EMMANUEL ROBLES (1914-1995), LE VESUVE, LITTERATURE FRANÇAISE, LIVRE, LIVRES, LIVRES - RECENSION, ROMAN, ROMANS

Le Vésuve, roman d’Emmanuel Roblès

Le Vésuve

Emmanuel Roblès

Paris, Le Seuil, 1961.

0584514

 

A Naples, au début de 1944, Serge Longereau, officier du Corps expéditionnaire français en Italie, bénéficie d’une permission de convalescence. Il s’éprend d’une jeune fille italienne qui longtemps lui résiste puis devient sa maîtresse. Or, cette Sylvia si réservée se révèle passionnée, éprise de bonheur absolu. Elle s’enferme aveuglément dans cet amour qui efface à ses yeux la ville affamée, terrorisée par les bombardements, le front tout proche, Cassino où se succèdent des batailles meurtrières, la terre entière livrée à la violence et au malheur. Quelques jours avant le départ de son amant pour les premières lignes, elle l’incite à déserter. Cependant, les laves ardentes vont s’éteindre, ne laisser que scories et cendres. C’est qu’à travers Serge et Sylvia, deux conceptions de la vie et du bonheur s’opposent et se détruisent.

 

51aMrWXm0UL._SX332_BO1,204,203,200_

« On sait gré à Roblès de croire, finalement, à une victoire possible pour ceux qui, quoi qu’il advienne, se refusent à toute tricherie et à toute ruse et savent, cependant, se reconnaître entre eux. L’espoir vient de cette foi même, de cette part inaliénable qu’il faut préserver et qui reste susceptible de vaincre tant de conjurations monstrueuses. »

G.-A. Astre, France-Observateur

JOHN RONALD REUEL TOLKIEN (1892-1973), LE SEIGNEUR DES ANNEAUX, LITTERATURE BRITANNIQUE, LIVRE, LIVRES, ROMAN, ROMANS

Le Seigneur des anneaux de J.R.R Tolkien

Le Seigneur des anneaux

Cet article utilise autant que possible la traduction de Daniel Lauzon, ce qui explique par exemple que l’on parle de La Fraternité de l’Anneau ou de Frodo Bessac.

9782266201728-475x500-1.jpg

Le Seigneur des anneaux (The Lord of the Rings) est un roman en trois volumes de J. R. R. Tolkien paru en 1954 et 1955.

Prenant place dans le monde de fiction de la Terre du Milieu, il suit la quête du hobbit Frodo Bessac, qui doit détruire l’Anneau unique afin que celui-ci ne tombe pas entre les mains de Sauron, le Seigneur des ténèbres. Plusieurs personnages lui viennent en aide, parmi lesquels son serviteur Sam, le mage Gandalf ou encore l’humain Aragorn, héritier d’une longue lignée de rois.

À la suite du succès critique et commercial du Hobbit, Tolkien entreprend la rédaction du Seigneur des anneaux à la fin des années 1930 à la demande de son éditeur, Allen & Unwin. Il lui faut douze ans pour parvenir à achever cette suite, qu’il truffe de références et d’allusions au monde du Silmarillion, la Terre du Milieu, sur lequel il travaille depuis 1917 et dans lequel Le Hobbit a été attiré « contre l’intention première » de son auteur.

À l’origine, Tolkien souhaite publier Le Seigneur des anneaux en un seul volume, mais le prix du papier étant trop élevé en cette période d’après-guerre, l’œuvre est divisée en trois volumes : La Fraternité de l’Anneau (The Fellowship of the Ring), Les Deux Tours (The Two Towers) et Le Retour du roi (The Return of the King). C’est un succès commercial immédiat qui ne se démentit pas tout au long de la deuxième moitié du xxe siècle et donne lieu à des adaptations sur plusieurs supports, dont une série de trois films à grand budget réalisés par Peter Jackson et sortis entre 2001 et 2003.

C’est une des œuvres fondamentales de la littérature dite de fantasy, terme que Tolkien explicite dans son essai Du conte de fées de 1939. Tolkien lui-même considérait son livre comme « un conte de fées […] pour des adultes », écrit « pour amuser (au sens noble) : pour être agréable à lire ».

 

 

Résumé

La Fraternité de l’Anneau

220px-Hobbiton

Après un prologue décrivant les Hobbits et leurs mœurs, le passé de la Terre du Milieu et un rapide résumé des aventures de Bilbo Bessac, le livre I s’ouvre sur le cent onzième anniversaire de ce dernier, soixante années après les événements décrits dans Le Hobbit. Au cours de la réception, Bilbo s’éclipse grâce à l’invisibilité que lui confère son anneau magique et quitte Hobbiteville, laissant la plus grande partie de ses biens, anneau compris, à son neveu et héritier désigné, Frodo Bessac. Dix-sept ans plus tard, leur vieil ami, le magicien Gandalf le Gris, révèle à Frodo que son anneau est en réalité l’Anneau unique, instrument du pouvoir de Sauron, le Seigneur Sombre, qui l’a perdu jadis ; s’il devait le retrouver, son pouvoir deviendrait insurmontable. Gandalf presse Frodo de quitter le Comté, qui n’est plus sûr pour lui et de se mettre en route pour le refuge qu’est Fendeval, la demeure d’Elrond le Semi-elfe.

Frodo vend sa demeure de Cul-de-Sac, dissimulant son départ sous le prétexte d’un déménagement au Pays-de-Bouc, à la lisière orientale du Comté. Accompagné de son jardinier Sam Gamgie et d’un jeune ami, Peregrin Touc (Pippin), il échappe de justesse à plusieurs reprises aux Cavaliers noirs, serviteurs de Sauron chargés de retrouver l’Anneau unique. Les trois compagnons atteignent le Pays-de-Bouc, à l’est du Comté, où Meriadoc Brandibouc (Merry) les rejoint. Les quatre hobbits poursuivent leur route vers l’est, échappant aux dangers de la Vieille Forêt et des Coteaux des Tertres grâce à l’énigmatique Tom Bombadil. À Brie, ils font la connaissance de l’étrange Arpenteur, un ami de Gandalf, qui devient leur guide. Les Cavaliers noirs, toujours à leurs trousses, parviennent à blesser Frodo près de la colline de Montauvent, mais grâce à l’elfe Glorfindel, il parvient à franchir le gué de Bruinen. Les Cavaliers, qui le suivent de près, sont emportés par une crue soudaine de la rivière, et Frodo s’évanouit.

Au début du livre II, Frodo se réveille à Fendeval, où il a reçu les soins d’Elrond et où il retrouve Bilbo. S’ensuit le Conseil d’Elrond, auquel assistent des représentants des principales races de la Terre du Milieu : Elfes, Nains et Hommes. Gandalf leur apprend la trahison de Saruman, son supérieur dans l’Ordre des Mages, qui recherche l’Unique pour lui-même. Après avoir examiné toutes les possibilités qui s’offrent à eux, les participants au Conseil décident que le seul moyen de vaincre Sauron est de détruire l’Anneau en l’amenant au cœur du Mordor, pays de Sauron, et en le jetant dans la lave des Failles du Destin, là où il fut forgé. Frodo se déclare volontaire pour accomplir cette tâche, et une « Fraternité de l’Anneau » est formée pour l’accompagner et l’aider : elle comprend Frodo et ses trois compagnons hobbits, Gandalf, Aragorn, Boromir du Gondor, Gimli le nain et Legolas l’elfe.

La compagnie traverse l’Eregion déserte avant de tenter de franchir les Montagnes de Brume par le col enneigé du Caradhras. Après leur échec face aux éléments déchaînés, Gandalf conduit ses compagnons dans les mines de Moria, ancienne cité naine désormais peuplée par des gobelins, mais il tombe dans un gouffre en affrontant le Balrog, une antique créature démoniaque. La Fraternité, désormais menée par Aragorn, quitte la Moria et entre dans le pays elfique de Lothlórien, gouverné par Celeborn et Galadriel. Frodo regarde dans le miroir de Galadriel et voie des visions du passé, du présent et d’un possible futur. Terrifié par l’Œil de Sauron, Frodo propose de remettre l’Anneau à Galadriel, mais celle-ci surmonte la tentation. Les compagnons quittent la Lórien à bord de trois bateaux et descendent le grand fleuve Anduin. Arrivée à hauteur des chutes de Rauros, la Fraternité se sépare après une attaque d’Orques et Frodo et Sam partent seuls en direction du Mordor.

 Les Deux Tours

220px-Cavalier-rohan.jpg

Un cavalier de Rohan

Le deuxième volume suit les différents chemins empruntés par les membres de la Fraternité défunte.

Au début du livre III, Boromir meurt en tentant de défendre Merry et Pippin, qui sont enlevés par les Uruk-hai de Saruman. Après avoir offert des funérailles au capitaine du Gondor, Aragorn, Legolas et Gimli se lancent à leurs trousses à travers les plaines du Rohan. Aux abords de la forêt de Fangorn, ils retrouvent Gandalf, désormais le Blanc, qui a été renvoyé en Terre du Milieu pour achever sa mission après avoir péri en terrassant le Balrog. Les quatre compagnons se rendent à Edoras, où Gandalf libère le roi Théoden de l’emprise de son conseiller Gríma Langue de Serpent, un pantin de Saruman. Ils participent à la guerre du Rohan contre les armées de Saruman, qui sont vaincues lors de la bataille de la Ferté-au-Cor tandis qu’Orthanc, la forteresse de Saruman, est prise d’assaut par les Ents, des créatures à l’apparence d’arbres menées par Barbebois, auprès de qui Merry et Pippin ont trouvé refuge. Refusant de se repentir de ses erreurs, Saruman est exclu de l’Ordre des Mages par Gandalf.

Le livre IV suit Frodo et Sam sur la route du Mordor. Ils parviennent à capturer et à apprivoiser Gollum, l’ancien possesseur de l’Anneau, qui les suivait depuis la Moria. Il les guide vers une entrée secrète du Mordor, dans la vallée de Minas Morgul. Traversant l’Ithilien, ils sont capturés par Faramir, le frère de Boromir, qui les relâche lorsqu’il apprend l’importance de leur mission. À la fin du livre, Gollum trahit Frodo en le menant dans le repaire d’Araigne, l’araignée géante. Il survit, mais est fait prisonnier par les Orques de Cirith Ungol après que Sam lui a pris l’Anneau, le croyant mort empoisonné par le venin de l’araignée.

 

Le Retour du Roi

Le livre V relate la lutte entre le Gondor et le Mordor, vue par Merry aux côtés du roi Théoden et Pippin à Minas Tirith, capitale du Gondor. La Cité Blanche, assiégée par des milliers d’Orques, est sauvée par l’arrivée des cavaliers du Rohan, puis par celle d’Aragorn, qui a libéré le sud du Gondor grâce à l’armée des Morts et s’est emparé de la flotte des pirates d’Umbar, alliés de Sauron. La bataille des champs du Pelennor se conclut par une défaite des forces de Sauron, mais ce dernier dispose encore de forces prodigieuses dont ne peuvent espérer triompher les Peuples libres. Afin de détourner l’attention de Sauron de la quête de Frodo, Aragorn mène une armée devant la Morannon, la Porte Noire du Mordor, pour y livrer une bataille désespérée.

Le livre VI revient à Sam, qui libère Frodo des Orques de Cirith Ungol. Les deux hobbits traversent à grand-peine le désert du plateau de Gorgoroth et atteignent le Mont Destin, Gollum sur leurs talons. La tentation se révèle alors trop forte pour Frodo, qui revendique l’Anneau et le passe à son doigt. Il est attaqué par Gollum, qui lui tranche le doigt à coups de dents pour récupérer l’Unique avant de tomber dans les flammes de la montagne en fêtant son triomphe. Par ce retournement de situation eucatastrophique, l’Anneau est détruit, Sauron définitivement vaincu et ses armées en déroute. Aragorn est couronné roi du Gondor et épouse sa promise Arwen, la fille d’Elrond. Après plusieurs semaines de festivités, les membres de la Fraternité retournent chez eux. De retour dans le Comté, les quatre hobbits retrouvent leur pays ravagé par des brigands humains et des semi-orques. À Cul-de-Sac, après avoir mis les bandits en déroute, ils découvrent que le responsable de ce chaos n’est autre que Saruman, qui trouve peu après la mort aux mains de Gríma. Le Comté connaît par la suite une grande embellie, mais Frodo, blessé physiquement et mentalement, ne peut apprécier ce renouveau. Il finit par faire voile vers l’Ouest avec Bilbo pour y trouver la paix, accompagné des porteurs des Trois anneaux des Elfes, Galadriel, Elrond et Gandalf. Le Troisième Âge du Soleil et Le Seigneur des anneaux s’achèvent.

Le récit proprement dit est suivi de six appendices, visant à donner de plus amples informations sur des éléments passés de l’histoire des peuples présents dans le livre.

L’appendice A retrace brièvement l’histoire des royaumes des Hommes et des Nains.

L’appendice B est une chronologie des Deuxième et Troisième Âges.

L’appendice C contient les arbres généalogiques des principaux hobbits du récit.

L’appendice D étudie les divers calendriers employés par les Elfes, les Hommes et les Hobbits.

L’appendice E présente les deux principaux alphabets de la Terre du Milieu, les tengwar et les cirth, avec des précisions sur la prononciation des langues.

L’appendice F s’intéresse aux langues des peuples de la Terre du Milieu et discute de questions de traduction.

