AU FIL DU TEMPS : POEMES, CLAUDE TRICOIRE (1951-...), LIVRES, POEME, POEMES

Au fil du temps : poèmes

Au fil du temps : Poèmes

Claude Tricoire

Editeur : Independently published, 2020. 86 pages.

 

41UCT8LidXL._AC_UY218_

Recueil de poémes écrits au fil du temps en fonction de l’humeur des jours, de la couleur du temps, des tristesses et des joies que nous offre le monde d’aujourd’hui.

Edition broché du même ouvrage publié en e-book sur Amazon

BIRAGO DIOP (1906-1989), ECRIVAIN AFRICAIN, LES MORTS NE SONT PAS SOUS LA TERRE, LITTERATURE, POEME, POEMES, POETE AFRICAIN

Les morts ne sont pas sous la Terre

Les Morts ne sont pas sous la Terre

ob_2bfbc7_nature-1633772-960-720

L

Écoute plus souvent
Les choses que les êtres
La voix du feu s’entend,
Entends la voix de l’eau.
Écoute dans le vent le buisson en sanglots :
C’est le souffle des ancêtres.

Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :
Ils sont dans l’ombre qui s’éclaire
Et dans l’ombre qui s’épaissit.
Les morts ne sont pas sous la Terre :
Ils sont dans l’arbre qui frémit,
Ils sont dans le bois qui gémit,
Ils sont dans l’eau qui coule,
Ils sont dans l’eau qui dort,
Ils sont dans la case, ils sont dans la foule 

Les morts ne sont pas morts.

Écoute plus souvent
Les choses que les êtres
La voix du feu s’entend,
Entends la voix de l’Eau.
Écoute dans le vent
Le buisson en sanglots :
C’est le souffle des ancêtres morts,
Qui ne sont pas partis
Qui ne sont pas sous la terre
Qui ne sont pas morts.

 

Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :
Ils sont dans le sein de la femme,
Ils sont dans l’enfant qui vagit
Et dans le tison qui s’enflamme.
Les morts ne sont pas sous la Terre :
Ils sont dans le feu qui s’éteint,
Ils sont dans les herbes qui pleurent,
Ils sont dans le rocher qui geint,
Ils sont dans la forêt, ils sont dans la demeure,
Les morts ne sont pas morts.

 

Écoute plus souvent
Les choses que les êtres
La voix du feu s’entend,
Entends la voix de l’eau.
Écoute dans le vent
Le buisson en sanglots,
C’est le souffle des ancêtres.

 

Il redit chaque jour le pacte,
Le grand pacte qui lie,
Qui lie à la loi notre sort,
Aux actes des Souffles plus forts
Le sort de nos morts qui ne sont pas morts,
Le lourd pacte qui nous lie à la vie.
La lourde loi qui nous lie aux actes
Des souffles qui se meurent
Dans le lit et sur les rives du fleuve,
Des souffles qui se meuvent
Dans le rocher qui geint et dans l’herbe qui pleure.
Des souffles qui demeurent
Dans l’ombre qui s’éclaire et s’épaissit,
Dans l’arbre qui frémit, dans le bois qui gémit
Et dans l’eau qui coule et dans l’eau qui dort,
Des souffles plus forts qui ont pris
Le souffle des morts qui ne sont pas morts,
Des morts qui ne sont pas partis,
Des morts qui ne sont plus sous la terre.

 

Écoute plus souvent
Les choses que les êtres
La voix du feu s’entend,
Entends la voix de l’eau.
Écoute dans le vent
Le buisson en sanglots,
C’est le souffle des ancêtres.

 

Birago Diop – Le souffle des ancêtres, recueil leurres et lueurs 1960

BIRAGO DIOP (1906-1989)

AVT_Birago-Diop_9059

Biographie :

Ecrivain et poète de la négritude, d’origine sénégalaise, Birago DIOP est surtout connu pour avoir mis par écrit de nombreux contes traditionnels appartenant à la littérature orale africaine.

Léopold Sédar Senghor admirait également cette mise par écrit de contes que Birago Diop « rénove […] en les traduisant en français, avec un art qui, respectueux du génie de la langue française — cette « langue de gentillesse et d’honnêteté » —, conserve, en même temps, toutes les vertus des langues négro-africaines. »

N'AI-JE PAS SANGLOTE TON AGOISSE SUPRÊME ?, PAUL VERLAINE, POEME, POEMES, POETE FRANÇAIS, PRIERE, PRIERES

« N’ai-je pa sangloté ton angoisse suprême ? » de Paul Verlaine

« N’ai-je pas sangloté ton angoisse suprême ? » – Paul Verlaine

1429248719

Mon Dieu m’a dit …

 

Mon Dieu m’a dit : « Mon fils, il faut m’aimer. Tu vois
Mon flanc percé, mon cœur qui rayonne et qui saigne,
Et mes pieds offensés que Madeleine baigne
De larmes, et mes bras douloureux sous le poids

De tes péchés, et mes mains ! Et tu vois la croix,
Tu vois les clous, le fiel, l’éponge et tout t’enseigne
A n’aimer, en ce monde amer, où la chair règne,
Que ma Chair et mon Sang, ma parole et ma voix.

Ne t’ai-je pas aimé jusqu’à la mort, moi-même,
O mon frère en mon Père, ô mon fils en l’Esprit,
Et n’ai-je pas souffert, comme c’était écrit ?

N’ai-je pas sangloté ton angoisse suprême
Et n’ai-je pas sué la sueur de tes nuits,
Lamentable ami qui me cherches où je suis ?

André-Lhote-Le-Christ-au-mont-des-Oliviers-daprès-Gauguin

Sagesse de Paul Verlaine

JEAN-JACQUES LEFRANC DE POMPIGNAN (1709-1784), POEME, POEMES, PRIERE, PRIERES, TA BONTE SEULE M'EST VISIBLE

Ta bonté seule m’est visible

 » Ta bonté seule m’est visible « –

J-J Lefranc de Pompignan.

quand-les-poetes-nous-parlent-de-dieu

Voici des extraits de la Prière universelle du poète lyrique Jean-Jacques Lefranc de Pompignan. 

 

 » Ô Toi, que la raison, que l’instinct même adore,
Souverain maître et créateur
De tout l’univers qui t’implore ;
Jéhova, Jupiter, Seigneur.

Source, cause première, être incompréhensible,
               Que je suis borné devant toi !
               Ta bonté seule m’est visible ;
               Le reste est un chaos pour moi.

Mais le bien et le mal dans cette nuit obscure,
Dépendent de ma volonté ;
Et tu gouvernes la nature
Sans enchaîner ma liberté.

(…)
Si je marche avec toi, fais-moi la grâce entière
De te suivre jusqu’à la fin,
Si je m’égare, ta lumière
Doit me remettre au bon chemin.

(…)
Fais que de mon prochain je plaigne les souffrances
             Toujours lent à condamner ;
             Et pardonne-moi mes offenses,
               Pour mieux m’apprendre à pardonner.

Tout retrace aux mortels le néant de leur être ;
Mais ils sont l’œuvre de tes mains ;
Sois leur guide autant que leur maître,
Jusqu’au terme de leurs destins.

Que le pain, la paix, soient ici mon partage,
J’attends que ton auguste choix
Des autres biens fixe l’usage ;
Tes volontés seront mes lois.

Ton temple est en tous lieux, tu remplis la nature ;
Tout l’univers est ton autel ;
Rien ne vit, n’existe, ne dure,
Qui ne t’offre un culte éternel. »

 

Jean-Jacques Lefranc de Pompignan

LeFranc_de_Pompignan

Jean-Jacques Lefranc (ou Le Franc), marquis de Pompignan, dit Lefranc de Pompignan, né à Montauban le 10 août 1709 et mort à Pompignan le 1er novembre 1784, est un poète français.

 Biographie

Jean-Jacques Lefranc naquit dans une famille de noblesse de robe qui détenait de père en fils depuis le xviie siècle la charge de président de la Cour des aides de Montauban. Après des études à Paris au collège Louis-le-Grand, il fut avocat général près cette cour avant de succéder à son père dans les fonctions de président. Il mena la campagne de diffamation contre l’intendant de Montauban, Lescalopier, accusé d’irrégularités budgétaires et dont il finit par obtenir le déplacement. En 1745, il fut nommé conseiller d’honneur au parlement de Toulouse. Défenseur des privilèges fiscaux de la noblesse, mais ému en même temps par le poids des impôts que devait payer le peuple, il s’opposa avec véhémence aux réformes de Machault.

Sa première tragédie, Didon (1734) — qu’on dit inspirée de la Didon abandonnée (1724) de Métastase — fut jouée à la Comédie-Française et connut un succès que ne confirmèrent pas les Adieux de Mars (1735) et quelques livrets d’opéra qui suivirent.

Lefranc de Pompignan se fit avant tout connaître comme poète lyrique. Son Ode sur la mort de Jean-Baptiste Rousseau est une œuvre d’une grande noblesse d’inspiration. Très dévôt, il chercha l’inspiration dans les textes sacrés, comme son ami Louis Racine, publiant en 1751 et 1755 les deux volumes de ses Poésies sacrées, inspirées des Psaumes et des Prophètes.

Il composa également des pièces plus légères comme son Voyage en Languedoc et en Provence, mêlé de prose et de vers à la manière de celui de Chapelle et Bachaumont.

