EGLISE CATHOLIQUE, FRERE GERARD, GERARD TENQUE, ORDRE DE MALTE, ORDRE DE SAINT JEAN DE JERUSALEM, ORDRE DES HOSPITALIERS DU SAINT-ESPRIT, ORDRE SOUVERAIN MILITAIRE HOSPITALIER DE SAINT JEAN DE JERUSALEM RODHES ET MALTR, ORDRES HOSPILATIERS ET MILITAIRES, PROVENCE

Frère Gérard (1047-1120)

Frère Gérard

Frère Gérard ou Gérard l’Hospitalier, né vers 1047 dans une famille de la région d’Amalfi (Italie), et mort le 3 septembre 1120, est le fondateur d’une congrégation, les Hospitaliers de Saint-Jean, qui deviendra par la suite l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

280px-Gravure_de_Fra_Gerard_fondateur_des_Hospitaliers_de_Saint-Jean.jpg

 

Origine

Frère Gérard est quelquefois appelé Pierre-Gérard de Martigues pour appuyer son lieu de naissance à Martigues en Provence. Mais cette origine n’est pas établie. Une autre version voudrait que frère Gérard soit originaire d’Amalfi ce qui parait plus probable. L’écrivain et historien italien Gian Francesco Galeani Napione et l’historien de la ville d’Amalfi, Giuseppe Gargano, auraient retrouvé frère Gérard dans un certain Gerardo Sasso ou Saxus, mais les preuves apportées ne sont pas convaincantes.

 

Gérard Tenque

Appelé souvent par erreur Gérard Tenque ou Tum, Tune, ou encore Thom, cette confusion vient d’une erreur de traduction de Pierre-Joseph de Haitze qui traduit des textes latins, entre autres, pour l’écriture de son Histoire de la vie et du culte du bienheureux Gérard Tenque, fondateur de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Il aurait appelé le frère Gérard, Gérard Tenque : « Fr. Gerardus tunc Hospitalis praefectus cum a Christianis duce Godefredo Hyerusalem capta est anno domini MLXXXIX » où tunc doit se traduire par « à l’époque » ou « alors » : « Frère Gérard, à l’époque administrateur des Hospitaliers… » et non « Frère Gérard Tenque, administrateur des Hospitaliers… ». C’est Ferdinand de Hellwald qui a relevé l’erreur de traduction en 1885.

 

Biographie

 

Guillaume de Tyr donne pour origine une famille d’Amalfi. Il attribue la construction d’origine à Pantalone di Mauro commerçant amalfitain à Constantinople. Son commerce le menait régulièrement à Jérusalem où il allait prier au Saint-Sépulcre, partiellement reconstruit en 1048. Mauro aurait obtenu du calife fatimide du Caire, gardien des lieux, l’autorisation de construire une maison. L’autorisation obtenue, il fit construire, en plus d’une maison, un monastère et une église, Sainte-Marie-Latine. Il en confia la gestion à des moines bénédictins. Quelque temps plus tard, il fit construire un couvent et un oratoire dédiée à Marie-Madeleine réservée aux femmes. Enfin, il fit construire un xenodochium pour accueillir des pèlerins. Lorsque les croisés prirent Jérusalem ils trouvèrent Agnès, l’abbesse du couvent féminin, et Gérard qui n’était sans doute pas un religieux

C’est comme oblat des moines bénédictins de Sainte-Marie-Latine qu’il soignait, et dirigeait sous leur autorité, les malades au xenodochium (hôpital en grec) de Jérusalem que des marchands d’Amalfi avaient construit entre 1068 et 1071 et dédié au bienheureux Jean l’Aumônier. Lors du siège de Jérusalem par les croisés de Godefroy de Bouillon, il est suspecté d’entente avec l’ennemi, et, à la prise de la ville, il se met à la disposition de tous les blessés.

À la suite de la conquête latine de la première croisade, le xenodochium et son recteur Gérard se séparent des moines bénédictins de Sainte-Marie-Latine, et changent de patronage en le dédiant désormais à saint Jean-Baptiste. Gérard se consacre aux pauvres et aux pèlerins, recrutant du personnel et recevant de nombreux dons de toute la chrétienté. Il fit construire une église dédiée à Jean le Baptiste et un monastère lui aussi dédié au même saint. Ses premiers compagnons dans la congrégation qu’il fonde seront les aides des malades, impressionnés par son engagement et sa foi.

Frère Gérard institua peut être une règle pour régir l’Hospital en s’inspirant de celle de saint Augustin et de saint Benoît mais il n’en a pas laissé trace. La première règle connue date de Raymond du Puy.

Frère Gérard meurt à Jérusalem le 3 septembre 1120, il est considéré comme bienheureux par l’Église catholique.

 

Les donations à L’Hospital

Les premiers dons viennent d’abord de Godefroy de Bouillon qui va faire donation aux Hospitaliers de frère Gérard d’un casal à Hessilia et de deux tours à Jérusalem, le premier patriarche d’Antioche lui cède un emplacement face à l’hôpital d’Antioche puis le roi de Jérusalem Baudouin de Boulogne qui confirme, en 1110, toutes les possessions de L’Hospital à Jérusalem, Naplouse, Jaffa, Acre, Ascalon, Azot, Césarée, Qaqoum, dans le Soeth, à Haïfa, Capharnaüm, Ramallah, Saint-Georges, Saint-Abraham et Jéricho ; en 1118, l’archevêque d’Apamée, pour le comté de Tripoli et Roger de Salerne, régent d’Antioche, confirment à leur tour les possessions hospitalière. L’Église ne veut pas être en reste et en 1112 elle exempt les Hospitaliers du paiement des dimes dans le patriarcat de Jérusalem et dans l’évêché de Césarée. Mais cela ne s’arrête pas à la Terre sainte mais aussi en Angleterre à Clerkenwell vers 1100 ; en Espagne à Seron, Angglerilium,  Lhorens et Biosea en 1109, d’une dime à Benaias en 1110, des églises de Cireza, Llorach  en 1111, Guillaume Arnal de Perbes donne avec l’accord d’Arnal Mir, comte de Pallars, le huitième de la dime qu’il perçoit de Roger et de Bernard de Sotsterres en 1113, donations à Balaguer, Iborra, Vallesa et Bóveda en 1116, de Taniol et de Mamez en 1118 ; au Portugal, d’Idanha a Velha en 1114 ; en Italie, d’hôpitaux à Asti, Pise, Bari, Otrante et Messine en 1113.  

La reconnaissance papale

C’est le pape Pascal II dans une bulle Pie postulatio voluntatis datant du 15 février 11137 qui fait du fondateur, le recteur Gérard, « instituteur et prévôt du xenodochium de Jérusalem » Il obtient divers privilèges, avantages et exceptions pour L’Hospital, une institution, une sorte de congrégation, sous la tutelle et protection exclusive du pape. La bulle précise également qu’à la mort de frère Gérard, les frères éliront entre eux son successeur15. Elle confirme aussi toutes les donations faites aux Hospitaliers et les autorisent à lever la dîme sur leurs terres.

Le 19 juin 1119, le pape Calixte II, par la bulle Ad hoc nos disponente, confirme toutes les possessions et privilèges de L’Hospital en l’étendant aux dîmes et églises récemment acquises dans l’évêché de Tripoli.

 

Les Hospitaliers ne sont pas des gents d’armes

Gerardo_sasso.jpg

Il faut se poser la question aux regards de son évolution ultérieur et la réponse est non. Gérard, involontairement sans doute, en payant des gents d’armes et des chevaliers pour protéger les pèlerins sur les chemins de la Méditerranée à Jérusalem, engagea l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem dans la direction de la militarisation qui ne sera effective que le 15 mai 1179 sous Roger de Moulins. Si les Hospitaliers avaient participé en tant que gents d’armes, il n’aurait pas manqué d’historiens pour relater les faits comme ils le feront plus tard quand ce sera le cas.

Le miracle de Gérard

Gérard est resté dans Jérusalem lors de l’attaque de la ville par les croisés. Il aidait ceux-ci en leur jetant du haut de la muraille des miches de pain. Surpris, il fut conduit devant le gouverneur de la ville. Les miches de pain s’étaient transformées en pierres. Le gouverneur n’y vit pas malice et renvoya Gérard lapider les croisés avec … des miches de pain

Les reliques de la chapelle du château de Manosque

Il ressort d’un longue étude d’Alain Beltjens au sujet des différentes reliques qui, avant et après la révolution française, ont été attribuées à Gérard l’Hospitalier, elles ne seraient en fait que celles de saint Géraud d’Aurillac. Géraud fut déclaré saint par la voix populaire. C’est un des premiers exemples de saint à avoir été canonisé sans avoir subi le martyre ou être entré dans les ordres. Beltjens dénie la béatification de frère Gérard , car les Hospitaliers auraient profité de la confusion entretenue entre Géraud et frère Gérard qui lui, n’aurait jamais été déclaré saint par la voix populaire

 

Mémoire

A Martigues, dans le quartier de Jonquières, se trouve la Place Gérard Tenque.

À Manosque se trouve la rue Gérard Tenque.

À Saint-Mitre-les-Remparts se trouve l’impasse Gérard Tenque.

À Gimeaux, dans la banlieue d’Arles, se trouve le chemin Gérard Tenque.

 

Sources bibliographiques

Alain Beltjens, « Trois questions à propos de l’hospitalier Gérard : les reliques, qui ont reposé pendant plusieurs siècles dans la chapelle du château de Manosque, appartenaient-elles au premier chef de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem ? Dans la négative, de qui étaient-elles et sommes nous encore en droit de décerner à l’hospitalier Gérard le titre de bienheureux ? », Revue de la société de l’histoire et du patrimoine de l’ordre de Malte, nos 19 et 20,‎ 2008 et 2009

Alain Beltjens, Aux origines de l’ordre de Malte. De la fondation de l’Hôpital de Jérusalem à sa transformation en ordre militaire, Alain Beltjens, 1995

Nicole Bériou (dir. et rédacteur), Philippe Josserand (dir.) et al. (préf. Anthony Luttrel & Alain Demurger), Prier et combattre : Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Fayard, 2009, 1029 p.

Lucien Dégut et Octave Vigné, Martigues, Uzès, La Capitelle, 1964, p. 252

Joseph Delaville Le Roulx, Les Hospitaliers en Terre sainte et à Chypre, 1100-1310, Paris, Ernest Leroux éditeur, 1904

Alain Demurger, Les Hospitaliers, de Jérusalem à Rhodes, 1050-1317, Paris, Tallandier, 2013, 574 p. )

Bertrand Galimard Flavigny, Histoire de l’ordre de Malte, Paris, Perrin, 2006

Eugène Harot, Essai d’armorial des Grands-Maîtres de l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem, Rome, Collegio Araldico, 1911

 

Bibliographie

Giacomo Bosio Dell’istoria della sacra Religione, dell’illustrissima milizia di Santo Giovanni Gierosolimitano, Rome, 1621

Abbé de Vertot, Histoire des chevaliers hospitaliers de S. Jean de Jerusalem, appellez depuis les chevaliers de Rhodes, et aujourd’hui les chevaliers de Malte, À Paris, chez Rollin, Quillau, Desaint, 1726,

BEATRICE DE PROVENCE (1229-1267), FRANCE, HISTOIRE DE FRANCE, HISTOIRE DE LA PROVENCE, Non classé, PROVENCE

Béatrice de Provence (1229-1267)

Béatrice de Provence

BeatrixProvensalska.jpg

Béatrice de Provence, née en 1229 et morte à Nocera le 23 septembre 1267, est une comtesse de Provence et de Forcalquier, fille de Raimond-Bérenger IV, comte de Provence et de Forcalquier, et de Béatrice de Savoie. Par mariage, elle devient reine de Naples et de Sicile.

Biographie

 Origine

Béatrice naît en 1229. Elle est la fille de Raimond-Bérenger IV, comte de Provence et de Forcalquier, et de Béatrice de Savoie, dont elle porte le prénom.

À la mort de son père, le 19 août 1245, elle devient l’héritière du comté de Provence et celui de Forcalquier.

 Mariage de la Provence et de la France

Beatrix_karel.jpg

Béatrice de Provence et Charles Ier d’Anjou

Un projet de mariage est organisé par la reine Blanche de Castille, soutenu par le pape Innocent IV, avec Charles, frère du roi de France, Louis IX. Ce dernier a épousé Marguerite, la sœur aînée de Béatrice En 1245, le mariage est préparé par sa mère, Béatrice, comtesse douairière de Provence, et le Conseil de régence. Le projet est engagé puisque le roi de France a obtenu l’accord de son côté L’oncle de Béatrice, l’archevêque de Lyon Philippe de Savoie, devient l’intermédiaire privilégié entre les différentes parties

Toutefois, certains princes ne sont pas favorables à ce rapprochement entre la Provence et le royaume de France. Ainsi, le comte de Toulouse, qui ne participe pas aux tractations, menace d’envahir le comté. Son voisin, le roi d’Aragon Jacques Ier, approche avec son armée. Charles intervient en pénétrant en Provence avec une troupe de chevaliers, obligeant le roi d’Aragon à se retirer

La jeune fille est remise à Charles, avec le consentement du roi Louis IX. De fait, Charles devient comte de Provence. Le mariage se déroule le 31 janvier 1246 à Aix. Après un court séjour en Provence, les jeunes époux rentrent en France.

Ce mariage est qualifié par l’historien Gérard Sivéry comme « l’un des chefs-d’œuvre de la grande stratégie matrimoniale médiévale ».

Ses deux autres sœurs, Éléonore (1223-1291), reine consort d’Angleterre depuis 1236, et Sancie (1228-1261), comtesse de Cornouailles, réclament une part d’héritage de la Provence

Comtesse de Provence

Charles de France est adoubé en mai 1246. Trois mois plus tard, il est fait par son frère comte d’Anjou et du Maine.

Charles d’Anjou reprend la politique d’expansion en direction de la péninsule italienne entamée par le comte Raimond-Bérenger IV de Provence.