 

Histoire

Rédaction

Un mois après la publication du Hobbit, le 21 septembre 1937, Stamley Unwin,  septembre l’éditeur de Tolkien, lui écrit qu’un « large public réclamerait à cor et à cri dès l’année suivante qu’il leur en dise plus au sujet des Hobbits ! », ce à quoi Tolkien, « inquiet », répond qu’il « ne saurai[t] que dire de plus à propos des Hobbits », mais qu’il n’a « en revanche que trop de choses à dire […] à propos du monde dans lequel ce Hobbit a fait intrusion »4 : en effet, cela fait vingt ans qu’il travaille sur les textes du « Silmarillion ». Après une réponse encourageante d’Unwin, Tolkien promet qu’il commencera quelque chose dès que possible. Le 19 décembre, il écrit à C. A. Furth, de Allen & Unwin : « J’ai écrit le premier chapitre d’une nouvelle histoire sur les Hobbits — « Une réception depuis longtemps attendue ». » Dans ce chapitre, le héros est encore Bilbo Bessac, qui disparaît de Hobbiteville lors de la réception donnée pour son soixante-dixième anniversaire : le trésor qu’il a rapporté d’Erebor est épuisé, et il éprouve le désir de repartir à l’aventure

Après plusieurs faux départs, Tolkien décide de placer l’anneau trouvé par Bilbo lors de son aventure au centre de cette suite : à l’origine simple objet magique, il devient au fil des réécritures le terrible Anneau unique forgé par Sauron. L’histoire se met lentement en place : les hobbits Bingo, Frodo et Odo partent pour Fendeval, dans un récit au ton encore bon enfant, proche de celui du Hobbit, qui subsistera en grande partie dans la version définitive des premiers chapitres du Livre I. Sur leur route, les hobbits croisent un cavalier entièrement drapé dans un manteau. Après un bref moment d’angoisse, le cavalier éclate de rire : il s’agit du magicien Gandalf Mais Tolkien abandonne aussitôt cette idée au profit d’une autre, bien plus sinistre : Bingo et ses compagnons sont désormais poursuivis par des Cavaliers Noirs. Dans une lettre à Stanley Unwin, Tolkien indique alors que l’histoire a pris « un tour inattendu».

À la mi-septembre 1938, le récit atteint le milieu de la conversation entre Bingo, peu après rebaptisé Frodo, et le nain Glóin à Fendeval. Tolkien s’arrête alors un moment et retravaille les premiers chapitres, car l’histoire évolue alors même qu’il l’écrit, nécessitant de fréquentes corrections pour accorder les passages les plus anciens avec les plus récents. Le livre couvre alors 300 pages manuscrites et Tolkien, optimiste, estime qu’il en faudra encore 200 pour le terminer. Le récit est pourtant encore loin de sa version finale : par exemple, l’étranger que les hobbits rencontrent à Brie n’est pas encore Aragorn, Coureur descendant des rois de jadis, mais Trotter, un simple hobbit aventureux qui porte des chaussures de bois.

1939 est une année difficile pour Tolkien : un accident survenu au cours de l’été se solde par une commotion cérébrale, et le début de la Seconde Guerre mondiale entraîne un accroissement de ses responsabilités à Oxford. Il continue pourtant à travailler sur Le Seigneur des anneaux, qui atteint le chapitre « Les Mines de la Moria » (finalement « Un voyage dans le noir », chapitre 4 du Livre II) en décembre. Il n’y revient pas avant août 1940, mais se consacre à des corrections dans le texte déjà existant, et ne recommence à écrire qu’à la fin de l’année 1941. Il termine alors le Livre II et commence le III, dont les quatre premiers chapitres sont écrits fin janvier. À l’automne, le Livre III est terminé.

Le livre ne progresse plus avant le printemps 1944, lorsque Tolkien entame « dans la douleur » le Livre IV. Tolkien écrit les chapitres et les fait lire au fur et à mesure à son ami C. S. Lewis et à son fils Christopher, qui se trouve alors en Afrique du Sud pour s’entraîner avec la Royal Air Force. Tous deux sont très enthousiastes, ce qui motive Tolkien : il achève le Livre IV à la fin du mois de mai, avant de s’arrêter de nouveau. Le 12 août, il écrit à Christopher : « Toute inspiration pour [Le Seigneur des anneaux] s’est complètement tarie, et j’en suis au même point qu’au printemps, avec toute l’inertie à surmonter de nouveau. Quel soulagement ce serait d’en finir »

Tolkien commence le Livre V, persuadé qu’il s’agira du dernier, en octobre. Mais il n’avance guère, et ce n’est qu’en septembre 1946 qu’il progresse véritablement, après un long moment sans avoir travaillé sur le récit. Ce cinquième livre est achevé un peu plus d’un an plus tard, en octobre 1947, Tolkien ayant dans le même temps apporté le lot habituel de corrections aux premiers livres. Finalement, la rédaction du Seigneur des anneaux est achevée, du moins au brouillon, entre la mi-août et la mi-septembre 1948. Le livre inclut alors un épilogue centré sur Sam et ses enfants, mais Tolkien se laisse convaincre de l’omettre.

Les brouillons du Seigneur des anneaux ont été publiés et étudiés par Christopher Tolkien dans les tomes 6 à 9 de son Histoire de la Terre du Milieu, non traduits en français : The Return of the ShadowThe Treason of IsengardThe War of the Ring et Sauron Defeated (1988-1992).

En mai 1957, Tolkien vend les brouillons du Seigneur des anneaux (entre autres) pour 1 500 £ à l’université Marquette de Milwaukee, à la requête du bibliothécaire de cette dernière, William B. Ready. Avant de les envoyer, Tolkien entreprend de les annoter et de les classifier, mais la tâche se révèle trop longue, et en fin de compte, les papiers sont envoyés dans le désordre à Marquette en 1958. Tolkien s’aperçoit ultérieurement que certains papiers liés au Seigneur des anneaux (principalement parmi les brouillons les plus anciens) sont toujours en sa possession. Finalement, c’est son fils Christopher qui, après avoir étudié et publié ces brouillons dans le cadre de son Histoire de la Terre du Milieu, envoie ces documents à Marquette. L’université américaine possède plus de 9 200 pages concernant Le Seigneur des anneaux.

 

Influences de Tolkien

Le Seigneur des anneaux est né des passions de Tolkien : la philologie, les contes de fées ainsi que les sagas norroises, notamment Beowulf et les Eddas, et le Kalevala, l’épopée nationale finlandaise. L’idée de l’Anneau unique qui gouverne le monde et trompe son porteur est présente dans le cycle des Nibelungen, saga germanique médiévale reprise par Richard Wagner dans sa tétralogie de L’Anneau du Nibelung. Tolkien nie cependant cette influence : « Ces deux anneaux sont ronds, et c’est là leur seule ressemblance », répond-il à l’introduction de la traduction suédoise du Seigneur des anneaux qui affirme que « l’Anneau est, d’une certaine manière, « der Nibelungen Ring » ». Comme le soulignent Wayne G. Hammond et Christina Scull, l’anneau d’invisibilité est un objet courant dans la littérature, que l’on retrouve dans les contes de fées d’Andrew Lang, chez Chrétien de Troyes (Yvain ou le Chevalier au lion) et jusque dans La République de Platon avec l’anneau de Gygès.

Beowulf_Cotton_MS_Vitellius_A_XV_f._132r.jpg

Première page du manuscrit de Beowulf

De la même façon, Tolkien réfute vigoureusement toute interprétation allégorique de son œuvre, en particulier celle visant à dresser un parallèle entre la guerre de l’Anneau et la Seconde Guerre mondiale :

« La vraie guerre ne ressemble en rien à la guerre légendaire, dans sa manière ou dans son déroulement. Si elle avait inspiré ou dicté le développement de la légende, l’Anneau aurait certainement été saisi et utilisé contre Sauron ; celui-ci n’aurait pas été anéanti, mais asservi, et Barad-dûr n’aurait pas été détruite, mais occupée. Saruman, n’ayant pas réussi à s’emparer de l’Anneau, aurait profité de la confusion et de la fourberie ambiantes pour trouver, au Mordor, le chaînon manquant de ses propres recherches dans la confection d’anneaux ; et bientôt il aurait fabriqué son propre Grand Anneau, de manière à défier le Maître autoproclamé de la Terre du Milieu. Dans un tel conflit, les deux camps n’auraient eu que de la haine et du mépris pour les hobbits, qui n’auraient pas survécu longtemps, même en tant qu’esclaves. »

— Avant-propos de la seconde édition du Seigneur des anneaux

Il ne nie toutefois pas avoir été influencé par la « noirceur » des années d’écriture du Seigneur des anneaux.

Dans une lettre au père Robert Murray, Tolkien décrit Le Seigneur des anneaux comme « une œuvre fondamentalement religieuse et catholique ; de manière inconsciente dans un premier temps, puis de manière consciente lorsque je l’ai retravaillée ». Plusieurs thèmes mythologiques et catholiques sous-tendent la narration : l’ennoblissement des humbles, la pitié, le libre arbitre, ainsi que l’attirance pour le pouvoir et la « tentation du Bien », celle qui vise à atteindre le Bien en usant de tous les moyens, même les plus mauvais, à laquelle Gandalf et Galadriel manquent de succomber. Mais pour Tolkien, l’élément au centre de son livre n’est autre que la Mort et le désir d’immortalité. Cet aspect est étudié par Vincent Ferré dans son livre Tolkien : sur les rivages de la Terre du Milieu (Christian Bourgois, 2001).

 

Publication

Le Seigneur des anneaux est globalement achevé en octobre 1949. En théorie, il devrait être publié par Allen & Unwin, à qui Tolkien avait promis une suite du Hobbit. Cependant, l’idée le prend de vouloir publier Le Seigneur des anneaux avec Le Silmarillion, qui avait été refusé par Allen & Unwin en 1937, lorsque Tolkien le leur avait soumis — refus qui, par ailleurs, a fait naître un certain ressentiment chez lui.

Durant l’automne 1949, Tolkien fait la connaissance de Milton Waldman, de la maison d’édition londonienne Collins, par l’entremise de Gervase Mathew, un membre des Inklings. Waldman propose à Tolkien d’éditer les deux livres ensemble, offre que Tolkien s’empresse d’accepter. En février 1950, il écrit à Stanley Unwin qu’il exige que Le Silmarillion soit édité avec Le Seigneur des anneaux. Après quelques mésaventures, notamment une note de Rayner Unwin que Tolkien n’aurait pas dû lire, dans laquelle le fils de Stanley propose à son père d’éditer Le Seigneur des anneaux, puis de « laisser tomber » Le Silmarillion, Tolkien pose un ultimatum à Unwin : soit il prend les deux ouvrages, soit il n’en a aucun. Unwin refuse, n’ayant même pas vu le manuscrit du Seigneur des anneaux.

Tolkien s’en remet alors à Waldman ; celui-ci l’assure que Collins éditera ses deux livres durant l’automne 1950. Mais Waldman, malade, est forcé de faire de fréquents séjours en Italie, et ses remplaçants sont beaucoup moins enthousiastes au sujet des deux volumineux livres de Tolkien. Au début de l’année 1952, rien n’est encore fait, si bien que Tolkien somme Collins de publier Le Seigneur des anneaux au plus tôt, sans quoi il se rapproprie le manuscrit. La longueur du texte affole les éditeurs, qui refusent net.

Rayner Unwin, au courant de ses démêlés avec Collins, reprend alors contact avec Tolkien, qui fait son mea culpa et demande s’il est encore possible de faire quelque chose « pour déverrouiller les portes que j’ai moi-même claquées ? », ce à quoi Unwin répond : « Nous voulons absolument vous publier — ce ne sont que les circonstances qui nous ont retenus. » S’ensuit un long travail de relecture et de correction, au cours duquel il est finalement décidé de publier le livre en trois volumes. Après beaucoup d’hésitations, les titres La Fraternité de l’Anneau (The Fellowship of the Ring), Les Deux Tours (The Two Towers) et Le Retour du Roi (The Return of the King) sont choisis, ce dernier contre l’avis de Tolkien qui préfère La Guerre de l’anneau (The War of the Ring), moins révélateur de l’issue du récit.

Ce découpage en trois tomes fait que l’on décrit souvent le Seigneur des anneaux comme une trilogie, mais ce terme est techniquement incorrect, car il a été écrit et conçu d’un seul tenant. Néanmoins, Tolkien lui-même reprend dans ses lettres, de temps à autre, le terme de « trilogie » lorsqu’il est employé par ses correspondants

La Fraternité de l’Anneau est publié au Royaume-Uni par Allen & Unwin le 29 juillet 1954, suivi par Les Deux Tours le 11 novembre 1954 et par Le Retour du Roi le 20 octobre 1955, ce tome ayant été retardé à cause des difficultés de Tolkien pour écrire les appendices. Aux États-Unis, Houghton Mifflin publie le volume 1 le 21 octobre 1954, le volume 2 le 21 avril 1955 et le volume 3 le 5 janvier 1956. Défiant les prévisions pessimistes de Rayner Unwin, le premier tirage des deux premiers volumes, assez faible (4 500 exemplaires pour La Fraternité de l’Anneau et 4 250 pour Les Deux Tours, couvrant les marchés britannique et américain) est rapidement épuisé, réclamant une réimpression rapide. Ce succès explique que le tirage initial du Retour du Roi, paru un an plus tard, ait été de 12 000 exemplaires

Au début des années 1960, Donald Wollheim, un auteur de science-fiction pour la maison d’édition Ace Books, estime que Le Seigneur des anneaux ne bénéficie pas de la protection du copyright américain  à l’intérieur des États-Unis, en raison de l’édition en couverture rigide (hardcover) du livre chez Houghton Mifflin, compilée à partir de pages imprimées au Royaume-Uni pour l’édition britannique. Ace Books publie une édition pirate, sans avoir obtenu d’autorisation de la part de Tolkien et sans lui offrir aucune compensation. Tolkien le fait savoir clairement aux fans américains qui lui écrivent et passe l’été 1965 à réviser le texte du livre, corrigeant les fautes, adaptant quelques éléments de la mythologie toujours mouvante du Silmarillion et rédigeant un nouvel avant-propos, disant à propos de celui de la première édition : « confondre (comme il le fait) de véritables éléments personnels avec la « machinerie » du Conte est une grave erreur ». Cette seconde édition du Seigneur des anneaux est publiée au format poche chez Ballantine Books  en octobre 1965. Ace Books finit par abandonner l’édition non autorisée et par signer un accord à l’amiable avec Tolkien, lui payant 4 % des bénéfices et s’engageant à ne pas réimprimer le livre. Par la suite, Wollheim continue cependant à affirmer qu’Ace Books était dans son droit en publiant cette édition pirate. Ce n’est qu’en 1992 que cette controverse est tranchée par une décision de justice, qui statue que la première édition américaine du Seigneur des anneaux chez Houghton Mifflin était bien soumise au copyright américain.