Le 6 septembre 1759, il fut élu à l’Académie française. Dans son discours de réception, prononcé le 10 mars 1760, il eut le tort de faire étalage d’une extrême vanité et d’attaquer vivement le parti philosophique — attaque d’autant plus inconsidérée que, dans l’assistance, plusieurs de ses membres avaient voté pour lui. Les Philosophes lui firent subir de violentes représailles, notamment Voltaire, qui en fit sa tête de Turc dans une longue bataille de libelles et de pamphlets. Lefranc de Pompignan, couvert de ridicule, n’osa plus reparaître à l’Académie et se retira en 1763 dans ses terres, partageant son temps entre ses châteaux de Pompignan, près de Montauban et de Caïx, qu’il fit reconstruire et où il s’occupa notamment à traduire des classiques grecs comme Eschyle.

Il pourrait être l’auteur d’un traité historique et politique publié anonymement en 1780 : Essai sur la dernière révolution de l’ordre civil en France, qui porte sur la réforme judiciaire réalisée en janvier 1771 sous l’impulsion du chancelier Maupeou.

Élu membre de l’Académie de Cortone , en Italie, il lui adressa une dissertation en latin sur Les Antiquités de la ville de Cahors, où il rend compte de ses recherches archéologiques. Il avait également été élu membre de l’Académie des Jeux floraux de Toulouse en 1740.

Grand bibliophile, il fit acquérir pour sa collection quelque 26 000 volumes dont 1 500 partitions musicales. Vendu par ses héritiers à la bibliothèque du clergé de Toulouse, ce fonds est aujourd’hui conservé à la bibliothèque de Toulouse.

 

ET, TRANQUIILE IL PASSAIT COMME UN PARDON VIVANT, POEME, POEMES, POETE FRANÇAIS, PRIERES

Et, tranquille, il passait comme un pardon vivant (Victor Hugo)

« Et, tranquille, il passait comme un pardon vivant » – Victor Hugo

miseri10

« Cependant il était question dans les villes

De quelqu’un d’étonnant, d’un homme radieux

Que les anges suivaient de leurs millions d’yeux ;

Cet homme, qu’entourait la rumeur grossissante,

Semblait un dieu faisant sur terre une descente ;

On eût dit un pasteur rassemblant ses troupeaux ;

Les publicains, assis au bureau des impôts,

Se levaient s’il passait, quittant tout pour le suivre ;

Cet homme, paraissant hors de ce monde vivre,

Tandis qu’autour de lui la foule remuait,

Avait des visions dont il restait muet ;

Il parlait aux cités, fuyait les solitudes,

Et laissait sa clarté dans l’œil des multitudes ;

Les paysans le soir, de sa lueur troublés,

Le regardaient de loin marcher le long des blés,

Et sa main qui s’ouvrait et devenait immense,

Semblait jeter aux vents de l’ombre une semence.

On racontait sa vie, et qu’il avait été

Par une vierge au fond d’une étable enfanté

Sous une claire étoile et dans la nuit sereine ;

L’âne et le bœuf, pensifs, l’ignorance et la peine,

Etaient à sa naissance, et sous le firmament

Se penchaient, ayant l’air d’espérer vaguement ;

On contait qu’il avait une raison profonde,

Qu’il était sérieux comme celui qui fonde,

Qu’il montrait l’âme aux sens, le but aux paresseux,

Et qu’il blâmait les grands, les prêtres, et tous ceux

Qui marchent entourés d’hommes armés de piques.

Il avait, disait-on, guéri des hydropiques ;

Des impotents, cloués vingt ans sous leurs rideaux,

En le quittant, portaient leur grabat sur leur dos ;

Son œil fixe appelait hors du tombeau les vierges ;

Les aveugles, les sourds, — ô destin, tu submerges

Ceux-ci dans le silence et ceux-là dans la nuit ! —

Le voyaient, l’entendaient ; et dans son vil réduit

Il touchait le lépreux, isolé sous des claies ;

Ses doigts tenaient les clefs invisibles des plaies,

Et les fermaient ; les cœurs vivaient en le suivant ;

Il marchait sur l’eau sombre et menaçait le vent ;

Il avait arraché sept monstres d’une femme ;

Le malade incurable et le pêcheur infâme

L’imploraient, et leurs mains tremblantes s’élevaient ;

Il sortait des vertus de lui qui les sauvaient ;

Un homme demeurait dans les sépulcres ; fauve,

Il mordait, comme un loup qui dans les bois se sauve ;

Parfois on l’attachait, mais il brisait ses fers

Et fuyait, le démon le poussant aux déserts ;

Ce maître, le baisant, lui dit : Paix à toi, frère !

L’homme, en qui cent damnés semblaient rugir et braire,

Cria : Gloire ! et, soudain, parlant avec bon sens,

Sourit, ce qui remplit de crainte les passants.

Ce prophète honorait les femmes économes ;

Il avait à Gessé ressuscité deux hommes

Tués par un bandit appelé Barabbas ;

Il osait, pour guérir, violer les sabbats,

Rendait la vie aux nerfs d’une main desséchée ;

Et cet homme égalait David et Mardochée.

Un jour ce redresseur, que le peuple louait,

Vit des vendeurs au seuil du temple, et prit un fouet ;

Pareils aux rats hideux que les aigles déterrent,

Tous ces marchands, essaims immondes, redoutèrent

Son visage empourpré des célestes rougeurs ;

Sévère, il renversa les tables des changeurs

Et l’escabeau de ceux qui vendaient des colombes.

Son geste surhumain ouvrait les catacombes.

L’arbre qu’il regardait changeait ses fleurs en fruits.

Un jour que quelques juifs profonds et très instruits

Lui disaient : « – Dans le ciel que le pied divin foule,

Quel sera le plus grand ? » cet homme dans la foule

Prit un petit enfant qu’il mit au milieu d’eux.

Calme, il forçait l’essaim invisible et hideux

Des noirs esprits du mal, rois des ténébreux mondes,

A se précipiter dans les bêtes immondes.

Et ce mage était grand plus qu’Isaïe, et plus

Que tous ces noirs vieillards épars dans les reflux

De la vertigineuse et sombre prophétie ;

Et l’homme du désert, Jean, près de ce Messie,

N’était rien qu’un roseau secoué par le vent.

Il n’était pas docteur, mais il était savant ;

Il conversait avec les faces inconnues

Qu’un homme endormi voit en rêve dans les nues ;

Des lumières venaient lui parler sur les monts ;

Il lavait les péchés ainsi que des limons,

Et délivrait l’esprit de la fange charnelle ;

Satan fuyait devant l’éclair de sa prunelle ;

Ses miracles étaient l’expulsion du mal ;

Il calmait l’ouragan, haranguait l’animal,

Et parfois on voyait naître à ses pieds des roses ;

Et sa mère en son cœur gardait toutes ces choses.

Des morts blêmes, depuis quatre jours inhumés,

Se dressaient à sa voix ; et pour les affamés,

Les pains multipliés sortaient de ses mains pures.

Voilà ce que contait la foule ; et les murmures,

Les cris du peuple enfant qui réclame un appui,

Environnaient cet homme ; on l’adorait ; et lui

Etait doux.

Tous les mots qui tombaient de sa bouche

Etaient comme une main céleste qui vous touche.

Il disait : — « Les derniers sont les premiers. — La fin,

« C’est le commencement. — Ne fais pas au prochain

« Ce que tu ne veux pas qu’on te fasse à toi-même.

« — On récolte le deuil quand c’est la mort qu’on sème.

« — Celui qui se repent est grand deux fois. — L’enfant

« Touche à Dieu. — Par le bien du mal on se défend.

« — Que le puits soit profond, mais que l’eau reste claire. »

Il disait : « – Regardez les choses sans colère ;

« Car, si l’œil est mauvais, le corps est ténébreux.

« — L’aube est pour les Gentils comme pour les Hébreux.

« — Mangez le fruit des bois, buvez l’eau de la source ;

« — N’ayez pas de souliers, pas de sac, pas de bourse,

« Entrez dans les maisons et dites : Paix à tous !

« — Nul n’est exempt du pli sublime des genoux ;

« Donc, qui que vous soyez, priez. Courbez vos têtes.

« — Dieu, présent à la nuit, n’est pas absent des bêtes.

« Dieu vit dans les lions comme dans Daniel.

« — Errer étant humain, faillir est véniel.

« Absolvez le pécheur en condamnant la faute.

« — On ajoute à l’esprit ce qu’à la chair on ôte. »

Il tenait compte en tout des faits accidentels.

Dans le champ du supplice il disait des mots tels

Que nul n’osait toucher à la première pierre ;

Il haïssait la haine, il combattait la guerre ;

Il disait : sois mon frère ! à l’esclave qu’on vend ;

Et, tranquille, il passait comme un pardon vivant ;

Il blanchissait le siècle autour de lui, de sorte

Que les justes, dont l’âme encor n’était pas morte,

Dans ces temps sans pitié, sans pudeur, sans amour,

Voyaient en s’éveillant luire deux points du jour,

L’aurore dans le ciel et sur terre cet homme.

Cet être était trop pur pour être vu par Rome.

Pourtant parmi les juifs, dans leur temple obscurci,

Chez leur roi lâche et triste, on en prenait souci ;

Et Caïphe y songeait dans sa chaire d’ivoire ;

Et, sans savoir encor ce qu’il en devait croire,

Hérode était allé jusqu’à dire : — Il paraît

Qu’il existe un certain Jésus de Nazareth. »

56198a25_JzzIWPX.2e16d0ba.fill-690x450

 

Extrait du long poème La fin de Satan de Victor Hugo. Il n’a pas pu achever ce long poème religieux d’environ 5700v ers  qui fût publié après sa mort.

MALADIE, PENDANT UNE MALADIE, POEME, POEMES, SOUFFRANCE, VICTOR HUGO

Pendant une maladie de Victor Hugo

Pendant une maladie

513AJ2mg+aL._SX466_

On dit que je suis fort malade,
Ami ; j’ai déjà l’oeil terni ;
Je sens la sinistre accolade
Du squelette de l’infini.

