CHASTETE, JEAN-MARIE GUEULETTE, LA VIE EN ABONDANCE, LIVRE, LIVRES, LIVRES - RECENSION, PRETRE, PRETRES, RELIGIEUX

La vie en abondance : un livre de Jean-Marie Gueullette sur la chasteté des prêtres et des religieux

Comment la chasteté peut être une manière d’aimer

2019-02-gueullette-la-vie-en-abondance-4-5c59c6e21f67c.jpg

 

À la fois théologien et médecin, le dominicain Jean-Marie Gueullette explore avec simplicité et franchise les défis posés aux prêtres et religieux par la chasteté, « comprise comme l’abstinence sexuelle volontaire ».

 La vie en abondance. la vertu de chasteté pour les prêtres et les religieux,

 Jean-Marie Gueullette,

Paris, Le Cerf, 2019. 290 pages

Pourquoi la chasteté, lorsqu’elle est vécue dans le célibat, n’est-elle plus comprise comme un signe particulier de l’amour de Dieu ? Est-ce la conséquence d’une évolution de la société et de ses mœurs, d’un défaut d’explication par l’Église ? Ou encore de la manière dont elle est parfois vécue par les intéressés ?

C’est en dominicain, théologien et médecin à la fois, que Jean-Marie Gueullette s’affronte au beau est vaste sujet de la chasteté des prêtres et des religieux, « comprise comme l’abstinence sexuelle volontaire ». Sa parole, précise-t-il d’emblée, loin de se réduire au seul contexte des révélations d’agressions sexuelles commises par des clercs, s’adresse en priorité « à des hommes, prêtres ou religieux », car « la manière de vivre ces questions est profondément différente entre hommes et femmes ». Mais d’autres qu’eux pourront lire ses réflexions avec profit, tant les prises de paroles sur le sujet sont à la fois rares… et nécessaires.

« La période douloureuse que traverse l’Église sur ces sujets a le mérite de faire prendre conscience de la pauvreté de son propos éducatif et théologique sur la chasteté », note-t-il au passage.

Stéphane Joulain: la formation des prêtres doit aider « à faire la vérité sur eux-mêmes et leur sexualité »

Soucieux de ne pas copier ces écrits « qui énoncent des principes respectables, voire de profondes pensées spirituelles, mais qui laissent leurs lecteurs sur leur faim car ils n’ont pas répondu à leur principale question – quotidienne parfois : dans cette vie que j’ai choisie, que faire avec mon désir, que faire avec mes émotions ? », Jean-Marie Gueullette n’esquive pas ni le combat et ni la souffrance. Il aborde les questions délicates comme cette « tendance vers un déni du corps » lorsque celui-ci n’est plus « investi dans le registre du travail manuel ou de la performance sportive », la recherche d’un « plaisir solitaire », ou plus récemment, ces règlements adoptés par des institutions religieuses en forme de « listes de gestes interdits » et qui confondent « corporel et sexuel ».

L’auteur met aussi en garde contre une forme de chasteté qui « fermerait le cœur et nourrirait l’orgueil », consisterait « à élever une muraille autour de soi » au point d’être « incapable de se confier ou de se montrer vulnérable », ou encore comprise comme « un empire absolu exercé par l’esprit sur la chair ». Ses interrogations se font parfois provocantes : « Est-ce qu’on honore Dieu en ayant honte de la créature qu’on est ? (…) Comment se fait-il que les chrétiens aient de telles difficultés avec leur corps, alors qu’ils sont censés contempler inlassablement le mystère de leur création à l’image de Dieu ? »

Mais si le chemin est parsemé de tant d’embûches, pourquoi exiger un tel renoncement de ceux qui choisissent la vie religieuse ou le ministère presbytéral ? Parce que la chasteté, qui est une vertu et non un interdit, peut être « la source d’une manière de vivre et d’aimer » qui convient à certains, affirme ce disciple de Thomas d’Aquin, amusé de voir la surprise de ses interlocuteurs lorsqu’il leur répond qu’ils « n’ont aucune idée de ce dont ils sont privés » ! « Ce n’est qu’une fois qu’elle est goûtée comme simplicité de vie, pureté et liberté du cœur, capacité à entrer en relation autrement que par la séduction que la chasteté peut devenir aimable et ne pas être vécue exclusivement comme une privation », témoigne-t-il.

« Oui, le célibat consacré est une croix »

Vingt ans après le fr. Timothy Radcliffe, ancien maître de son ordre, Jean-Marie Gueullette prend à son tour son bâton de pèlerin pour rappeler que « le premier péché contre la chasteté, c’est le manque d’amour » (1). Pour construire leur équilibre personnel, prêtres et religieux doivent reconnaître que le choix d’une vie consacrée au Christ comporte un manque « que rien ni personne ne viendra combler ». Mais ce manque n’a de sens qu’orienté vers « un bien », qui n’est pas seulement la disponibilité à Dieu ou à l’Église : « Si nous avons fait le choix de vouer toute notre existence à son service, ce ne peut être que parce que nous voyons dans cette forme de vie une manière d’accueillir la vie, la vie qu’il nous offre en abondance. »

 

  • Je vous appelle amis, Entretiens avec G. Goubert. (Cerf, 2000

 

 

https://livre-religion.blogs.la-croix.com/spiritualite-comment-la-chastete-peut-etre-une-maniere-daimer/2019/05/27

).

PRETRE, PRETRES, PRIERE, PRIERES, PRIERES POUR LES PRETRES, THERESE DE L'ENFANT-JESUS (sainte ; 1873-1897)

Prières pour les prêtres de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus

 « Prière pour les Prêtres » de Sainte Thérèse de Lisieux

bon-pasteur

Voici plusieurs « Prières pour la Sanctification des Prêtres » de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus (1873-1897) qui disait : « Je suis entrée au Carmel pour sauver les âmes et surtout afin de prier pour les Prêtres » et un résumé de la « Vie de Sainte Thérèse de Lisieux ».