À l’occasion du cinquantième anniversaire de la publication du Seigneur des anneaux, une nouvelle édition du livre est parue, sous la direction de Wayne G. Hammond et Christina Scull. Un grand nombre de coquilles y sont corrigées, ainsi que certaines erreurs du texte lui-même. La liste des corrections se trouve dans l’ouvrage séparé The Lord of the Rings: A Reader’s Companion.

Avec la sortie de l’adaptation filmée, les ventes de livres grimpent. Selon David Brawn, l’éditeur de Tolkien chez HarperCollins, qui détient les droits pour le monde anglo-saxon, à l’exception des États-Unis : « En trois ans, de 2001 à 2003, il s’est vendu 25 millions d’exemplaires du Seigneur des anneaux – 15 millions en anglais et 10 millions dans les autres langues. Et au Royaume-Uni les ventes ont augmenté de 1000 % après la sortie du premier film de la trilogie ».

 

Traductions

Le livre a été traduit dans une trentaine de langues. La traduction initiale en français est due à Francis Ledoux et est publiée par l’éditeur Christian Bourgois en 1972-1973. Le premier tome reçoit le Prix du Meilleur livre étranger en 1973. Cette traduction est sujette à débat : si elle est d’une certaine qualité littéraire (Ledoux a également traduit Charles Dickens, Daniel Defoe, Edgar Allan Poe, entre autres), elle est truffée de coquilles et d’erreurs de traduction, certaines imputables au fait que Ledoux ne disposait pas du Silmarillion, notamment pour les pluriels des noms en quenya : the Valar est ainsi traduit par « le Valar » au lieu de « les Valar ». Le premier tome d’une nouvelle traduction, assurée par Daniel Lauzon, est paru chez Christian Bourgois en 2014 sous le titre La Fraternité de l’Anneau, suivi des Deux Tours en 2015 et du Retour du Roi en 2016.

Philologue, connaissant une douzaine de langues anciennes et modernes (parmi lesquelles le norrois, le gotique, le vieil anglais, le latin, le grec, l’espagnol, le français, le finnois, le gallois, le russe ou l’italien), Tolkien s’intéresse de près aux premières traductions de son livre (néerlandaise en 1956-1957, suédoise en 1959-1961) et émet plusieurs commentaires afin d’éclairer ses intentions dans la création de tel ou tel nom, en particulier les toponymes du Comté, dans lesquels Tolkien a glissé nombre de jeux de mots philologiques à plusieurs niveaux. Conscient des difficultés posées par les noms propres de son œuvre, Tolkien aborde la question dans un long essai, « Guide to the Names in The Lord of the Rings », publié à titre posthume dans le recueil A Tolkien Compass (1975). Les dernières éditions de ce recueil ne contiennent plus l’essai de Tolkien, mais une version augmentée est reprise dans The Lord of the Rings: A Reader’s Companion. Les problèmes posés par la traduction des livres de Tolkien ont par la suite été abordés par d’autres auteurs.

 

Accueil critique

Si la valeur littéraire du Seigneur des anneaux est reconnue presque universellement, le livre est longtemps l’objet d’un certain mépris universitaire qui s’inscrit dans un mouvement qu’Ursula K. Le Guin caractérise comme une « méfiance puritaine profonde à l’égard du fantastique ». Les accusations les plus récurrentes touchent au discours politique attribué au texte, tour à tour qualifié de paternaliste, réactionnaire, anti-intellectuel ou fasciste.

 

Dans le monde anglophone

À la parution de La Fraternité de l’Anneau, les critiques sont dans l’ensemble mitigées. La plus élogieuse est celle de C. S. Lewis, ami de Tolkien, qui déclare, dans sa critique pour Time and Tide :

« Ce livre est comme un éclair dans un ciel ensoleillé : aussi différent, aussi inattendu à notre époque que Les Chants d’Innocence l’étaient à la leur. Il est inadéquat de dire qu’à l’intérieur la romance héroïque, superbe, éloquente, et vierge de toute honte, a soudain réapparu dans une période à l’antiromantisme presque pathologique. Pour nous, qui vivons en ces étranges temps, le retour, et le soulagement pur qui en découle, est sans nul doute chose importante. Mais dans l’histoire du Roman elle-même, une histoire qui remonte jusqu’à l’Odyssée et au-delà, il ne s’agit pas d’un recul, mais d’une avancée et d’une révolution : la conquête de nouveaux territoires. »

— C. S. Lewis, « The Gods Return to Earth », dans Time and Tide, 14 août 1954

Néanmoins, Lewis, auteur controversé, prévient Tolkien que son soutien « peut [lui] faire plus de mal que de bien », et c’est effectivement ce qui se passe : plusieurs critiques préfèrent moquer l’enthousiasme de Lewis et sa comparaison du Seigneur des anneaux avec L’Arioste que s’attacher vraiment au livre de Tolkien. Beaucoup d’entre eux trouvent à redire au style : dans le Daily Telegraph, Peter Green trouve qu’il varie « du préraphaélite au Boy’s Own Paper [un journal pour enfants] », et ajoute que le livre « devrait être immensément populaire chez les enfants de 10 ans qui ne préfèrent pas la science-fiction ». Même ainsi, il reconnaît que « cet ouvrage informe exerce une fascination indéniable », et la plupart des critiques s’accordent avec lui : quels que soient les défauts qu’ils lui trouvent, Le Seigneur des anneaux possède quelque chose d’indéfinissable et de marquant, qui fait que « même une simple lecture ne sera pas oubliée de sitôt ».

Les critiques des deux autres volumes suivent peu ou prou le même modèle, mais la parution du Retour du Roi permet aux journalistes d’appréhender enfin Le Seigneur des anneaux dans son entièreté. C. S. Lewis publie une seconde critique dans Time and Tide, où il déclare que, s’il est encore trop tôt pour juger le livre, « il nous a fait quelque chose. Nous ne sommes plus tout à fait les mêmes » À l’opposé se trouve la critique fameuse d’Edmund Wilson pour The Nation, selon laquelle peu de choses, dans le livre, « dépasse[nt] l’entendement d’un enfant de sept ans », et que les compliments qui lui sont faits ne sont dus qu’au fait que « certaines personnes – peut-être en particulier en Grande-Bretagne – ont toute leur vie un goût pour des déchets juvéniles » ». Dans sa propre critique, W. H. Auden, qui a déjà déclaré au sujet de La Fraternité de l’Anneau qu’« aucune œuvre de fiction ne [lui] a donné autant de plaisir ces cinq dernières années », résume les réactions passionnées au Seigneur des anneaux : « Je ne me rappelle guère d’autre livre au sujet duquel nous ayons eu d’aussi violentes disputes. Personne ne semble avoir une opinion modérée ; soit, comme moi-même, les gens trouvent qu’il s’agit d’une œuvre maîtresse de son genre ou ils ne peuvent le supporter. » Amusé par ces querelles, Tolkien compose ce petit quatrain :

Le Seigneur des anneaux
Est une de ces choses :
Si vous l’aimez c’est bien
Sinon vous criez bah !

À la fin du xxe siècle, plusieurs sondages effectués au Royaume-Uni montrent l’engouement populaire suscité par Le Seigneur des anneaux : un sondage organisé par la chaîne de magasins Waterstone’s et la chaîne Channel 4 en 1996 l’élit « plus grand livre du siècle », loin devant 1984 de George Orwell. Ce résultat est confirmé peu après par des sondages réalisés par le Daily Telegraph et la Folio Society. En 2003, Le Seigneur des anneaux arrive encore en tête d’un sondage de la BBC concernant le livre favori des sondés.

 

En France

En France, le premier à évoquer Tolkien et son roman dans une publication est Jacques Bergier, tout d’abord par une mention dans Le Matin des magiciens (1960), puis plus longuement dans Admirations, en 1970. Celui-ci recommande ensuite Le Seigneur des anneaux à Christian Bourgois, qui le fait traduire et le publie en 1972-1973. La réception de la presse est alors bonne, tant locale (Le Républicain lorrain) que nationale : Le PointLe Figaro où Jean-Louis Curtis fait l’éloge d’un livre qu’il avait proposé à la publication chez Julliard.

Par la suite, outre la citation du Seigneur des anneaux comme source de La Gloire de l’Empire, de Jean d’Ormesson (1971) et l’admiration manifestée par Julien Gracq pour un livre « où la vertu romanesque ressurgissait intacte et neuve dans un domaine complètement inattendu », ou encore celle manifestée par le père Louis Bouyer, ami personnel de Tolkien, dans ses Lieux magiques de la légende du Graal, il faut attendre vingt ans pour qu’un premier ouvrage critique, écrit par Pierre Jourde, soit publié sur Tolkien, avant ceux d’Édouard Kloczko, de Nicolas Bonnal et de Vincent Ferré. À la suite de la sortie des films de Peter Jackson, de nombreux ouvrages ont par la suite été traduits ou publiés.

Avant cette occasion, les critiques restent rares : divers articles dans la presse lors de la sortie des différentes traductions suivantes, articles commentés par Vincent Ferré comme pleins d’erreurs, un article de l’essayiste « traditionaliste » Julius Evola dans la revue Totalité qui célèbre la dimension spirituelle du livre en 1981, ou Les Cahiers de l’imaginaire l’année suivante. Les critiques littéraires rouvrent en 2001 Le Seigneur des anneaux, comme Patrick Besson, qui publie dans Le Figaro un article titré « Le Seigneur des Fachos », auquel répondent des spécialistes de Tolkien, parlant de « critiques largement réfutées ». Du reste, Le Figaro littéraire fait sa une à la même époque sur « Tolkien : le dernier des magiciens » où Jean-Marie Rouart, de l’Académie française affirme que :

« Avec le retour de Tolkien, dont le succès brave tous les ukases de la littérature expérimentale ou minimaliste, le romanesque reprend sa revanche : une orgie de féerie, un bain dans l’imaginaire le plus débridé, un abandon dans l’irrationnel. »

— Jean-Marie Rouart

 

Postérité

Forrest J Ackerman est le premier à entrer en contact avec J. R. R. Tolkien, en 1957, pour lui proposer une adaptation cinématographique du Seigneur des anneaux, alors que les ventes du livre restent confidentielles : il obtient les droits pour un an et penche pour un film en prise de vues réelle alors que l’auteur privilégie un film d’animation ; mais aucun producteur ne se montre intéressé.

Durant les années 1960 et 1970, Le Seigneur des anneaux devient la base d’un véritable phénomène : le livre est considéré comme un symbole de la contreculture. On peut citer les slogans « Frodo Lives! » (« Frodo est vivant ») ou « Gandalf for President » (« Gandalf président »), très populaires chez les fans de Tolkien durant ces deux décennies, ou les nombreuses parodies dérivées de l’œuvre, dont la plus connue est sans doute Lord of the Ringards (Bored of the Rings), écrite par des rédacteurs du Harvard Lampoon et publiée en 1969.

En plein succès, les Beatles cherchent à monter une adaptation cinématographique sur l’impulsion de John Lennon ; ils s’accordent à ce que ce dernier joue le rôle de Gollum, Paul McCartney celui de Frodo, George Harrison celui de Gandalf et Ringo Starr celui de Sam ; Heinz Edelmann, qui travaille alors pour le quatuor sur leur film d’animation Yellow Submarine, imagine « un genre d’opéra, une sorte d’impression opératique […] une distillation de l’ambiance et de l’histoire qui n’aurait pas suivi chaque recoin de l’intrigue » ; mais Stanley Kubrick décline la proposition de réaliser ce projet et J. R. R. Tolkien n’est pas séduit par l’idée.

Le studio United Artists achète les droits d’adaptation en 1969 pour 250 000 dollars : John Boorman est chargé de mener le projet et collabore avec Rospo Pallenberg ; les Beatles sont toujours envisagés par le studio dans le rôle des Hobbits ; mais le scénario élaboré est finalement rejeté par United Artists, ainsi que par d’autres studios dont Disney. Boorman et Pallenberg s’inspirent cependant de leur travail pour produire Excalibur (1981).

Le succès populaire du Seigneur des anneaux a pour effet d’étendre la demande pour la science-fiction et la fantasy. L’évolution de ce genre dans les années 1960 et 1970 est largement due au Seigneur des anneaux. Un grand nombre de livres dans la même veine sont alors publiés, comme Le Cycle de Terremer de Ursula K. Le Guin ou les livres de Shannara de Terry Brooks.