Sitôt levé, je me recouche ;
Et je suis comme si j’avais
De la terre au fond de la bouche ;
Je trouve le souffle mauvais.

Comme une voile entrant au havre,
Je frissonne ; mes pas sont lents,
J’ai froid ; la forme du cadavre,
Morne, apparaît sous mes draps blancs.

Mes mains sont en vain réchauffées ;
Ma chair comme la neige fond ;
Je sens sur mon front des bouffées
De quelque chose de profond.

Est-ce le vent de l’ombre obscure ?
Ce vent qui sur Jésus passa !
Est-ce le grand Rien d’Épicure,
Ou le grand Tout de Spinosa ?

Les médecins s’en vont moroses ;
On parle bas autour de moi,
Et tout penche, et même les choses
Ont l’attitude de l’effroi.

Perdu ! voilà ce qu’on murmure.
Tout mon corps vacille, et je sens
Se déclouer la sombre armure
De ma raison et de mes sens.

Je vois l’immense instant suprême
Dans les ténèbres arriver.
L’astre pâle au fond du ciel blême
Dessine son vague lever.

L’heure réelle, ou décevante,
Dresse son front mystérieux.
Ne crois pas que je m’épouvante ;
J’ai toujours été curieux.

Mon âme se change en prunelle ;
Ma raison sonde Dieu voilé ;
Je tâte la porte éternelle,
Et j’essaie à la nuit ma clé.

C’est Dieu que le fossoyeur creuse ;
Mourir, c’est l’heure de savoir ;
Je dis à la mort : Vieille ouvreuse,
Je viens voir le spectacle noir.

 

Poète : Victor Hugo (1802-1885)

Recueil : Les chansons des rues et des bois (1865)

CLEMENT FRISON-ROCHE (1991-2019), POEME, POEMES, POUR QUE VIVE FRANCE

Pour que vive France de Clément Frison-Roche

Pour que vive France : l’émouvant poème de Clément Frison-Roche

 

Pour-que-vive-France-l-emouvant-poeme-de-Clement-Frison-Roche_visuel.jpg

 

 

image002_reference.png

Clément Frison-Roche Alors qu’il était aspirant dans la promotion de Saint-Cyr « Colonel des Gardes » (2013-2015), Clément Frison-Roche, qui a trouvé la mort au Mali, composait ce magnifique et déchirant poème, pointant la perte du sens du sacrifice de la France aujourd’hui et les morts silencieuses des héros de la nation.

 

HIVER, NOËL, NOEL, POEME, POEMES, QUELQUES POEMES POUR NOËL

Quelques poèmes sur Noël

POEMES POUR L’HIVER ET POUR NOËL

BALLADE DE NOËL

parce-qua-noel-maladie-malheur-tristesse-ne-f-L-1

C’est vrai qu’il vient et qu’on le crie !
Mais non sur un clair olifant,
Quand on a la gorge meurtrie
Par l’hiver à l’ongle griffant.
Las ! Avec un râle étouffant
Il est salué chaque année
Chez ceux qu’il glace en arrivant,
Ceux qui n’ont pas de cheminée.

Il jasait, la mine fleurie,
Plus joyeux qu’un soleil levant,
Apportant fête et gâterie,
Bonbons, joujoux, cadeaux, devant
Le bébé riche et triomphant.
Mais quelle âpre et triste journée
Pour les pauvres repus de vent
Ceux qui n’ont pas de cheminée.

Heureux le cher enfant qui prie
Pour son soulier au nœud bouffant,
Afin que Jésus lui sourie !
Aux gueux, le sort le leur défend.
Leur soulier dur, crevé souvent,
Dans quelle cendre satinée
Le mettraient-ils, en y rêvant,
Ceux qui n’ont pas de cheminée ?

ENVOI

Prince, ayez pitié de l’enfant
Dont la face est parcheminée,
Faites Noël en réchauffant
Ceux qui n’ont pas de cheminée.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Jovette-Alice BERNIER

ÉTRENNES

34552310-image-de-étrennes-de-luxe-différentes-boîtes-présents-sous-l-arbre-de-noël-la-magie-x-mas-nuit.jpg

Dans ma chaussette, bon Jésus,
Dis-moi, que déposeras-tu ?

Moi, j’avais rêvé pour étrennes
D’une chose peut-être vaine :

C’est un trésor que j’ai perdu
Et que je ne retrouve plus.

Depuis si longtemps, je médite,
Attendant ta bonne visite.

On m’a pris mon cœur, bon Jésus,
Et je le voudrais sans surplus.

Mets-le dans ma chaussette rose
Et n’ajoute rien autre chose

Qu’un baiser pour le douilletter,
Car l’amour l’a tant maltraité…
_________________

 

Eulalie BOISSONNAULT

NOËL

Etoile-du-Berger.jpg

Noël ! Un chant s’élève éclatant dans la nuit,
Il épand ses flots d’or, vibre, s’épanouit :
Pastorale sacrée !
Les anges l’ont transmis aux bergers anxieux
Et l’univers redit la chorale des cieux :
C’est l’hymne consacrée !

Noël ! La neige met dans les arbres glacés
Un luxe de blancheur, treillis foliacés,
Imitant la guipure ;
Sur l’asphalte, elle étend ses beaux papillons blancs
Et sur les toits hier, obscurs ou rutilants,
Sa gaze la plus pure.

Noël ! La cloche prend son vol joyeux dans l’air,
La lune vaporeuse a des teintes d’éclair,
Un air de chrysanthème ;
Et mille étoiles d’or fleurdelisent le ciel
Humanité, Dieu t’aime !

Noël ! vieux mot d’espoir, d’allégresse et de paix,
Mot qui met en éveil des ferveurs de respects,
Mot qui sonne et convie
À la crèche sacrée où le petit Jésus
Nous apporte des biens que nous n’aurions pas eus
Sans sa terrestre vie.
_________________

Pierre CORNEILLE

POUR LE JOUR DE NOËL

hqdefault (7).jpg

Christ, rédempteur de tous, Fils unique du Père,
Seul qu’avant tout commencement,
Engendrant en soi-même, et produisant sans mère,
Il fit naître ineffablement.

Adorable splendeur des clartés paternelles,
Espoir immuable de tous,
Daigne écouter, Seigneur, les vœux que tes fidèles
En tous lieux t’offrent comme nous.

Souviens-toi qu’autrefois, pour réparer l’injure
Que te fit l’homme criminel,
Tu pris chair dans les flancs d’une Vierge très pure,
Et voulus naître homme et mortel.

Vois comme tous les ans ce grand jour fait entendre,
Par l’hommage de nos concerts,
Que du sein paternel il te plut de descendre
Pour le salut de l’univers.

C’est ce jour que le ciel, que la terre, que l’onde,
Que tout ce qui respire en eux,
Bénit cent et cent fois d’avoir sauvé le monde
Par ton avènement heureux.

Nous y joignons nos voix, nous que par ta clémence
Ton sang retira du tombeau,
Et pour renouveler le jour de ta naissance,
Nous chantons un hymne nouveau.

Gloire à toi, sacré Verbe, et merveille suprême,
Dieu par une Vierge enfanté ;
Même gloire à ton Père, au Saint-Esprit la même,
Durant toute l’éternité.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Carmen LAVOIE

SABOTS DES SANS-NOËL

118426360

Les deux petits sabots fêlés
Dans les grands chemins désolés,
Où vont-ils, chantant sur la grêle
Dont s’est clair verni leur bois frêle,
Les deux petits sabots tout blancs,
Aux petits pieds tout bleus dedans ?

Ils s’en vont fuyant l’âtre, au gel
Car les sabots des sans-noël,
Ô pourquoi ? retrouvés pleins d’ombre
Font au jour, deux trous au cœur sombre,
Les deux pauvres sabots navrants
Sans petits pieds de gueux dedans.

Décembre a des sabots trop grands.
__________________

MILLICENT

PRIÈRE DE NOEL

SIPA_00700586_000002.jpg

Petits Jésus des crèches,
En nos églises fraîches
Vous allez revenir, avec vos cheveux blonds,
Votre sourire ému, vos yeux pleins de tendresse,
Vos doigts roses chargés d’incomparables dons
Qu’implore avec ferveur la foule qui s’empresse.

L’enfance vous attend
Et depuis bien longtemps
Rêve de la minuit et de Noël en fête,
Qui promet le sapin aux rameaux merveilleux
Où pendent les joujoux accrochés jusqu’au faîte
Et des lampions d’or qui jettent mille feux.

Pour moi qui n’ai plus l’âge
De ces enfantillages,
Je vous attends, Jésus, avec d’autres désirs
Et je veux vous prier avec une âme ardente
Pour que vous bénissiez mes rêves d’avenir
Et que croisse en mon cœur la grâce fécondante.

Donnez-moi ce cœur fort
Qui ne craint pas l’effort
Et qui pour votre gloire a toutes les audaces.
Donnez-moi de mourir à moi-même, Seigneur,
Au monde sans vertus, aux vanités qui passent,
À tout ce qui rend lâche et dégrade le cœur.