La Prière « Ô Jésus, Eternel souverain Prêtre :

« Ô Jésus, Eternel souverain Prêtre, gardez vos prêtres sous la protection de votre Sacré-Cœur, où personne ne peut leur faire de mal. Gardez sans tache leurs mains consacrées, qui touchent chaque jour votre Corps sacré. Gardez pures leurs lèvres, qui sont empourprées de votre Précieux Sang. Gardez pur et détaché leur cœur, qui est marqué du sceau sublime de votre glorieux Sacerdoce. Faites-les grandir dans l’amour et la fidélité envers Vous ; protégez-les de la contamination de l’esprit du monde. Donnez-leur avec le pouvoir de changer le pain et le vin, le pouvoir de changer les cœurs. Bénissez leurs travaux par des fruits abondants, donnez-leur un jour la couronne de la Vie éternelle. Ainsi soit-il. »

La Prière à « Notre-Dame du Sacerdoce » de Sainte Thérèse :

image_42399

« Vierge Marie, Mère du Christ-Prêtre, Mère des prêtres du monde entier, Vous aimez tout particulièrement les prêtres, parce qu’ils sont les images vivantes de votre Fils Unique. Vous avez aidé Jésus par toute votre vie terrestre, et Vous l’aidez encore dans le Ciel. Nous Vous en supplions, priez pour les prêtres !  » Priez le Père des Cieux pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson « . Priez pour que nous ayons toujours des prêtres qui nous donnent les Sacrements, nous expliquent l’Evangile du Christ, et nous enseignent à devenir de vrais enfants de Dieu ! Vierge Marie, demandez Vous-même à Dieu le Père les prêtres dont nous avons tant besoin ; et puisque votre Cœur a tout pouvoir sur Lui, obtenez-nous, ô Marie, des prêtres qui soient des Saints ! Amen. »

La vie de Sainte Thérèse de Lisieux : 

13f9fc6ccfe1ac1e7eed434eb82dfb1d

Thérèse Martin naquit à Alençon, en France, le 2 janvier 1873. Elle fut baptisée deux jours plus tard en l’église Notre-Dame, recevant les noms de Marie Françoise Thérèse. Ses parents étaient Louis Martin et Zélie Guérin. Après la mort de sa mère, le 28 août 1877, Thérèse s’installa avec toute sa famille à Lisieux. 

Vers la fin de 1879 (presque 7ans), elle s’approche pour la première fois du sacrement de la Pénitence. Le jour de la Pentecôte 1883, elle reçoit la grâce insigne de la guérison d’une grave maladie, par l’intercession de Notre-Dame des Victoires. Formée par les Bénédictines de Lisieux, elle fait sa première communion le 8 mai 1884 (11 ans), après une préparation intense, couronnée par une expérience très vive de la grâce de l’union intime avec le Christ. Quelques semaines après, le 14 juin de la même année, elle reçoit le sacrement de la confirmation, accueillant en toute conscience le don de l’Esprit Saint dans une participation personnelle à la grâce de la Pentecôte. 

Elle avait le désir d’entrer dans la vie contemplative, comme ses sœurs Pauline et Marie, au Carmel de Lisieux, mais son jeune âge l’en empêchait. Pendant un voyage en Italie, après avoir visité la Maison de Lorette et la Ville éternelle, au cours de l’audience accordée par le Pape aux pèlerins du diocèse de Lisieux le 20 novembre 1887, elle demanda à Léon XIII avec une audace filiale de pouvoir entrer au Carmel à l’âge de quinze ans. 

Le 9 avril 1888 (15 ans), elle entra au Carmel de Lisieux. Elle prit l’habit le 10 janvier de l’année suivante et fit sa profession religieuse le 8 septembre 1890, en la fête de la Nativité de la Vierge Marie. 

Au Carmel, elle s’engage sur le chemin de perfection tracé par la Mère fondatrice, Thérèse de Jésus, avec une ferveur et une fidélité authentiques, par l’accomplissement des divers services communautaires qui lui sont confiés. Éclairée par la Parole de Dieu, éprouvée très vivement par la maladie de son père bien-aimé, Louis Martin, qui meurt le 29 juillet 1894, elle avance vers la sainteté, inspirée par la lecture de l’Évangile, plaçant au centre de tout l’amour. Dans ses manuscrits autobiographiques, Thérèse nous a laissé non seulement les souvenirs de son enfance et de son adolescence, mais aussi le portrait de son âme, la description de ses expériences les plus intimes. Elle découvre et communique aux novices qui lui sont confiées la petite voie de l’enfance spirituelle; elle reçoit comme un don spécial la charge d’accompagner par le sacrifice et la prière deux « frères missionnaires ». Elle pénètre toujours plus le mystère de l’Église et sent croître en elle sa vocation apostolique et missionnaire, pour attirer tout le monde à sa suite, saisie par l’amour du Christ, son unique Époux. 

Le 9 juin 1895, en la fête de la Très Sainte Trinité, elle s’offre en victime d’holocauste à l’Amour miséricordieux de Dieu. Elle rédige alors le premier manuscrit autobiographique qu’elle remet à Mère Agnès le jour de sa fête, le 21 janvier 1896. 

Quelques mois après, le 3 avril, dans la nuit entre le jeudi et le vendredi saints, elle souffre d’une hémoptysie, première manifestation de la maladie qui la conduira à sa mort et qu’elle accueille comme une mystérieuse visite de l’Époux divin. Elle entre alors dans une épreuve de la foi qui durera jusqu’à sa mort et dont elle donnera un témoignage bouleversant dans ses écrits. Au mois de septembre, elle achève le manuscrit B qui illustre de manière impressionnante la maturité dans la sainteté à laquelle elle est parvenue, en particulier par la découverte de sa vocation au cœur de l’Eglise. 

Alors que sa santé se dégrade et que le temps de l’épreuve se poursuit, elle commence au mois de juin le manuscrit C dédié à Mère Marie de Gonzague; de nouvelles grâces l’amènent à une plus haute perfection et elle découvre de nouvelles lumières pour la diffusion de son message dans l’Église au profit des âmes qui suivront sa voie. Le 8 juillet, elle est transférée à l’infirmerie. Ses sœurs et d’autres religieuses recueillent ses paroles, tandis que s’intensifient ses souffrances et ses épreuves, supportées avec patience, jusqu’à sa mort dans l’après-midi du 30 septembre 1897. « Je ne meurs pas, j’entre dans la vie » , avait-elle écrit à son frère spirituel missionnaire, l’Abbé M. Bellier. Ses dernières paroles, « Mon Dieu…, je vous aime ! » , scellent une existence qui s’éteint sur la terre à l’âge de vingt-quatre ans pour entrer, suivant son désir, dans une phase nouvelle de présence apostolique en faveur des âmes, dans la communion des saints, pour répandre une pluie de roses sur le monde. 

Elle fut canonisée par Pie XI le 17 mai 1925 et proclamée Patronne universelle des missions, en même temps que saint François Xavier, par le même Pape, le 14 décembre 1927. 

Sa doctrine et son exemple de sainteté ont été reçus par toutes les catégories de fidèles de ce siècle avec un grand enthousiasme, et aussi en dehors de l’Église catholique et du christianisme. 