L’industrie du jeu de rôle a aussi été fortement marquée par Le Seigneur des anneaux : Donjons et Dragons, l’ancêtre du genre, inclut de nombreuses races issues du roman : hobbits, elfes, nains, demi-elfes, orques et dragons. Gary Gygax, principal créateur du jeu, maintient cependant n’avoir été que peu influencé par Tolkien, n’ayant inclus ces éléments que pour rendre son jeu plus populaire. L’univers de Tolkien a connu deux adaptations directes en jeu de rôle, la première en 1984 (JRTM, édité par Iron Crown Enterprises), la seconde à la suite de l’adaptation de Peter Jackson, en 2002 (Jeu de rôle du Seigneur des Anneaux, édité par Decipher).

Le livre a également influencé de nombreux musiciens. Le groupe de rock anglais Led Zeppelin a composé plusieurs morceaux qui font explicitement référence au Seigneur des anneaux : Ramble On (sur Led Zeppelin II), The Battle of Evermore et Misty Mountain Hop (sur Led Zeppelin IV), et Over the Hills and Far Away (sur Houses of the Holy). Le Seigneur des anneaux est souvent considéré comme ayant eu une influence directe sur Stairway to Heaven, la plus célèbre composition du groupe, mais Robert Plant a déclaré qu’il n’en était rien. Le musicien suédois Bo Hansson   consacre l’intégralité de Music Inspired by Lord of the Rings, son premier album, au livre de Tolkien. Mirage, le second album du groupe Camel, contient trois morceaux inspirés par le livre (NimrodelThe Procession et The White Rider). Le pseudonyme de Steve Peregrin Took, percussionniste du groupe T. Rex, vient du nom du hobbit Peregrin Touc. Le groupe de rock progressif canadien Rush a été également influencé par l’œuvre de Tolkien, avec la chanson Rivendell, par exemple.

L’œuvre de Tolkien a beaucoup inspiré les groupes de metal. La quasi-totalité de la discographie du groupe Summoning se fonde sur celle-ci. Le groupe de power metal allemand Blind Guardian a composé un grand nombre de morceaux contenant des références à l’œuvre de Tolkien. Plusieurs groupes, comme Burzum, Gorgoroth ou Amon Amarth tirent leurs noms de termes forgés par J. R. R. Tolkien, en général associés au Mordor : le terme burzum (qui apparaît dans les vers gravés sur l’Anneau unique) signifierait « ténèbres » en noir parler, Gorgoroth est le nom d’une région du Mordor, et Amon Amarth est le nom sindarin du Mont Destin.

 

L’univers

L’histoire du Seigneur des anneaux se déroule sur la Terre du Milieu, principal continent d’Arda, univers créé de toutes pièces par l’auteur. J. R. R. Tolkien appelle ce travail littéraire « sous-création » (aussi traduit par « subcréation »). En réalité, Le Seigneur des anneaux n’a pas lieu sur une autre planète ou dans une autre dimension : il s’agit simplement d’un « passé imaginaire » de la Terre :

220px-Lothlorien.jpg

L’univers de la Terre du Milieu

« J’ai construit, je le crois, une époque imaginaire, mais quant au lieu j’ai gardé les pieds sur ma propre Terre maternelle. Je préfère cela à la mode moderne qui consiste à rechercher des planètes lointaines dans « l’espace ». Quoique curieuses, elles nous sont étrangères, et l’on ne peut les aimer avec l’amour de ceux dont nous partageons le sang. »

— Lettre no 211 à Rhona Beare (14 octobre 1958)

Ce « passé imaginaire » est décrit avec une précision chirurgicale par son créateur, qui va jusqu’à réécrire des passages entiers du Seigneur des anneaux afin que les phases de la lune soient cohérentes. La géographie du récit a été soigneusement élaborée par l’auteur : « J’ai commencé, avec sagesse, par une carte, à laquelle j’ai subordonné l’histoire (globalement en apportant une attention minutieuse aux distances). Faire l’inverse est source de confusion et de contradictions. ». Les trois cartes que comprend Le Seigneur des anneaux (la carte générale, celle du Comté et celle représentant le Gondor, le Rohan et le Mordor à grande échelle) ont été dessinées par Christopher Tolkien d’après des croquis de son père.

Tolkien a doté la Terre du Milieu d’une histoire propre, de la création du monde à la naissance des hommes en passant par celle des Elfes et des Nains. Cette histoire, qui n’apparaît qu’en retrait dans le texte du livre, à travers les nombreuses allusions qui y sont faites et les poèmes qui émaillent le récit, est détaillée dans les Appendices, ainsi que dans Le Silmarillion. Elle sous-tend néanmoins Le Seigneur des anneaux tout entier, lui conférant une grande profondeur. Comme son auteur le reconnaît lui-même :

« Une partie de l’attrait du Seigneur des anneaux est due, je pense, aux aperçus d’une vaste Histoire qui se trouve à l’arrière-plan : un attrait comme celui que possède une île inviolée que l’on voit de très loin, ou des tours d’une ville lointaine miroitant dans un brouillard éclairé par le soleil. S’y rendre, c’est détruire la magie, à moins que n’apparaissent encore de nouvelles visions inaccessibles. »

Durthang.jpg

Menaçantes montagnes de Mordor

— Lettre no 247 au colonel Worskett (20 septembre 1963)

Pour maintenir cette fiction historique, Tolkien prétend ne pas être l’auteur du Seigneur des anneaux, mais simplement son traducteur et éditeur, sa source étant le fictif Livre Rouge de la Marche de l’Ouest, c’est-à-dire les mémoires de Bilbo, qui forment Le Hobbit, et de Frodo, qui constituent Le Seigneur des anneaux. Par un procédé de mise en abyme, la page de titre de ce Livre Rouge est visible dans le dernier chapitre du Seigneur des anneaux, « Les Havres Gris » : il s’intitule La Chute du Seigneur des anneaux et le Retour du Roi.

La richesse du développement de la Terre du Milieu se voit aussi dans des domaines plus inattendus. Elle est peuplée de nombreuses créatures plus ou moins fantastiques, des mouches du Mordor aux trolls des cavernes. L’auteur s’est également soucié de la flore d’Arda dont l’elanor ou le mallorn sont les exemples les plus évidents. Pour ce qui est de l’astronomie, si les constellations et les planètes visibles dans le ciel nocturne sont les mêmes que les nôtres, elles reçoivent de nouveaux noms : par exemple, la Grande Ourse devient Valacirca, la « Faucille des Valar », et la planète Mars   devient Carnil, « la Rouge ». Cette polyvalence ne va pas sans poser quelques problèmes à Tolkien, bien en peine de répondre à toutes les demandes de ses lecteurs :

« … beaucoup réclament comme vous des cartes, d’autres veulent des indications sur la géologie plutôt que sur les lieux ; beaucoup veulent des grammaires et phonologies elfiques et des exemples ; certains veulent de la métrique et de la prosodie […] Les musiciens veulent des mélodies et une notation musicale ; les archéologues veulent des précisions sur la céramique et la métallurgie. Les botanistes veulent une description plus précise des mallorn, elanor, niphredil, alfirin, mallos et symbelmynë ; et les historiens veulent davantage de détails sur la structure sociale et politique du Gondor ; ceux qui ont des questions plus générales veulent des informations sur les Chariotiers, le Harad, les origines des Nains, les Morts, les Béorniens et les deux mages (sur cinq) disparus. »

Quenya_Example.svg

Conception des langues et d’alphabets de fiction qui jouent un rôle central dans la Terre du Milieu

Le travail de Tolkien débute par la création de langues puis la mise en place d’un décor et de personnages parlant ces langues, élaborées pendant plus de soixante ans. Au début, les récits sont en quelque sorte là pour donner de la crédibilité aux langues et rendre leur existence plus vraisemblable : à un fâcheux, Tolkien répond que Le Seigneur des anneaux est « une tentative pour créer une situation dans laquelle on pourrait avoir comme phrase de salutation habituelle elen síla lúmenn’ omentielmo, et que cette phrase précédait de beaucoup le livre ». Il s’agit clairement d’une exagération : l’expression elen síla lúmenn’ omentielmo, qui signifie « une étoile brille sur l’heure de notre rencontre », n’est apparue qu’au cours de la rédaction du livre. Cette anecdote permet toutefois de saisir l’importance des langues dans l’œuvre de Tolkien, qu’il qualifie lui-même « d’inspiration fondamentalement linguistique».

 

 

Adaptations

 

Films

Après un premier projet de dessin animé avorté, dont le scénario a été abondamment commenté par Tolkien, suivi de tentatives plus ou moins abouties par les Beatles ou John Boorman, la première adaptation du Seigneur des anneaux sur grand écran sort en 1978. Ce film d’animation, réalisé par Ralph Bakshi, ne couvre qu’une partie du récit : il s’arrête à la bataille de la Ferté-au-Cor. Le réalisateur néo-zélandais Peter Jackson a réalisé une seconde adaptation, intégrale, dont les trois volets sont sortis en salles entre 2001 et 2003.

En 2014 la chaine Arte diffuse À la recherche du Hobbit, une série documentaire en cinq épisodes de 26 minutes, produite par Yannis Metzinger et Alexis Metzinger, et réalisée par Olivier Simonnet. La série amène le spectateur aux sources des légendes et des inspirations qui ont mené J. R. R. Tolkien à écrire les romans du Hobbit et du Seigneur des anneaux.

 

Série télévisée

En novembre 2017, Amazon acquiert les droits TV mondiaux du Seigneur des anneaux et annonce la production d’une série médiéval-fantastique adaptée

 

Radio

Deux versions radiophoniques du Seigneur des anneaux ont été produites par la BBC, en 1955 et en 1981. La première s’est faite sous le regard de Tolkien, qui a échangé une correspondance volumineuse avec le producteur Terence Tiller, tandis que la seconde, réalisée par Brian Sibley et Michael Bakewell, est généralement considérée comme la plus fidèle74. Une troisième adaptation a été réalisée aux États-Unis en 1979.

 

Jeux

De nombreux jeux sont adaptés de l’univers du Seigneur des anneaux. En premier lieu, plusieurs jeux de rôle en ont été directement dérivés, notamment par Iron Crown Enterprises (JRTM) et Decipher (Jeu de rôle du Seigneur des Anneaux). Par la suite, de nombreux jeux vidéo se sont inspirés de l’œuvre, ainsi que des jeux de société et de figurines. Les années 2000 ont connu une accentuation du phénomène à la suite du succès des adaptations cinématographiques de Peter Jackson.

 

Musique

Dès 1965, Donald Swann met en musique six poèmes du Seigneur des anneaux et un des Aventures de Tom Bombadil, avec l’approbation de Tolkien, qui suggère un arrangement en plain-chant pour le Namárië. Les chansons sont publiées en 1967 dans le recueil The Road Goes Ever On: A Song Cycle, auquel Tolkien contribue en produisant des calligraphies des poèmes Namárië et A Elbereth Gilthoniel. La même année paraît chez Caedmon Records un enregistrement des chansons par William Elvin au chant et Donald Swann au piano.

Entre 1984 et 1988, le compositeur néerlandais Johan de Meij écrit sa Symphonie no 1 « Le Seigneur des anneaux » pour orchestre d’harmonie en cinq mouvements. Elle est créée le 15 mars 1988 à Bruxelles sous la direction de Nobert Nozy. En 2001, De Meij l’adapte pour orchestre symphonique, et cette nouvelle version est créée la même année par l’Orchestre philharmonique de Rotterdam.

L’ensemble danois du Tolkien Ensemble a publié quatre albums entre 1997 et 2005 qui reprennent l’intégralité des poèmes du Seigneur des anneaux, parfois avec la participation de l’acteur Christopher Lee.

 

Bibliographie

 

  1. R. R. Tolkien(trad. de l’anglais par Daniel Lauzon, ill. Alan Lee), Le Seigneur des Anneaux[« The Lord of the Rings »], vol. 1 : La Fraternité de l’Anneau, Christian Bourgois, 2014, 2268-3 éd. (1re éd. 1954), 515 p., broché
  2. R. R. Tolkien (trad. de l’anglais par Daniel Lauzon, ill. Alan Lee), Le Seigneur des Anneaux[« The Lord of the Rings »], vol. 2 : Les Deux Tours, Christian Bourgois, 2015, 2304-2 éd. (1re éd. 1954), 427 p., broché
  3. R. R. Tolkien (trad. de l’anglais par Daniel Lauzon, ill. Alan Lee), Le Seigneur des Anneaux[« The Lord of the Rings »], vol. 3 : Le Retour du Roi, Christian Bourgois, 2016, 2337e éd. (1re éd. 1955), 517 p., broché
  4. R. R.Tolkien(trad. Francis Ledoux, Tina Jolas), Le Seigneur des anneaux [« The Lord of the Rings »]

Humphrey Carpenter (trad. Pierre Alien), J. R. R. Tolkien, une biographie [« J. R. R. Tolkien: A biography »], Pocket, coll. « Littérature – Best », novembre 2004, 320 p.

Vincent Ferré, Tolkien : sur les rivages de la Terre du Milieu, Pocket, coll. « Agora », 2002, 354 p. .

Vincent Ferré (dir.), Tolkien, trente ans après (1973 – 2003), Christian Bourgois, 2004

J.R.R.. Tolkien, Christopher Tolkien et Humphrey Carpenter (trad. Delphine Martin et Vincent Ferré), Lettres [« Letters of J.R.R. Tolkien »]

 

Source Wikipédia

ECRIVAIN ANGLAIS, JOHN RONALD REUEL TOLKIEN (1892-1973), LITTERATURE, LITTERATURE BRITANNIQUE, LIVRES, ROMAN, ROMANS

John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)

John Ronald Reuel Tolkien

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Bloemfontein (Afrique du Sud) , le 03/01/1892
Mort(e) à : Bournemouth , le 02/09/1973

JRRTolkienPhoto_02

Biographie :

John Ronald Reuel Tolkien, plus connu sous sa signature : J. R. R. Tolkien, est un écrivain, poète, philologue et professeur d’université anglais.