Petits Jésus des crèches,
En nos églises fraîches
Vous verrez défiler le cortège navrant
De tous les maux humains. Écoutez la prière
Que chacun vous adresse en son cœur défaillant
Jésus, donnez à tous Force, Paix et Lumière.
_________________

Edmond ROSTAND

LES ROIS MAGES

Les-Rois-mages

Ils perdirent l’étoile, un soir ; pourquoi perd-on
L’étoile ? Pour l’avoir parfois trop regardée,
Les deux rois blancs, étant des savants de Chaldée,
Tracèrent sur le sol des cercles au bâton.
Ils firent des calculs, grattèrent leur menton,
Mais l’étoile avait fuit, comme fuit une idée.
Et ces hommes dont l’âme eût soif d’être guidée
Pleurèrent, en dressant des tentes de coton.
Mais le pauvre Roi noir, méprisé des deux autres,
Se dit « Pensons aux soifs qui ne sont pas les nôtres,
Il faut donner quand même à boire aux animaux. »
Et, tandis qu’il tenait son seau d’eau par son anse,
Dans l’humble rond de ciel où buvaient les chameaux
Il vit l’étoile d’or, qui dansait en silence.

¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨

Émile Verhaeren

LA NEIGE

62635848-belle-montagne-paysage-enneigé-et-les-arbres-couverts-de-neige-belle-journée-ensoleillée-dans-les-montagne.jpg

La neige tombe, indiscontinûment,
Comme une lente et longue et pauvre laine,
Parmi la morne et longue et pauvre plaine,
Froide d’amour, chaude de haine.

La neige tombe, infiniment,
Comme un moment –
Monotone – dans un moment ;
La neige choit, la neige tombe,
Monotone, sur les maisons
Et les granges et leurs cloisons ;
La neige tombe et tombe
Myriadaire, au cimetière, au creux des tombes.

Le tablier des mauvaises saisons,
Violemment, là-haut, est dénoué ;
Le tablier des maux est secoué
A coups de vent, sur les hameaux des horizons.

Le gel descend, au fond des os,
Et la misère, au fond des clos,
La neige et la misère, au fond des âmes ;
La neige lourde et diaphane,
Au fond des âtres froids et des âmes sans flamme,
Qui se fanent, dans les cabanes.

Aux carrefours des chemins tors,
Les villages sont seuls, comme la mort ;
Les grands arbres, cristallisés de gel,
Au long de leur cortège par la neige,
Entrecroisent leurs branchages de sel.

Les vieux moulins, où la mousse blanche s’agrège,
Apparaissent, comme des pièges,
Tout à coup droits, sur une butte ;
En bas, les toits et les auvents
Dans la bourrasque, à contre vent,
Depuis Novembre, luttent ;
Tandis qu’infiniment la neige lourde et pleine
Choit, par la morne et longue et pauvre plaine.

Ainsi s’en va la neige au loin,
En chaque sente, en chaque coin,
Toujours la neige et son suaire,
La neige pâle et inféconde,
En folles loques vagabondes,
Par à travers l’hiver illimité monde.
_________________

Catulle MENDES

PAYSAGE DE NEIGE

paysage-de-neige.jpg

Au dedans, le silence et la paix sont profonds ;
De froides pesanteurs descendent des plafonds,
Et, miroirs blanchissants, des parois colossales
Cernent de marbre nu l’isolement des salles.

De loin en loin, et dans les dalles enchâssé,
Un bassin de porphyre au rebord verglacé
Courbe sa profondeur polie, où l’onde gèle ;
Le froid durcissement a poussé la margelle,

Et le porphyre en plus d un endroit est fendu ;
Un jet d’eau qui montait n’est point redescendu,
Roseau de diamant dont la cime évasée
Suspend une immobile ombelle de rosée.

Dans la vasque, pourtant, des fleurs, givre à demi,
Semblent les rêves frais du cristal endormi
Et sèment d’orbes blancs sa lucide surface,
Lotus de neige éclos sur un étang de glace,

Lys étranges, dans l’âme éveillant l’idéal
D’on ne sait quel printemps farouche et boréal.
__________________

Jean DANIEL   (1490-1531)

NOËL

berger.jpg

Gentils pasteurs, qui veillez en la prée,
Abandonnez tout amour terrien,
Jésus est né et vous craignez de rien,
Chantez Noël de jour et de vesprée.
Noël !

Laissez agneaux repaître en la contrée,
Gloire est aux cieux pour l’amour de ce bien
Qui porte paix, amour et entretien ;
Allez le voir, c’est bonne rencontrée.
Noël !

Or est ému tout le pays de Judée,
Pasteurs y vont, ne demandez combien,
Portant présents et de va et de vient ;
Sans celer rien leur bourse fut vidée.
Noël !

La toison d’or qui est emprisonnée
Sera dehors de ce cruel détient
Car Jésus est trop plus nôtre que sien :
Pour la tirer la chose est jà sonnée.
Noël !

Aurora vient que la nuit est finée,
Honnêtement et de très bon maintien
Rompu sera le fier et âpre chien
Portier d’enfer ; sa cause est assignée.
Noël !

Prions Jésus qu’à la sainte journée
Ayons de lui tout appui et soutien.
Vierge Marie, il est nôtre, il est tien,
Compose o lui, que paix nous soit donnée.
Noël !
_________________

Paul VERLAINE

NOËL

nativite-Jesus.jpg

Petit Jésus qu’il nous faut être,
Si nous voulons voir Dieu le Père,
Accordez-nous d’alors renaître

En purs bébés, nus, sans repaire
Qu’une étable, et sans compagnie
Qu’un âne et qu’un boeuf, humble paire ;

D’avoir l’ignorance infinie
Et l’immense toute-faiblesse
Par quoi l’humble enfance est bénie ;

De n’agir sans qu’un rien ne blesse
Notre chair pourtant innocente
Encor même d’une caresse,

Sans que notre oeil chétif ne sente
Douloureusement l’éclat même
De l’aube à peine pâlissante,

Du soir venant, lueur suprême,
Sans éprouver aucune envie
Que d’un long sommeil tiède et blême…

En purs bébés que l’âpre vie
Destine – pour quel but sévère
Ou bienheureux ? – foule asservie

Ou troupe libre, à quel calvaire ?
__________________

Louis FRECHETTE

NOËL

94140_cloches-eglise.jpg

Le lourd battant de fer bondit dans l’air sonore,
Et le bronze en rumeur ébranle ses essieux…
Volez, cloches, grondez, clamez, tonnez encore,
Chantez paix sur la terre et gloire dans les cieux !

Sous les dômes ronflants des vastes basiliques,
L’orgue répand le flot de ses accords puissants ;
Montez vers l’Éternel, beaux hymnes symboliques,
Montez avec l’amour, la prière et l’encens !

Enfants, le doux Jésus vous sourit dans ses langes ;
À vos accents joyeux laissez prendre l’essor ;
Lancez vos clairs noëls : là-haut les petits anges
Pour vous accompagner penchent leurs harpes d’or.

Blonds chérubins chantant à la lueur des cierges,
Cloche, orgue, bruits sacrés que le ciel même entend,
Sainte musique, au moins, gardez chastes et vierges,
Pour ceux qui ne croient plus, les légendes d’antan.

Et quand de l’an nouveau l’heure sera sonnée,
Sombre airain, cœurs  naïfs, claviers harmonieux,
Pour offrir au Très-Haut l’aurore de l’année,
Orgues, cloches, enfants, chantez à qui mieux mieux !
__________________

Madame de TERSAC

LES CLOCHES

image (1).jpg

Cloches, cloches, ébranlez-vous
En ding-dings sonores et doux !
Qui, vous comprenant, ne vous aime ?
Il n’est pas de fêtes sans vous…
Cloches, cloches, ébranlez-vous,
Pénétrez la voûte suprême !

Pleines de l’arôme des buis,
Ô cloches des Rameaux, de verdure habillées,
Chassant les hivernales nuits,
Jetez au printemps vos notes éparpillées !

Par-dessus le bourdon du glas,
Le désarroi des tocsins fauves,
Élevez votre voix, cloches de Pâques mauves
Qui sentez si bon le lilas !

Cloches de Fête-Dieu qu’enguirlandent les roses,
Murmurez d’estivales choses
Sous l’arc fleuri des reposoirs !…

Vous, cloches bleues de Mai, descendez turbulentes…

Avec l’odeur des pins, tombez sages et lentes,
Cloches d’Angélus des beaux soirs !

Sous le vermeil levant, cloches de Pentecôte
Frappant tôt le ciel opalin,
Du vent bienfaisant de la côte,
Rapportez-nous le suc salin !

Vous, dans la canicule en ses lourdeurs d’étuve,
Pourpres cloches d’Assomption,
Des terres en production,
Répandez le puissant effluve !

Cloches grises de la Toussaint,
Larmoyantes sous vos longs voiles,
Allez, mélancolique essaim,
Narrer votre deuil aux étoiles !

Cloches du minuit de Noël,
Si célestement poétiques,
Dans la neige vierge et le gel
Lancez vos carillons mystiques !
À Bethléem transportez-nous
Parmi les bergers et les mages
Montrez-nous les chères images
Dont l’idéal plaît à nos goûts !

Et vous qui nous sauvez du divin anathème,
Ô cloches blanches du baptême
Embaumant la dragée, avec mol abandon,
D’accords légers faites-nous don !

Vous aussi qu’enveloppe un mousselin nuage,
Cloches dorées du mariage
Aux parfums d’orangers, pour unir des heureux,
Formez un concert amoureux !

Vous, plus guère aujourd’hui qu’un pâle simulacre,
Cloches solennelles du sacre
Qui fleurez tant les lys, ne parlons pas de vous
Car vous suscitez des courroux.

Ne t’oublions pas, toi, cloche simple et grossière,
Mais qui nous es si familière
Cloche grave appelant, exact à l’atelier,
Deux fois chaque jour, l’ouvrier…
Cloche grêle attirant vers l’école, l’élève…
Cloche allégeante de la trêve…
Ou cloche sans façon prévenant du régal
D’un repas plus ou moins frugal !

Quel que soit le motif noble qui vous entraîne,
Ô Cloches à voix surhumaine,
Vous éveillez les sens et venez rafraîchir
La mémoire prompte à fléchir !