De nombreuses Conférences épiscopales, à l’occasion du centenaire de sa mort, ont demandé au Pape qu’elle soit proclamée Docteur de l’Église, à cause de la solidité de sa sagesse spirituelle, inspirée par l’Évangile, à cause de l’originalité de ses intuitions théologiques où brille sa doctrine éminente, et à cause de l’universalité de la réception de son message spirituel, accueilli dans le monde entier et diffusé par la traduction de ses œuvres dans une cinquantaine de langues. 

Accueillant ces requêtes, le Saint-Père Jean-Paul II a voulu que soit étudiée l’opportunité de déclarer Thérèse de Lisieux Docteur de l’Église universelle par la Congrégation pour les Causes des Saints, compétente en la matière, avec l’avis de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi en ce qui concerne sa doctrine éminente. Le 24 août, au terme de la célébration eucharistique de la XII Journée mondiale de la Jeunesse à Paris, en présence de centaines d’Évêques et devant une immense foule de jeunes du monde entier, Jean-Paul II a annoncé son intention de proclamer Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face Docteur de l’Église universelle le 19 octobre 1997, le dimanche où l’on célèbre la Journée mondiale des Missions.

DIACONAT, DIACRE, EGLISE CATHOLIQUE, EVÊQUE, LITURGIE, ORDINATION, PRETRE, SACREMENT DE L'ORDRE, SACREMENTS

Le sacrement de l’ordre

Le sacrement de l’ordre

dessin-elvine-sacrement-de-l-ordre-3-les-3-degres_article_large.jpg

 

Au sein de l´Église catholique, le service de la communauté est assuré plus particulièrement par les évêques, les prêtres et les diacres, que l’on appelle « ministres ordonnés ».

Leur mission dans l´Église leur est confiée, au nom de Jésus Christ, par le sacrement de l´ordre, généralement appelé « ordination ». Le sacrement de l´ordre se caractérise par l´imposition des mains et la prière de consécration prévue. Le sacrement est conféré une fois pour toutes.
Le ministre ordonné manifeste à tous que c´est le Christ qui appelle, rassemble et envoie sur les chemins du monde.

 

Le sacrement de l’ordre comporte trois degrés :

l’épiscopat pour les prêtres appelés par le pape à devenir successeurs des apôtres auprès d’une Eglise particulière

le presbytérat pour les diacres appelés par leur évêque à devenir prêtre par l’ordination sacerdotale, collaborateurs des évêques ; ils sont envoyés au service d’une partie du peuple de Dieu (paroisse…)

le diaconat pour les hommes appelés par leur évêque à servir l’Eglise diocésaine à l’image du Christ Serviteur

 

L’ORDINATION ÉPISCOPALE

ordination-episcopale-1-410x1024

Les évêques
Le mot « évêque » vient du grec episcopos, qui désigne la mission de veiller sur la communauté, de la protéger, pour que celle-ci se comporte le plus justement possible en véritable peuple de Dieu.
Les évêques reçoivent, comme les Apôtres, la plénitude du sacrement de l’Ordre. Ils sont garants de l´annonce de la foi et de l’Évangile dans leur diocèse. Ils sont responsables quant à l’administration des sacrements, avec toutes les questions pastorales que cela soulève aujourd’hui. Enfin, les évêques exercent une responsabilité de gouvernement – appelée aussi « charge pastorale », au nom du Christ, envers « la portion du peuple de Dieu –diocèse– qui lui est confiée ».

 

L’ORDINATION DES PRÊTRES

bndiction-sacrement-de-lordre-ordinations-sacerdotales-cathdrale-notre-dame-de-paris-T642X4.jpg

Les prêtres sont ordonnés par l´évêque de leur diocèse.
Ils sont co-responsables de l´Église locale : le prêtre est défini comme coopérateur, collaborateur de l´évêque. Il est « envoyé » (un don fait) à une communauté, il n´en est pas le délégué.
Ses missions peuvent s´exercer dans des cadres très divers. Mais, quelle que soit la charge que le prêtre a reçu (une ou plusieurs paroisses, une aumônerie; …), sa présence consiste toujours à éveiller chacun au Christ, à sa parole libératrice.

 

Comment se déroule une ordination ?

L’ordination sacerdotale est la célébration liturgique où le prêtre reçoit de l’évêque le 2ème degré du sacrement que l’on appelle « sacrement de l’ordre » au degré de prêtre. Par l’ordination, le nouveau prêtre reçoit le caractère sacerdotal qui est une marque ineffaçable comme le caractère baptismal. Il entre aussi dans le « presbyterium » qui est la communauté des prêtres d’un diocèse unis autour de leur évêque.

Les étapes de la célébration de l’ordination :

 

  1. L’appel du candidat. « Que celui qui va être ordonné prêtres’avance… »

« Que celui qui va être ordonné prêtre s’avance… » « Me voici » Au début de la célébration, l’Église locale demande à l’évêque d’ordonner le candidat (ordinand) pour la charge du presbytérat. Un prêtre, désigné pour cela, atteste à l’évêque qui l’interroge publiquement, que le candidat a été jugé digne d’être ordonné. L’évêque dit alors : « Avec l’aide du Seigneur Jésus-Christ, notre Dieu et notre Sauveur, nous les choisissons pour l’ordre des prêtres ». Ce choix est accueilli par un chant comme l’hymne du Gloire à Dieu.

 

  1. L’engagement de l’ordinand

Il y a un dialogue public entre l’évêque et le futur prêtre : ce dernier s’engage devant tous à vivre son ministère de prêtre selon ce que demande l’Église.

 

  1. La litanie des saints

C’est la prière d’intercession chantée pendant que l’ordinand est allongé sur le sol. Il sait qu’il a besoin du soutien du Seigneur et de la prière de ses frères. Le fait d’être allongé au sol (prostration) signifie l’abandon de l’ordinand à Dieu dans son ministère pour toute sa vie. L’ordination sacerdotale est la célébration liturgique où le prêtre reçoit de l’évêque le 2ème degré du sacrement que l’on appelle « sacrement de l’ordre » au degré de prêtre. Par l’ordination, le nouveau prêtre reçoit le caractère sacerdotal qui est une marque ineffaçable comme le caractère baptismal. Il entre aussi dans le « presbyterium » qui est la communauté des prêtres d’un diocèse unis autour de leur évêque.