Les Provençaux se soulèvent contre ce prince étranger au printemps 1246. Il faut attendre l’année 1265 pour que son pouvoir soit définitivement assis sur la Provence.

Statue_de_Béatrice_de_Provence.

Statue de Béatrice de Provence

Famille

Béatrice épouse en 1246 Charles Ier (1226 † 1285), roi de Naples et de Sicile (1266-1285), comte d’Anjou et du Maine (1246-1285), et ont :

Louis (1248 † 1248)

Blanche (1250 † 1269), mariée en 1265 avec Robert III de Dampierre (1249 † 1322), comte de Flandre

Béatrice (1252 † 1275), mariée en 1273 à Philippe Ier de Courtenay (1243 † 1283), empereur titulaire de Constantinople

Charles II de Naples (1254 † 1309), comte d’Anjou et du Maine, roi de Naples

Philippe (1256 † 1277), prince d’Achaïe, marié en 1271 avec Isabelle de Villehardouin (1263 † 1312), princesse d’Achaïe et de Morée

Robert (1258 † 1265)

Isabelle (ou Élisabeth) (1261 † 1303), mariée à Ladislas IV (1262 † 1290), roi de Hongrie

Statue_Beatrice_of_Provence

Statue de Béatrice de Provence (Eglise Saint-Jean-de-Malte, Aix-en-Provence)

Bibliographie complémentaire

Thierry Pécout, « Celle par qui tout advint : Béatrice de Provence, comtesse de Provence, de Forcalquier et d’Anjou, reine de Sicile (1245-1267) », Mélanges de l’École française de Rome – Moyen Âge, nos 129-2,‎ 2017 

FRANCE, HISTOIRE DE FRANCE, PROVENCE, RAYMOND-BERENGER V DE PROVENCE (1198-1209)

Raymond-Bérenger V de Provence

RAYMOND-BERENGER V DE PROVENCE

Raymond-Berenger.jpg

Statue du comte Bérenger V de Provence dans l’Eglise Saint-Jean-de-Malte (Aix-en-Provence)

Raimond-Bérenger IV/V de Provence

Raimond Bérenger IV1 ou V, né vers1198, mort le 19 août 1245 à Aix, futcomte de Provence et de Forcalquier de1209 à sa mort.

Numérotation
Lors de la minorité d’un précédent comte, la régence fut exercée par Raimond-Bérenger IV de Barcelone, qui est parfois comptabilisé parmi les comtes de Provence. Il s’ensuit que le comte Raimond-Bérenger IV de Provence est souvent nommé Raimond-Bérenger V de Provence.

Biographie
Jeunesse
Raimond Bérenger IV de Provence est le seul fils d’Alphonse II (v. 1180-1209), comte de Provence (1195-1209), et de Garsende, comtesse de Forcalquier, issue de la maison de Sabran.
En février 1209, alors que Raimond Bérenger IV a environ douze ans, son père meurt à Palerme. Son oncle, le roi Pierre II d’Aragon assure sa tutelle. L’éducation du jeune prince est confiée à Guillaume de Montredon, maître de province de l’ordre du Temple et Raymond de Penafort, fameux théologien du xiiie siècle. Sa mère Garsende lui cède le comté de Forcalquier le 30 novembre 1209, permettant la réunion de ces deux comtés rivaux depuis un siècle
Pierre II d’Aragon est tué à la bataille de Muret, Sanche, oncle de Pierre II, prend en charge la régence d’Aragon et laisse celle de Provence à son fils Nuno. Des dissensions éclatent au sein des Catalans de Provence, entre les partisans de la comtesse Garsende de Forcalquier et ceux de Nuno, qui semblent vouloir évincer le jeune comte. La noblesse provençale en profite pour s’agiter. Elle prend finalement le parti de Garsende de Forcalquier, évince Nuno, place Raimond Bérenger IV de Provence sous la tutelle de sa mère et créent un conseil de régence.

Comte de Provence
Il parvient à se débarrasser de son rival le comte de Toulouse, également marquis de Provence, dont la famille a toujours eu l’ambition d’annexer la Provence. Pour cela, il n’hésite pas à soutenir la croisade albigeoise et soumet dans l’ordre les consulats d’Arles et de Marseille qui créaient des troubles dans le comté. Il conquit Avignon avec le roi de France Louis VIII en 1226.

Les armes de Provence, étaient devenus également celles de la Catalogne après le mariage de Douce de Provence avec Raimond Bérenger III comte de Barcelone. Depuis lors elles se ressemblent étonnamment si ce n’est la disposition des pals, afin de ne pas les confondre, elles seront en effet mises horizontalement pour la Catalogne.
Il fit montrer sous son royaume les « bailes » qui devinrent les représentants du pouvoir comtal. Il bâtit la ville de Barcelonnette en 1231 en honneur de ses origines catalanes ainsi que l’église Saint Jean de Malte premier édifice gothique de Provence à Aix-en-Provence.

Il meurt le 19 août 1245, et est enseveli à Aix-en-Provence, auprès du tombeau de son père, dans l’église Saint-Jean-de-Malte d’Aix-en-Provence.

Raimond Bérenger IV est le dernier membre de la famille des comtes de Catalogne à avoir régné en Provence. Il laisse par testament, daté du 20 juin 1238, ses domaines à sa quatrième fille, Béatrice, la seule qui n’est pas encore mariée. A sa mort la Provence unifiée entre dans la mouvance du roi de France rompant ainsi aec son passé catalan.

Comte troubadour
Il reste de Raimond-Bérenger V (ou IV) deux tensons et deux coblas.

Union et descendance
Le 5 juin 1219, Raimond Bérenger IV de Provence épouse Béatrice de Savoie (1198-1266), fille de Thomas Ier (1177-1233), comte de Savoie (1189-1233), et de Marguerite de Genève (1180-1252 ou 1257). De cette union sont issues quatre filles :

Marguerite de Provence (1221-1295), reine de France (1234-1270) par mariage en mai 1234 avec Louis IX (1214-1270), roi de France (1226-1270) ;
Éléonore de Provence (v. 1223-1291), reine d’Angleterre (1236-1272) par mariage en 1236 avec Henri III (1207-1272), roi d’Angleterre (1216-1272) ;
Sancie de Provence (v. 1225-1261), comtesse de Cornouailles (1243-1261) par mariage en 1243 avec Richard de Cornouailles(1209-1272), comte de Cornouailles (1227-1272) et roi des Romains (1257-1272) ;
Béatrice de Provence (1234-1267), comtesse de Provence et de Forcalquier (1245-1267), mariée en 1246 avec Charles Ier d’Anjou (1227-1285), comte d’Anjou et du Maine (1246-1285), roi de Sicile (1266-1282), puis roi de Naples (1282-1285), et comte de Provence et de Forcalquier (1246-1267) par mariage, mais qui continuera à porter les titres jusqu’à sa mort.

Par ces alliances entre les filles de Raimond-Bérenger IV, les rois de France Louis IX (Saint Louis) et de Sicile Charles Ier qui étaient déjà frères, deviennent beaux-frères l’un de l’autre, outre la parenté d’alliance du même degré avec le roi d’Angleterre Henri III et le futur roi des Romains Richard de Cornouailles, frère d’Henri III, ces deux derniers devenant aussi beaux-frères l’un de l’autre.
Marguerite et Béatrice deviennent belles-sœurs, tandis que la même parenté d’alliance se crée entre Éléonore et Sancie.

Source : Wikipédia

 

RAYMOND-BERENGER V FAIT NAITRE LA PROVENCE

L-invention-de-la-Provence.jpg

BERENGER V DE PROVENCE : L’INVENTION DE LA PROVENCE

THIERRY PECOUT

PARIS, PERRIN, 2004

 

En ce mois de novembre 1216, une galée appareille en pleine nuit du port catalan de Salou vers les rives du comté de Provence. À son bord, un jeune adolescent, escorté par des chevaliers provençaux venus l’arracher à son exil aragonais.

Ainsi commence l’histoire de Raymond Bérenger V, héritier d’une Provence déchirée par des rivalités entre factions nobles et les villes comme Marseille, Avignon, Arles, Tarascon, Nice ou Grasse. Il hérite d’un comté à l’histoire mouvementée et qui est convoité par des voisins qui voudraient bien s’approprier ce comté : que ce soit l’Empereur de l’Empire germanique Frédéric II au nord, le comte de Toulouse à l’ouest quand ce ne sont pas les rois d’Aragon (qui furent comtes de Provence) et même le roi de France qui cherche à agrandir son royaume afin d’avoir un débouché sur la Méditerranée.

Beaucoup voient en ce jeune prince le seul dépositaire d’un pouvoir légitime. Sa mère et tutrice, la comtesse Gersende de Forcalquier, ne peut plus désormais espérer gouverner sans lui. Rien ne laisse alors présager que ce jeune homme sera l’artisan d’un rétablissement de l’État comtal. Pourtant, depuis sa capitale aixoise, il fait de sa principauté l’un des laboratoires de l’État moderne. Raymond Bérenger rompt avec le passé catalan de la Provence, mais aussi avec l’empire germanique de Frédéric II. Les temps lui sont favorables : de Nice à Marseille, le commerce des ports provençaux est prospère. Cette richesse bénéficie aux églises, châteaux et villes qui arborent de neuves parures. Le comte fonde Martigues et Barcelonnette. Pour la première fois de son histoire, la Provence paraît une principauté cohérente, gouvernée par un prince soucieux de ses prérogatives. La mort prématurée de Raymond Bérenger en 1245, sans héritier, laisse la Provence aux mains de son gendre, frère du roi de France. Une page achève de se tourner.

 

L’auteur

Thierry Pécout, né en 1967, ancien élève de l’École normale supérieure, maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université de Provence, auteur d’une biographie du roi Charles V (2001), travaille actuellement sur l’histoire des pouvoirs dans le comté de Provence.

CAMARGUE (Provence), FOLCO DE BARONCELI (1863-1943), PROVENCE

Le marquis Folco de Baroncelli

Folco de Baroncelli

260px-Folco_de_Baroncelli_1906 (1)

Folco de Baroncelli en 1906.

Folco de Baroncelli (né le 1er novembre 1869 à Aix-en-Provence et mort le 15 décembre 1943 à Avignon) est un écrivain et manadier français.

Disciple de Frédéric Mistral et majoral du Félibrige, il est considéré comme l’« inventeur » de la Camargue. Il en a exploité des traditions avérées et en a instauré de nouvelles en s’inspirant du Wild West Show de Buffalo Bill lors de son passage dans le Midi.

 

Biographie

Famille et jeunesse

Marie Joseph Lucien Gabriel Folco de Baroncelli-Javon est né à Aix-en-Provence, mais sera baptisé à Avignon où demeurent ses parents.

Celui qui devait devenir gentilhomme-gardian appartient par son père, Raymond de Baroncelli à une famille florentine remontant au xiiie siècle et de tradition gibeline. La branche à laquelle il appartient est installée en Provence depuis le xve siècle. Sa famille possède depuis le début du xvie siècle dans le diocèse de Carpentras, la seigneurie et le château de Javon; toutefois le titre de marquis porté par le chef de famille n’est que de courtoisie. Leur principale demeure est située dans le centre d’Avignon, et baptisée « hôtel de Baroncelli-Javon » avant d’être surnommée « palais du Roure » par Frédéric Mistral.

Il est le frère du cinéaste Jacques de Baroncelli et de Marguerite de Baroncelli, reine du Félibrige de 1906 à 1913, égérie du poète provençal Joseph d’Arbaud et épouse du peintre Georges Dufrénoy.

Il passe son enfance à Bouillargues mais surtout au Château de Bellecôte près de Nîmes, où il fait ses études.

Revenu dans la demeure familiale d’Avignon alors capitale des félibres, le jeune Folco y rencontre Roumanille, dont la librairie était voisine de l’Hôtel de Javon, et Mistral en 1889. Il s’enthousiasme pour la langue provençale qu’il introduit dans son milieu familial, par essence aristocratique, même s’il prétendit par la suite que « les Baroncelli avaient toujours pratiqué le provençal dans leur vie courante ». Dès 1890, il publie un premier ouvrage en provençal, la nouvelle Babali. Conscient que son nouvel ami porte un nom prestigieux qui servirait la cause provençale, Mistral lui confie l’année suivante la direction de son journal L’Aiòli. En 1905, il devient majoral du Félibrige, mais démissionne en 1926.

 

Mas de l’Amarée

Folco_de_Baroncelli-Javon

En 1895, lou Marqués (le Marquis), comme on l’appellera désormais, se rend en Camargue et monte une manade, la Manado Santenco (la Manade saintine), aux Saintes-Maries-de-la-Mer. Peu de temps auparavant, le 7 février 1895, il avait épousé Henriette Constantin, fille d’Henri Constantin, propriétaire du Domaine des Fines Roches à Châteauneuf-du-Pape. De ce mariage naitront trois filles bien que, sa femme supportant mal le rude climat camarguais, leur vie commune soit épisodique. Néanmoins, le 30 juillet 1899, il s’installe définitivement aux Saintes-Maries-de-la-Mer sur la petite route du Sauvage, au Mas de l’Amarée, comme locataire du propriétaire d’alors, Monsieur Allègre.

En 1905, il fait connaissance à Paris de Joe Hamman, qui lui présente Buffalo Bill à l’occasion d’une représentation de la tournée de sa troupe américaine en Europe. Baroncelli propose à ce dernier les services de ses gardians qui participent avec les Indiens et les cows-boys aux spectacles que Buffalo Bill organise alors dans le cadre de son Wild West Show. Il y trouvera l’inspiration pour créer ses jeux de gardians. A partir de 1909, Baroncelli met à disposition d’Hamman ses gardians et ses taureaux pour ses films faits en Camargue, qui seront parmi les premiers Westerns tournés, outre ceux réalisés États-Unis.

En septembre 1907, les crues liées aux orages du 27 de ce mois noient une partie de sa manade.