Il est principalement connu en tant qu’auteur des romans de high fantasy « Bilbo le Hobbit » et « Le Seigneur des anneaux ».

Tolkien est professeur d’anglo-saxon à l’université d’Oxford (Pembroke) de 1925 à 1949, et professeur de langue et de littérature anglaise à Merton de 1945 à 1959. Durant sa carrière universitaire, il défend l’apprentissage des langues, surtout germaniques, et bouleverse l’étude du poème anglo-saxon Beowulf avec sa conférence « Beowulf : Les Monstres et les Critiques » (1936). Son essai « Du conte de fées » (1939) est également considéré comme un texte crucial dans l’étude de ce genre littéraire.

Ami proche de C. S. Lewis, qui fut plus tard l’auteur de la série du « Monde de Narnia », il est, comme lui, membre du groupe littéraire connu sous le nom d’Inklings. Tolkien est nommé commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique par la reine Élisabeth II le 28 mars 1972.

Après sa mort, son troisième fils Christopher publie plusieurs ouvrages basés sur les nombreuses notes et manuscrits inédits de son père, dont « Le Silmarillion ».

Avec « Bilbo le Hobbit » et « Le Seigneur des anneaux », ces livres forment un ensemble inspiré des légendes germaniques et celtiques, de récits, poèmes, essais et langues, concernant le monde imaginaire d’Arda, dont la Terre du Milieu est le continent principal. Dans les années 1950, Tolkien donne le nom de legendarium à ces écrits.

Ses ouvrages ont eu une influence majeure sur les écrivains de fantasy ultérieurs. En 2008, le Times l’a classé sixième d’une liste des « 50 plus grands écrivains britanniques depuis 1945 ». Ses romans « Le Hobbit » et « Le Seigneur des anneaux » ont connus des adaptations réalisées par Peter Jackson. Elles ont rencontré un grand succès, tant populaire que critique avec 17 Oscars (sur 36 nominations).

Bibliographie de J.R.R. Tolkien

seigneur-anneaux-livre-audio

Par bibliographie, on entend tout ouvrage, texte ou recueil d’écrits ou d’illustrations de J.R.R. Tolkien, publiés avant ou après 1973, date de sa mort. Pour des raisons de simplicité, les ouvrages ayant trait à la Terre du Milieu ont été séparés du reste des contributions et présentés en deux sections : ouvrages publiés de son vivant et les ouvrages posthumes. Les autres ouvrages sont eux présentés par type (contes, réécritures, traductions, essais universitaires, etc.).

Le sigle (en) signifie que l’ouvrage ou le texte n’a pas été traduit en français.

 Ouvrages portant sur la Terre du Milieu

Ouvrages publiés de son vivant

1937 : Le Hobbit (The Hobbit, or there and back again).

1969 — traduction de Francis Ledoux : Bilbo le Hobbit.

2012 — traduction de Daniel Lauzon : Le Hobbit.

1954–1955 : Le Seigneur des Anneaux (The Lord of the Rings : The Fellowship of the Ring & The Two Towers en 1954 ; The Return of the King en 1955).

1972-1973 — traduction de Francis Ledoux : Le Seigneur des Anneaux.

La Communauté de l’Anneau.

Les Deux Tours.

Le Retour du Roi.

2014-2016 — traduction de Daniel Lauzon : Le Seigneur des Anneaux.

La Fraternité de l’Anneau.

Les Deux Tours.

Le Retour du Roi.

1962 : Les Aventures de Tom Bombadil (The Adventures of Tom Bombadil), traduit par Dashiell Hedayat (1975), revue par Céline Leroy (2003).

2014 : (en) The Adventures of Tom Bombadil Extended Edition, version étendue du volume The Adventures of Tom Bombadil publiée de façon posthume par Wayne Hammond & Christina Scull.

1965 : Il était une fois (Once Upon A Time), poème sur Tom Bombadil non intégré à The Adventures of Tom Bombadil et publié dans Winter’s Tales for Children 1, traduit par Stéphanie Loubechine.

2013 : Tom Bombadil’s Last Song: Tolkien’s “Once Upon A Time” in Tolkien Studies volume 10, réédition du poème Once Upon A Time et commentaire par Kris Swank.

1967 : (en) The Road Goes Ever On : A Song Cycle, édité en collaboration avec Donald Swann.

 

Ouvrages posthumes

Textes

1974 : L’Album de Bilbo (Bilbo’s Last Song), illustré par Pauline Baynes, traduit par Pierre de Laubier (1991).

1975 : (en) Guide to the Names in the Lord of the Rings — édité par Christopher Tolkien dans A Tolkien Compass de Jared Lobdell

2006 : Réédition sous le titre Nomenclature of the Lord of the Rings — éditée par Christina Scull & Wayne Hammond dans The Lord of the Rings, A Reader’s Companion

1977 : Le Silmarillion (The Silmarillion) — édité par Christopher Tolkien, traduit par Pierre Alien (1978).

1980 : Contes et légendes inachevés (Unfinished Tales) — édité par Christopher Tolkien, traduit par Tina Jolas (1982).

Le Premier Âge.

Le Second Âge.

Le Troisième Âge.

1983–1995 : L’Histoire de la Terre du Milieu (The History of Middle-earth) — édité par Christopher Tolkien.

1983 : Le Livre des Contes Perdus (The Book of Lost Tales), traduit par Adam Tolkien (1995).

1984 : Le Second Livre des Contes Perdus (The Book of Lost Tales 2), traduit par Adam Tolkien (1998).

1985 : Les Lais du Beleriand (The Lays of Beleriand), traduit par Daniel Lauzon & Elen Riot (2006).

1986 : La Formation de la Terre du Milieu (The Shaping of Middle-earth), traduit par Daniel Lauzon (2007).

1987 : La Route perdue (The Lost Road and Other Writings), traduit par Daniel Lauzon (2008).

2009 : Les Étymologies1), traduit par Daniel Lauzon (oct. 2008).

1988 : (en) The Return of the Shadow.

1989 : (en) The Treason of Isengard.

1990 : (en) The War of the Ring.

1992 : (en) Sauron Defeated.

1993 : (en) Morgoth’s Ring.

1994 : (en) The War of the Jewels.

1995 : (en) The Peoples of Middle-earth.

2007 : Les Enfants de Húrin (The Children of Húrin) — édité par Christopher Tolkien, traduit par Delphine Martin (fév. 2008).

2007 : (en) The History of The Hobbit, vol. 1: Mr. Baggins et vol. 2: Return to Bag-End — édité par John D. Rateliff.

2017 : Beren et Lúthien (Beren and Lúthien) — édité par Christopher Tolkien, traduit par Adam Tolkien, Elen Riot et Daniel Lauzon (oct. 2017).

2018 : La Chute de Gondolin (The Fall of Gondolin) — édité par Christopher Tolkien, traduit par Tina Jolas, Daniel Lauzon et Adam Tolkien (avr. 2019).

Illustrations

1976 : (en) Drawings of J.R.R. Tolkien – édité par Ian Lowe & Lady Diana Caroline Caithness.

1979 : Peintures et Aquarelles de J.R.R. Tolkien (Pictures by J.R.R. Tolkien) — édité par Christopher Tolkien, traduit par Adam Tolkien (1994).

1995 : J.R.R. Tolkien : Artiste & Illustrateur (J.R.R. Tolkien: Artist & Illustrator) — édité par Wayne Hammond & Christina Scull, traduit par Jacques Georgel (1996).

2011 : (en) The Art of the Hobbit — édité par Wayne Hammond & Christina Scull.

2015 : (en) The Art of the Lord of the Rings — édité par Wayne Hammond & Christina Scull.

2018 : Trésors de Tolkien (Tolkien: Treasures) — édité par Catherine McIlwaine, traduit par Vincent Ferré (oct. 2018).

2019 : Tolkien : Créateur de la Terre du Milieu — édité par Catherine McIlwaine (juin 2018).

2019 : Tolkien. Voyage en Terre du Milieu — édité par Vincent Ferré et Frédéric Manfrin.

 

Textes ou fragments publiés dans divers ouvrages

En français :

2014 : Fragments sur la réincarnation elfique in La Feuille de la Compagnie n°3 : Tolkien l’Effigie des Elfes.

En anglais :

(en) Vinyar Tengwar (13 numéros sur 50 reprenant des travaux de Tolkien sur ses langues imaginaires).

(en) Parma Eldalamberon (11 numéros sur 22 reprenant des travaux de Tolkien sur ses langues imaginaires).

2009 : (en) Fate and Free Will in Tolkien Studies: An Annual Scholarly Review, volume 6.

2005 : (en) The Lord of the Rings: A Reader’s Companion — Wayne G. Hammond & Christina Scull (contient de nombreux commentaires de Tolkien sur Le Seigneur des Anneaux, ainsi que la Nomenclature of the Lord of the Rings

 Autres publications

Les divers textes qui suivent ont connu une histoire de publication assez confuse, paraissant dans divers recueils, en anglais comme en français, dont le détail serait trop complexe à retracer dans le cadre de cette bibliographie qui se veut simple d’usage. Nous avons donc décidé de lister les textes plutôt que les compilations en retenant la date de leur première publication.

Concernant les éditions françaises, dans les listes qui suivent :

une obèle (†) indique que le texte a été publié dans le recueil Faërie (1974) ;

une double obèle (‡) indique que le texte a été publié dans le recueil Faërie et autres textes (2003), version révisée en augmentée de Faërie qui inclut également une version révisée des Aventures de Tom Bombadil ;

une astérisque (*) indique que le texte a été publié dans Les Monstres et les critiques (2006).

Lettres et contenu biographique

1977 : (en) J.R.R. Tolkien, une biographie — Humphrey Carpenter

1981 : (en) Lettres — édité par Humphrey Carpenter avec l’assistance de Christopher Tolkien, traduit par Delphine Martin & Vincent Ferré (2005).

1992 : The Tolkien Family Album — John Tolkien & Priscilla Tolkien

2003 : (en) Tolkien et la Grande Guerre — John Garth

2014 : (en) Tolkien at Exeter College: How an Oxford undergraduate created Middle-earth — John Garth

2017 : (en) The J.R.R. Tolkien Companion and Guide — Wayne G. Hammond & Christina Scull (contient de nombreux documents inédits, comme par exemple des extraits de lettres) 

2018 : (en) Trésors de Tolkien — Catherine McIlwaine, traduit par Vincent Ferré (2018).

2019 : (en)Tolkien : Créateur de la Terre du Milieu (catalogue de l’exposition éponyme de la Bodleian) — Catherine McIlwaine

2019 : (en) Tolkien. Voyage en Terre du Milieu (catalogue de l’exposition éponyme de la BnF) — Vincent Ferré et Frédéric Manfrin

Histoires et textes à destination des enfants

1976 : Lettres du Père Noël (The Father Christmas Letters) — édité par Baillie Tolkien, traduit par Gérard-Georges Lemaire, revue par Céline Leroy (2004).

1982 : Monsieur Merveille (Mr. Bliss), traduit par Pierre Grammont (fév. 2009).

1998 : Roverandom (Roverandom) — édité par Wayne Hammond & Christina Scull, traduit par Jacques Georgel (1999).

2018 : Conférence sur les Dragons — éditée par Wayne Hammond & Christina Scull dans l’édition Facsimile Gift Edition de The Hobbit.

Contes et poèmes

1911 : La bataille du Champ Oriental (The Battle of the Eastern Field) in The King Edward’s School Chronicle, poème parodiant The Lays of Ancient Rome de Thomas Babbington Macaulay, traduit par Damien Bador (2017).

2008 : The Battle of the Eastern Field in Mallorn volume 46 — réédition posthume et commentaire de Maggie Burns.

1922 : (en) The Clerkes Compleinte in The Gryphon, poème en moyen-anglais parodiant les textes de Chaucer et publié sous le pseudonyme de N.N.

1984 & 1986 : The Clerkes Compleinte & The Clerkes Compleinte Revisited in Arda volumes IV & VI — réédition posthume et commentaire du poème par Anders Strenström, Tom Shippey et Christopher Tolkien.

2009 : A “Clerkes Compleinte”: Tolkien and the Division of Lit. and Lang. in Tolkien Studies volume 6 — réédition posthume et commentaire par Jill Fitzgerald.

1936 : (en) Songs for the Philologists, recueil de textes en vers édité avec E.V. Gordon.

1936 : (en) Noel, poème publié dans Annual of Our Lady’s School.

1945 : Feuille, de Niggle (Leaf, by Niggle) †‡

1945 : Le Lai d’Aotrou et Itroun (The Lay of Aotrou and Itroun) in The Welsh Review volume IV, n°4.

2016 : (en) The Lay of Aotrou and Itroun — réédition posthume augmentée commentée par Verlyn Flieger

1949 : Le Fermier Gilles de Ham (Farmer Giles of Ham) †‡.

1999 : (en) Farmer Giles of Ham (50th Anniversary Edition) — version étendue publiée de façon posthume par Wayne Hammond & Christina Scull.

1953 : Le Retour de Beorhtnoth fils de Beorhthelm (The Homecoming of Beorhtnoth Beorhthelm’s Son.

1967 : Smith de Grand Wootton (Smith of Wootton Major) †‡.

2005 : (en) Smith of Wootton Major Extended Edition — version étendue publiée de façon posthume par Verlyn Flieger.