 

  1. L’imposition des mains de l’évêque et la prière d’ordination

Le candidat reçoit le don de l’Esprit Saint pour la charge qui lui est confiée. Répétant les gestes déjà adoptés par les premières communautés chrétiennes, l’évêque impose les mains. Dans un geste de bénédiction et de prière silencieuse, les pères imposent eux aussi leurs mains. L’imposition des mains signifie la mission confiée par le Christ, mission qui se transmet par les mains des Apôtres et de leurs successeurs : « Père tout puissant, donne à tes serviteurs que voici, d’entrer dans l’ordre des prêtres…»

 

  1. Vêture

Aussitôt après la prière d’ordination, on revêt l’ordonné de l’étole presbytérale et de la chasuble, pour que soit manifesté extérieurement le ministère qu’il devra accomplir dans la liturgie.

 

  1. Puis, l’évêque répand dans les paumes des mains du nouveau prêtrel’huile sainte, mêlée de parfum que l’on appelle le saint Chrême.

Cette onction signifie le don de l’Esprit Saint qui fortifie le prêtre « pour sanctifier le peuple chrétien ».

 

  1. L’évêque dans un dernier geste significatif remet au nouveau prêtrela patène et le calice nécessaires à son nouveau ministère Le nouveau prêtrereçoit le pain et le vin qui deviendront dans l’eucharistie le Corps et le Sang du Christ.

L’évêque leur dit alors : « Ayez conscience de ce que vous ferez, imitez dans votre vie ce que vous accomplirez par ces rites et conformez-vous au mystère de la croix du Seigneur. »

 

  1. Le baiser de paix

En donnant un baiser fraternel au nouveau prêtre, l’évêque scelle l’acceptation de celui-ci comme son ministre. Les autres prêtres font de même et manifestent ainsi qu’ils sont en communion de ministère, membre d’un même ordre. Dans la liturgie eucharistique qui suit, le nouveau prêtre exerce pour la première fois son ministère en concélébrant avec l’évêque et les autres prêtres.

 

LE DIACONAT PERMANENT

1254000109.jpg

Les diacres

Par leur ordination, les diacres signifient et rappellent à tout le peuple de Dieu, que l’Église ne doit cesser de manifester la charité du Christ pour tout homme. En particulier les plus pauvres, ceux qui sont à la marge.
Ils sont au sein de l’Église, et pour le monde, le signe du Christ serviteur « lui qui s’est anéanti en prenant la condition de serviteur et devenant semblable aux hommes » (Ph 2,7). Le geste du lavement des pieds (Jn 13) est le signe par excellence du Dieu qui vient à la rencontre de l’homme par un chemin bouleversant, celui du service.

Les grands moments d’une ordination diaconale

Au début de la célébration

Appel du candidat

L’évêque :  » Que celui qui va être ordonné diacre s’avance.  »

L’ordinand :  » Me voici !  »

C’est l’Eglise qui appelle le futur diacre, et c’est librement que le candidat se présente comme Moïse s’est présenté à l’appel de son nom devant le buisson ardent. Par ces quelques pas, celui qui va être ordonné manifeste publiquement son désir de mettre ses pas dans ceux du Christ, d’être entraîné plus loin qu’il ne l’aurait soupçonné.

Présentation du candidat

Le responsable de la formation présente le candidat à l’évêque, retraçant son parcours d’homme et de foi. Devant le peuple de Dieu, le candidat est présenté afin que tous prennent connaissance de son parcours. Cette présentation est aussi un résumé, en quelque sorte, de l’enquête auprès du peuple de Dieu afin de mieux connaître le candidat une fois que ce dernier a fait sa demande. Les pasteurs sont issus du peuple de Dieu, ce dernier peut donc témoigner que le candidat a ou non les aptitudes requises.

Engagement au célibat

L’évêque : « Vous êtes prêt à vous engager au célibat. Voulez-vous, pour signifier le don de vous-même au Christ Seigneur, garder toujours cet engagement à cause du Royaume des Cieux, en vous mettant au service de Dieu et de votre prochain ? »

L’ordinand : Oui, je le veux.

Par cet engagement, le candidat va signifier par sa vie la présence du Royaume de Dieu déjà là et pas encore. La disponibilité de son état de célibataire sera une ouverture vers les autres et donc vers Dieu, une manière de se donner pleinement à la suite du Christ, une manifestation d’un choix libre en vue du ministère de prêtre.

Pour un ordinand marié, il n’y a pas d’engagement au célibat, mais une demande d’acceptation de l’épouse.

L’évêque : « L’Eglise me demande d’ordonner diacre votre mari. Acceptez-vous tout ce que le diaconat qu’il va recevoir apportera de nouveau dans votre couple et votre vie de famille ? »

L’épouse de l’ordinand : – « Oui, je l’accepte ».

Liturgie de l’ordination

Invocation de l’Esprit Saint : Veni Creator Spiritus

Le temps de l’ordination commence par le chant « Veni, creator spiritus » (Viens Esprit créateur) pour invoquer l’Esprit Saint, don de Dieu à ceux qu’Il appelle. « Dieu donne ton Esprit Saint à celui que tu as choisi. Donne ton Esprit à tes enfants afin qu’ils continuent de témoigner de ta grâce au monde ». Si Dieu donne son Esprit largement, bien souvent, c’est nous, les réceptacles de ce don inestimable, qui ne prenons pas la mesure du don qui nous est fait. Ne nous lamentons pas, invoquons, prions Dieu de nous rendre toujours plus disponibles et attentifs à recevoir les sept dons de son Esprit.

Interrogation de l’ordinand

L’évêque interroge le futur diacre.

L’évêque : Fils bien-aimé, avant d’être ordonné diacre, il convient que vous déclariez devant l’assemblée votre intention de recevoir cette charge. Voulez-vous être consacré à la diaconie de l’Église par l’imposition de mes mains et le don du Saint Esprit ?

L’ordinand : Oui, je le veux.

L’évêque : Voulez-vous accomplir votre fonction de diacre avec charité et simplicité de cœur, pour aider l’évêque et ses prêtres, et faire progresser le peuple chrétien ?

L’ordinand : Oui, je le veux.

L’évêque : Voulez-vous, comme dit l’Apôtre, garder le mystère de la foi dans une conscience pure, et proclamer cette foi par la parole et par vos actes, fidèle à l’Évangile et à la Tradition de l’Église ?

L’ordinand : Oui, je le veux.

L’évêque : Voulez-vous garder et développer un esprit de prière conforme à votre état et, dans la fidélité à cet esprit, célébrer la liturgie des Heures en union avec le peuple de Dieu, intercédant pour lui et pour le monde entier ?

L’ordinand : Oui, je le veux.

L’évêque : Voulez-vous conformer toute votre vie aux exemples du Christ dont vous prendrez sur l’autel le corps et le sang pour le distribuer aux fidèles ?