En mai 1908, il rencontre à Arles, l’industriel Jules Charles-Roux et la femme de lettres Jeanne de Flandreysy à l’occasion du tournage de la première version cinématographique de Mireille. Cette rencontre avec Jeanne de Flandreysy, déjà aperçue quatre ans plus tôt à Valence, le marque à jamais. Il tombe amoureux de cette belle mais très indépendante femme, véritable égérie provençale. Si leur relation amoureuse fut brève, leur amitié dura jusqu’à la mort du marquis.

800px-Manade_du_Marquis_Folco_de_Baroncelli-Javon

 

Dès le début du xxe siècle, le marquis s’attelle avec d’autres à la reconquête de la pure race Camargue, tout comme il participe activement à la codification de la course camarguaise naissante. La sélection draconienne qu’il opère est récompensée par son taureau Prouvènço, historique cocardier qui déchaîne les foules, baptisé ainsi autant pour ses qualités esthétiques que ses aptitudes combatives.

Le 16 septembre 1909, il crée la Nacioun gardiano (la « Nation gardiane »), qui a pour objectif de défendre et maintenir les traditions camarguaises. Il avait aussi participé à la sauvegarde des la Confrérie des Gardians de Saint-Georges, fondée à Arles en 1512, qui avait alors failli disparaître.

Avignon_la_Naciouin_gardiano_devant_l'église_Saint-Pierre.jpg

Mobilisé, il est profondément affecté par les carnages de la guerre de 1914-1918. À la suite de propos prétendument « anti-militaristes » qu’il aurait proférés et qui furent dénoncés, il est interné au fort de Peccais.

À la fin de la Guerre et plus précisément le 18 avril 1918, Jeanne de Flandreysy, associée à son père Étienne Mellier, rachète le palais du Roure, vendu par le marquis et ses frères et sœurs à la mort de leur mère. Ce palais, maison historique et familiale des Baroncelli, avait été mis en vente au cours de l’été 1907 puis vendu le 15 mai 1909 à la société Immobilière de Vaucluse qui en avait dispersé la plupart des trésors, dont de superbes boiseries. C’est à cette époque que Jeanne de Flandreysy l’incite à écrire.

Le 17 octobre 1921, à Nîmes, il conduit la « Levée des Tridents », à la tête de la Nacioun gardiano et en compagnie de son ami Bernard de Montaut-Manse, pour protester contre l’interdiction des corridas. Il s’agit d’un défilé pacifique comme le montrent les anciennes photographies. Bernard de Montaut-Manse réussit à faire débouter la SPA de son action en justice contre les corridas à Nîmes.

En 1924, il demande à Hermann Paul de concevoir et dessiner la croix camarguaise, dont le modèle est réalisé par Joseph Barbanson, forgeron aux Saintes-Maries-de-la-Mer. La croix est inaugurée le 7 juillet 1926 sur un terre-plein de l’ancienne sortie sud-est de la cité camarguaise.

 

Le mas du Simbèu

Mas_du_Simbeu_1930.jpg

Toutefois, les problèmes financiers s’accumulent et en 1930, désargenté, il doit quitter le mas de l’Amarée dont il n’est que locataire. Les Saintois se cotisent alors et lui offrent un terrain sur lequel il construit une réplique du mas de l’Amarée, le mas du Simbèu (littéralement « signe », « enseigne », « point de mire », nom donné au vieux taureau, chef du troupeau) ; le 1er octobre 1931 à minuit, il quitte l’Amarée pour le Simbèu.

Dans les années 1930, il dénonce le projet d’assèchement du Vaccarès, se bat pour la création d’une réserve en faisant valoir l’importance à venir du tourisme et manifeste pour le maintien des courses camarguaises. Il témoigne aussi en faveur du maire communiste des Saintes-Maries-de-la-Mer, Esprit Pioch, et prend parti dans la guerre d’Espagne pour les Républicains espagnols. Il soutient également les gitans et leur pèlerinage. À sa demande, l’Archevêque d’Aix, Monseigneur Roques, tolère que la statue de Sara, patronne des gitans, soit amenée jusqu’à la mer, ce qui est réalisé, pour la première fois, le 25 mai 1935. Toutefois, ce n’est qu’à partir de 1953 que des prêtres participeront à cette procession.

 

« Le crépuscule du Marquis »

La fin des années 1930 n’est pas très heureuse pour le marquis. En février 1935, il tombe gravement malade puis est très affecté par le décès de son épouse, survenu le 8 août 1936. En 1938, à nouveau gravement malade, il est transporté d’urgence au centre médical de Nîmes. Et à la veille de la guerre, en février 1939, c’est la fin de sa manade. En 1940, il proteste auprès de Daladier après des manœuvres de tirs d’avions dans le Vaccarès.

La guerre 1939-1945 lui sera en quelque sorte fatale. Lors de leur arrivée en zone libre en 1942, les Allemands s’installent, dès le 16 novembre 1942, dans son mas du Simbèu, réquisitionné en janvier 1943. Finalement, le 17 février, le marquis de Baroncelli en est expulsé et s’installe dans le village même des Saintes, chez sa fille (place Saint-Pierre). Affaibli par la maladie et terriblement attristé, il reçoit l’extrême onction et meurt le 15 décembre, peu avant 13 heures, à Avignon.

 

Tombeau

2004_08_18_045_tombe_baroncelli_reduct.jpg

Son mas Lou Simbèu est détruit à l’explosif en 1944 par les troupes allemandes lorsqu’elles quittent le pays. Il n’aura duré que 13 ans. Le 21 juillet 1951, les cendres du Marqués sont transférées dans un tombeau à l’endroit même où se trouvait le mas du Simbèu mais son cœur est placé dans la chapelle de ses ancêtres, au palais du Roure, ancien hôtel de Baroncelli-Javon. Lors de ce transfert, alors que le convoi funèbre longe les prés, les taureaux de son ancienne manade se regroupent et suivent lentement le cortège, comme accompagnant leur maître une dernière fois. Ainsi, selon sa volonté :

lorsque je serai mort, quand le temps sera venu, amenez mon corps dans la terre du Simbèu, ma tête posée au foyer de ma vie, mon corps tourné vers l’église des Saintes, c’est ici que je veux dormir,

le marquis repose sur les lieux de son dernier mas. On peut se rendre sur sa tombe, qui est d’une grande sobriété.

 Legs

Selon le professeur américain Robert Zaretsky, Folco de Baroncelli a contribué à transformer la Camargue, jusque-là étendue sauvage et désolée, en une nature ordonnée et apprivoisée, devenue parc naturel et l’une des destinations de vacances les plus courues. « À l’instar de Claude François Denecourt, l’« inventeur » de la forêt de Fontainebleau, Baroncelli est pour la Camargue, le génie des lieux ». Et d’ajouter : « poète médiocre devenu manadier, révolutionnaire indécis devenu homme de spectacle, régionaliste mué en bricoleur de l’histoire et du folklore camarguais, Baroncelli a participé à la création de la France moderne ».

 

Œuvre

Blad de Luno (Blé de Lune), préface de Frédéric Mistral, Paris (Lemerre) et Avignon (Roumanille), 1909, 155 pages, recueil de poèmes bilingue provençal-français.

Babali, Nouvello prouvençalo, préface de Frédéric Mistral, Paris (Lemerre) et Avignon (Roumanille), bilingue provençal-français, 1910, 53 pages, 33 illustrations, 8 reproductions d’aquarelles inédites de Ivan Pranishnikoff, Teissère de Valdrôme, Roux-Renard, Morice Viel et 4 lettrines de Louis Ollier

Les Bohémiens des Saintes-Maries-de-la-mer, Paris (Lemerre), traduit du provençal, 1910, 32 p., fig. en noir et en couleur

L’élevage en Camargue Le Taureau (tiré-à-part des travaux du 5e Congrès du Rhône), Tain-Tournon, ed. Union Générale des Rhodaniens, 1931, 14 pages.

Souto la tiaro d’Avignoun – Sous la tiare d’Avignon, Société Anonyme de l’Imprimerie Rey, Lyon, 1935.

Recueil de poèmes bilingue français-provençal contenant : Les deux veuves ; Préface ; La cavale de Grégoire XI ; Le nombre 7 et la Provence ; Le jour de la Saint-André (30 novembre) et les Pénitents gris d’Avignon ; Politesse provençale ; La Madone du Château de Bellecôte ; La chèvre d’or ; La chasse au perdreau en Camargue ; Les chevaux camarguais ; Le grand loup ; Bauduc ; La Madone de l’hôtel de Javon ; Valence, cité cavare et provençale.

 

Bibliographie

Jean des Vallières, Le Chevalier de la Camargue – Folco de Baroncelli, marquis de Javon, Éditions André Bonne, collection « par 4 Chemins ». Prix Boudonnot 1957 de l’Académie française.

« Baroncelli », dans Ivan Gaussen (préf. André Chamson), Poètes et prosateurs du Gard en langue d’oc : depuis les troubadours jusqu’à nos jours, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Amis de la langue d’oc », 1962 p. 104.

Henriette Dibon dite Farfantello, Folco de Baroncelli, Imprimerie René, Nimes, 1982, 429 p.

René Baranger, En Camargue avec Baroncelli, l’auteur, Clichy, 1983, 164 p. (Récit des quatorze années passées par l’auteur comme gardian au mas de l’Amarée puis au mas du Simbèu).

Les Indiens de Buffalo Bill et la Camargue, sous la dir. de T. Lefrançois, avec la participation de Remi Venture, Serge Holtz et Jacques Nissou, Paris, La Martinière, 1994.

Robert Zaretsky, Le Coq et le Taureau, Comment le Marquis de Baroncelli a inventé la Camargue, traduit de l’anglais (américain) par Cécile Hinze et David Gaussen, Éditions Gaussen, 2008. (L’auteur, qui enseigne la culture française à l’Université de Houston au Texas, replace l’action et l’œuvre de Baroncelli dans le contexte de la formation de la France moderne. Avant-propos de Sabine Barnicaud, conservatrice du palais du Roure – Références de l’édition en anglais : Cock & Bull Stories, Folco de Baroncelli and the Invention of the Camargue, Lincoln & London, University of Nebraska Press, 2004, 192 p.)

Palais du Roure, Le crépuscule du Marquis, Éditions Palais du Roure, Avignon, 2013,

Jacky Siméon, Dictionnaire de la course camarguaise, Vauvert, Au Diable Vauvert, 142 p. p. 19-20

AIX-EN-PROVENCE (BOUCHES-DU-RHÔNE), FRANCE, HISTOIRE D'AIX-EN-PROVENCE, HISTOIRE DE FRANCE, PROVENCE

Une histoire de la ville d’Aix-en-Provence

Histoire d’Aix-en-Provence

57_00-2017-11-24-1050.jpg

Blason d’Aix-en-Provence

800px-Escut_de_Ais_de_Provença.svg.png

Aix-en-Provence (Aix jusqu’en 1932) est la capitale historique de la Provence. Son histoire débute avec la soumission aux Romains des Salyens, fédération gauloise regroupant plusieurs peuples de la Basse-Provence. Leur capitale, située à l’oppidum d’Entremont, est habitée depuis le début du iie siècle av. J.-C. En 124 av. J.-C., le consul romain Gaius Sextius Calvinus démantèle l’oppidum et crée deux ans plus tard la ville d’Aquae Sextiae, au pied d’Entremont. C’est cette ville romaine qui est devenue Aix. Située sur un axe stratégique entre l’Italie et l’Espagne (sur la via Aurélia), Aix permet à la République romaine de sécuriser toute une région alors aux mains des Salyens. Pourtant, des incursions ennemies viennent mettre en péril la sécurité de la Gaule narbonnaise et, en 102 av. J.-C., le consul Caius Marius détruit une armée de Cimbres et de Teutons, non loin d’Aix. Cette bataille, dénommée bataille d’Aix, permet de protéger l’Italie d’une invasion de ces tribus germaines. Dans le même temps, Aix se développe et prend les caractéristiques d’une ville romaine. Elle se dote d’un forum, mais aussi d’un théâtre, de thermes et d’aqueducs.

Le iiie siècle est marqué par le début du déclin démographique d’Aquae Sextiae. À la même époque, Aix est capitale de la Narbonnaise Seconde et domine alors sur un plan politique des villes antiques majeures, comme Fréjus (Forum Julii)Antibes (Antipolis), Riez (Reis Appolinaris), Apt (Apta Julia), Sisteron (Segusterone) ou Gap (Vapincum). C’est à Aix qu’est créé l’archevêché, ce qui lui assure une position prééminente tout au long du Moyen Âge, confirmée par la création d’une université (1409), puis peu après le rattachement à la France, du Parlement de Provence (1501).

Son importance en Provence fléchit quelque peu avec la Révolution française : le Parlement et l’université sont supprimés, et Aix n’est plus que chef-lieu d’un des quatre départements créés avec la province. Sans liaison ferroviaire, la ville gagne le surnom de « belle endormie » au xixe siècle.

 

Antiquité

L’oppidum d’Entremont

1680x675.jpg

Restes de l’oppidum d’Entremont.

L’oppidum d’Entremont se présente comme typique des bourgades celto-ligures de son temps. Peuplée de Salyens (Salluvii) de l’arrière-pays marseillais, elle a été considérée dès le xixe siècle comme une polis antique, constituée d’une agglomération et de son territoire.

carte12.gif

Carte des tribus gauloises de Provence.

Avant l’apparition de l’agglomération d’Entremont, un sanctuaire semble avoir existé dès le premier Âge du fer. Les éléments de ce sanctuaire ont servi de remploi lors de la construction de la seconde et peut-être de la première agglomération.

Au fil des siècles, une structure d’habitat se met en place et le premier rempart est érigé vers -175. Les 25 années qui vont suivre constituent la première phase d’habitat de l’oppidum. La ville ne s’étend alors que sur un hectare environ et forme un parallélogramme à l’aplomb de deux abrupts : au sud et à l’ouest.