1967 : For W.H.A, in Shenandoah: The Washington and Lee University Review volume 18, n°2, poème en vieil-anglais et anglais moderne en l’honneur du 60ème anniversaire du poète W.H. Auden.

1975 : (en) Doworst publié de façon incomplète dans Monash Review volume 3.

1988 : Mythopoeia ‡.

Réécritures et traductions

1975 : (en) Sir Gawain and the Green Knight, Pearl and Sir Orfeo (traduction) — édition posthume de Christopher Tolkien.

1982 : (en) The Old English Exodus (traduction) — édition posthume de Joan Turville-Petre.

1983 : (en) Finn and Hengest: the Fragment and the Episode (traduction) — édition posthume d’Alan Bliss.

2009 : La Légende de Sigurd et Gudrún (The Legend of Sigurd and Gudrún) — édition posthume de Christopher Tolkien, traduit par Christine Laferrière (2010).

2013 : La Chute d’Arthur (The Fall of Arthur) — édition posthume de Christopher Tolkien, traduit par Christine Laferrière (2013).

2014 : (en) The Book of Jonah (traduction) — édition posthume de Brendan N. Wolfe publié dans The Journal of Inklings Studies, volume 4, n°2.

2014 : Beowulf : Traduction et commentaire (Beowulf: translation and commentary) — édition posthume de Christopher Tolkien, traduit par Christine Laferrière (2015).

2015 : (en) The Story of Kullervo — édition posthume de Verlyn Flieger.

Essais, conférences et diverses publications universitaires

1922 : (en) A Middle English Vocabulary, un glossaire de vocabulaire moyen-anglais publié comme complément au Fourteenth Century Verse and Prose, un recueil de textes moyen-anglais de Kenneth Sisam (1921).

1925 : (en) Some Contributions to Middle-English Lexicography in The Review of English Studies, volume 1, n°2.

1925 : (en) The Devil’s Coach-Horses in The Review of English Studies, volume 1, n°3.

1925 : (en) Sir Gawain and the Green Knight, co-édition avec E.V. Gordon du texte moyen-anglais.

1929 : (en) Ancrene Wisse and Hali Meiðhad in Essays and Studies by Members of the English Association.

1931 : Un vice secret (A Secret Vice)*.

2016 : (en) A Secret Vice — édition étendue posthume par Andrew Higgins et Dimitra Fimi.

1932 : (en) The Name “Nodens” in Report on the Excavation of the Prehistoric, Roman, and Post-Roman Site in Lydney Park, Gloucestershire, R.E.M. Wheeler and T.V. Wheeler.

2007 : The Name “Nodens” in Tolkien Studies volume 4 — réédition posthume.

1932 : (en) Sigelwara Land Part 1 in Medium Ævum volume 1, n°3.

1934 : (en) Sigelwara Land Part 2 in Medium Ævum volume 2, n°2.

1934 : (en) Chaucer as a Philologist: The Reeve’s Tale in Transactions of the Philological Society 1934.

2008 : Chaucer as a Philologist: The Reeve’s Tale (avec The Reeve’s Tale) in Tolkien Studies volume 5 — réédition posthume.

1936 : Beowulf : les monstres et les critiques (Beowulf: The Monsters and the Critics)*.

2002 : (en) Beowulf and the Critics — édition étendue posthume par Michael D.C. Drout.

1939 : (en) The Reeve’s Tale: Version Prepared for Recitation at the ‘Summer Diversions’, publication privée (?).

2008 : The Reeve’s Tale (avec Chaucer as a Philologist: The Reeve’s Tale) in Tolkien Studies volume 5 — réédition posthume.

1940 : Traduire Beowulf (On Translating Beowulf ou Prefatory Remarks on Prose Translation of ‘Beowulf’)*.

1944 : (en) Sir Orfeo, édition du texte moyen-anglais.

2004 : “Sir Orfeo”: A Middle English Version in Tolkien Studies volume 1 — réédition posthume de Carl Hostetter.

1947 : Du Conte de Fées (On Fairy-Stories)†‡*.

2008 : (en) Tolkien On Fairy-stories — édition étendue posthume par Douglas Anderson & Verlyn Flieger.

1947 : (en) “iþþlen” in Sawles Warde in English Studies, co-écrit par Simonne d’Ardenne.

1948 : (en) MS. Bodley 34: A re-collation of a collation in Studia Neophilologica volume 20, n°1—2, co-écrit avec Simonne d’Ardenne.

1953 : (en) Middle English ‘Losenger’ in Essais de philologie moderne (1951).

1953 : Essai sur Sire Gauvain et le Chevalier vert (Sir Gawain and the Green Knight)*.

1962 : (en) Ancrene Wisse: The English Text of the Ancrene Riwle, édition du texte.

1963 : L’anglais et le gallois (English and Welsh)*.

1979 : Discours d’adieu à l’université d’Oxford (Valedictory Adress to the University of Oxford)* — édition posthume de Christopher Tolkien.

2010 : (en) Essays on Kalevala in ‘The Story of Kullervo’ and Essays on KalevalaTolkien Studies volume 7 — édition posthume de Verlyn Flieger (réédité en 2015 dans The Story of Kullervo).

2019 : (en) Tolkien’s Lost Chaucer — édition posthume de John M. Bowers

Divers

1923 : (en) Henry Bradley, 3 Dec. 1845-23 May 1923, nécrologie de Henry Bradley, superviseur de Tolkien lors de son travail à l’Oxford English DictionaryBulletin of the Modern Humanities Research Association, octobre 1923.

2015 : Henry Bradley, 3 Dec. 1845-23 May 1923 in Tolkien Studies volume 12 — réédition posthume avec un commentaire de Tom Shippey et Peter Gilliver.

1932 : (en) A Philologist on Esperanto in The British Esperantist, volume 28 ; lettre de Tolkien au secrétaire du comité éducatif de l’association britannique espérantiste.

2000 : Tolkien and Esperanto in SEVEN: An Anglo-American Literary Review, volume 17 — réédition posthume avec un commentaire de Arden R. Smith et Patrick Wynne.

2017 : Tolkien and Esperanto in J.R.R. Tolkien the Esperantist. Before the arrival of Bilbo Baggins d’Oronzo Cilli — réédition de la contribution précédente de Arden R. Smith et Patrick Wynne.

640_maquette_de_la_jaquette_pour_le_hobbit_

Tolkien-en-1-image-pptx

 

ECRIVAIN FRANÇAIS, EMMANUEL ROBLES (1914-1995), LITTERATURE FRANÇAISE, LIVRE, LIVRES, LIVRES - RECENSION, ROMAN, ROMANS, SUR LES HAUTEURS DE LA VILLE

Sur les hauteurs de la ville : un roman d’Emmanuel Roblès

Sur les hauteurs de la ville

Emmanuel Roblès

Paris, Le Livre de Poche 1960.

les-hauteurs-de-la-ville-robles-emmanuel-ref.jpg

 

Résumé

L’histoire débute par l’arrestation, pour acte de résistance, de Smaïl un jeune algérien pour dénoncer l’envoi en Allemagne de travailleurs au nom de l’opération Todt (organisation chargée de recruteur de jeunes français pour travailler au service de l’Allemagne pendant la Guerre de 1939-1945). Humilié par un certain Almaro, le colon français qui collabore avec les Allemands, le  jeune homme n’aura de cesse de se venger

 

Le sentiment d’humiliation et de désespoir qu’il ressent face à cette arrestation va faire naître en lui de la haine. La vengeance devient alors son leitmotiv, voire une raison d’être contre laquelle même l’amour ne peut rien.

A travers ce roman et son protagoniste, Emmanuel Roblès met en exergue le désarroi qui tourmente les jeunes Algériens dans les années 1946, le début de cette résistance contre le colonialisme…

 

 

Ce qu’en disait l’auteur lui-même en préfaçant son livre :

 

 » À l’époque où il fut écrit, c’est-à-dire dans les années 1946-47, ce récit avait le dessein de témoigner sur un aspect du désarroi qui tourmentait alors de jeunes Algériens. Il voulait également illistrer certaines aspirations, nées avec plus ou moins d’élan et de clarté, au feu des évènements qui transformaient le monde. Comment, en particulier, ne pas reconnaître que pour beaucoup de ces jeunes hommes, l’exemple de la Résistance française a été décisif ?

En mai 1945, je me trouvais du côté de Stuggart lorsque me parvinrent les premières rumeurs de la révolte algérienne dans le Constantinois. Un immense incendie s’éteignait à peine en Europe. Un autre s’allumait dans mon propre pays de l’autre côté de la mer. S’il n »était pas de même proportion, ses flammes en avaient déjà le même rougeoiement de malheur.

A mon retour en Algérie, l’année suivant, ce que j’ai constaté là-bas m’a fait vivre dans la certitude que le brasier noyé un peu plus tôt dans le sang de milliers de victimes reprendrait plus dévorant. On tue les hommes, on ne tue pas l’idée pour laquelle ils acceptent de mourir, chacun de nous le sait

Aux jeunes Algériens, l’avenir n’offrait aucun espoir. L’esprit comme les structures mêmes du régime colonial, les destinaient à buter contre un mur, sans la moindre possibilité de percée, d’ouverture sur un monde plis équitable. Une découverte de ce genre conduit déjà, presque à coup sûr, à la violence. Mais elle s’est complétée, pour les meilleurs, d’une conscience précise des forces qui, au mépris de toute justice, maintenaient ce mur.

Six ans à peine après la publication des Hauteurs de la ville, l’Algérie prenait son visage de guerre. Par milliers, des Smaïl, décidés à conquérir leur dignité, ont surgi du fond de leur nuit, la torche au poing.

À leur cri ont répondu, dans l’autre camp, des Montserrat qui, pour avoir douté de la légitimité du combat dans lequel la France les engageait, expient dans les prisons de Casabianda ou de Constantine.

Qu’on me croie, je ne cite pas mes personnages par complaisance tant je suis convaincu que tout écrivain, pour peu qu’il nourrisse sa création de vérité humaine, sait qu’il rencontrera tôt ou tard, à certains tournants de la vie, ses propres créatures, celles de « chair et d’os » dont se préoccupait Unamuo et qui « pèsent sur la terre ».

Mais si j’ai réunit ici, Smaïl et Monserrat, c’est qu’ils sont à mes yeux, sortis tout  brûlants d’un unique foyer : celui où la conscience de l’homme forge sa résistance à la plus grande défaite qui la menace qui est sa négation même.

 

Emmanuel Roblès ‘juillet 1960

LITTERATURE FRANÇAISE, LIVRE, NOTRE-DAME DE PARIS, ROMAN, ROMANS, VICTOR HUGO

Notre-Dame de Paris : le roman de Victor Hugo

Notre-Dame de Paris (roman)

Victor Hugo

29f6efbe-594a-11e6-9336-867821896344

Présentation

Structure

Le roman se compose de 59 chapitres répartis en onze livres de longueur inégale. Dans la première édition du roman, paru chez Charles Gosselin en mars 1831, trois chapitres sont coupés en raison des contraintes de longueur imposées par l’éditeur : ce sont le chapitre « Impopularité » (IV, 4) ainsi que les deux chapitres formant le livre V (« Abbas beati Martini » et « Ceci tuera cela »). Ces chapitres sont publiés dans la deuxième édition, définitive, du roman, parue chez Eugène Renduel en décembre 1832

 

Résumé

L’intrigue se déroule à Paris en 1482. Les deux premiers livres (I et II) du roman suivent Pierre Gringoire, poète sans le sou. Gringoire est l’auteur d’un mystère qui doit être représenté le 6 janvier 1482 au Palais de justice en l’honneur d’une ambassade flamande. Malheureusement, l’attention de la foule est vite distraite, d’abord par le mendiant Clopin Trouillefou, puis par les ambassadeurs eux-mêmes, et enfin par l’organisation improvisée d’une élection du Pape des fous à l’occasion de la Fête des Fous qui a lieu ce jour-là. Le sonneur de cloches de la cathédrale Notre-Dame de Paris, Quasimodo, est élu Pape des Fous en raison de sa laideur. Le mystère finit par s’arrêter, faute de public. Gringoire, à cette occasion, entend parler d’Esmeralda, une danseuse bohémienne qui passe pour égyptienne. L’ayant aperçue, il la suit dans les rues de Paris à la tombée de la nuit. Esmeralda manque d’être enlevée par Quasimodo accompagné d’un mystérieux homme vêtu de noir (qui se révèlera être l’archidiacre de Notre-Dame, Claude Frollo) mais elle est sauvée par l’intervention d’un capitaine de la garde, Phoebeus de Châteaupers. Gringoire qui a été renversé lors de l’intervention reprend ses esprits un peu plus tard et erre dans les rues, il se retrouve sans le vouloir au cœur de la cour des Miracles, le quartier hanté par les pires truands de la capitale. Il manque d’y être pendu, et doit la vie à l’intervention d’Esmeralda qui le prend pour mari, mais seulement pour le sauver.

Le livre III évoque la cathédrale Notre-Dame de Paris, son histoire et ses restaurations mal pensées, puis donne une vision d’ensemble de la ville de Paris telle qu’elle apparaissait à un spectateur médiéval regardant la capitale du haut des tours de la cathédrale.

Le livre IV, au cours d’une analepse, revient sur les conditions dans lesquelles Frollo a adopté Quasimodo et sur la jeunesse de l’archidiacre. Frollo fut une personne affectueuse dans sa jeunesse, mais devint petit à petit rigide et triste. Sa vie est entièrement consacrée à la quête du savoir, et il ne porte d’affection qu’à deux personnes : son frère cadet Jehan élevé par lui, un écolier dissipé mais qui passe son temps au cabaret et dans les maisons de passe ; et le bossu Quasimodo, qu’il a adopté à quatre ans quand il le vit exposé comme enfant trouvé dans la cathédrale. Frollo n’a jamais éprouvé de passion pour les femmes, dont il a une piètre opinion, et il déteste les bohémiens.

