.

Les troubles ne s’arrêtent pas pour autant. Ils se prolongent jusqu’à la mort de Mao, le 9 septembre 1976, du fait du conflit entre sa femme Jiang Qing, qui tente de relancer la Révolution culturelle, et le Premier ministre Zhou Enlai.

La Révolution culturelle se solde en définitive par plusieurs millions de victimes et un profond recul de l’économie du pays, qui ne pèse plus que 3 à 4% de l’économie mondiale. Malgré ce bilan accablant, il n’est pas sûr que ses laudateurs occidentaux et en particulier français aient reconnu s’être trompés.

443532895

13_c1_hv_grande.jpg

https://www.herodote.net/18_ao_t_1966_27_janvier_1968-evenement-19660818.php

CHINE, LONGUE MARCHE (la), MAO ZEDONG (1893-1976), REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE

La longue marche de Mao Zedong

19 octobre 1935

Fin de la Longue Marche

Ressources_Longue_Marche_en_images_Mao_et_la_marche_triomphale_de_l_Armee_rouge.jpg

Le 19 octobre 1935 s’achève la Longue Marche des communistes chinois et de leur chef Mao Zedong.

Après une épopée de douze mille kilomètres à travers la Chine, les communistes se réfugient au Shaanxi. Dans cette province montagneuse isolée du nord-ouest, ils échappent aux attaques du parti rival du Guomindang et de son chef, Chiang Kaï-shek.

C’est au cours de la Longue Marche que Mao Zedong s’est imposé comme le leader des communistes chinois avant de les mener à la victoire finale.

2101C-chine-mao

De difficulté en difficulté

Fils d’un riche paysan, Mao est né le 28 décembre 1893 au Hounan, au coeur de la Chine. Il a participé au mouvement étudiant du 4 mai 1919 puis à la fondation du Parti communiste en 1921.

Au risque de mécontenter les alliés soviétiques, il cultive l’idée que les révolutionnaires chinois doivent s’appuyer en priorité sur la paysannerie des campagnes, si méprisée soit-elle, plutôt que sur la classe ouvrière des villes. Cette idée est longtemps combattue par les autres leaders du Parti, notamment le très influent Zhou Enlai.

c9729b966aeaa61231e950f91b81116a

Mais les troupes du Guomindang, le grand parti républicain de Sun Yat-sen, désormais dirigé par Chiang Kaï-shek, lancent une offensive sur le bastion communiste. Voilà Mao et ses fidèles obligés de fuir vers le nord. Ils ne sont pas les seuls. Au total, 130 000 hommes répartis en trois colonnes armées tentent de fuir vers l’ouest ou le nord-ouest.

La principale colonne, le 1er front, auquel participent Mao et les principaux hiérarques du Parti communiste chinois, compte près de 90 000 hommes au départ du Jiangxi, en octobre 1934. S’étant dirigés vers l’ouest, ils arrivent à Zunyi Guizhou) le 15 janvier 1935.

Mais les chefs s’interrogent sur la marche à suivre. Fuir mais où et dans quel but ? Mao Zedong témoigne alors d’une clarté de vue qui lui vaut le ralliement de l’influent Zhou Enlai, l’un des chefs de l’insurrection ouvrière de Shanghai de 1927. Au terme de rudes débats, il impose l’idée de se diriger vers le nord et, pourquoi pas ? d’en profiter pour combattre les Japonais et rallier les patriotes chinois à leur cause.

La colonne poursuit donc sa route, toujours traquée par les troupes nationalistes et parfois mitraillés par leur aviation. La marche elle-même est épuisante, par les déserts et les montagnes enneigées. Les hommes doivent marcher environ quarante kilomètres par jour, avec une vingtaine de kilos sur le dos, ravitaillement et fusil compris. Autant dire que les effectifs fondent très vite, du fait des batailles, de la faim, des maladies… et plus que tout des désertions.

Après Zunyi, le 1er front tourne un moment en rond car Mao, qui voit son autorité s’affermir sur le groupe, ne veut pas rejoindre trop tôt l’autre colonne qui vient à leur rencontre, celle du général Zhang Guotao.

En février 1935, avec l’appui de Zhou Enlai, Mao se fait enfin élire président du Comité central du PCC (Parti communiste chinois). Quand les deux colonnes se rejoignent enfin, leurs chefs ne tardent pas à diverger sur la stratégie.

Zhang Guotao entraîne ses hommes vers le plein Ouest avec l’espoir de rejoindre la république bolchévique du Sinkiang. Presque tous ses hommes se feront massacrer avant le but, par les cavaliers Hui, des musulmans ralliés aux nationalistes. Lui-même finira par rejoindre le Guomindang !

Désormais chef incontesté de son groupe, Mao, quant à lui, est plus que jamais décidé à aller vers le nord. Incidemment, dans un village, il découvre en effet sur une coupure de presse qu’un soviet communiste s’est constitué au Shaanxi, une province misérable d’environ 200 000 km2 et 25 millions d’habitants.

Il y arrive le 19 octobre 1935, après un parcours de douze mille kilomètres en 368 jours, dont seulement cent jours de repos. Il n’est plus accompagné que de vingt à trente mille hommes, un cinquième des effectifs initiaux.

Aujourd’hui encore, la Longue Marche fait l’admiration de la plupart des Chinois. Elle est vue non sans raison comme un spectaculaire exploit collectif, une anabase des temps modernes. Entre autres moments épiques, le franchissement sous la mitraille du célèbre pont suspendu de Luding s’inscrit dans le roman national !

MaoLonguemarche.jpg

mao-longue-marche-harangue

https://www.herodote.net/19_octobre_1935-evenement-19351019.php