L’ordinand : Oui, je le veux, avec la grâce de Dieu.

Il s’engage alors : A exercer la charité et l’accueil des plus pauvres, A prier pour l’Eglise, son peuple et le monde, A suivre le Christ, avec la grâce de Dieu !

Par ce dialogue, l’ordinand s’engage à être conformé au Christ serviteur. En se conformant au Christ, il choisit de Le servir à travers l’Eglise et les hommes de ce temps. Nul ne sert l’Eglise sans servir les hommes et donc le Christ Jésus qui s’est fait l’un des nôtres. Ce service prend la dimension particulière du service de l’annonce de la Parole de Dieu et du service de la charité. Ce service se reçoit de Dieu, notamment dans la prière. L’ordinand promet donc de prier avec toute l’Eglise afin de louer Dieu en tout temps.

Promesse d’obéissance

Enfin, il promet obéissance à l’évêque et à ses successeurs en remettant ses mains entre les mains de l’évêque.

L’évêque : Promettez-vous de vivre en communion avec moi et mes successeurs, dans le respect et l’obéissance ?

L’ordinand : Je le promets.

L’évêque : Que Dieu Lui-même achève en vous ce qu’il a commencé. Promettre d’obéir à l’évêque, c’est reconnaître en son pasteur propre, un successeur des apôtres ; c’est reconnaître que l’on reçoit sa mission d’un autre… d’un Autre… et non de soi-même ; c’est chercher à discerner la volonté de Dieu dans ce que demande l’Eglise.

Litanie des Saints

On prie alors les saints pour demander de répandre sur l’ordinand la grâce de sa bénédiction. C’est le moment de la litanie des saints ; le geste de la prostration est la position humble de celui qui se remet entre les mains de Dieu.

L’évêque : Frères, avec tous les saints qui intercèdent pour nous, confions à la miséricorde de Dieu celui qu’il a choisi comme diacre : demandons-lui de répandre sur … la grâce de sa bénédiction.

Par ce geste magnifique de la prostration, l’ordinand manifeste une attitude d’humilité, condition nécessaire pour qui annonce le Christ. L’invocation du Christ et des saints signifie aussi la dimension eschatologique de l’Eglise, une communion de vivants sanctifiés par Celui qui donne la vie.

Imposition des mains

Ce geste et de la prière qui l’accompagne sont les moments les plus importants. Par eux s’accomplit le sacrement de l’Ordre. En silence, l’évêque impose les mains sur la tête de l’ordinand. Dieu, par les mains de L’évêque transmet le don de l’Esprit à l’ordinand. L’ordinand est conformé au Christ Serviteur par Dieu lui-même qui se donne par son Esprit Saint. Ce geste manifeste pleinement le don de Dieu à son Eglise : son Esprit.

Prière d’ordination

L’évêque :  » … Regarde maintenant, Dieu très bon, celui à qui nous imposons les mains aujourd’hui : nous te supplions de le consacrer toi-même, pour qu’il serve à l’autel et accomplisse la fonction diaconale. Envoie sur lui, Seigneur, l’Esprit Saint : par lui, qu’il soit fortifié des sept dons de ta grâce, pour remplir fidèlement son ministère. »

Remise de l’étole et de la dalmatique

L’ordinand est revêtu des ornements propres aux diacres. L’étole signifie l’autorité de la charge et la dalmatique la charité que doit revêtir celui à qui Dieu accorde ses dons afin d’être signe du Christ serviteur.

Remise de l’Evangile

L’évêque : « Recevez l’Évangile du Christ, que vous avez la mission d’annoncer. Soyez attentif à croire à la Parole que vous lirez, à enseigner ce que vous avez cru, à vivre ce que vous aurez enseigné. »

Le diacre reçoit l’Evangile. Il doit constamment conformer sa vie à la Parole qu’il annonce au monde.

Liturgie eucharistique

Les diacres tiennent leur place dans la liturgie :

préparation de l’autel : « Comme cette eau se mêle au vin pour le sacrement de l’Alliance, puissions-nous être unis à la divinité de Celui qui a pris notre humanité. » ;

encensement des prêtres et du peuple ;

élévation à la fin de la prière eucharistique ;

invitation au partage de la paix « Dans la charité du Christ, donnez-vous la paix ! » ;

distribution de la communion ;

envoi du peuple : « allez dans la paix du Christ ! »

A l’autel, le diacre est au service. La célébration de l’eucharistie met en valeur le rôle de chacun dans l’Eglise de Dieu. La liturgie n’est pas coupée du monde, le diacre serviteur est donc serviteur à l’autel. Et il sert pour et au nom de tous.

A la fin de la messe, c’est le diacre qui envoie le peuple en mission : allez dans la paix du Christ ! La paix du Christ a ceci de particulier qu’elle met en mouvement. Elle est un dynamisme, le dynamisme missionnaire de toute l’Eglise. Cette paix, vivez la et… pour en vivre, il faut la transmettre !

 

ob_4aa242_dessin-elvine-sacrement-de-l-ordre-5-f

 

EGLISE CATHOLIQUE, LETTRE A UN PRETRE DESESPERE, PRETRE, PRETRES, SACERDOCE

Lettre à un prêtre désespéré

 Lettre à un prêtre désespéré

 

depositphotos_98693712-stock-video-desperate-and-troubled-priest-praying

Mon très cher Père,

Permets que je te tutoie pour cette lettre un peu particulière. Il y a quelques jours, un de tes confrères, puis un autre, ont tristement poussé la désespérance à son paroxysme. Jusqu’à l’interdit. La tristesse de ces nouvelles a été doublée pour moi d’une soudaine prise de conscience : les prêtres, toi, qui êtes a priori des repères solides dans ma foi, des conseillers dans ma vie, des soutiens dans mes difficultés, vivez des détresses parfois insupportables.

Il m’est venu à l’esprit que ta position de pasteur, de dispensateur des sacrements, de ministre de l’Eucharistie, d’enseignant et toutes les projections que les laïcs font sur toi devaient constituer un sacré frein à la possibilité de t’ouvrir sur tes propres difficultés. Alors, bien sûr, tu as ton évêque, ton directeur spirituel, si tu en as un, mais si précisément tes difficultés portent sur ces relations, qui te reste-t-il alors ?

« Le Bon Dieu évidemment ! » diront les premiers de la classe, ceux qui n’ont pas eu la chance de goûter aux tactiques de l’adversaire, ce salaud qui ajoute bien souvent aux doutes terrestres des doutes célestes.