Au livre V, Frollo, à qui son savoir et ses connaissances en théologie ont permis de devenir archidiacre de Notre-Dame, reçoit la visite de Jacques Coictier, médecin du roi, accompagné d’un mystérieux visiteur, le « compère Tourangeau ». Tous trois discutent de médecine et d’alchimie, et, en partant, le mystérieux personnage révèle être l’abbé de Saint-Martin de Tours, c’est-à-dire le roi Louis XI en personne. Au cours de la discussion, Frollo a fait allusion à la révolution technique que représente l’invention de l’imprimerie : le livre va provoquer le déclin de l’architecture, qui représentait jusqu’à présent l’œuvre la plus aboutie de l’esprit humain. Dans le chapitre suivant, « Ceci tuera cela », Hugo développe cette réflexion de son personnage.

Au livre VI, Quasimodo est jugé au Châtelet pour sa tentative de rapt. L’affaire est écoutée par un auditeur sourd, et Quasimodo est sourd lui-même : le procès est une farce, et Quasimodo, sans avoir été écouté et sans avoir rien compris, est condamné à deux heures de pilori en place de Grève et à une amende. Sur la place de Grève, dans un entresol, se trouve le « Trou aux rats », qui sert de cellule à une recluse volontaire, la sœur Gudule. Un groupe de femmes, Gervaise, Oudarde et Mahiette, discute non loin de là ; Mahiette raconte l’histoire de Paquette, surnommée la Chantefleurie, dont l’adorable fillette a été enlevée quinze ans plus tôt par des bohémiens alors qu’elle n’avait pas un an, et remplacée par un enfant bossu dont on comprend qu’il s’agit de Quasimodo, plus tard recueilli par Frollo. La Chantefleurie aurait été rendue folle de douleur par la perte de sa fille, qu’elle n’a jamais retrouvée. Mahiette est persuadée que sœur Gudule n’est autre que la Chantefleurie, car celle-ci garde dans sa cellule un petit chausson d’enfant, seul souvenir de sa fille. De plus, la recluse voue une haine féroce aux bohémiens, et en particulier à Esmeralda. Peu après cette conversation, Quasimodo est amené en place de Grève et subit son supplice. Il doit son seul réconfort au geste généreux d’Esmeralda qui lui donne à boire.

Le livre VII commence plusieurs semaines plus tard. Esmeralda danse sur le parvis de Notre-Dame, tandis que Gringoire, qui s’est fait truand, est à présent jongleur. Esmeralda est regardée par la foule, mais aussi par Frollo, du haut des tours, et par Phœbus de Châteaupers. Celui-ci se trouve alors chez sa future épouse, Fleur-de-Lys, dont la maison fait face à la cathédrale. Reconnaissant la bohémienne, il la fait monter chez Fleur-de-Lys. Esmeralda, qui, en secret, est éperdument amoureuse de Phœbus, suscite la jalousie de Fleur-de-Lys à cause de sa beauté. Esmeralda est trahie par sa chèvre, Djali, à qui elle a appris à disposer des lettres pour former le nom de Phœbus : elle est alors chassée. Frollo accoste Gringoire pour le faire parler à propos d’Esmeralda, et comprend qu’elle est amoureuse de Phœbus. Les jours passent. Frollo devient peu à peu obsédé par sa passion pour l’Égyptienne et par sa jalousie pour Phœbus. Alors que son frère Jehan, qui dépense régulièrement tout son argent dans les cabarets et les maisons de passe, vient lui demander de lui prêter de l’argent, Claude Frollo reçoit la visite de maître Jacques Charmolue, et Jehan doit rester caché dans un coin pendant leur conversation. En quittant la cathédrale, Jehan croise Phœbus, qui est de ses amis. Phœbus, qui n’est nullement amoureux d’Esmeralda mais a envie de passer une nuit avec elle, a donné rendez-vous à la bohémienne dans un cabaret le soir même. Claude Frollo, qui a vu Jehan aborder Phœbus, abandonne son entretien avec Charmolue pour suivre discrètement les deux hommes. Lorsque Phœbus abandonne Jehan ivre mort après qu’ils ont bu ensemble, Claude l’aborde et demande à pouvoir assister à ses ébats avec la bohémienne, moyennant paiement ; Phœbus accepte. Esmeralda vient au rendez-vous, où Phœbus se montre très entreprenant ; mais au moment où elle va céder à ses avances, Claude Frollo surgit et poignarde le capitaine, avant de s’enfuir par une fenêtre donnant sur la Seine.

Au livre VIII, Esmeralda est arrêtée et jugée pour le meurtre de Phœbus de Châteaupers, qui a été gravement blessé. Elle est également soupçonnée de sorcellerie. Elle apprend que Phœbus est probablement mort, et, abattue, cesse de plaider son innocence. Soumise à la torture, elle avoue tout ce dont on l’accuse. Quelque temps après, Frollo vient la voir dans son cachot, confesse son amour pour elle et offre de l’aider, mais elle refuse et le repousse, toujours éprise de Phœbus dont elle le croit le meurtrier. En réalité, Phœbus a survécu et guérit progressivement, mais décide de s’abstenir de revoir Esmeralda, de peur que toute l’affaire ne compromette sa bonne réputation et son futur mariage. Deux mois après la nuit de son rendez vous avec la bohémienne, Phœbus se trouve chez Fleur-de-Lys au moment où Esmeralda est amenée sur le parvis de la cathédrale pour être pendue. Esmeralda aperçoit Phœbus vivant et l’appelle, mais il se retire précipitamment : Esmeralda, désespérée, s’abandonne à la mort. Mais Quasimodo intervient soudain, s’empare d’elle et la traîne dans l’église, où le droit d’asile la met à l’abri.

Au livre IX, Frollo errant dans le voisinage, est pris de souffrances par sa condition, il pense Esmeralda morte. Le soir même, de retour à Notre-Dame, il croise la bohémienne sans se faire voir. Pendant des jours, dans la cathédrale, Quasimodo veille sur la jeune fille. Il tente de persuader Phœbus de venir voir Esmeralda, mais ce dernier refuse catégoriquement. Pour ne pas blesser celle qu’il aime de plus en plus, Quasimodo dira à Esmeralda qu’il n’a pas trouvé Phœbus. Le bossu tente de faire comprendre à la jeune fille que l’apparence physique ne fait pas tout, mais la bohémienne est toujours fortement amoureuse de Phœbus et croit encore aveuglément que le capitaine l’aime également. L’amour de Quasimodo pour Esmeralda commence à prendre le dessus sur sa loyauté envers Frollo, au point que, lorsque Frollo tente d’abuser de la bohémienne, Quasimodo lui fait barrage.

Au livre X, Frollo demande à Gringoire de sauver Esmeralda en retour de la vie qu’elle lui a sauvé jadis lorsqu’il a failli être pendu. Le poète a une idée approuvée par Frollo : faire appel aux truands avec lesquels vivait Esmeralda pour qu’ils viennent la délivrer. En pleine nuit, les truands venus en très grand nombre assiègent la cathédrale. Mais les portes sont fermées et Quasimodo retient l’invasion jusqu’à l’arrivée des soldats envoyés par le roi Louis XI que l’on a prévenu rapidement. Par autodéfense, Quasimodo tue Jehan Frollo (frère de l’archidiacre) qui venait de rallier les truands le jour même. Les truands sont décimés par les soldats du roi.

Au livre XI, Frollo profite du désordre qui règne sur le parvis de Notre-Dame pour emmener Esmeralda avec lui hors du bâtiment, accompagné de Gringoire et de Djali, la chèvre d’Esmeralda. Ils quittent l’île où se trouve la cathédrale et Gringoire prend la poudre d’escampette avec la chèvre. Resté seul avec Esmeralda, Frollo lui réitère ses déclarations d’amour et essaie de la convaincre : il peut l’aider à s’échapper et ainsi la sauver de la mort si elle accepte de l’aimer. Mais elle refuse toujours. Furieux, il la livre aux griffes de la vieille recluse du Trou-aux-rats, en attendant l’arrivée en force de la Justice. Mais au lieu de cela, la sœur Gudule reconnaît en l’Égyptienne sa propre fille, Agnès, volée par des gitans quinze ans auparavant. Sœur Gudule ne peut cependant en profiter, car les sergents de ville retrouvent la jeune bohémienne qu’ils traînent à nouveau au gibet. La mère meurt d’un coup à la tête lors de sa lutte pour sauver sa fille. Du haut de Notre-Dame, Quasimodo et Frollo assistent à l’exécution, par pendaison, d’Esmeralda. Quasimodo comprend que Frollo a livré Esmeralda ; furieux et désespéré il pousse le prêtre du haut de la tour, et va lui-même se laisser mourir dans la cave de Montfaucon, tenant embrassé le cadavre d’Esmeralda, enfin uni à elle pour l’éternité.

Personnages principaux

Pierre Gringoire : le personnage de Gringoire s’inspire librement du poète et dramaturge réel du même nom. Dans le roman, Gringoire est un artiste sans le sou qui cultive une philosophie du juste milieu. Il suit Esmeralda jusqu’à la cour des Miracles, puis est sauvé de la pendaison lorsqu’elle accepte de se marier avec lui (même si elle n’éprouve pas le moindre sentiment à son égard). Gringoire se fait alors truand.

Esmeralda : (appelée « la Esmeralda » dans le roman) bohémienne séjournant à la cour des miracles, âgée de seize ans, elle gagne sa vie en dansant dans les rues de Paris et sur le parvis de Notre-Dame. Remarquable par sa beauté, elle incarne l’innocence, la naïveté et la noblesse d’âme. Les désirs qu’elle suscite sont le principal engrenage de la fatalité qui lui coûte également la vie à la fin du roman. Le malheur d’Esmeralda est causé par l’amour impossible qu’elle éveille chez l’archidiacre de Notre-Dame, Claude Frollo, qu’elle craint et déteste. De son côté, Esmeralda entretient une passion naïve et aveugle pour Phœbus de Châteaupers, un capitaine de la garde dont elle admire la beauté. Le bossu de Notre-Dame, Quasimodo, qui éprouve envers elle un amour sans illusion, tente en vain de lui faire comprendre que la beauté ne fait pas tout. Considérée par tous comme une « Égyptienne », Esmeralda est en réalité la fille perdue d’une Rémoise nommée Paquette. En effet, le roman dévoile qu’Esmeralda et Quasimodo sont des enfants échangés à leur jeune âge.

Quasimodo-e1409046545252-732x380

Claude Frollo : lointainement inspiré d’un personnage réel, Claude Frollo est l’archidiacre de Notre-Dame, mû par sa foi et son appétit de savoir. Frollo entretient son frère Jehan, et a recueilli et élevé Quasimodo. Il se trouve par la suite déchiré entre son amour pour Dieu et la passion mêlée de haine qu’il voue à Esmeralda.

Quasimodo: Quasimodo est le carillonneur de Notre-Dame et ne sort quasiment jamais de la cathédrale. Né bossu, borgne et boiteux, il devint en plus sourd à cause des cloches. Frollo l’a adopté et élevé depuis ses quatre ans alors qu’il venait d’être abandonné. Il est le seul à savoir communiquer avec lui, par signes. Quasimodo apparaît au début du roman comme une brute à la botte de Frollo, mais se révèle ensuite doté de sensibilité et d’intelligence. L’amour et le dévouement qu’il porte à Esmeralda finissent par supplanter son obéissance envers Frollo. Le roman dévoile qu’Esmeralda et Quasimodo sont des enfants échangés à leur jeune âge.

51VAZ+aq-LL._SX301_BO1,204,203,200_

Jehan Frollo : le jeune frère de Claude Frollo est un étudiant dissipé qui fréquente les truands de la Cour des miracles, mais compte aussi Phœbus de Châteaupers parmi ses connaissances de taverne. Lors de l’assaut de la cathédrale, il meurt fracassé contre la muraille de la cathédrale puis jeté dans le vide par Quasimodo.

Phoebus de Châteaupers : capitaine de la garde, il est attiré par la gitane Esmeralda sans avoir de réels sentiments pour elle. Il est déjà fiancé à Fleur-de-Lys, qui s’avère très jalouse de sa rivale.

Paquette : surnommée aussi la Chantefleuriela reclusela sachette, ou sœur Gudule. Cette femme a choisi de vivre enfermée dans le Trou aux Rats, depuis que sa fille d’un an (qu’elle chérissait), ait été enlevée par des bohémiens venus d’Égypte et échangée contre un enfant de quatre ans, hideux, boiteux et borgne (dont on comprend qu’il s’agit de Quasimodo). Elle croit sa fille morte et voue une haine féroce aux Égyptiens en général et à la Esmeralda en particulier.

Fleur de Lys de Gondelaurier: fiancée de Phœbus, elle est très jalouse d’Esmeralda.

Clopin Trouillefou : Un des chefs de la bande des truands, il occupe une place importante à la cour des Miracles.

Louis XI : cruel, avare et calculateur, le roi de France n’apparaît que dans quelques scènes, mais il joue un rôle décisif dans la répression de la révolte des truands qui tentent de sauver Esmeralda. Intéressé par la quête de la pierre philosophale, il vient à Notre-Dame sous une fausse identité, celle du « compère Tourangeau », pour s’entretenir d’alchimie avec Claude Frollo. Louis XI apparaît fréquemment comme un personnage machiavélique dans les œuvres romantiques du XIXè siècle, et en particulier dans les romans de Walter Scott.