Par-dessus monts et roches,
Cloches, cloches !
Par-dessus les grands bois,
Les hauts toits,
Éclatez souveraines
Et sereines,
Votre langage clair
Charme l’air !
C’est de vos envolées
Assemblées
Que, dans un libre essor,
L’esprit sort.
Que votre battant vibre
Fibre à fibre,
Ainsi qu’un coeur humain
Sous la main.
Que de vos sons progresse
L’allégresse
Jusqu’au suprême lieu
Où vit Dieu !
¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨

François BRIAND

NOËL

Ludovico-Carracci-L-Adoration-des-bergers-La-Nativite-de-Jesus-Christ.jpg

Tous les regrets quoncques furent au monde
Esmoy, soucy, ostez nous et tristesse,
Voicy le jour ou toute joye habonde,
Voicy soulas, voicy toute liesse.

Ô pastoureaux chantez en voix parfonde,
Harpes et luctz, le hault roy de noblesse
Vous salurez, par qui est sorty lunde
Qui a lavé de péché la rudesse.

Ô Baltazar, ô ta langue faconde,
Or présentas demonstrant la richesse,
Mais maintenant la bonté t’en redonde,
Tu estois veil, tu reviens en jeunesse.

Et toy, Jaspart, ô ton mir qui est monde
Bien demonstras qu’il soufferoit opresse.
Homme il estoyt, pourquoy rayson se fonde
Qu’il est mortel, non obstant sa haultesse.

Il est décent que chascun don responde
Selon celuy à qui le don s’adresse.
Donc Melchior, qui est roy de Sabonde
Offrit encens, comme roy de sagesse,

Prince des cieulx, de voulenté parfonde,
De cueur contrict, en petite simplesse,
Te supplions que ta bonté confonde
De l’ennemy l’astuce et la finesse.
Amen. Nouel.
__________________

Simon PELLEGRIN (1663-1745)

VENEZ, DIVIN MESSIE

ob_78aaf8_christmas-1863837.png

Venez, divin Messie,
Sauver nos jours infortunés ;
Venez, source de vie,
Venez, venez, venez.

Ah ! descendez, hâtez vos pas,
Sauvez les hommes du trépas,
Secourez-nous, ne tardez pas.
Venez, divin Messie,
Sauver nos jours infortunés ;
Venez, source de vie,
Venez, venez, venez.

Ah ! désarmez votre courroux ;
Nous soupirons à vos genoux ;
Seigneur, nous n’espérons qu’en vous.
Pour nous livrer la guerre,
Tous les enfers sont déchaînés ;
Descendez sur la terre,
Venez, venez, venez.

Que nos soupirs soient entendus !
Les biens que nous avons perdus
Ne nous seront-ils point rendus ?
Voyez couler nos larmes.
Grand Dieu, si vous nous pardonnez,
Nous n’aurons plus d’alarmes ;
Venez, venez, venez.

Eclairez-nous, divin flambeau ;
Parmi les ombres du tombeau,
Faites briller un jour nouveau.
Au plus affreux supplice
Nous auriez-vous abandonnés ?
Venez, Sauveur propice,
Venez, venez, venez.

Si vous venez en ces bas-lieux,
Nous vous verrons victorieux
Fermer l’enfer, ouvrir les cieux.
Nous l’espérons sans cesse ;
Les cieux nous furent destinés ;
Tenez votre promesse,
Venez, venez, venez.

Ah ! Puissions-nous chanter un jour,
Dans votre bienheureuse cour,
Et votre gloire, et votre amour !
C’est là l’heureux partage
De ceux que vous prédestinez ;
Donnez-nous-en le gage,
Venez, venez, venez.
_________________

Jean RICHEPIN

NOËL MISERABLE

Buche-Noel-4.jpg

Noël ! Noël ! À l’indigent
Il faudrait bien un peu d’argent,
Pour acheter du pain, des nippes.
Petits enfants, petits Jésus,
Des argents que vous avez eus
Il aurait bourré bien des pipes.

Noël ! Noël ! Les amoureux
Sont bien heureux, car c’est pour eux
Qu’est fait le manteau gris des brumes.
Sonnez, cloches ! cloches, sonnez !
Le pauvre diable dans son nez
Entend carillonner les rhumes.

Noël ! Noël ! Les bons dévots
S’en vont chanter comme des veaux,
Près de l’âne, au pied de la crèche.
Notre homme trouverait plus neuf
De manger un morceau de bœuf ,
Et dit que ça sent la chair fraîche.

Noël ! Ça sent les réveillons,
Les bons grands feux pleins de rayons,
Et la boustifaille, et la joie,
Le jambon rose au bord tremblant,
Le boudin noir et le vin blanc,
Et les marrons pondus par l’oie.

Et le misérable là-bas
Voit la crèche comme un cabas
Bondé de viande et de ripaille,
Et dans lequel surtout lui plaît
Un beau petit cochon de lait…
C’est l’enfant Jésus sur sa paille.

Noël ! Noël ! Le prêtre dit
Que Dieu parmi nous descendit
Pour consoler le pauvre hère.
Celui-ci voudrait bien un peu
Boire à la santé du bon Dieu ;
Mais Dieu n’a rien mis dans son verre,

Noël ! On ferme. Allons, va-t’en !
Heureux encore si Satan,
Qui chez nous ces jours-là s’égare,
Te fait trouver dans le ruisseau
Quelque os où reste un bon morceau
Et quelque moitié de cigare !

Noël ! Noël ! Les malheureux
N’ont rien pour eux qu’un ventre creux
Qui tout bas grogne comme un fauve,
Si bien que le bourgeois, voyant
Leur oeil dans l’ombre flamboyant,
Au lieu de leur donner, se sauve.
_________________

Honorat de RACAN

NOËL

113618949_o.jpeg

Maintenant que l’astre doré
Par qui le monde est éclairé
A cédé la place aux étoiles,
Par un miracle non pareil
La nuit au milieu de ses voiles
A vu naître un nouveau soleil.

Un bienheureux enfantement
Remplit l’enfer d’étonnement,
Réjouit les âmes captives
Et rend le Jourdain glorieux
De voir naître dessus ses rives
Le Roi de la terre et des cieux.

Ce roi des astres adoré
N’est point né dans un lieu paré
Où la pompe étale son lustre :
Un haillon lui sert au besoin
Et n’a pour dais ni pour balustre
Qu’une crèche pleine de foin.

Ces petits bras emmaillotés
Sont ces mêmes bras redoutés
Du ciel, de l’onde et de la terre ;
Ils se sont à notre aide offerts,
Et ne s’arment plus du tonnerre
Que pour foudroyer les enfers.

Voyez que son divin pouvoir
Surpasse tout humain savoir
De quiconque le considère :
Dieu de son corps est créateur.
Une vierge enfante son Père
Et l’œuvre produit son auteur.
__________________

Wilfrid LALONDE

MARIE PRÈS DE LA CRÈCHE

nativite-christ.jpg

Avec précaution, de peur de la répandre,
Ainsi que dans une urne on garde une liqueur,
Tout ce dont elle souffre et de voir et d’entendre,
Marie, avec amour, le compare en son cœur ;

À côté de la crèche où Dieu voulut descendre
Elle voit s’agiter le prétoire moqueur ;
Le repos de l’Enfant Jésus lui fait comprendre
Qu’un jour d’un tel sommeil Il sortira Vainqueur ;

Son front qu’une divine auréole environne
Paraît déjà courbé sous l’affreuse couronne,
Et ses pieds semblent joints pour le crucifiement !

Demande-t-elle au Ciel d’être un peu moins sévère
Qu’elle voit, dans un coin sombre du firmament,
Se dessiner la Croix sanglante du Calvaire !
__________________

FAGUS

NOËL

egliseinfo-noel.jpg

Tant l’on crie Noël
Qu’à la fin nous vient.
Tout mon cœur appelle
Noël, Noël !
Tout mon cœur appelle,
Tant il se souvient.

Dame neige est en voyage
Sur les routes de l’hiver ;
Les oiseaux du voisinage
Se sont enfuis par les airs.

Seul, le rouge-gorge appelle
Avec sa fluette voix ;
Il fait : Noël et Noël,
À tous les échos des bois.

Tant l’on crie Noël,
Noël, Noël!
Tant l’on crie Noël
Qu’enfin on le voit.

L’espérance est en voyage ;
Dans les bois flambe le houx ;
Le petit enfant bien sage
Rêve au bonhomme aux joujoux.

Tant l’on crie Noël,
Noël, Noël,
Tant l’on crie Noël
Qu’il s’en vient à nous.
__________________

Arthur de BUSSIÈRES.

CHANT DE NOËL

9782354131654.jpg

J’adore ta venue, enfant, frère des mondes,
– Œuvre de votre amour, ô Père, ô Saint Esprit ! –
Sublime agneau, victime et sauveur, Jésus-Christ,
Dont le front doit blêmir à nos douleurs profondes.

Je t’adore, ô Promis de toute éternité !
Je t’adore en mes cris, je t’adore en ma joie ;
D’une âme que le feu de ses désirs rougeoie,
Je t’adore en mon rêve et mon humanité.

Je t’adore !… Car j’ai compris ton beau sourire :
Sur ta lèvre divine où ses plis sont posés
Comme en un grand miroir, bouche et traits convulsés,
Le Prodige inouï du Calvaire se mire…

Ô divin Rédempteur ! Flambeau des Paradis
Que la chair et la vie agitent devant l’Être ;
Ô Sauveur ! apprends-moi ce que je dois connaître
Pour dompter la chimère et ses envols maudits !