Alors je me suis dit « il te reste moi ». C’est bien l’objet de cette lettre. Je veux ici te dire plusieurs choses :

Tout d’abord je ne pense pas que tu es un surhomme incapable de désespérance. Tu as le droit d’en baver. Je ne serais pas surpris ni étonné d’entendre, si tu as besoin que cela soit entendu, que ta paroisse est lourde à porter; que tu luttes avec les comptes, les quêtes, les quelques paroissiens toxiques qui te pompent, ceux qui bloquent toute initiative, les zizanistes en tout genre, les calomniateurs qui distillent à tous vents le doute sur tes compétences ou ta probité; qu’être confronté tous les deux jours à des cercueils c’est dur ; que c’est dur aussi de voir que tu enterres plus que tu ne baptises; que la solitude te pèse, que parfois tu bois pour tenir le coup ou pour oublier; que ton engagement au célibat est vacillant; que dans la rue les regards de biais sur ton col romain, parce que des malades pédophiles avaient le malheur d’en porter un aussi, te blessent; que tes supérieurs ne te comprennent pas et que pourtant ils prennent à ton égard des décisions peut-être uniquement sur la base des innombrables lettres d’avertissement qu’ils reçoivent chaque année à ton sujet de la part de paroissiens scrupuleux; que tu es (très) fatigué et que vu le recul du nombre de prêtres tu n’es pas près de te reposer, que ça t’inquiète parce que tu sens tes forces diminuer; que l’augmentation des non-pratiquants et les ingratitudes ou les silences des pratiquants te font douter de l’orientation que tu as donné à ta vie le jour de ton ordination; que tu ne trouves plus de sens à tout ça…

Tu vois, sois tranquille, je ne serai pas choqué : tout ça je le sais déjà.

 

Du coup, je voudrais ici te dire pardon d’avoir été parfois un de ces paroissiens ingrats, prompt à la critique de ton homélie ou de ta façon de célébrer et pas spontanément enclin à commencer par te bénir pour tout le reste, pardon de n’avoir jamais écrit à mon évêque pour lui dire tout le bien que je pensais de toi. Je me trouve même honteux et horrifié d’avoir pu être un caillou de plus jeté dans le jardin de ton espérance, aujourd’hui dévasté.

En réparation et en espérant ôter ainsi mes cailloux et permettre que ce jardin refleurisse, je veux te bénir. Parce que « merci » serait trop peu. Je veux te bénir pour le don de ta vie, pour toutes les fois où tu m’as entendu en confession et où j’ai pu même ressentir par tes mains la proximité de Dieu et sa miséricorde, pour toutes ces messes célébrées – j’ai remarqué d’ailleurs que tu n’es jamais malade (à moins que tu ne prennes sur toi pour venir quand même lorsque cela t’arrive ?) – je veux te bénir d’avoir baptisé mes enfants et donc de les avoir sauvés, je te bénis d’avoir célébré mon mariage, je te bénis d’être venu à l’enterrement de ce membre de ma famille alors que, normalement, ce sont des laïcs qui s’en chargent, je te bénis pour tous ces bouquins que tu m’as conseillés et qui ont été si lumineux, pour tes paroles bienveillantes ou même celles, plus toniques, mais qui étaient celles dont j’avais besoin pour repartir à ce moment-là, je te veux te bénir pour tout ce que tu déploies pour faire vivre ta (tes !) paroisse, je te bénis pour ton obéissance à l’Eglise, je te bénis et je t’admire pour toutes les fois où tu as tenu bon dans les tentations contre la chasteté, je te bénis pour tous ces soirs où tu as offert ton fort sentiment de solitude pour le salut de tes paroissiens et donc le mien.

Dieu donne le sens de ma vie et toi tu me tiens par la main sur le chemin vers Dieu. C’est un truc de dingue ce que tu fais. Ce que tu es.

Je te propose un truc maintenant que je t’ai dit tout ça : viens dîner à la maison, viens marcher un coup avec moi, avec nous. Oui, tes paroissiens sont parfois vachards mais la tristesse et la désespérance c’est notre rayon : on sait que ça passe. Et qu’une fois que c’est passé on se demande bien comment on s’était mis dans cet état.

Alors mon Père, viens comme un frère !

Ton magret plutôt rosé ou à point ?

 

La Mouche du Coche

Dans A la uneDiaporamaReligion le 30 octobre 2018

EGLISE CATHOLIQUE, FETE DES PRÊTRES, PAUL (saint ; Apôtre), PIERRE (saint ; apôtre), PRETRE, PRETRES, SAINT PIERRE ET SAINT PAUL

Quel jour pour fêter les prêtres ?

Quel jour peut-on fêter les prêtres ?

ob_132d99_image1

 

Le jour de la Saint-Pierre et Saint-Paul, les deux piliers sur lesquels se fonde l’Église, est la date le plus souvent choisie pour les ordinations. Mais ne serait-ce pas aussi la fête des prêtres ? Notre éclairage…

 

La fête des prêtres le 29 juin  ?

Le 29 juin, fête de saint Pierre et saint Paul , est la date traditionnelle des ordinations sacerdotales, mais c’est aussi l’occasion de fêter les apôtres du Christ. Pierre et Paul étant considérés comme les deux piliers ou les « pierres vivantes » sur lesquels est construite l’Église, les évêchés célèbrent souvent ce jour-là les jubilés des ordinations de leurs prêtres diocésains (10, 25, 40, 50 ou 60 ans d’ordination) et choisissent cette date pour les principales nominations au sein du diocèse. C’est donc un jour particulier pour prier pour les prêtres, ce qui se fait généralement lors d’une messe d’actions de grâces à leur intention.

Cette année, la solennité des saints Pierre et Paul aura lieu le vendredi 29 juin 2018.

 

La fête des prêtres le Jeudi Saint ?

Mais alors, et le Jeud Saint ?  En effet, le jour de la Cène est fondamental dans la liturgie chrétienne, car il est le fondement de l’Eucharistie. En 1969, Paul VI fait du Jeudi-Saint une fête du sacerdoce où tous les prêtres sont invités à renouveler l’engagement qu’ils ont pris à leur ordination. Le Jeudi saint est ainsi considéré comme la fête des prêtres. Le pape Jean Paul II leur adressait chaque année à l’occasion du Jeudi saint une lettre. Et le pape François, lors de la première messe chrismale qu’il célébra, a demandé aux croyants dans l’homélie et lors du renouvellement des promesses sacerdotales, d’être proches  des prêtres « par l’affection et par la prière afin qu’ils soient toujours des pasteurs selon le cœur de Dieu ».

 

La fête des prêtres le 4 août ?