Rapidement, la ville doit s’agrandir et l’on procède à la construction d’un deuxième rempart qui va porter la superficie de la ville à 3,5 hectares environ5. On est alors aux alentours de 150 av. J.-C. Ce rempart n’aura rien de commun avec le précédent : 6 à 7 mètres de hauteur, 3,25 mètres de largeur, renforcé de tours de 8 à 9 mètres tous les 18,5 mètres.

Au moment de la prise de la ville, en 123, le roi (ou basileus) Teutomalios (ou Toutomotulus) fuit chez ses alliés allobroges en compagnie des princes (dunastai) salyens d’Entremont. Plusieurs chercheurs ont toutefois émis des doutes sur cette hypothèse, considérant que le véritable abandon de la ville provient d’une destruction militaire survenue vers 110 à 90 av. J.-C1. Une faible population continue d’habiter le bourg pendant vingt à trente ans, dans l’ombre d’Aquae Sextiae, même si Entremont n’est plus qu’une « ville pérégrine étroitement contrôlée par un praesidium romain.. » Mais progressivement, la ville va être totalement désertée et finira ruinée.

Aquae Sextiae

Fondation de la ville d’Aix

On ne peut affirmer que la ville était dénommée Aquae Sextiaedès sa fondation. En revanche, elle portait ce nom au plus tard en 102 av. J.-C.Tite-Live parle en effet de « duobus deinde proeliis circa Aquas Sextias eosdem hostes delevit »Pline l’Ancien, lui, évoque « Aqua Sextia Salluviorum ».

Sextius-Calvinus_par_Villevieille.jpg

Fondation d’Aix par Sextius Calvinus (Joseph Villevieille, 1900).

Les récits concernant la fondation d’Aix sont peu connus. Cassiodore (v. 485-v. 580) en fait une relation plutôt détaillée dans sa Chronique, mais celle-ci présente l’inconvénient d’être très postérieure aux événements. Cassiodore y indique que la création de la ville résulte des opérations militaires du consul Caius Sextius Calvinus menées en 124 av. J.-C. contre l’oppidum d’Entremont, qu’il appelle « la capitale des Salyens ». Deux ans plus tard, le même Sextius Calvinus fonde « dans les Gaules une ville où sont les eaux sextiennes » (122 av. J.-C.). Strabon qualifiera l’établissement sextien de polis (« ville ») qu’il prend soin de distinguer de la phoura (« garnison ») qui s’y trouve.

Aix, première ville romaine fondée sur le territoire de la France actuelle, a pour vocation de surveiller une région à peine pacifiée et sert de base à l’armée romaine en prévision d’une conquête de la Gaule narbonnaise, quatre ans plus tard. Placée sous le contrôle d’un præsidium romain, Aix abrite dès lors les populations refoulées d’Entremont et devient de facto « le chef-lieu du pays salyen entré par la force dans l’orbite romaine. »

Il n’est pas possible de déterminer avec précision l’emplacement de l’établissement romain et de la garnison qui s’y trouvait. La raison en est que l’on ne trouve pas de source archéologique remontant à la fondation de la ville. Les historiens se fient donc au déplacement de la ville antique au cours des siècles et ses diverses localisations : d’abord dans la ville des Tours, puis sur l’emplacement du palais comtal et enfin dans le bourg Saint-Sauveur. La plupart des érudits locaux localisent la ville antique au bourg Saint-Sauveur, alors que des vestiges retrouvés sur place et identifiés à l’époque romaine s’avéraient en fait être ceux de la ville du xiie sièclePaul-Albert Février s’oppose à cette localisation : « Vouloir retrouver dans cette ville de basse époque [le bourg Saint-Sauveur] le plan de la fondation de Sextius est un simple jeu de l’esprit. »

Bataille d’Aquae Sextiae

En 102 av. J.-C., lors de la bataille d’Aquae SextiaeGaius Marius tient tête, au pied de la montagne appelée plus tard Sainte-Victoire, aux hordes d’Ambrons et de Teutons qu’il défait. Ceux-ci, venus de la Baltique, se rendent en Italie. Marius choisit avec précaution une position forte, une colline, pour y attirer les Teutons avec l’aide de sa cavalerie et de son infanterie légère de tirailleurs (composée pour l’essentiel de Ligures alliés).

Les éléments de l’avant-garde teutonne, les Ambrons, mordent au piège et attaquent. Ils sont bientôt suivis par le reste de leur troupe. Or Marius a caché une petite force romaine de 4 000 hommes à proximité. Au moment de la bataille, cette force sort de sa cachette, attaquant les Teutons par derrière et provoque chez eux confusion et déroute. Les décomptes romains prétendent que, dans le massacre qui suit, 90 000 Teutons sont tués et 20 000, parmi lesquels leur roi Teutobod, sont capturés. Les seuls rapports qui ont survécu sont romains et ils exagèrent l’unilatéralité de la bataille mais l’anéantissement complet des Teutons et des Ambrons est bien en faveur de la sévérité de leur défaite.

Développement de la ville

meyr_etroit.jpg

Vestiges de l’aqueduc de la Traconnade sur la commune de Meyrargues (Bouches-du-Rhône).

Le ier siècle voit le développement de la ville au niveau architectural. Si, jusqu’alors, il fallait voir en Aquae Sextiae une ville très similairese dresse le théâtre antique où les citoyens viennent assister à des spectacles de mime et de pantomime, mais qui joue aussi un rôle religieux lié au culte de l’empereur.

L’approvisionnement en eau est assuré par trois aqueducs : l’aqueduc de Traconnade, au nord, l’aqueduc de Vauvenargues et celui du Tholonet à l’est. L’aqueduc de Traconnade, qui prend sa source à Jouques (Bouches-du-Rhône), était long de 27 kilomètres. Il peut encore être observé sur le territoire de la commune de Meyrargues ;  à Entremont la Gauloise, celle-ci va prendre progressivement des caractéristiques romaines. Ainsi, l’urbanisme s’oriente selon les canons romains. Un axe nord-sud (le cardo) vient couper un autre axe, orienté est-ouest (le decumanus). À leur intersection se dresse le forum de la ville, place publique et lieu de rencontres et de discussions. À l’ouest d’Aquae Sextiae, tout contre le rempart, trois piles et arcades se dressent au milieu d’un champ, dans un décor bucolique. « Le ciment qui lie [ses] pierres, raconte l’historien Garcin en 1835, est plus dur que le poudingue le plus compact. » Cet aqueduc est considéré par d’aucuns comme une réelle prouesse technique du fait qu’il parcourt plusieurs kilomètres sous le plateau qui sépare la vallée de l’Arc et celle de la Durance. Au temps d’Aquae Sextiae, ces aqueducs, que l’on estime dater du iie siècle, viennent alimenter les thermes de la ville, mais sert aussi à la consommation quotidienne des Aquenses.

Les premiers thermes aixois remontent à la seconde moitié du ier siècle. Ils se situent approximativement à l’emplacement actuel des thermes de la ville, près du cours Sextius.

Mutations urbaines (iiie et ive siècles)

Le iiie siècle est marqué par le début du déclin démographique d’Aquae Sextiae. Dans un premier temps, des domus résidentielles sont abandonnées de leurs habitants, mais peu à peu ce phénomène s’étend à de nombreuses maisons du centre de la ville. Livrées à l’abandon, ces maisons tombent en ruines et leurs pierres servent de carrières de matériaux. Les habitations délaissées le plus tardivement semblent être celles du quartier nord, dont certaines sont même embellies durant cette période où tant d’autres subissent un abandon définitif. Le phénomène concerne aussi les services municipaux qui semblent beaucoup moins efficient. L’entretien du réseau des collecteurs publics, notamment, se relâche, ce qui conduit au colmatage de nombreux conduits d’égouts. Au milieu du ive siècle, la plupart de ces conduits sont devenus inopérants.

Il ne faut pas nécessairement voir dans l’abandon de zones d’habitats entières le déclin de la ville, mais plutôt une évolution dans le mode de vie des Aquenses. À la même époque, Aix est capitale de la Narbonnaise Seconde, statut incompatible avec une ville à l’abandon. Aix domine alors sur un plan politique des villes antiques majeures, comme Fréjus(Forum Julii), Antibes (Antipolis)Riez (Reis Appolinaris)Apt (Apta Julia)Sisteron (Segusterone) ou Gap (Vapincum).

L’Aix catholique

20160828_1_2_1_1_1_obj12596628_1.jpg

Sarcophage chrétien d’Aquae Sextiae, à la cathédrale Saint-Sauveur, attribué à saint Mitre.

L’empereur Théodose, de confession chrétienne, élève le christianisme au rang de seule religion officielle et obligatoire par un édit en date du 28 février 380. Il s’agit de l’édit de Thessalonique. Pour permettre l’accord entre la religion triomphante et les institutions romaines, l’Église adopte une hiérarchie calquée sur l’administration telle qu’elle est pratiquée à Rome. C’est ainsi qu’à Aix l’évêque reçoit le titre de « métropolitain » de la Narbonnaise seconde. Au Moyen Âge, ce titre deviendra « archevêque ».

Les premiers temps de cette nouvelle église sont difficiles toutefois, car Aix doit faire face à la concurrence de diocèse plus anciens, comme celui de Marseille ou d’Arles. Le plus ancien évêque connu d’Aix est Lazare. Il accède à la dignité de l’église aixoise en 408. Pourtant, certains estiment que Lazare ne fut pas le premier évêque aixois, mais qu’il eut au moins un prédécesseur, dont le nom est inconnu à ce jour.

Constantin III. Au revers son programme politique : la victoire et Rome, assise tenant le globe du monde.

En 407, sur l’île de Bretagne est élu, contre toute voie légale, un nouvel empereur désigné par l’armée stationnée dans la province. Cet usurpateur, sous le nom de Constantin III, est le troisième empereur usurpateur, après Marcus et Gratien. Après un passage par Trèves puis Lyon durant l’été 407, Constantin marche sur Arles à la fin de cette même année, ou au début de 408. Il y entre et s’y installe comme empereur, faisant de la cité la nouvelle capitale des Gaules au détriment de Trêves. Une de ses premières actions d’empereur régnant est de nommer deux hommes parmi ses fidèles, deux moines, à la tête de l’Église d’Arles et de celle d’Aix, afin de contrôler les organes locaux du pouvoir. Héros devient évêque d’Arles. Sur le diocèse d’Aix va dominer un évêque connu sous le nom de Lazare d’Aix. Si la nomination d’Héros se fait sans opposition majeure, il n’en est pas de même pour Lazare, dont la nomination se déroule dans le sang, dans la cathédrale d’Aix, aujourd’hui disparue. À Rome, la situation n’est pas tolérée et Flavius Honorius, l’empereur légal, envoie le général Flavius Constantius à l’assaut d’Arles qui tombe. L’usurpateur est exécuté en novembre 411. Ses deux évêques sont destitués. Lazare est expulsé de son diocèse par la population aixoise. Si un évêque prend la place d’Héros à Arles, l’Église d’Aix, elle, restera sans évêque plusieurs décennies.

Si la destitution d’Héros ne fait pas de doute, celle de Lazare fait davantage débat. Selon certains, deux ans après, en 413, Lazare est encore à la tête de l’épiscopat aixois et fait construire un baptistère dans son groupe épiscopal, à côté de l’ecclesia major. Historiens et archéologues estiment pour la plupart que le site originel de ce groupe épiscopal se situe à Notre-Dame de la Seds. Un siècle plus tard environ, alors que le forum antique est détruit, ainsi que d’autres bâtiments publics sans doute, un groupe épiscopal, qui deviendra la cathédrale d’Aix, est construit.

Moyen Âge

Au ive siècle, Aix devient la capitale de la Narbonensis Secunda. Elle est ensuite occupée par les Wisigoths en 477. Au siècle suivant, elle est envahie tour à tour par les Francs et les Lombards, puis en 731 par les Sarrasins.

Le Haut Moyen Âge

Introduction du catholicisme

Le ve siècle marque le développement de la cathédrale Saint-Sauveur qui, si elle n’a longtemps été qu’un lieu de culte secondaire à Aix, n’en demeure pas moins un monument de haute Antiquité, sans doute contemporain des premiers chrétiens. C’est l’époque où vit Mitre d’Aix, auquel les Provençaux rendront ultérieurement un culte, un homme qui, à l’âge de vingt-quatre ans, quitte ses parents en Grèce pour la Provence dans l’espoir d’y vivre une vie de charité et de dénuement. Accusé de sorcellerie et jeté dans le cachot d’une tour romaine, il est décapité dans la cour du prétoire d’Aix en 466. Selon la légende, il ramasse alors sa tête, la serre contre sa poitrine et la porte jusqu’à l’autel de l’église de Notre-Dame de la Seds. Enfin, il expire. Sa statue est visible aujourd’hui autour du portail de la cathédrale Saint-Sauveur.

Cathédrale-Aix-C.jpg

Vers l’an 500, le baptistère de Saint-Sauveur est construit et l’édifice se développe au fil des siècles tout autour de ce monument à l’aspect quasi inchangé depuis le ve siècle. On ne connaît pas le nom du constructeur de ce baptistère. On évoque toutefois le nom de Basilius, évêque d’Aix comme auteur probable, dans la mesure où l’on retrouve son inscription funéraire tout à côté

Le temps des invasions

La Provence subit plusieurs vagues d’invasions étrangères dès l’Antiquité tardive : les Wisigoths en 476, les Ostrogoths en 508 et les Francs en 536. Celles-ci se poursuivent au Haut Moyen Âge. Ainsi, les Lombards descendent de Germanie jusqu’en Italie et passe par la Provence qu’ils pillent. Sous l’empire carolingien, la région aura à subir les invasions répétées des Sarrasins du viiie au xe siècles. Les documents archéologiques manquent pour indiquer la part de destruction qu’Aix a subi à la suite de ces attaques répétées. Pour Pierre-Joseph de Haitze, en revanche, la destruction est totale, ou presque : « Cette dévastation fut si grande qu’après leur retraite, on ne trouva d’entier en cette ville que les tours du palais, encore beaucoup endommagées, et quelques autres ouvrages des Romains enterrés. » Le doute peut entourer cette affirmation. Les bâtiments qui, pour de Haitze, ont résisté aux attaques, sont les bâtiments romains encore debout à son époque. Rien ne vient étayer une telle affirmation, même s’il est à supposer que la ville d’Aix subit probablement les conséquences des passages de ces troupes hostiles, tant militairement qu’économiquement.