Car je veux, avec Toi, grandir dans l’humble enceinte ;
Comme Toi, je veux mettre à mon front le roseau ;
Je veux m’agenouiller auprès de ton berceau,
Pour expirer plus tard aux pieds de la Croix sainte.
_________________

Joachim du BELLAY

DU JOUR DE NOËL

s-l300 (1).jpg

La Terre au Ciel, l’Homme à la Deïté,
Sont assemblés d’un nouveau mariage.
Dieu prenant corps, sans faire au corps outrage,
Nait aujourd’hui de la virginité.

La Vierge rend à la Divinité
Son saint dépôt, dont le Monde est l’ouvrage,
Mais aujourd’hui il a fait d’avantage,
S’étant vêtu de notre humanité !

Il a plus fait : car si du corps humain
Tenant la vie et la mort en sa main,
Il s’est rendu mortel par sa naissance,

Ne s’est-il pas lui-même surmonté ?
Cette œuvre là démontre sa puissance,
Et celle-ci démontre sa bonté.
_________________

Patrice de LA TOUR DU PIN

CHANSON DU RAMONEUR

ramon5.jpg

Je suis fils de ramoneurs
Qui n’ont
De père en fils, de cœur en cœur,
qu’une seule destinée,
Et c’est de se perdre au fond,
Au fin fond des cheminées !

Les plus belles, de châteaux…
À l’aube,
On s’est glissé sous leurs rideaux ;
De tout le jour on ne sort,
Tout le jour, un jour de taupes
Courant dans leurs corridors.

On revient passé le soir,
Les yeux
Fumés, vagues et tout noirs,
Mais gardant le clair des chambres
Où dorment des gens heureux…
– Sur la route de décembre.

À l’autre Noël, perdu
Par chance,
Je ne suis pas redescendu :
Petit ramoneur glacé
Perché sur des toits immenses
À voir la Noël passer…
__________________

Charles FRÉMINE

NOÊL

ob_e574fe_image.jpg

Coupez le gui ! Coupez le houx !
Feuillage vert, feuillage roux,
Mariez leurs branches ;
Perles rouges et perles blanches,

Coupez le gui ! Coupez le houx !
C’est la Noël, fleurissez vous !
Chassez les grives et les merles,
Chassez les mésanges au dos bleu

Du gui dont les fleurs sont des perles,
Du houx dont les fleurs sont du feu !
Courez à la forêt prochaine,
Courez à l’enclos des fermiers ;

Coupez le gui sur le grand chêne,
Coupez le gui sur les pommiers.
Coupez le houx le long des haies
Qui bordent le chemin des bois ;

Coupez le houx sous les futaies
Où sont nos vieux temples gaulois ?
… Et coupez-les par tas, par piles !
Liez en gerbes leurs rameaux,

Et qu’on en pavoise les villes,
Qu’on en pavoise les hameaux !
Coupez le gui ! Coupez le houx !
Feuillage vert, feuillage roux,

Mariez leurs branches !
Perles rouges et perles blanches ;
Coupez le gui ! Coupez le houx !
C’est la Noël ! Fleurissez-vous !
__________________

Arthur RIMBAUD

LE MATIN DES ÉTRENNES

matin-des-c3a9trennes1.jpg

Ah ! quel beau matin, que ce matin des étrennes !
Chacun , pendant la nuit, avait rêvé des siennes
Dans quel songe étrange où l’on voyait joujoux,
Bonbons habillés d’or, étincelants bijoux,

Tourbillonner, danser une danse sonore,
Puis fuir sous les rideaux, puis reparaître encore !
On s’éveillait matin, on se levait joyeux ,
La lèvre affriandée, en se frottant les yeux …

On allait, les cheveux emmêlés sur la tête,
Les yeux tout rayonnants, comme aux grands jours de fête,
Et les petits pieds nus effleurant le plancher,

Aux portes des parents tout doucement toucher …
On entrait ! …puis alors les souhaits … en chemise,
Les baisers répétés, et la gaieté permise !
__________________

José-Maria de HEREDIA   (1842-1905)

ÉPIPHANIE

12c500e7.jpg

Donc, Balthazar, Melchior et Gaspar, les Rois Mages,
Chargés de nefs d’argent, de vermeil et d’émaux
Et suivis d’un très long cortège de chameaux,
S’avancent, tels qu’ils sont dans les vieilles images.

De l’Orient lointain, ils portent leurs hommages
Aux pieds du fils de Dieu, né pour guérir les maux
Que souffrent ici-bas l’homme et les animaux ;
Un page noir soutient leurs robes à ramages.

Sur le seuil de l’étable où veille saint Joseph,
Ils ôtent humblement la couronne du chef
Pour saluer l’Enfant qui rit et les admire.

C’est ainsi qu’autrefois, sous Augustus Caesar,
Sont venus, présentant l’or, l’encens et la myrrhe,
Les Rois Mages Gaspar, Melchior et Balthazar.
__________________

ANONYME

LE VIEUX NOËL

noel.PNG

Ainsi qu’ils le font chaque année,
En papillotes, les pieds nus,
Devant la grande cheminée
Les petits enfants sont venus.

Tremblants dans leur longue chemise,
Ils sont là… Car le vieux Noël,
Habillé de neige qui frise,
A minuit descendra du ciel.

Quittant la guirlande des anges,
Le Jésus de cire et les Rois,
Transportant des paquets étranges,
Titubant sur le bords des toits,

Le vieux bonhomme va descendre …
Et, de crainte d’être oubliés,
Les enfants roses, dans la cendre,
Ont mis tous leurs petits souliers

Ils ont même, contre une bûche
Qui venait de rouler du feu,
Rangé leurs pantoufles à ruche
Et leurs bottes de vernis bleu.

Puis, après quelque phrase brève,
Ils s’endormirent en riant
Et firent un si joli rêve
Qu’ils riaient encore en dormant.

Ils rêvaient d’un pays magique
Où l’alphabet fut interdit ;
Les ruisseaux étaient d’angélique,
Les maisons de sucre candi ;

Et dans des forêts un peu folles,
Tous les arbres, au bord du ciel,
Pleins de brillantes girandoles,
Etaient des arbres de Noël.

Dans ce pays tendre et fidèle,
Les animaux parlent encore,
L’Oiseau Bleu vient quand on l’appelle ;
La Poule a toujours des oeufs d’or.

… Mais comme venait d’apparaître
Peau d’Ane en un manteau de fleurs,
Le jour entrant par la fenêtre
A réveillé tous les dormeurs.

C’est un talon qu’on voit descendre !
C’est un pied nu sur le parquet !
Les mains s’enfoncent dans la cendre,
Comme un bourdon dans un bouquet !

« Une armure avec une épée !
– Un navire ! Un cheval de bois !
– Oh ! la merveilleuse poupée
Et qui parle avec une voix !

– Que la bergerie est légère !
– Et comme le troupeau est blanc !
– Le loup ! – le berger ! – la bergère ! »
Tout tremble au bord du coeur tremblant…

Oh ! Bonheur ! Noël de la vie,
Laisse-nous quelques fois, le soir
Aux cendres de mélancolie,
Mettre un petit soulier d’espoir !
_________________

Tristan KLINGSOR

LE BONHOMME DE NEIGE

bonhomme-de-neige-

Les enfants ont fait un bonhomme de neige;
L’hiver aux toits de chaume blancs
Pend ses chandelles de glace et ses cierges
Et les saules ont l’air de mendiants tremblants.

Les enfants s’en vont aux chaumines closes
Manger leurs tartines sans doute,
Leurs tartines beurrées de bonnes choses,
Et le bonhomme de neige reste seul sur la route.

Mais le fou qui passe, cheveux roux,
Bouche bleuie et bâton trop court,
Le fou dont la culotte a plus de trous
Que les filles n’ont de sourires d’amour.

Le fou dont toute la pitié naïve s’éveille
Doucement couvre de ses guenilles décousues
Avec des soins de bonne vieille
Ce doux bonhomme blanc et beau comme un Jésus.
__________________

Jules BARBIER

CHANTEZ NOEL

Angelots de Noël

Montez à Dieu, chants d’allégresse !
Ô cœurs brûlés d’un saint amour.
Chantez Noël ! voici le jour
Le ciel entier frémit d’ivresse !
Que la nuit sombre disparaisse !
Voici le jour ! voici le jour !
Montez à Dieu, chants d’allégresse !

Ô Vierge mère, berce encore
L’enfant divin, et dans ses yeux
Aspire la clarté des cieux !
De son regard, céleste aurore,
Sur ton front pur qui se colore.
Une auréole semble éclore !
Une auréole semble éclore !

Ô Dieu sauveur, ma voix t’appelle,
De tes enfants j’entends le chœur
Remplir les cieux d’un chant vainqueur !
Laisse à mon âme ouvrir son aile !
Qu’elle s’envole et sente en elle
Qu’elle s’envole et sente en elle
Rayonner ta flamme éternelle.
_________________
Tristan DEREME

BONNE ANNÉE

bonne-annee-original

Voici la nouvelle année
Souriante, enrubannée,
Qui pour notre destinée,
Par le ciel nous est donnée :
C’est à minuit qu’elle est née.
Les ans naissent à minuit
L’un arrive, l’autre fuit.
Nouvel an ! Joie et bonheur !
Pourquoi ne suis-je sonneur
De cloches, carillonneur,
Pour mieux dire à tout le monde
À ceux qui voguent sur l’onde
Ou qui rient dans leurs maisons,
Tous les vœux que nous faisons
Pour eux, pour toute la Terre
Pour mes amis les enfants
Pour les chasseurs de panthères
Et les dompteurs d’éléphants.
_________________

Henri-Frédéric AMIEL

UN NOËL D’ALLEMAGNE

s-l300.jpg

Enfants et fleurs, vous, grâce de la vie,
Calices purs d’innocence et d’amour,
Voici Noël ! Noël tous nous convie,
Mais vous surtout êtes rois en ce jour.
Au ciel, enfants, dérobez son sourire,
Fleurs, à la terre empruntez vos couleurs ;
Notre allégresse auprès de vous s’inspire,
Enfants et fleurs !