Lors de sa béatification en 1905, le curé d’Ars avait été déclaré le « patron des prêtres de France », puis canonisé en 1925 par Pie XI, ce dernier l’avait proclamé « patron de tous les curé de l’univers ». Aussi pour certains, le curé d’Ars étant le saint patron des prêtres, le 4 août, le jour de la saint Jean-Marie- Vianney, est aussi celle des prêtres…

Alors la fête des prêtres se fête-t-elle le Jeudi saint, le 29 juin ou le 4 août ? Pourquoi choisir, finalement ? On peut tout à fait fêter trois fois ceux qui se sont donnés pour accompagner et guider la communauté chrétienne !

 

Pourquoi les ordinations ont lieu en juin ?

 

Le 29 juin, fête de la Saint Pierre et saint Paul, est aussi le jour de la fête des prêtres, qui guident et accompagnent la communauté chrétiennes dans leurs pas.

Saint Pierre et saint Paul : on ne peut les séparer. Ils sont les deux piliers de l’Église et jamais la Tradition ne les a fêtés l’un sans l’autre. L’Église romaine, c’est l’Église de Pierre et de Paul, l’Église des témoins directs qui ont partagé la vie du Seigneur. Ils sont les « pierres vivantes » sur lesquelles est construite l’Église, et c’est pourquoi ils sont fêtés le 29 juin, et que cette date est choisie comme date traditionnelle pour les ordinations sacerdotales ou pour célébrer les jubilés d’ordination (10, 25, 40, 50 ou 60 ans d’ordination) des prêtres.

 

Pierre et Paul, deux destins vers les mêmes buts

Pierre était galiléen, pêcheur installé à Capharnaüm au bord du lac de Tibériade. Paul était un juif de la diaspora, de Tarse en Asie Mineure, mais pharisien et citoyen romain. Tous deux ont vu leur vie bouleversée par l’irruption d’un homme qui leur dit : « Suis-moi. Tu t’appelleras Pierre » ou « Saul, pourquoi me persécutes-tu ? ». L’un, Simon devenu Pierre, laisse ses filets et son foyer pour le suivre. L’autre, Saul, persécuteur des premiers chrétiens, foudroyé par la lumière du Christ sur le chemin de Damas, devient Paul et se met à la disposition des apôtres.  Pierre reçoit la charge de paître le troupeau de l’Église. Paul devient l’apôtre des païens. Pour le Maître, Pierre mourra crucifié et Paul décapité.

Deux destins pour une finalité commune, comme le souligne saint Augustin dans un sermon prononcé lors de la célébration de cette fête : « En un seul jour, nous fêtons la passion des deux apôtres, mais ces deux ne font qu’un. Pierre a précédé, Paul a suivi. Aimons donc leur foi, leur existence, leurs travaux, leurs souffrances ! Aimons les objets de leur confession et de leur prédication ! »

Un événement important pour la vie de l’Église locale

À l’occasion des ordinations sacerdotales du mois de juin, les initiatives de prière pour les vocations sont nombreuses. Événement important pour la vie de l’Église locale, la célébration d’une ordination presbytérale a lieu de préférence le dimanche et à la cathédrale, en présence du plus grand nombre. Par l’ordination, le nouveau prêtre reçoit le caractère sacerdotal « qui le configure au Christ Prêtre pour le rendre capable d’agir en la personne du Christ Tête » (Presbyterorum ordinis, n.2). Sur les 125 prêtres ordonnés cette année en France, 67 d’entre eux le seront comme prêtres diocésains sans appartenir à d’autres institutions et 20 comme prêtres religieux.

 

 

Le 29 juin c’est aussi…

Mais à savoir que le 29 juin est aussi le jour où les archevêques métropolitains nouvellement créés reçoivent symboliquement, à la basilique Saint-Pierre de Rome, le pallium, symbole du lien personnel qui les unit à l’évêque de Rome. Une fête qui a lieu en présence des évêques du monde entier qui fait revivre en un certain sens « l’évènement de la Pentecôte : aujourd’hui, comme alors, la foi de l’Église s’exprime dans toutes les langues et veut unir les peuples en une seule famille », soulignait le pape François, le 29 juin 2013, à sa première messe et imposition du pallium. Depuis 2015, le Pape n’impose plus lui-même mais bénit les palliums qui sont désormais remis en public aux archevêques métropolitains dans leur pays respectif. La messe à Saint-Pierre aura lieu en présence du collège cardinalice et des 14 nouveaux cardinaux « créés » la veille.

 

 

https://fr.aleteia.org/2017/06/04/date-de-la-fete-des-pretres/

PRETRE, PRIERES

Prière pour les prêtres

pretre9La « Prière pour les Prêtres » à Saint Jean-Marie Vianney :

« Seigneur Jésus, avec saint Jean-Marie Vianney, nous te confions : tous les Prêtres que nous connaissons, ceux que nous avons rencontrés, ceux qui nous ont aidés, ceux que tu nous donnes aujourd’hui comme pères.

Tu as appelé chacun par son nom ; pour chacun, nous te louons et nous te supplions : garde-les dans la fidélité à Ton nom ; Toi qui les as consacrés pour qu’en Ton nom, ils soient nos pasteurs, donne leur force, confiance et joie pour accomplir leur mission.

 Que l’Eucharistie qu’ils célèbrent les nourrisse et leur donne le courage de s’offrir avec Toi pour les brebis que nous sommes ; Qu’ils soient plongés dans Ton cœur de Miséricorde pour qu’ils soient toujours les témoins de ton pardon ; Qu’ils soient de vrais adorateurs du Père pour qu’ils nous enseignent le véritable chemin de la sainteté. Père, avec eux, nous nous offrons au Christ pour l’Église : qu’elle soit missionnaire dans le souffle de ton Esprit; apprends-nous simplement à les aimer, à les respecter et à les recevoir comme un don qui vient de Ta main, pour qu’ensemble nous accomplissions davantage Ton œuvre pour le salut de tous. Ainsi soit-il. » 