Alors que les remparts de la ville sont fortifiés pour faire face aux attaques, la population d’Aix ne peut plus compter sur l’approvisionnement de la part des aqueducs qui ceinturent la région. Ceux-ci sont soient délabrés, soit subissent les attaques d’ennemis destinées à enclaver la cité et à l’assoiffer. Par chance, Aix possède des nappes phréatiques immenses, tant d’eaux froides que d’eaux chaudes, et doit procéder au creusement de puits qui assureront le rôle que jouaient jadis les aqueducs. C’est ainsi que fleurissent aux quatre coins de la ville des puits publics et privés.

Politiquement, Aix souffre considérablement de ces attaques ennemies. Après l’invasion franque de 536, elle est destituée de son statut de capitale de la Narbonnaise Seconde au profit d’Arles, mais le retrouvera sous les Carolingiens, à une époque où sa population est pourtant faible au regard de son passé glorieux.

Aix au temps des Carolingiens

À la fin du viiie siècle, il n’existe plus que trois lieux de peuplement à Aix qui n’a plus rien à voir avec la riche Aquae Sextiae : on habite encore autour du site de Notre-Dame de la Seds, autour de la cathédrale Saint-Sauveur et un peu plus au sud de la cathédrale, dans le secteur de l’actuelle place de Verdun.  Pour le reste, tout est désertifié. Ces trois zones se développent progressivement, gagnent des habitants et se fortifient et constituent dès lors trois bourgs distincts : la ville des Tours, le bourg Saint-Sauveur et la ville comtale, dont chacun se dote de remparts. Les siècles vont avoir raison de la ville des Tours qui va être abandonnée aux alentours du xive siècle, mais les deux autres bourgs vont prospérer.

Le Bas Moyen Âge

La ville doit attendre l’année 1189 pour retrouver le lustre qui était le sien dans les premiers siècles qui suivent sa fondation. Cette année, les comtes de Provence décident de faire d’Aix leur nouveau lieu de résidence, au détriment d’Arles et Avignon qu’ils habitaient jusqu’alors. Cet acte donne de facto à Aix le titre de « capitale de la Provence », titre qu’elle conservera jusqu’à la Révolution.

Aix et le « bon roi René »

fontaine-du-roi-rene.jpg

Statue du roi René, cours Mirabeau.

Partage de la Provence au xiie siècle entre comté et marquisat de Provence et comté de Forcalquier

Aix ne retrouve sa splendeur qu’à partir du xiie siècle, où les comtes de Provence (maisons d’Anjou et d’Aragon) y tiennent une cour raffinée et lettrée,

En 1357, l’enceinte de la ville est revue et améliorée. La partie des faubourgs située contre les murailles est incendiée, afin de dégager un glacis

À la mort de Jeanne Ire de Naples (la reine Jeanne), Aix est à la tête de la ligue des communautés et villes qui s’opposent à la dynastie angevine au sein de l’Union d’Aix, mais finit par se rallier devant les promesses de Marie de Blois. Louis II d’Anjou fait son entrée dans la ville le 21 octobre 1387.

Aix connait une autre période faste au xve siècle sous le bon roi René, duc d’Anjou, comte de Provence, roi titulaire de Sicile. Le roi René, esprit éclairé, transforme la ville en un célèbre centre culturel et universitaire (1409). Il organise des fêtes populaires comme la procession de la Tarasque, à Tarascon ou la Fête-Dieu à Aix qui durait plusieurs jours et rassemblait des centaines de troubadours. Il est également à l’origine de l’importation du raisin muscat. Il épouse Isabelle de Lorraine, puis Jeanne de Laval et meurt à Aix en 1480, à l’âge de 72 ans.

Dans ses Chroniques, le célèbre chroniqueur Jean de Joinville parle d’Aix-en-Provence à propos d’une visite de Saint-Louis : « Le roi s’en vint par la comté de Provence jusqu’à une cité qu’on appelle Aix, en Provence, là où l’on disoit que le corps de Magdeleine gisoit ; et nous allâmes dans une voûte de rocher moult haut, là où l’on disoit que la Magdeleine avoit été en hermitage dix-sept ans. »

Époque moderne

Aix la Française

À partir de 1486 et le rattachement de la Provence à la France, le gouverneur y réside.

En 1501, Louis XII y établit le Parlement de Provence qui perdura jusqu’à la Révolution. Le plus souvent, les États s’y réunissaient pour voter l’impôt. Ce Parlement était si peu populaire qu’un dicton est apparu : « Parlementmistral et Durance sont les trois fléaux de la Provence ».

En 1545, c’est le président du parlement d’Aix, Oppède, soutenu par le cardinal de Tournon, qui organise le massacre des vaudois du Luberon.

Les guerres de religion

Charles IX passe dans la ville lors de son tour de France royal (15641566), accompagné de la Cour et des Grands du royaume : son frère le duc d’AnjouHenri de Navarre, les cardinaux de Bourbon et de Lorraine. La ville est alors en révolte contre le gouverneur de Provence, le comte de Tende, trop tolérant avec les protestants, celui-ci en effet était le mari de Françoise de Foix, seigneur de Marignane, elle-même huguenote. Il est accueilli par la cour des Comptes ; le roi fait abattre le pin d’Eguilles, où les catholiques avaient pendu de nombreux protestants les années précédentes.

En octobre 1590, le duc de Savoie se fait nommer comte de Provence par la Ligue et prend la ville

Le xviie siècle aixois

800px-Pluie_de_sang_en_Provence_1608.jpg

Pluie de sang en Provence en juillet 1608

Début juillet 1608, les faubourgs d’Aix-en-Provence furent recouverts d’une pluie de sang. Quelques moines désireux d’exploiter la crédulité humaine n’hésitèrent pas à voir dans cet évènement des influences sataniques. Nicolas-Claude Fabri de Peiresc fit des relevés de cette pluie en recueillant quelques gouttes sur la muraille du cimetière de la cathédrale. Il découvrit que c’était les excréments des papillons qui avaient été observés récemment. Le centre ville n’ayant pas été envahi, il était resté épargné. Cette explication scientifique ne calma pas la terreur populaire.

 

charles-le-brun-portrait-de-louis-xiv

Portrait de Louis XIV en 1661, un an après son passage à Aix.
(Charles Le Brun.)

Au retour d’une expédition contre les Huguenots en 1622, Louis XIII s’arrête à Aix qui l’accueille avec enthousiasme

En 1630, alors que la ville est en proie à un épisode de peste, le cardinal Richelieu décide de priver les États de Provence de la collecte et de la répartition des impôts, transférés au pouvoir royal. Une insurrection, dénommée la révolte des Cascaveous, fait plier le cardinal.

Louis XIV séjourne plusieurs fois à Aix : il joue notamment au Jeu de Paume, transformé au xviii en un théâtre à l’italienne du même nom ; c’est à Aix que le Roi Soleil signe la paix avec le Prince de Condé. En 1660, lorsqu’il dort dans l’hôtel particulier de Châteaurenard, il est ébloui par une peinture en trompe-l’œil de Jean Daret (peintre flamand) et le fait nommer peintre du Roi à la Cour de Versailles. Aix éprouve une admiration sans borne pour le souverain. Outre le luxe des fêtes organisées pour sa venue, la population s’inquiète pour sa santé qui se dégrade en 1685. Mais l’annonce de son rétablissement provoque des acclamations dans la ville, qui organise un mois entier des réjouissances en l’honneur du monarque.

Dernier agrandissement de la ville

La nomination de Michel Mazarin au poste d’archevêque d’Aix va permettre une forte extension de la ville vers le sud. Sur autorisation du roi de France, il fait abattre le rempart sud et fait enclore un nouveau quartier, représentant près d’un tiers de la ville, dans un nouveau rempart plus au sud. Ce quartier, dénommé plus tard quartier Mazarin, est conçu grâce aux conseils de l’architecte Jean Lombard. Les bourgeois dont les demeures sont situées tout contre l’ancien rempart demandent que la zone se trouvant devant leurs bâtiments reste vierge de construction et devienne une promenade pour badauds et carrosses. Cette requête est acceptée et le cours ainsi créé va devenir la porte d’entrée de la nouvelle ville. Ce n’est qu’en 1876 toutefois qu’on lui donnera le nom de « cours Mirabeau ».

Le nouveau quartier Mazarin coûte cher à réaliser : plus de 55 000 livres. Somme que se partagent la municipalité d’Aix, sous la contrainte du Parlement, des marchands de biens, des acquéreurs d’emplacement, les communautés de Provence et le duc de VendômeLouis de Mercœur. L’archevêque bâtisseur, personnalité fort controversée au demeurant, laisse son nom à plusieurs rues de ce nouveau quartier : la rue Cardinale, la rue Saint-Michel, aujourd’hui rue Goyrand, la rue Mazarine et la rue Saint-Sauveur (aujourd’hui rue du Quatre-Septembre).

Aix au temps de la Révolution française

La Constituante

Pascalis-Guiramand.jpg

Pendaison de Pascalis, La Roquette et Guiramand sur le cours Mirabeau le 14 décembre 1790 ; eau-forte contemporaine.

Les convictions politiques de Jean Joseph Pierre Pascalis, l’un des avocats les plus réputés du barreau d’Aix, fervent défenseur de la constitution provençale, de l’égalité proportionnelle et du maintien des libertés publiques lui valent l’opposition de nombreux adversaires qui le jugent antirévolutionnaire. Le plus acharné d’entre eux est l’abbé Jean-Joseph Rive, bibliothécaire aixois et fondateur en novembre 1790 du « club des Antipolitiques », installé rue des Bernardines, à Aix. Celui-ci voit en Pascalis le pire de ses ennemis. Dans un pamphlet, il le traite de « scélérat » et de « mortel exécrable » et appelle au meurtre de l’avocat.

L’Assemblée départementale des Bouches-du-Rhône s’installe à Aix le 20 juillet 1790. Cette création a pour conséquence le démembrement de l’ancienne administration provençale. L’article 10 du décret du 2-10 septembre 1790 provoque la suppression du Parlement de Provence. Sous le coup d’une vive colère devant l’état de ruines des anciennes institutions de la province, Pascalis décide dans ces conditions de se retirer des affaires politiques et du barreau. Le 27 septembre, il entre en robe au palais du Parlement d’Aix en compagnie de plusieurs avocats. Annoncé par l’huissier, il prononce un discours qui aura des conséquences majeures. Au cours de son allocution, il n’a pas de mots assez durs pour fustiger les partis révolutionnaires.

La teneur de ce discours se répand dans toute la ville en quelques heures et, tandis qu’il éveille les sentiments monarchistes d’une frange silencieuse de la population, il provoque un déchaînement de colère chez les partisans de la Révolution et de la crainte chez les administrateurs d’Aix.

Aix devient en 1790, chef-lieu du district d’Aix et du département des Bouches-du-Rhône.

La conspiration du Sud-Est

La création d’une société monarchique à Aix va mettre le feu aux poudres. Le 11 décembre, un écuyer à l’Académie royale d’équitation, le chevalier de Guiramand, accompagné de quatre hommes, demande l’autorisation de la création de sa société, la « société des amis de l’ordre et de la paix » à l’hôtel de ville. Celle-ci tient ses réunions au cercle Guion, sur le cours Mirabeau. Une rumeur se répand, selon laquelle un projet de contre-révolution se mettrait en place dans Aix. Aussitôt, on s’agite dans les clubs patriotiques. Alors que Pascalis se retire au château de la Mignarde (quartier des Pinchinats), un groupe de forcenés l’arrache et le jette en prison à Aix. Le lieu où il est enfermé, en compagnie d’un royaliste, M. de Guiramand, est pris d’assaut par une foule agitée et manipulée, qui les pend à un réverbère. La tête de Pascalis est ensuite tranchée et exhibée au bout d’une pique pendant trois heures sur la route menant à Marseille.

La monarchie constitutionnelle (1791-1792)

mirabeau (1).jpg

Honoré Gabriel Riqueti de Mirabeau.

Le 22 août 1792, la salle du Conseil, à l’hôtel de ville d’Aix, est saccagée par « une horde de brigands étrangers à la ville d’Aix et même à celle de Marseille d’où ils étaient venus. » Quantité de tableaux inestimables sont arrachés de leur cadre et brûlés sur la place de l’Hôtel-de-Ville

Le 24 floréal an III, les royalistes des compagnies du soleil massacrent trente jacobins dans la prison de la ville.

Époque contemporaine

Le xixe siècle

Aix est connue pour avoir acquis au xixe siècle le surnom de « belle endormie », faisant allusion à la léthargie, voire à l’immobilisme, de ses administrateurs urbains. Cette image est illustrée par le commentaire de Taine en 1866 pour qui Aix est « tombée ou laissée de côté par la civilisation qui se déplace ». Pour l’historien Philippe Vaudour, l’appellation mérite toutefois d’être nuancée. Aix a connu dès les années 1850 une politique urbaine dynamique, concrétisée par la construction de nouvelles voies ou le projet de création de nouveaux quartiers.

Les principales entreprises de la ville sont alors des échoppes de chocolatiers, de fabricants de chapeaux, de savon, d’huile et de nougat. C’est un artisanat relativement peu développé, qui devra attendre les années 1840 pour connaître un essor.

Aménagements urbains

Rues d’Aix

Vue_de_la_Principale_Entrée_[...]Meunier_Antoine_btv1b7743466r.JPEG

Vue de la principale entrée de la ville d’Aix, Meunier, 1792.