Enfants et fleurs, ô suave rosée,
D’un Dieu clément envoi mystérieux,
Vous ignorez pour toute âme embrasée
Quelle fraîcheur vous distillez des cieux !
Un vent plus doux vient caresser la lyre,
Du cœur blessé vous calmez les douleurs ;
Tout reverdit à votre aimable empire,
Enfants et fleurs !

Enfants et fleurs, par quels magiques charmes,
Vous, chers aux bons, mais aux méchants jamais,
Au repentir arrachez-vous des larmes,
A l’espérance apportez-vous la paix ?
Serait-ce hélas ! que, miroirs sans nuage,
Purs de toute ombre et non ternis de pleurs,
D’un ciel perdu vous reflétez l’image,
Enfants et fleurs ?

Sainte au front pâle et couronné d’étoiles,
A l’œil profond comme l’éternité,
Fille de Dieu qui lis en Dieu sans voiles,
Descends vers nous, chaste Sérénité ;
Sur un berceau tu mis ton auréole,
Dans un rayon consume nos langueurs ;
Et, pur encens, que notre âme à Dieu vole,
Enfants et fleurs.
_________________

Édouard TAVAN

DE JANVIER À NOËL

4saisons

Janvier grelottant, neigeux et morose,
Commande la ronde éternellement ;
Déjà Février sourit par moment ;
Mars cueille frileux une fleur éclose.
Avril est en blanc, tout ruché de rose
Et Mai, pour les nids, tresse un dais clément ;
Dans les foins coupés, Juin s’ébat gaîment,
Sur les gerbes d’or, Juillet se repose.
Derrière Août qui baille au grand ciel de feu
Se voile Septembre en un rêve bleu ;
Le pampre couronne Octobre en démence.
Novembre, foulant du feuillage mort,
Fuit l’âpre Décembre au souffle qui mord.
Et le tour fini – sans fin recommence.

¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨

Madeleine MORIZE

CHANSON D’HIVER

avec-les-premiers-rayons-du-soleil-le-paysage-est-splendide-photo-elisabeth-berthier-bizouard-1548927260

Les flocons, loin du ciel sévère,
S’en sont allés, tout en dansant,
Bien pressés d’atteindre la terre
Qui les attirait doucement.
Menant une ronde joyeuse,
Ils semblent un duvet léger
Échappé d’une aile soyeuse
Et que le vent fait voltiger.
Petits et clairs, dans la tourmente,
Ils ont l’allure de lutins
Qui se frôlent dans la descente
Aussi caressants que mutins.
Mais la glace emprisonne et gèle
Les jolis flocons blancs si fous.
La mort étend sur tout son aile.
Cœurs qui souffrez, endormez-vous !
Et maintenant, dans le mystère,
Sous l’épaisseur du manteau blanc,
C’est le grand travail de la terre !
Elle prépare dans son flanc
Toutes les richesses futures :
Les fleurs si douces du printemps,
De l’été, les vertes ramures,
De l’automne, les tons ardents.
Et pourtant, elle semble morte ;
Les charmes sont ensevelis ;
Chaque neige que le vent porte
Du linceul alourdit les plis.
Cette blancheur s’immobilise
Sous le ciel gris, en contours flous
Et toute forme est imprécise.
Oh ! Cœurs qui dormez, rêvez-vous ?
Mais voici que dans la nature
Viennent à passer des frissons.
Peu à peu s’en vont la froidure,
La neige pâle et les glaçons.
Écartant son voile superbe,
La terre apparaît et sourit ;
Des rubans d’eau courent dans l’herbe
Qui, sous leurs baisers, reverdit.
Et, là-bas, voilà que s’éveille
La voix profonde des forêts
Et que s’ouvre, pure merveille,
La clochette des blancs muguets.
La vie, en tout, fleurit et chante
Et l’air est infiniment doux.
Il se lève une aube charmante.
Cœurs qu’on croit morts, réveillez-vous !
__________________

Jean RICHEPIN

LA NEIGE EST BELLE

0ecd7641

La neige est belle. Ô pâle, ô froide, ô calme vierge,
Salut ! Ton char de glace est traîné par des ours,
Et les cieux assombris tendent sur son parcours
Un dais de satin jaune et gris couleur de cierge.

Salut ! dans ton manteau doublé de blanche serge,
Dans ton jupon flottant de ouate et de velours
Qui s’étale à grands plis immaculés et lourds,
Le monde a disparu. Rien de vivant n’émerge.

Contours enveloppés, tapages assoupis,
Tout s’efface et se tait sous cet épais tapis.
Il neige, c’est la neige endormeuse, la neige

Silencieuse, c’est la neige dans la nuit.
Tombe, couvre la vie atroce et sacrilège,
Ô lis mystérieux qui t’effeuilles sans bruit !
__________________

Georges RODENBACH

L’HIVER

tombe-la-neige-visoflora-23238.jpg

Ô neige, toi la douce endormeuse des bruits
Si douce, toi la sœur pensive du silence,
Ô toi l’immaculée en manteau d’indolence
Qui gardes ta pâleur même à travers les nuits,

Douce ! Tu les éteins et tu les atténues
Les tumultes épars, les contours, les rumeurs ;
Ô neige vacillante, on dirait que tu meurs
Loin, tout au loin, dans le vague des avenues !

Et tu meurs d’une mort comme nous l’invoquons,
Une mort blanche et lente et pieuse et sereine,
Une mort pardonnée et dont le calme égrène
Un chapelet de ouate, un rosaire en flocons.

Et c’est la fin : le ciel sous de funèbres toiles
Est trépassé ; voici qu’il croule en flocons lents,
Le ciel croule ; mon cœur se remplit d’astres blancs
Et mon cœur est un grand cimetière d’étoiles !
_________________

Théophile GAUTIER

LA DERNIÈRE FEUILLE

1360174024_83588

Dans la forêt chauve et rouillée
Il ne reste plus au rameau
Qu’une pauvre feuille oubliée,
Rien qu’une feuille et qu’un oiseau.

Il ne reste plus en mon âme
Qu’un seul amour pour y chanter,
Mais le vent d’automne, qui brame
Ne permet pas de l’écouter ;

L’oiseau s’en va, la feuille tombe,
L’amour s’éteint, car c’est l’hiver.
Petit oiseau, viens sur ma tombe
Chanter, quand l’arbre sera vert !
__________________

Fernand MAZADE

ATTENTE

vieil-arbre-couvert-de-neige-en-hiver-noir-et-blanc-photographie-122130040

Il neige. La source écume et frissonne
Avant que d’aller mourir dans la mer.
Un seul arbre est vert : c’est un chêne-vert.
Le jour se dissipe et l’angélus sonne.
Le village tousse et s’encapuchonne.
Aucune chanson ne réchauffe l’air :
Les chardonnerets n’aiment point l’hiver.
Sur les sentiers blancs ne passe personne.
Le beau mois de mai quand reviendra-t-il ?
Pourrons-nous bientôt cueillir le myrtil ?
Et des papillons voir les arrivées ?

Sous le chêne vert, trois enfants blottis
Chevelures d’or tout ébouriffées
Yeux écarquillés, membres engourdis,
Trois petits enfants attendent les fées.
__________________

Francis YARD

LA NEIGE AU VILLAGE

P1180615

Lente et calme, en grand silence,
Elle descend, se balance
Et flotte confusément,
Se balance dans le vide,
Voilant sur le ciel livide
L’église au clocher dormant.
Pas un soupir, pas un souffle,
Tout s’étouffe et s’emmitoufle
De silence recouvert…
C’est la paix froide et profonde
Qui se répand sur le monde,
La grande paix de l’hiver.
__________________

Maurice CARÊME

LE GIVRE

Fleurs-de-givre

Mon dieu comme ils sont beaux
Les tremblants animaux
Que le givre a fait naître
La nuit sur ma fenêtre !

Ils broutent des fougères
dans un bois plein d’étoiles,
Et l’on voit la lumière
À travers leur corps pâles.

Il y a un chevreuil
Qui me connaît déjà ;
Il soulève pour moi
Son front d’entre les feuilles,

Et quand il me regarde,
Ses grands yeux sont si doux
Que je sens mon cœur battre
Et trembler mes genoux.

Laissez-moi, ô décembre !
Ce chevreuil merveilleux.
Je resterai sans feu
Dans ma petite chambre.
__________________

Victor HUGO

LA BISE

bise-victor-hugo-L-gVzX1z

Va-t’en, me dit la bise,
C’est mon tour de chanter.
Et tremblante, surprise,
N’osant pas résister,

Fort décontenancée
Devant un Quos ego,
Ma chanson est chassée
Par cette Virago.

Pluie. On me congédie
Partout, sur tous les tons.
Fin de la comédie.
Hirondelles, partons.

Grêle et vent. La ramée
Tord ses bras rabougris ;
Là-bas fuit la fumée
Blanche sur le ciel gris.

Une pâle dorure
Jaunit les coteaux froids.
Le trou de ma serrure
Me souffle sur les doigts.
__________________

Madeleine MORIZE

CHANSON D’HIVER

2073025-arbre-de-noël-dessinées-par-des-flocons-de-neige-blanc-sur-fond-bleu

Les flocons, loin du ciel sévère,
S’en sont allés, tout en dansant,
Bien pressés d’atteindre la terre
Qui les attirait doucement.
Menant une ronde joyeuse,
Ils semblent un duvet léger
Échappé d’une aile soyeuse
Et que le vent fait voltiger.