Saint Jean-Marie Vianney (1786-1859) – Le Curé d’Ars 

PRETRE, THEOLOGIEN

MAURICE ZUNDEL

Maurice Zundel : tout donner

Maurice Zundel ou l’exigence du dépouillement. Pour lui, l’argent n’était qu’un moyen de se donner encore et toujours.maurice zundel
C’est la lecture des Misérables qui déterminera le rapport à l’argent du tout jeune Maurice Zundel. Il a alors une quinzaine d’année et sait déjà qu’il sera prêtre.
La découverte du geste inouï de l’évêque Myriel envers le bagnard Jean Valjean le bouleverse et donne à sa vocation un sens nouveau. « Tout est à vous ici, vous êtes chez vous car c’est la maison de Jésus-Christ » dit le prélat au voleur.
Maurice Zundel dira plus tard qu’il s’est identifié immédiatement à Myriel : «Ces mots me sont restés gravés dans l’esprit comme une exigence de dépouillement dans la vie du prêtre qui ne peut rien garder pour lui sous peine de se couper de l’Evangile » C’est dit : il n’aurait rien à lui et sa maison sera celle de Jésus Christ.
Cette résolution de pauvreté prise si jeune, il la tiendra jusqu’à sa mort. Elle l’isolera terriblement au sein de l’Eglise et le fera passer toute sa vie comme un original, difficile à vivre et peu apte à la vie en communauté. Il faut dire qu’il vivra la pauvreté de façon si radicale et si étrange que l’on comprend qu’elle ait pu choquer les bonnes âmes. Ce prêtre que tous reconnaissent comme un être unique, à la personnalité rayonnante, confesseur hors pair, se conduisait bizarrement. Tout le singularise. Il mange à peine, ne nourrissant exclusivement de pommes de terre au déjeuner et le soir de quelques biscuits trempé dans du café. Sa soutane est si usée que des amis se cotisent pour la remplacer. Mais il donnera l’argent ainsi récolté à un clochard qui passait par là.
Car Zundel ne peut supporter d’avoir un sou en poche. Il distribue chaque pièce à une multitude de mendiants qui frappent à sa porte à toute heure du jour et de la nuit et qui parfois le menacent quand il n’a plus rien. En fait, l’argent n’était pour lui qu’un moyen de se donner encore et toujours. Tous ceux qui l’ont connu ont témoigné de cette disposition de son être à se donner entièrement à l’autre, à son ministère, à son travail, à Dieu. Maurice Zundel ne gardait rien pour lui. C’était sa façon d’être libre.

Passer d’un Dieu extérieur à un Dieu intérieur

« Comme il est dit dans un cantique pour la fête de l’Annonciation, Adam a voulu se faire Dieu et il s’est trompé, il ne l’est pas devenu ; mais maintenant Dieu se fait Homme, pour faire d’Adam un dieu. Donc ce n’est pas le déploiement des peuples, le mouvement des foules, le bruissement des armées, le bruit des conquérants qui importent ! C’est le cheminement secret de la Lumière au cœur de notre coeur.
Et voilà justement le centre du débat, voilà donc la difficulté dans laquelle nous nous débattons : il s’agit de passer d’un dieu extérieur, considéré comme un pouvoir qui domine et qui limite, à un dieu intérieur, secret, silencieux, dépouillé, fragile, intérieur à nous-mêmes et qui nous attend à chaque battement de notre coeur, dans le plus secret et le plus profond de notre intimité.
Tous les malaises dont nous souffrons disparaîtront, dans la mesure où ce diagnostic sera heureusement accompli et où nous comprendrons que nous sommes appelés à un approfondissement merveilleux, à une découverte vitale de l’Évangile, à une rencontre originale avec Jésus-Christ, comme le vécut la Samaritaine, précisément parce que le Dieu qui se révèle, ce n’est plus le Dieu des peuples, le Dieu des foules, le Dieu des rassemblements trépignants, c’est le Dieu des personnes, c’est le Dieu du coeur, comme dit Saint-Augustin, c’est le Dieu silencieux, le Dieu fragile, le Dieu qui peut échouer, le Dieu crucifié par amour pour nous, sans attendre le nôtre en retour, le Dieu qui est en agonie depuis le début du monde et jusqu’à la fin, tant que notre coeur ne va pas à la rencontre du Sien, dans une conversion de tout notre être à sa douce Lumière. Dieu ne s’impose jamais.  »

Extrait de Jésus, chapitre IX, page 75 in Braises, Editions du Levain, 1986

Sans cesse revenir à Dieu …

« Il nous est impossible de nous atteindre nous-mêmes autrement que dans cette respiration de Dieu au plus profond de nous-même. Mais – et c’est là notre expérience – nous refluons tout le temps, c’est-à-dire que nous ne demeurons pas dans cet état. Si nous étions toujours suspendus à Dieu, si nous n’agissions que pour le compte de Dieu et pour cet Amour de Dieu, nous serions Christ nous-mêmes. Mais nous ne le sommes pas hélas, et nous le voyons bien chaque jour.
Nous sommes immédiatement repris par notre biologie, par notre endocrinologie, par toutes ces circulations physiques et cosmiques en-dedans de nous-mêmes, et nous sommes incapables de soutenir cette union avec Dieu sans retomber dans « la vallée de l’ombre et de la mort », comme dit le psalmiste (Ps. 23, 4). Il faut constamment resurgir, recommencer à gravir cet Himalaya intérieur, où nous retrouvons la direction du sommet.
Autrement dit, la révélation ne porte pas sur des choses, sur des objets, elle porte sur une personne, elle porte sur une présence. Elle est donc analogue à la révélation nuptiale que les époux se font l’un à l’autre. »

Extrait de Dieu inconnu,chapitre VII, page 68 in Braises, Editions du Levain, 1986

Le Dieu-objet qu’il faut nier

Comme on ne peut pas suspendre l’amour à un portemanteau, ni cacher la vérité sous des piles de draps, on ne peut pas atteindre Dieu sans le laisser s’enraciner en soi.
Il semble que les athées d’aujourd’hui nous disent, mais dans un autre sens, la même chose; montre-moi d’abord l’homme que tu es ; alors peut-être pourrai-je croire à ton Dieu.
Rien n’est plus opposé au vrai Dieu que le grand propriétaire, le grand riche qui peut tout, que rien ne peut atteindre, qui nous domine de toute sa puissance, qui nous laisse tomber parcimonieusement les miettes de sa table et nous demande un compte féroce de l’usage que nous en faisons…
Un Dieu cause physique, un Dieu extérieur au sens spatial du mot, un Dieu présenté comme un despote infini et dont l’arbitraire est la mesure de tout bien et de tout mal, un tel théocentrisme despotique fait remonter jusqu’à Dieu le traitement infligé à l’homme lorsque l’homme est traité comme un objet. « Mes frères, disait un prédicateur si Dieu le voulait, il pourrait nous anéantir! »… C’est là un Dieu objet, un Dieu que nous ne pouvons reconnaître, un Dieu devant lequel nous ne pouvons que nous défendre et qu’il faut nécessairement nier.

Extrait de Dieu inconnu, chapitre VII, page 65 in Braises, Editions du Levain, 1986