La ville se dote à partir de 1811 de ses premières dénominations officielles de rues, qui succèdent aux appellations révolutionnaires d’isles, facilitant par là le premier recensement. Pour cette première re-dénomination des rues aixoises, trois personnalités d’Aix sont honorées, avec la fondation de la rue Peiresc, la rue Monclar et la rue Tournefort. Ce mode de nomination se poursuivra lentement jusqu’à 1870 environ, date à laquelle il s’accélère, de nombreuses rues et avenues étant alors rebaptisées. Le cours Mirabeau reçoit son nouveau nom en 1876. Jusqu’alors, il était connu sous la simple appellation de « Cours».

fontaine-de-la-rotonde.jpg

Fontaine de la Rotonde.

Aix se dote en 1860 d’une fontaine monumentale qui vient trôner sur la place de la Rotonde, véritable porte d’entrée de la ville et confluent des routes d’Avignon et de Marseille. Conçue par l’ingénieur des Ponts et Chaussées Théophile de Tournadre, elle est aujourd’hui l’un des monuments les plus connus d’Aix-en-Provence. Son bassin a un diamètre de 32 mètres et la fontaine s’élève à 12 mètres de hauteur. Trois statues de marbre, réalisées chacune par un sculpteur différent, ornent son sommet. Chacune a une signification particulière et regarde vers une voie. La sculpture qui regarde vers le cours Mirabeau a été réalisée par l’Aixois Joseph Marius Ramus (18051888). Elle symbolise la justice. La statue qui regarde la route de Marseille (avenue des Belges), œuvre de Louis-Félix Chabaud (1824-1902), sculpteur de Venelles, symbolise le commerce et l’agriculture. Enfin, la troisième, orientée vers la route d’Avignon, a été sculptée par Hippolyte Ferrat (18301882) et symbolise les beaux-arts. Le piédestal qui surmonte la vasque a été réalisée par François Truphème (18201888).

Démolition du rempart (1848-1874)

Alors que la municipalité aixoise envisage de supprimer les parapets de la partie supérieure du rempart en 1819, la démolition pure et simple de l’ouvrage fait progressivement son chemin. La mairie entreprend des travaux sans l’accord de la préfecture. Dans les 50 années qui suivent la Révolution, le rempart, d’une hauteur de 6 mètres en moyenne et d’une épaisseur de 3 mètres, n’est pas entretenu ni restauré. Progressivement, il se détériore au point de présenter une menace pour le public. Finalement, une délibération municipale du 28 décembre 1848 (municipalité Aude) met à adjudication la démolition des portes Bellegarde, d’Italie, de Villeverte et d’Orbitelle et le rabaissement du rempart longeant le cours d’Orbitelle (sud de la ville) Trois maçons de la ville sont chargés des travaux : Arnaud Claude, Antoine Bey et Michel Léouffré.

Six autres portes sont encore à démolir et ce sont les municipalités suivantes qui s’en chargent. Jassuda Bédarride (18481849) puis Émile Rigaud (18491863) organisent la démolition de la plus grande partie du rempart ainsi que de plusieurs portes. Les deux dernières portes, la porte Notre-Dame (nord de la ville) et celle de la Plateforme (est) sont réalisées en 1874.

Aix et le chemin de fer

p2176821761-3.jpg

La chemin de fer à Aix.

Le chemin de fer est arrivé tardivement dans la ville. Au début des années 1840, la compagnie du PLM crée la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles et le tracé passe loin de la ville. De même, le 19 juin 1857, un décret impérial décide de la création d’une ligne de Gap à Avignon, sans passer non plus par Aix De fait, la ville souffre au niveau économique de ces décisions politiques qui l’isolent en Basse-Provence. Les industries locales souffrent aussi de cette situation car beaucoup dépendent du commerce des bœufs et des moutons avec les Alpes, entre autres.

En 1870 est créé un tronçon reliant Aix à Meyrargues et trois stations de voyageurs et de marchandises, à La CaladeVenelles et Meyrargues. En 1877 est ouverte une ligne reliant Aix à Marseille, via Gardanne. Ces nouveaux tronçons permettent à Aix de conserver une bonne partie de ses échanges avec les régions de la Durance, mais constitue un handicap dans son commerce avec la vallée de l’Arc qui décline progressivement, ce dont Marseille profite

La ville des peintres

Aix-en-Provence est bien sûr la ville qui a vu naître et mourir Paul Cézanne (1839-1906). C’est au collège Bourbon d’Aix que naquit la profonde amitié entre Cézanne et Émile Zola.

Une ville de soldats

De nombreuses unités ont stationné à Aix, cours Sainte-Anne, durant le xixe siècle, comme le 112e régiment d’infanterie qui y a été établi en 1874. Plus tard, d’autres unités y stationnent, comme les 55e et le 61e régiments d’infanterie en 1906.

Le xxe siècle

Le grand tremblement de terre de 1909

Le 11 juin 1909, plusieurs villages au nord d’Aix sont frappés par un séisme dont la magnitude est évaluée à 6,2 sur l’échelle ouverte de Richter : il provoque la mort de 46 personnes et de nombreux dégâts. La ville d’Aix échappe à de lourds dégâts. La toiture de la vermicellerie Augier s’effondre et quelques murs se lézardent. En revanche, les quartiers au nord de la ville sont plus sérieusement touchés, Puyricard en tête, où les dégâts sont considérables.

Entre-deux-guerres

La ville fut reliée à Marseille par le tramway de la Compagnie des tramways électriques des Bouches-du-Rhône (absorbée en 1921 par la Régie départementale des chemins de fer des Bouches-du-Rhône), qui circulait de 1903 à 1948

La ville d’Aix, qui portait ce nom depuis plus d’un millénaire, après celui d’Aquae Sextiae, prend en 1932 le nom officiel d’Aix-en-Provence.

Les années 1970

Les années 1970, sous la municipalité de Félix Ciccolini, marquent un développement sous plusieurs aspects qui modifie le visage économique d’Aix-en-Provence. De nombreuses entreprises et industries, génératrices d’emploi, s’installent dans les Bouches-du-Rhône : le complexe pétrochimique de l’étang de Berre, le centre d’études nucléaires de Cadarache, notamment. Aix profite de ces créations d’emploi et voit sa population augmenter.

Dans le même temps, l’essor touristique voit de plus en plus de visiteurs passer par la ville, ce qui provoque de facto le développement d’activités liées à ce secteur et, par effet de retombée, permet à la culture aixoise de prospérer ; le festival d’art lyrique en est une illustration.

Aix au xxie siècle

Aix est aujourd’hui une ville qui mêle passé historique et avenir technologique notamment avec le projet ITER à Cadarache (communauté du Pays d’Aix), la gare TGV, les technopoles de l’Arbois et de Rousset…

Aix compte de nombreuses universités et Grandes écoles (LettresDroit, Économie, Sciences PoArts et Métiers, Beaux Arts…)

Aix a fêté le centenaire de la mort de Paul Cézanne avec notamment l’exposition internationale au musée Granet : « Cézanne en Provence » du 9 juin au 17 septembre 2006 qui a rassemblé près de 120 œuvres du maître sur le thème de sa « chère Provence ».

L’atelier des Lauves (atelier que Cézanne a fait construire quelques années avant sa mort), les Carrières de Bibémus où il allait « peindre sur le motif » et le Jas de Bouffan (la maison familiale) se visitent.

L’écrivain Émile Zola s’est inspiré d’Aix pour décrire la célèbre ville de Plassans dans les Rougon-Macquart.

 

Activités d’urbanisation de la ville

Opération Sextius-Mirabeau

La ville d’Aix-en-Provence s’est dotée d’une opération d’urbanisme exemplaire déclarée d’utilité publique par l’État en 1992 : l’opération Sextius-Mirabeau.

Elle s’étend sur 20 hectares.

Son objectif est de relier la ville ancienne aux quartiers neufs, tout en apportant des solutions pour de plus importants équipements publics et espaces de vie, mais aussi pour une circulation plus fluide et une animation toujours plus importante des quartiers de la Cité.

Aix-en-Provence se dote ainsi de nouveaux immeubles de logements, d’espaces de bureaux, de commerces avec « Les Allées Provençales » et de lieux culturels tels que le « Pavillon Noir » (Centre National Chorégraphique), le « Grand Théâtre de Provence, GTP » et le conservatoire Darius Milhaud.

Cependant il est regrettable que l’ensemble soit trop minéral, les architectes n’ayant pas non plus travaillaient dans des matériaux qui permettent la construction durable et HQE. Cela manque de vie la nuit contrairement au reste de la ville.}

1280px-Montagne_Sainte-Victoire_towards_roofs_of_Aix-en-Provence.jpg

Bibliographie

Les Rues d’Aix, Ambroise Roux-Alphéran, 18461848.

Évocation du vieil Aix-en-ProvenceAndré Bouyala d’Arnaud, éd. de Minuit1964.

Institutions et vie municipale à Aix-en-Provence sous la Révolution, Christiane Derobert-Ratel, éd. Édisud, 1981,

Vivre au pays d’Aix aux temps de la reine Jeanne et du roi René, Jean Fabre et Léon Martin, éd. Aubanel, coll. « Archives du sud », ).

Le Guide d’Aix-en-Provence et du Pays d’Aix, Nerte Fustier-Dautier, Noël Coulet, Yves Dautier, Raymond Jean, éd. la Manufacture, 1988.

Le notaire, la famille et la ville, « Aix-en-Provence à la fin du xvie siècle », Claire Dolan, Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 1998,

Les folies d’Aix ou la fin d’un mondeMichel Vovelle, éd. Le Temps des cerises, 2003,

Architecture et urbanisme à Aix-en-Provence aux XVIIe et XVIIIe siècles, du cours à carrosses au cours Mirabeau, Jean Boyer, éd. Ville d’Aix-en-Provence, 2004,

Carte archéologique de la Gaule : Aix-en-Provence, pays d’Aix, val de Durance, 13/4, Fl. Mocci, N. Nin (dir.), Paris, 2006, Académie des inscriptions et belles-lettres, ministère de l’Éducation nationale, ministère de la Recherche, ministère de la Culture et de la Communication, maison des Sciences de l’homme, centre Camille-Jullian, ville d’Aix-en-Provence, communauté du pays d’Aix

Aix-en-Provence, promenades du peintre, Aleš Jiránek, Jacky Chabert, éd. Cerises & Coquelicots, 2007,

Deux siècles d’Aix-en-Provence. 1808-2008, Académie d’Aix éditions, Aix-en-Provence, 2008.

Histoire d’une ville. Aix-en-Provence, Scéren, CRDP de l’académie d’Aix-Marseille, Marseille, 2008,

Aix-en-Provence 1850-1950 Les faux-semblants de l’immobilisme, Philippe Vaudour, Publications de l’Université de Provence, coll. « le temps de l’histoire », Aix-en-Provence, 2010, 284 p., ).

Aix en archéologie, Núria Nin, éd. Snoeck, 2014, 525.p.

Aix antique. Une cité en Gaule du Sud, Núria Nin, conservateur en chef du patrimoine, responsable de la Direction archéologique de la Ville d’Aix-en-Provence, dans Archéologia n°529, février 2015, pp.20-39.

Rémy Aubert et Antoine Torres, avec la collaboration de Brigitte Aubert, Pascal Bonneau, Jean Piere Chesta, Catherine Fouré, Eulalie Scotto di Liguori, Reflets du temps jadis, Aix-en-Provence, Éditions Reflets du temps jadis, 10 juillet 1980, 63 p.

Premier volume d’une série sur les villes d’art; son but est de découvrir, ou de mieux connaître, les charmes d’une ville par le dessin (Ouvrage tiré à 2500 exemplaires)

Bruno Durand, « Le rôle des consuls d’Aix dans l’administration du pays », dans Provence historique, 1956, numéro spécial Mélanges Busquet. Questions d’histoire de Provence (XIe-XIXe siècle), p. 244-259

01-aixenprovence@jc.carbonne-992x496.jpg

Sources diverses

AIX-EN-PROVENCE (BOUCHES-DU-RHÔNE), ANGERS (Maine-et-Loire), ANJOU, ANJOU (histoire de l'), HISTOIRE DE FRANCE, HISTOIRE DE LA PROVENCE, PROVENCE

Le Roi René d’Anjou (1409-1480)

 

René d’Anjou

René Ier

Le_Roi_René.png
Portrait du roi René par Nicolas Froment,
détail du Diptyque des Matheron (1474), Parismusée du Louvre.

 

René d’Anjou, ou René Ier d’Anjou, ou encore René Ier de Naples ou René de Sicile, dit le « Bon Roi René », né le 16 janvier 1409 à Angers, et mort le 10 juillet 1480 à Aix-en-Provence, est seigneur puis comte de Guise (1417-1425), duc de Bar(1430-1480) de fait dès 1420, duc consort de Lorraine (1431-1453), duc d’Anjou (1434-1480), comte de Provence et de Forcalquier(1434-1480), comte de Piémont, comte de Barcelone, roi de Naples (1435-1442), roi titulaire de Jérusalem (1435-1480), roi titulaire de Sicile (1434-1480) et d’Aragon (1466-1480), marquis de Pont-à-Mousson (-1480)1, ainsi que pair de France et fondateur de l’ordre du Croissant.

 

Biographie

Héritages

Il est le second fils de Louis II d’Anjou, duc d’Anjou, roi titulaire de Naples et comte de Provence, et de Yolande d’Aragon, et naît le 16 janvier 1409 dans une des tours du château d’Angers, par un des hivers les plus froids que la France ait connus. Il est élevé par sa mère Yolande d’Aragon au château d’Angers et dans le Berry au milieu de ses frères et sœurs et en compagnie de son cousin le futur roi de France Charles VII de France, comte de Ponthieu, quatrième fils du roi Charles VI de France et de la reine Isabeau de Bavière.

À la mort du duc Louis II son père (1417), il reçoit la terre de Guise qui sera érigée en comté par son beau-frère le futur Charles VII. Les Anjou sont partisans du dauphin et le duc de Bedford, régent au nom du roi d’Angleterre Henri VI, confisque leurs possessions au nord de la Loire et attribue Guise à Jean de Luxembourg, comte de Ligny, qui prend Guise en 1425.