Petits et clairs, dans la tourmente,
Ils ont l’allure de lutins
Qui se frôlent dans la descente
Aussi caressants que mutins.
Mais la glace emprisonne et gèle
Les jolis flocons blancs si fous.
La mort étend sur tout son aile.

Cœurs qui souffrez, endormez-vous !

Et maintenant, dans le mystère,
Sous l’épaisseur du manteau blanc,
C’est le grand travail de la terre !
Elle prépare dans son flanc
Toutes les richesses futures :
Les fleurs si douces du printemps,
De l’été, les vertes ramures,
De l’automne, les tons ardents.
Et pourtant, elle semble morte ;
Les charmes sont ensevelis ;
Chaque neige que le vent porte
Du linceul alourdit les plis.
Cette blancheur s’immobilise
Sous le ciel gris, en contours flous
Et toute forme est imprécise.

Oh ! Cœurs qui dormez, rêvez-vous ?

Mais voici que dans la nature
Viennent à passer des frissons.
Peu à peu s’en vont la froidure,
La neige pâle et les glaçons.
Écartant son voile superbe,
La terre apparaît et sourit ;
Des rubans d’eau courent dans l’herbe
Qui, sous leurs baisers, reverdit.
Et, là-bas, voilà que s’éveille
La voix profonde des forêts
Et que s’ouvre, pure merveille,
La clochette des blancs muguets.
La vie, en tout, fleurit et chante
Et l’air est infiniment doux.
Il se lève une aube charmante.

Cœurs qu’on croit morts, réveillez-vous !
__________________

Alfred de MUSSET

LE PREMIER FRISSON DE L’HIVER

ville-de-neige-d-hiver-paysage-urbain-lac-alster-et-hambourg-105947575.jpg

Que j’aime le premier frisson d’hiver ! le chaume,
Sous le pied du chasseur, refusant de ployer !
Quand vient la pie aux champs que le foin vert embaume,
Au fond du vieux château s’éveille le foyer ;

C’est le temps de la ville. – Oh ! lorsque l’an dernier,
J’y revins, que je vis ce bon Louvre et son dôme,
Paris et sa fumée, et tout ce beau royaume
(J’entends encore au vent les postillons crier),

Que j’aimais ce temps gris, ces passants, et la Seine
Sous ses mille falots assise en souveraine !
J’allais revoir l’hiver. Et toi, ma vie, et toi !

Oh ! dans tes longs regards j’allais tremper mon âme
Je saluais tes murs. Car, qui m’eût dit, madame,
Que votre cœur sitôt avait changé pour moi ?
_______________________

Émile NELLIGAN

SOIR D’HIVER

maxresdefault (2)

Ah ! comme la neige a neigé !
Ma vitre est un jardin de givre.
Ah ! comme la neige a neigé!
Qu’est-ce que le spasme de vivre
À la douleur que j’ai, que j’ai !

Tous les étangs gisent gelés ,
Mon âme est noire: Où vis-je ? Où vais-je ?
Tous ses espoirs gisent gelés :
Je suis la nouvelle Norvège
D’où les blonds ciels s’en sont allés.

Pleurez, oiseaux de février,
Au sinistre frisson des choses,
Pleurez, oiseaux de février,
Pleurez mes pleurs, pleurez mes roses,
Aux branches du genévrier.

Ah! comme la neige a neigé !
Ma vitre est un jardin de givre.
Ah! comme la neige a neigé !
Qu’est-ce que le spasme de vivre
À tout l’ennui que j’ai, que j’ai ! ...
______________________

Alexandre POUCHKINE

SOIR D’HIVER

langourla.jpg

Ciel de brume ; la tempête
Tourbillonne en flocons blancs,
Vient hurler comme une bête,
Ou gémit comme un enfant,
Et soufflant soudain pénètre
Dans le vieux chaume avec bruit,
Elle frappe à la fenêtre,
Voyageur pris par la nuit.

La chaumière est triste et sombre,
Chère vieille, qu’as-tu donc
A rester dans la pénombre,
Sans plus dire ta chanson ?
C’est la bise qui résonne
Et, hurlant, t’abasourdit ?
Ou la ronde monotone
Du fuseau qui t’assoupit ?

Mais buvons, compagne chère
D’une enfance de malheur !
Noyons tout chagrin ! qu’un verre
Mette de la joie au cœur !
Chante comme l’hirondelle,
Doucement vivait au loin ;
Chante-moi comme la belle
Puisait l’eau chaque matin.

Ciel de brume ; la tempête
Tourbillonne en flocons blancs,
Vient hurler comme une bête
Ou gémit comme un enfant.
Mais buvons, compagne chère
D’une enfance de malheur !
Noyons tout chagrin ! qu’un verre
Mette de la joie au cœur !
_______________________

 

POEME, POEMES, REMY KUROWSKI, SEME L'AMOR QUI SAIT, SLAM, SLAM, SAINT MARTIN

Sème l’amour qui sait de Rémy Kurowski

« Sème l’amour qui sait » – Rémy Kurowski

seme-l-amour

SEM, Slam, Saint-Martin

 

1/ Pourquoi ce ramdam
Autour de mon slam

1 bis) Pourquoi ce tam-tam
Et pourquoi ces rames ?

 2/ Pour un joli concert
Allez ! sans vous en faire

2 bis) Nous ferons la fête en voguant sur l’eau
Un joli concert au milieu des flots

 3/ Personne n’exige le niveau
Ça, ça c’est bien nouveau

3 bis) Si ce n’est le niveau du cœur
Sans lequel adieu le bonheur

 4/ Sans niveau sonore
J’suis à plat et m’endors

4 bis) Mais si le cœur se met à chanter
Alors, je me sens réveillé.

5/ Sème l’amour qui sait
L’avoir dans son âme

5 bis) Dans vos cœurs et dans vos âmes
Germe l’amour comme des flammes.

 6/ Un dimanche, pas deux
Pas comme les autres

6 bis ) Un dimanche sur deux, ça ne me suffit pas.
Deux dimanches sur trois, n’est pas mieux déjà ?

 7/ Qui est ange, qui est apôtre

Toi, moi, lui, elle, l’un d’eux

7 bis ) Nous tous, c’est sûr anges et apôtres

Mais, diable, moi aussi, moi et vous autres.

8/Ah, je vois que tu rames

Près de moi, tout près

8 bis ) Mais attention, c’est la tempête et les flots en furie

Le divin rameur s’est-il endormi ?

Veut-il nous châtier pour nos diableries ?

9/ Je reprends les lignes mêlées

9 bis ) Dieu ! Les rames vont se briser

Et les filets se déchirer.

10/ Sème l’amour qui sait

Près de moi, tout près

10 bis) Près de toi, rameur éveillé et près des autres aussi

Ceux qu’affligent la maladie, la solitude et le mépris

L’amour semé va porter son fruit.

11/ Ah, je vous que tu rames

Pour l’avoir dans ton âme

11 bis ) Avec toi, nous voulons ramer,

Donne-nous de nouvelles rames.

Avec toi, nous voulons aimer,

viens semer l’amour dans nos âmes.

12 / Qui est ange et qui apôtre

Nous, pas comme les autres

12 bis) Ainsi, nous voilà convertis.

Finies en nous les diableries

Solitudes et maladies,

Vieillissement et mépris.

Les flots en furie

Se sont assagis.

13 / (en alternance)

Sages rameurs, à chacun sa rame.

Fini le ramdam autour de mon slam.

Un concert d’amour

Tout au long du jour.

Tous les jours pas comme les autres

En compagnie des Apôtres

Avec des lignes démêlées et des filets bien remplis,

Avec les anges aussi

Sur cette terre encore et déjà là-haut dans le Paradis.

Vous les diables et vos diableries,

Vous n’avez rien à faire ici

passage barge st clément.jpg

slam du père Remy Kurowski.

POEME, POEMES, PRIERE D'UN MECREANT, PRIERES

Prière d’un mécréant

PRIERE D’UN MECREANT 

 

B9710583750Z.1_20161223142555_000+GTK86QAUU.1-0.jpg

 

Si c’était vrai

Ce que racontent les vieux les soirs de décembre

Ce que disent les enfants les soirs de Noëls

Qu’il est né à Béthléem en Judée

Avec Marie et Joseph entre le bœuf et l’âne

Si c’était vrai

Pour un instant pour un instant seulement

Pour un instant seulement

 

Si c’était vrai

Que les bergers l’ont vu dans l’étable

Que les Rois mages sont venus de fort loin

Qu’il fut un émigré là-bas en Egypte

Et puis qu’il a fugué comme le font tous les enfants

Si c’était vrai

Pour un instant pour un instant seulement

Pour un instant seulement

 

Si c’était vrai

Le coup des  noces de Cana et de Lazare

Le coup de tous ces estropiés soudain guéris

Le coup des  démons qui sautent dans la mer

Et Marie de Magdala et la Résurrection

Si c’était vrai

Pour un instant pour un instant seulement

Pour un instant seulement

 

Si c’était vrai

Ce que disent Luc Matthieu et les deux autres

Ce que disent les chrétiens

Que l’on peut dire « Notre Père ! »

Que l’on peut dire « Notre Mère ! »

Si c’était vrai

Pour un instant pour un instant seulement

Pour un instant seulement

 

Si c’était vrai

Alors peut-être que je pourrais

Alors je pourrais dire « Oui ! »

Pour un instant seulement

Pour un instant seulement

Pour un instant d’éternité

Je dirais « Oui ! »

 

 

©Claude-Marie T.

18 février 2018