Entre 1419 et 1420, sa mère Yolande d’Aragon, nièce de Louis Ier de Bar (cardinal-duc de Bar), réussit à faire adopter René par celui-ci (dernier héritier de la famille de Bar, luimême ecclésiastique sans enfants). Ainsi, le duché de Bar reviendrait au jeune René, Yolande abandonnant elle ses prétentions sur le Barrois, pour lequel elle était depuis de longues années en procès avec son oncle le cardinal-duc. Yolande et Louis arrangèrent aussi un mariage avec Isabelle, la fille du duc de Lorraine et seule héritière du duché… C’était un succès politique considérable pour Yolande d’Aragon, qui faisait entrer une partie de l’Est de la France dans le giron angevin. René quitte alors l’Anjou pour le duché de Bar. Le 20 octobre 1420, il se marie ainsi, à onze ans, avec Isabelle, sa cadette de quelques mois.

En 1424, alors âgé de quinze ans, il prend les armes pour la première fois et assiège le château d’Antoine de Vaudémontcomte de Vaudémont, qui lui envie la Lorraine. La garnison se rend après trente-sept mois de siège.

En 1427, Isabelle met au monde le premier de leurs neuf enfants.

René devient duc consort de Lorraine en 1431 à la mort de Charles II de Lorraine.

Le duché de Lorraine fut contesté par Antoine de Vaudémont, soutenu par le parti bourguignon, qui le battit en 1431 (bataille de Bulgnéville). René fut fait prisonnier par Philippe III, duc de Bourgogne, dit Philippe le Bon, qui ne le libéra qu’en échange de ses fils Jean et Louis. Soutenu par l’empereur Sigismond de Luxembourg dans ses prétentions au duché de Lorraine, il fut à nouveau emprisonné par Philippe le Bon, puis libéré contre une rançon en 1437.

À la mort de son frère, Louis III d’Anjou, décédé sans postérité en 1434, il hérite de ses titres et devient roi titulaire de Sicile et de Jérusalem, comte de Provence.

Il hérite du royaume de Naples en 1435, en vertu du testament de Jeanne II reine de Naples et se battit, de 1438 à 1442, sans succès, contre Alphonse V d’Aragon pour faire valoir ses droits, malgré la résistance de son fidèle lieutenant et chambellan Jean Cossa. Il rentra en France en 1442, ne gardant du royaume de Naples que le titre de roi de Jérusalem et de Sicile. Les guerres de Naples avaient épuisé ses finances et le forcèrent de recourir aux emprunts. De retour en Provence en 1449, il demeura un temps dans le château de Tarascon qu’il avait fait restaurer sous la surveillance de Jean de Serocourt, capitaine du lieu, et de son proche parent, Regnault de Serocourt, qui le secondait de par sa charge de lieutenant. Ce fut au pied de cette forteresse que ce roi organisa en juin, le célèbre tournoi du « Pas de la bergère ». En 1450, des bourgeois d’Avignon lui prêtèrent des sommes considérables qu’il s’obligea de leur rembourser dans les six mois. Ce terme étant échu sans qu’il pût les satisfaire, les principaux seigneurs et officiers de sa cour lui ouvrirent leur bourse et il leur délégua le produit de ses salins du Rhône et des côtes maritimes de Provence par ses lettres-patentes du dernier jour de février 1451. Parmi ces seigneurs figuraient entre autres Tanneguy IV du Chastel, sénéchal de Provence, Louis de Beauvau sénéchal d’Anjou et son chambellan Fouquet d’Agoult.

En 1453, à la mort d’Isabelle Ire de Lorraine son épouse, René, alors âgé de quarante-quatre ans, transmit le duché de Lorraine à son fils Jean II, duc de Calabre ; il se remaria avec Jeanne de Laval l’année suivante. Ils s’installèrent d’abord à Saumur puis en 1472 à Aix-en-Provence.

La guerre de Cent Ans

Lors de la guerre de Cent Ans, il soutint son beau-frère Charles VII — le souverain est l’époux de sa sœur Marie d’Anjou— contre les Anglais, non sans hésitations et ambiguïtés.

Le 16 juillet 1429, le roi René apporte officiellement l’hommage de la Lorraine et de Bar (qu’il a acquis par son mariage avec Isabelle de Lorraine), au roi de France Charles VII. Il participe, aux côtés du roi de France et de Jeanne d’Arc, à leur entrée triomphale à LaonSoissonsProvinsCoulommiers et CompiègneIl côtoie Jeanne d’Arc à la bataille de Montépilloy, près de Senlis.

Le 4 août, le duc de Bedford, régent du royaume de France, quitte Paris avec une armée de dix mille hommes pour venir à sa rencontre. Les deux armées de forces égales se déploient le 14 août 1429 près du village de Montépilloy. Le combat n’aura finalement pas lieu et René d’Anjou apportera l’ordre de lever de camp à Jeanne d’Arc.

René contribue à l’arrêt des luttes franco-anglaises en jouant un rôle actif dans les négociations de Tours.

En 1445, il marie sa fille Marguerite d’Anjou au roi Henri VI d’Angleterre.

Gestionnaire éclairé et amoureux des arts

René_d'Anjou

Le roi René et ses troupes, lors de la guerre de Cent Ans. Miniature issue du manuscrit de Martial d’AuvergneLes Vigiles de Charles VII, vers 1484, BNF.

Il consacre son temps à l’administration et au développement de l’Anjou, de la Lorraine et de la Provence. Il fait prospérer ainsi les villes d’AngersAix-en-Provence, Avignon et Tarascon.

Il s’entoure de proches conseillers efficaces, tels que Fouquet d’Agoult, son chambellan, et Guillaume de Rémerville, son secrétaire.

Il enrichit son château des Ponts-de-Cé ainsi que son manoir de Chanzé à Angers et son pavillon de chasse du château de Baugé, tous les trois situés en Anjou. Il fait aménager, en Anjou et en Provence, des lieux de promenades et des jardins fleuris où vivent des paons ainsi que des enclos pour biches et des ménageries où le peuple peut venir découvrir des lions et des léopards.

Il s’intéresse également à l’entretien des forêts et à la bonne santé des vignobles.

Il aime la fête, la musique, et les tournois. Amoureux des arts, le roi René est un des mécènes les plus importants, les plus curieux et les plus originaux de la fin du Moyen Âge. Toute sa vie, René a enrichi sa bibliothèque de livres somptueusement enluminés, établissant des relations étroites avec des artistes parmi lesquels se dégage la personnalité artistique de grands maîtres comme Barthélemy d’Eyck (identifié au Maître du Roi René ou Cœur d’amour épris), Georges Trubert mais aussi de grands ateliers angevins sollicités par René, comme ceux du Maître de Jouvenel, le Maître du Boccace de Genève ou du Maître du Psautier de Jeanne de Laval. Il s’entoure de peintres, de brodeurs, d’orfèvres et d’enlumineurs célèbres.

À Aix-en-Provence et à Angers, il entretient une cour littéraire et savante et ne dédaigne pas lui-même, en tant que poète, de composer plusieurs ouvrages dans la lignée des romans courtois et de chevalerie :

Traité de la forme et devis comme on fait les tournois (14511452) ;

Le Mortifiement de Vaine Plaisance (1455) ;

Le Livre du Cuer Damours espris (1457).

Il est notamment le protecteur à Avignon du peintre Nicolas Froment. Vers 14601470, il commande l’ouvrage Le Mystère des Actes des Apôtres à Simon Gréban, chanoine du Manset à son frère Arnoul Gréban, dramaturge français.

Bien que consacrant du temps à toutes ses possessions, René, tout comme son fils Jean II passent du temps également en des expéditions lointaines.

La confiscation de l’Anjou et danger bourguignon

Aveu_René_2

Vassal rendant hommage au roi René (Aveu à René, vers 1469), Archives nationales.

Son fils Jean II, duc de Lorraine, meurt en 1470 laissant le trône lorrain à son fils Nicolas Ier. Le duché de Lorraine étant bordé au nord et au sud par les terres bourguignonnes, un projet de mariage entre le jeune duc et la fille de Charles le TéméraireMarie de Bourgogne, est envisagé. Le jeune souverain meurt brutalement à l’âge de vingt-cinq ans en 1473, et son oncle le roi Louis XI de France est soupçonné de l’avoir fait empoisonner. Le trône lorrain passe à sa tante Yolande d’Anjou qui le rétrocède immédiatement à son fils René de Vaudémont, qui devient René II de Lorraine.

Le 22 juillet 1474, le roi René lègue, par son troisième testament, l’Anjou et la Provence à son neveu, Charles III du Maine ainsi que le duché de Bar à René II de Lorraine, un fils de sa fille Yolande d’Anjou. Après avoir été informé de ce testament, le roi Louis XI étant lui-même son neveu fait occuper le duché, le 31 juillet 1474, sous prétexte de l’absence d’héritier mâle direct. Louis XI octroie solennellement et définitivement une municipalité à la ville d’Angers, en février 1475, par la charte de création de la mairie. Le roi René tente de résister et de chercher l’appui de Charles le Téméraire qui eut une alliance en 1465, avec Jean II de Lorraine son fils. Le 6 avril 1476, le Parlement de Paris déclare le roi de Sicile coupable de lèse-majesté et ordonne son emprisonnement. Vraisemblablement en raison de l’âge du bon roi, Louis XI lui envoie ses meilleurs ambassadeurs. Le roi René accepte une pension de dix mille livres par an, à condition que, après sa mort, la Provence revienne à Charles du Maine, dont Louis XI serait l’héritier, et que l’Anjou revienne au royaume de France.

À soixante-cinq ans, le roi René ne veut point commencer une guerre avec son neveu le roi de France. René lui cède l’Anjou sans combattre et se tourne vers la Provence dont il est le souverain et qu’il rejoint aussitôt. Louis XI nomme Guillaume de Cerisay gouverneur de l’Anjou ainsi que maire de la cité d’Angers. L’Anjou cesse dès lors d’être un apanage et entre définitivement dans le domaine royal.

En 1476, le roi René accueille, à Aix-en-Provence, sa fille Marguerite d’Anjou, laquelle était retenue en Angleterre depuis la mort de son époux Henri VI. Le roi de France Louis XI avait payé une rançon de 50 000 écus d’or pour la libération de Marguerite qui fut remise à Rouen aux officiers royaux le 29 janvier 1476. Toutefois, il fallut qu’elle renonçât à ses droits sur l’héritage angevin, en faisant un testament en faveur du roi le 7 mars 1476, avant qu’elle ne s’en aille en Provence. Elle reste près de son père jusqu’à la mort de celui-ci.

Ayant envahi la Lorraine en 1475, le duc de Bourgogne est défait et tué par les troupes de René II le 5 janvier 1477, lors de la bataille de NancyMarie de Bourgogne épouse en urgence l’empereur Maximilien Ier du Saint-Empire afin de sauvegarder ses terres, mais la Bourgogne est rattachée au domaine royal français à l’exception du comté de Charolais qui résiste et reste fidèle à la fille du Téméraire, Marie de Bourgogne.

La mort d’un personnage

René Ier mourut à Aix-en-Provence le 10 juillet 1480. Les Provençaux désiraient garder la dépouille du monarque sur leurs terres, mais sa seconde épouse, Jeanne de Laval décida de respecter les dernières volontés de son époux et de le faire enterrer en la cathédrale Saint-Maurice d’Angers aux côtés de sa première épouse Isabelle Ire de Lorraine.

La reine organisa, de nuit, la fuite du corps du défunt en le dissimulant dans un tonneau. Une fois mis sur une embarcation, celle-ci s’éloigna discrètement sur le Rhône. Le corps du roi René arriva en Anjou et fut placé, avec honneur et dévotion, dans le tombeau qu’il avait fait réaliser lui-même dans la cathédrale d’Angers. Le roi René mort, sa fille Yolande (déjà duchesse de Lorraine depuis 1473), transmet, à son fils René II, le duché de Bar.

La postérité a gardé de René d’Anjou l’image du bon roi René, mais son action est discutée par certains historiens, les Provençaux l’ont affublé d’un masque de bonhomie17. Son œuvre politique a longtemps été surestimée.

Œuvre

Selon les historiens, le roi René a contribué à la relance de l’économie de l’Anjou, très affectée au début du xve siècle par les séquelles de la peste noire (1347-1350) et par les conflits incessants, dont la guerre de Cent Ans (1337-1453).

Il a gagné l’amitié du roi de France Charles VII dont il a soutenu la politique visant à rassurer les paysans du royaume, face à la détérioration de leurs rapports avec la noblesse.

Dans son comté de Provence il a réduit le pouvoir de la noblesse, soutenu les travaux d’irrigation dans le Luberon et la plaine de la Durance par l’intermédiaire de son chambellan Fouquet d’Agoult, à partir du barrage de l’« étang de la Bonde », l’un des premiers construits en France.

Il fut un homme d’une grande culture. Fin lettré, il parlait plusieurs langues, avait des connaissances en latin, en italien et en grec, et s’intéressait à l’alphabet arabe. Il était passionné par l’Orient. Il entretenait une troupe de théâtre dirigée par Triboulet, qui aurait probablement écrit chez lui la Farce de Maître Pathelin. Les sciences, comme la médecine et la biologie, l’intéressaient également.

Un tournoi est donné à Bruges le 11 mars 1392, où se dispute un combat entre Jean IV van der Aa, seigneur de Gruuthuse et le seigneur Gérard de Ghistelles. Suite à ce tournoi René d’Anjou, compose pour Louis de Bruges, fils de Jean IV van der Aa, un Traité des Tournois dans lequel il réunit, les lois, règlements, usages, cérémonies et détails observés dans ces exercices. Ce fut sans doute pour en conserver le souvenir, que Bruges institue, à partir de 1417, les joûtes ou tournois de la société dite de “l’Ours blanc, dont le chef, ou plutôt celui qui y remportait le prix de valeur et d’adresse, était pendant l’exercice de ses fonctions, qui durait un an, qualifié de “Forestier”, en mémoire des anciens gouverneurs de la Flandre, que les rois de France, avaient revêtus de ce titre.

Le 11 août 1448, René d’Anjou créait, à Angers, le second ordre du Croissant, totalement distinct du précédent. L’ambition de cet ordre était d’être d’un niveau de prestige comparable à celui de la Toison d’Or, créé quelques années auparavant par Philippe le Bon, duc de Bourgogne.

 

Descendance

320px-Nicolas_Froment_004

René et son épouse Jeanne, détails du Triptyque du buisson ardent peint par Nicolas Froment en 1475cathédrale Saint-Sauveur d’Aix-en-Provence.

De sa première épouse, Isabelle Ire de Lorraine, René a :

Isabelle, morte jeune, sans postérité ;

Jean II de Lorraine (1425-1470), duc de Lorraine, et postérité ;

Louismarquis de Pont-à-Mousson (1427-1445), sans postérité ;

Nicolas (1428-1430), jumeau de la suivante, sans postérité ;

Yolande d’Anjou (1428-1483), jumelle du précédent, mariée à Ferry II de Lorrainecomte de Vaudémont, et postérité dont : René II de Lorraine, et descendance à nos jours, notamment par les Habsbourg-Lorraine ;

Marguerite d’Anjou (1429-1482), mariée à Henri VI, roi d’Angleterre, d’où un fils ;

Charles (1431-1432), sans alliance ;

Louise (1436-1438), sans alliance ;

Anne (1437-1450), sans alliance.

Il a plusieurs enfants naturels, parmi lesquels sont connus :

Blanche d’Anjou (1438-1471), mariée à Bertrand de Beauvau (1382-1474) ;

Jean d’Anjou marquis de Pont-à-Mousson, seigneur de Saint-Rémy et de Saint-Cannat (mort en 1536), épouse Marguerite de Glandevès, petite-fille de Palamède de Forbin le 15 mai 1500, d’où trois filles : Catherine (morte en 1589), Françoise et Blanche ;

Madeleine d’Anjou, épouse en 1496 Louis Jean de Bellenave ;

Françoise.

Selon Généalogies historiques des rois, empereurs, & de toutes les Maisons souveraines,  le roi René eut Blanche, Jean et Madeleine « d’une Demoiselle de Provence de la Maison d’Albertas ». Certains généalogistes lui donnent comme identité Catherine d’Albertas.

Armoiries

Les armoiries de René d’Anjou ont évolué au cours du temps en fonction de ses fortunes et infortunes, ainsi que de ses prétentions.

En 1420, il épouse Isabelle Ire de Lorraine, héritière du duché de Lorraine, dont l’oncle, le duc Louis Ier de Bar, le désigne comme son successeur : il adopte un écartelé entre l’Anjou et le Barrois et met la Lorraine en abîme, ce qui donne :

écartelé, en 1 et 4 d’azur semé de fleurs de lys d’or et à la bordure de gueules, en 2 et 3 d’azur semé de croisettes d’or et aux deux bars d’or. Sur le tout, d’or à la bande de gueules chargé de trois alérions d’argent.

En 1434, son frère Louis III meurt, suivi en 1435 de la reine Jeanne II de Naples, laquelle l’avait désigné comme héritier. René reprend alors à son compte leurs prétentions : son écu est divisé en 6 parties, chacune correspondant à la Hongrie, la Sicile, Jérusalem, Anjou, Bar et Lorraine, ce qui donne :

coupé et tiercé en pal, en 1 fascé de gueules et d’argent, en 2 d’azur semé de lys d’or et au lambel de gueules, en 3 d’argent à la croix potencée d’or, cantonnée de quatre croisettes du même, en 4 d’azur semé de lys d’or et à la bordure de gueules, en 5 d’azur semé de croisettes d’or et aux deux bars d’or et en 6 d’or à la bande de gueules chargé de trois alérions d’argent.

En 1443, sa mère Yolande d’Aragon meurt, lui léguant ses prétentions sur le royaume d’Aragon. Elle était la fille unique du roi Jean Ier d’Aragon, mais le trône était passé au frère cadet, puis au fils d’une des sœurs de Jean Ier. Yolande avait alors revendiqué le trône, sans succès. René ajouta alors les armes d’Aragon sur son blason :

coupé et tiercé en pal, en 1 fascé de gueules et d’argent, en 2 d’azur semé de lys d’or et au lambel de gueules, en 3 d’argent à la croix potencée d’or, cantonnée de quatre croisettes du même, en 4 d’azur semé de lys d’or et à la bordure de gueules, en 5 d’azur semé de croisettes d’or et aux deux bars d’or et en 6 d’or à la bande de gueules chargé de trois alérions d’argent. Sur le tout, d’or aux quatre pals de gueules.

En 1453, Isabelle de Lorraine meurt, et c’est leur fils Jean II de Lorraine, qui devient duc. René enlève alors la Lorraine de son blason :

coupé, le chef tiercé en pal, en 1 fascé de gueules et d’argent, en 2 d’azur semé de lys d’or et au lambel de gueules, en 3 d’argent à la croix potencée d’or, cantonnée de quatre croisettes du même et la pointe partie d’azur semé de lys d’or et à la bordure de gueules, et d’azur semé de croisettes d’or et aux deux bars d’or. Sur le tout, d’or aux quatre pals de gueulesJean II de Lorraine en profite pour adopter l’ancien blason de son père.

En 1470, il renonce à l’Aragon après la mort de son fils Jean II de Lorraine qui tentait d’en faire la conquête. D’autre part les lys de France furent simplifiés au xve siècle et se réduisirent à trois fleurs de lys d’or, ce qui fut appliqué à l’Anjou, mais pas à Naples. L’écu fut réorganisé, avec un écartelé en sautoir :

écartelé en sautoir, en 1 d’azur semé de lys d’or et au lambel de gueules, en 2, fascé de gueules et d’argent, en 3 d’argent à la croix potencée d’or, cantonnée de quatre croisettes du même, en 4 d’azur semé de croisettes d’or et aux deux bars d’or. Sur le tout, d’azur aux trois fleurs de lys d’or et à la bordure de gueules.

Armes de René d’Anjou

1420-1434.

800px-Arms_of_Rene_dAnjou_(1).svg.png

1434-1443.

800px-Arms_of_Rene_dAnjou_(2).svg.png

1443-1453.

800px-Arms_of_Rene_dAnjou_(3).svg.png

1453-1470.

800px-Arms_of_Rene_dAnjou_(4).svg.png

1470-1480.

800px-Arms_of_Rene_dAnjou_(5).svg.png

Hommages

En 1823, inauguration du Monument au roi René à Aix-en-Provence. Cette œuvre fut réalisée par le sculpteur David d’Angers. Le monument en pierre fut restauré et protégé au titre des monuments historiques. Dans le cadre des Journées du Patrimoine, la ville d’Aix-en-Provence a fait procéder à sa restauration en 1995 ;

En 1853, inauguration du Monument au roi René à Angers, œuvre en bronze de David d’Angers;

Un buste en médaillon du roi René par Jean-Baptiste-Jules Klagmann (1810-1867) orne la façade de l’opéra d’Avignon ;

En janvier 2009, mise en circulation d’un timbre postal français en l’honneur du roi René Ier d’Anjou, pour le 600eanniversaire de sa naissance. Le timbre gravé en taille-douce et aux couleurs pastels, représente d’une part le château d’Angers, symbole de l’Anjou ainsi que le Monument au roi René à Aix-en-Provence, symbole de la Provence. Ces deux provinces sont ainsi associées dans ce timbre philatélique rappelant l’attachement de ce prince à ses deux terres dans lesquelles il résida alternativement.

Galerie

Enluminures par Barthélemy d’Eyck (vers 1460) extraites du Livre du cœur d’Amour épris du duc René d’Anjou,Vienne, Bibliothèque nationale autrichienne

800px-Französischer_Meister_um_1500_001.jpg

Le_Livre_du_cœur_d'amour_épris1.jpg

Le_Livre_du_cœur_d'amour_épris3.jpg

Le_Livre_du_cœur_d'amour_épris2.jpg

Iconographie moderne du roi René

David d’Angers, Monument au roi René (1823) sur le cours Mirabeau à Aix-en-Provence.

800px-Fontaine_du_Roi_René_(2852097719).jpg

 

David d’Angers, Monument au roi René (1853) à Angers.

800px-SchlossAngers1900.jpg

 

Jules Dauban, Remise de la charte aux bourgeois de la ville d’Angers par le roi de France Louis XI en 1474 (1901), hôtel de ville d’Angers.

Louis_XI_à_Angers_par_Jules_Dauban_(1901)

 

Bibliographie

Albert Lecoy de La Marche, Le roi René, sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéraires, d’après les documents inédits des archives de France et d’Italie, t. 1, Paris, Librairie de Firmin-Didot frères, fils et Cie, 1875, XVI-559 p.

Albert Lecoy de La Marche, Le roi René, sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéraires, d’après les documents inédits des archives de France et d’Italie, t. 2, Paris, Librairie de Firmin-Didot frères, fils et Cie, 1875, 548 p.

Marie-Louyse des Garets, Le Roi René 1409-1480, La Table Ronde, 1946. Réédition : 1980.

Jacques Levron, Le Bon Roi René, Arthaud, 1973. Réédition : Perrin, 2004.

Élisabeth Verry, Le Roi René : à l’occasion de la commémoration du cinquième centenaire de sa mort, 1480-1980 : [Saumur, château de Baugé, musée de Cholet, 1981] / [exposition organisée par les] Archives départementales de Maine-et-Loire [et le] Conseil général de Maine-et-Loire, Angers, Archives départementales, 1981, 47 p.

Noël Coulet, Alice Planche et Françoise Robin, Le Roi René : le prince, le mécène, l’écrivain, le mythe, Aix-en-Provence, Édisud, 1982, 242 p. .

Françoise Robin, La Cour d’Anjou-Provence. La vie artistique sous le règne de René, Paris, Picard, 1985.

Christian de Mérindol, Le Roi René et la seconde Maison d’Anjou : emblématique, art, histoire, Paris, Le Léopard d’or, 1987, XII-488 p.

Françoise Robin, Le Roi René : Prince des fleurs de lys, Éditions Ouest-France, 2015, 68 p.

Noël-Yves Tonnerre (dir.) et Élisabeth Verry (dir.), Les Princes angevins du xiiie au xve siècle : un destin européen, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2003, 320 p

Jean Favier, Le Roi René, Paris, Fayard, 2008, 742 p. 

Jean-Michel Matz (dir.) et Élisabeth Verry (dir.), Le Roi René dans tous ses États, Paris, Éditions du patrimoine, Centre des monuments nationaux, 2009, 239 p.(

Jean-Michel Matz, « Les chanoines d’Angers au temps du roi René (1434-1480) : serviteurs de l’État ducal et de l’État royal », dans Les serviteurs de l’État au Moyen Âge : XXIXe Congrès de la SHMES, Pau, mai 1998, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Histoire ancienne et médiévale » (no 57), 1999, 308 p. (), p. 105-116.

Jean-Michel Matz (dir.) et Noël-Yves Tonnerre (dir.), René d’Anjou (1409-1480) : pouvoirs et gouvernement, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2011, 400 p.

Marc-Édouard Gautier (dir.) et François Avril (dir.), Splendeur de l’enluminure : le roi René et les livres, Angers / Arles, Ville d’Angers / Actes Sud, 2009, 415 p

Chantal Connochie-Bourgne (dir.) et Valérie Gontero-Lauze (dir.), Les arts et les lettres en Provence au temps du roi René, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, coll. « Senefiance » (no 59), 2013, 292 p.

Yannick Frizet, Louis XI, le roi René et la Provence, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, coll. « Le temps de l’histoire », 2015, 368 p.

Source : Wikipédia

 

AIX-EN-PROVENCE (BOUCHES-DU-RHÔNE), DIOCESE D'AIX ET ARLES (France ; Bouches-du-Rhône), EGLISE - CHAPELLE, EGLISE CATHOLIQUE, EGLISE DU SAINT-ESPRIT (AIX-EN-PROVENCE), L'EGLISE DU SAINT ESPRIT VUE DE L'EXTERIEUR, PAROISSE DU SAINT-ESPRIT (Aix-en-Provence : Bouches-du-Rhône), PROVENCE, SAINT-ESPRIT (paroisse ; Aix-en-Provence), SAINT-ESPRIT (paroisse du ; Aix-en-Provence)

L’Eglise du Saint-Esprit vue de l’extérieur

Eglise du Saint-Esprit : Extérieur

Aix-Église_Saint_Esprit-bjs180805-01.jpg

Vue sur la façade de l’église du Saint-Esprit

142960-potelet-information-eglise-saint-esprit-rue-espariat-aix-en-provence-france-difiee-sur-lemplacement-lhopital-des-enfants-trouves-debut-e-siecle-laurent-vallon-est-probablement-larc

 

MHR93_19461300392NUC2_P (2).jpg

Saint Roch : Au dessus du presbytère

 

DVD 01 393

MHR93_19461300394NUC2_P (2).jpg

Au dessus des portes de l’église

 

explo_3_13001_25_photo1_g

Détail d’un chapiteau

 

IMG_20190816_152410 (1)

Les grandes portes de l’entrée de l’église

 

IMG_20190804_092849 (2)

La porte de l’entrée de « l’accueil »

 

IMG_20190804_092904 (1).jpg

Détail qui orne la porte de l’entrée de l’église

 

IMG_20190804_092923 (1).jpg

Ornementation de l’une des portes de l’glise

 

 

Porte d’entrée et plaque en l’honneur de l’abbé Emery, curé de la paroisse du Saint-Esprit

 

rue-espariat (3)

Rue Espariat ; hier et aujourd’hui (Bibliothèque Méjanes)