 

Genèse et publication du roman

En 1828, l’éditeur parisien Charles Gosselin propose à Victor Hugo d’écrire un roman dans la lignée de l’auteur écossais Walter Scott, , alors très à la mode en France, et que Hugo apprécie beaucoup. Il lui a d’ailleurs consacré un article, « Sur Walter Scott, à propos de Quentin Durward » dans la revue La Muse française, en 1823. Le 15 novembre 1828, Victor Hugo signe un contrat avec Gosselin. Dans ce contrat, Hugo s’engage à lui livrer « un roman à la mode de Walter Scott ». Le contrat d’origine prévoit la livraison du roman en avril 1829 ; en contrepartie, Gosselin s’engage à publier aussi deux autres projets de Hugo, Le Dernier Jour d’un condamné et Les Orientales, et à rééditer ses deux romans précédents, Bug-Jargal et Han d’Islande. Mais très vite, les retards s’accumulent et les rapports entre Hugo et Gosselin se détériorent complètement à partir du printemps 1830. Hugo est alors occupé par ses autres projets littéraires : l’écriture de la pièce Marion Delorme, qui n’est finalement pas créée au théâtre, et l’écriture et la création du drame romantique Hernani, puis la « bataille » à laquelle la pièce donne lieu à sa création le 25 février 1830. En mai 1830, après des menaces de procès de la part de Gosselin puis plusieurs médiations, Hugo s’engage à terminer le roman au plus tard le 1er décembre 1830, sous peine de devoir verser à l’éditeur des indemnités de retard de 10 000 francs ; la livraison du roman terminé doit valoir à Hugo 2 000 francs comptant, 2 000 à nouveau un peu plus tard, et un franc par exemplaire vendu.

En juin 1830, Hugo commence à rassembler la documentation nécessaire au roman, et rédige, en juin ou en juillet, un premier plan détaillé. Fin juillet, il commence à peine la rédaction du premier chapitre lorsque la Révolution de Juillet éclate à la suite des ordonnances impopulaires prises par le roi Charles X. Hugo met précipitamment sa famille à l’abri et confie ses biens, dont ses manuscrits, à son beau-frère ; pendant ces déménagements, il égare un cahier contenant deux mois de notes de recherches documentaires. Il parvient à négocier un nouveau délai de deux mois, portant l’échéance au 1er février 1831. Début septembre, il reprend la rédaction du roman, qui se poursuit cette fois sans nouvelle interruption majeure. Dans une lettre à Gosselin le 4 octobre, Hugo indique que le roman sera probablement plus long que prévu, et demande à disposer de trois volumes, au lieu des deux prévus initialement : Gosselin refuse catégoriquement, à cause des dépenses supplémentaires que cela occasionnerait, ce qui contraint Hugo à mettre de côté trois chapitres (« Impopularité », « Abbas beati Martini » et « Ceci tuera cela »), qu’il compte bien publier plus tard dans une édition complète chez un autre éditeur. La rédaction du roman est achevée le 15 janvier.

Anankè.
La première édition de Notre-Dame de Paris paraît ainsi chez Gosselin le 16 mars 1831, précédé d’une brève préface où Hugo évoque l’inscription, gravée en lettres grecques majuscules « ἈΝΆΓΚΗ » (c’est-à-dire Ananké, qu’il choisit de traduire par « Fatalité ») qu’il aurait vue « dans un recoin obscur de l’une des tours » et qui lui aurait inspiré le roman. Dans cette préface, Hugo inclut une critique brève mais sévère contre les restaurations hâtives dont sont victimes les monuments historiques en général et Notre-Dame de Paris en particulier. Le 12 décembre 1832, libéré de son contrat, Hugo publie chez Eugène Renduel une deuxième édition, définitive, intégrant les trois chapitres absents de l’édition Gosselin, ainsi qu’une « Note ajoutée à l’édition définitive »10. Dans cette note, Hugo invente l’histoire d’un cahier contenant les trois chapitres qui se serait égaré et n’aurait été retrouvé qu’après la parution de la première édition, ce qui lui permet de passer sous silence ses démêlés avec Gosselin. Il insiste par ailleurs sur le fait que les chapitres sont inédits et non pas nouveaux.

Accueil critique

Au moment de sa parution, le roman de Hugo reçoit dans la presse française des critiques en majorité élogieuses. En mars 1831, la critique de la Revue de Paris salue en particulier le talent avec lequel Hugo fait revivre le Paris du xve siècle, et la façon dont il fait de la cathédrale « la grande figure du roman, sa véritable héroïne peut-être ». Paul Lacroix, dans le numéro de mars-avril 1831 du Mercure du XIXè siècle, considère lui aussi la cathédrale comme « en quelque sorte le personnage principal du livre », et apprécie surtout la façon dont le roman, qu’il qualifie d’« immense ouvrage », coordonne ses différents éléments, ainsi que « la variété des tons et des couleurs […] l’alliance merveilleuse de la science à l’imagination ». Le Journal des débats, en juin-juillet 1831, salue la puissance imaginative du roman, qui rend notamment possible la reconstitution du Paris médiéval, mais aussi la variété et l’éclat de son style.

Plusieurs critiques et écrivains, tout en formulant des avis favorables à propos du roman, lui reprochent un manque de spiritualité dans son évocation de la cathédrale et de la religion. Charles de Montalembert, dans le journal L’Avenir des 11 et 28 avril 1831, indique qu’il est de son devoir de signaler comme une erreur un « penchant vers la matière »qui prédomine selon lui dans le roman, et affirme plus loin : « on n’y voit nulle trace d’une main divine, nulle pensée de l’avenir, nulle étincelle immortelle ». Sainte-Beuve, , dans un article paru en juillet 1832 dans le Journal des Débats reproche au roman son « ironie qui joue, qui circule, qui déconcerte, qui raille et qui fouille, ou même qui hoche la tête en regardant tout d’un air d’indifférence », tandis que le traitement des personnages n’abandonne cette ironie que pour obéir à une logique de fatalité que Sainte-Beuve juge dépourvue de toute pitié, et il en conclut : « Il manque un jour céleste à cette cathédrale ; elle est comme éclairée d’en bas par des soupiraux d’enfer ». Le poète Lamartine émet un avis proche dans une lettre qu’il adresse à Hugo le 1er juillet 1831 après avoir lu le roman : tout en qualifiant le livre de « Shakespeare du roman » et d’« épopée du Moyen Âge », il le juge « immoral par le manque de Providence assez sensible ».

L’avis le plus sévère est celui du romancier Honoré de Balzac, qui écrit à Berthoud le 19 mars 1831 : « Je viens de lire Notre-Dame — ce n’est pas de M. Victor Hugo auteur de quelques bonnes odes, c’est de M. Hugo auteur d’Hernani — deux belles scènes, trois mots, le tout invraisemblable, deux descriptions, la belle et la bête, et un déluge de mauvais goût — une fable sans possibilité et par-dessus tout un ouvrage ennuyeux, vide, plein de prétention architecturale — voilà où nous mène l’amour-propre excessif. »

 

Thèmes principaux

Un roman historique

Notre-Dame de Paris relève du genre du roman historique, qui est à la mode au début du XIXè siècle, de même que la période du Moyen Âge qui suscite un intérêt nouveau de la part des écrivains et des poètes à partir des années 1820, sous l’impulsion d’auteurs comme Chateaubriand  ou Madame de Staël. Le chapitre « Paris à vol d’oiseau », en particulier, présente une tentative de reconstitution historique du Paris de 1482.

Mais Victor Hugo ne se considère pas comme tenu de respecter la vérité historique à tout prix et n’hésite pas à modifier le détail des faits et à resserrer l’intrigue pour faire mieux ressortir le caractère de personnages historiques comme Louis XI ou pour mettre en avant sa vision de l’Histoire. En cela, il applique à son roman les principes exposés dans un article « À propos de Walter Scott » qu’il a publié en 1823, et où il affirme : « j’aime mieux croire au roman qu’à l’histoire, parce que je préfère la vérité morale à la vérité historique».

 La réflexion philosophique : entre progrès de l’histoire et drame de la fatalité

Le roman historique tel que le conçoit Hugo comporte également une part de réflexion philosophique et morale. Sa mise en scène du XVè siècle et d’événements tels que le soulèvement populaire pour libérer Esmeralda vise moins à une reconstitution exacte de l’époque qu’à nourrir une réflexion politique adressée aux lecteurs français du XIXè siècle vivant sous la monarchie de Charles X. Le roman propose une philosophie de l’histoire et une théorie du progrès exposés en détail dans le chapitre « Ceci tuera cela ». Quant au sort tragique des personnages principaux, il nourrit une réflexion sur le destin traversée par la notion d’Ananke (Fatalité).

Un cadre de réflexion politique

La dimension politique du roman fournit à Hugo l’occasion d’affirmer, de manière plus ou moins directe, ses convictions politiques sur plusieurs sujets. Le combat le plus explicite mené par l’auteur à l’occasion du roman est un plaidoyer pour la préservation du patrimoine architectural dont la cathédrale Notre-Dame-de-Paris n’est que l’un des représentants les plus connus, et qui est mis en péril à l’époque du roman par des destructions pures et simples ou par des restaurations qui défigurent l’architecture d’origine des monuments : Hugo poursuit en cela le combat entamé plusieurs années plus tôt, par exemple dans un article qu’il publie en 1825, « Guerre aux démolisseurs ! », dont des rééditions paraissent en 1829 et 1832 (la seconde remaniée et augmentée).

Hugo mène également une réflexion sur la justice : la justice médiévale est présentée dans le chapitre « Coup d’œil impartial sur l’ancienne magistrature » comme une mascarade injuste où l’accusé pauvre est condamné d’avance et est tournée en dérision jusqu’à l’absurde dans une scène de satire féroce (le procès de Quasimodo, accusé sourd condamné par un juge sourd sans que ni l’un ni l’autre n’aient rien compris à l’affaire) ; mais elle est aussi montrée comme soumise à l’irrationnel et à la superstition (le procès d’Esmeralda condamnée pour sorcellerie). De plus, lorsqu’il décrit le gibet de la place de Grève, Hugo donne une évocation effrayante de la peine de mort, qu’il dénonce comme barbare et qu’il affirme destinée à être abolie par le progrès de l’Histoire : il poursuit en cela le combat entamé avec Le Dernier Jour d’un condamné, dont la première édition paraît anonymement en 1829 (avant Notre-Dame de Paris) et qu’il complète d’une préface signée de son nom lors de la réédition de 1832.

Enfin, le roman contient une réflexion politique sur le pouvoir royal à travers le personnage de Louis XI.

 La part du fantastique

Les dimensions philosophique et politique du roman n’empêchent pas par ailleurs celui-ci d’emprunter en partie ses procédés au roman gothique anglais du XVIIIè siècle, avec la part de fantastique qu’il contient : le principal personnage de Notre-Dame de Paris rattachant le roman à ce genre est l’archidiacre Claude Frollo, qui s’inscrit dans la lignée de la figure de l’homme d’Église maudit et possédé par le démon tel qu’il apparaît dans les textes fondateurs du genre comme Le Moine de Lewis (paru en 1796) ou Melmoth ou l’homme errant de Charles-Robert Mathurin (paru en 1820). Plusieurs scènes de l’intrigue reprennent des procédés narratifs courants du genre, comme les enlèvements, les enfermements ou la persécution d’un personnage par un autre (en l’occurrence celle d’Esmeralda par Frollo).

Si aucun événement du roman ne relève réellement du surnaturel, les personnages baignent dans un univers de croyances qui provoque leur effroi ou, dans le cas de Frollo, une dérive vers le mal et la folie ; le fantastique réside davantage dans la perception qu’ont les personnages du monde qui les entoure, et que Hugo rend sensible grâce aux procédés de la narration romanesque qu’il emprunte au roman gothique.

Postérité

Gérard de Nerval, dès 1832, mentionne le roman dans un poème, « Notre-Dame de Paris », où il évoque les hommes de l’avenir qui viendront contempler la cathédrale, « Rêveurs, et relisant le livre de Victor ».

En 1833, l’historien Jules Michelet évoque le roman dans le deuxième tome de son Histoire de France : « Je voulais du moins parler de Notre-Dame de Paris, mais quelqu’un a marqué ce monument d’une telle griffe de lion, que personne désormais ne se hasardera d’y toucher. C’est sa chose désormais, c’est son fief, c’est le majorat de Quasimodo. Il a bâti, à côté de la vieille cathédrale, une cathédrale de poésie, aussi ferme que les fondements de l’autre, aussi haute que ses tours ».

220px-Charles_Voillemot_-_La_Esmeralda_dansant838_victor_hugo-hunchback

Adaptations

Dès l’époque de sa parution, le roman a fait l’objet de nombreuses adaptations sur des supports variés.

 Œuvres musicales

Esquisse représentant des décors de La Esmeralda, opéra de Louise Bertin  (1836).

1836 : La Esmeralda, opéra en 4 actes de Louise Bertin

1844 : La Esmeralda, ballet en 5 tableaux de Jules Perrot, sur une musique de Cesare Pugni

1847 : La Esmeralda, opéra d’Alexandre Dargomyjski. i

1883 : Esmeralda, opéra d’Arthur Goring Thomas

1902 : La fille de Gudule, ou Esmiralda, ballet d’Alexandre Gorski sur la musique d’Antoine Simon (compositeur).

1965: Notre-Dame de Paris (ballet) – ballet de Roland Petit

1978 : Notre-Dame de Paris, spectacle de Robert Hossein

1998 : Notre-Dame-deParis, comédie musicale de Luc Plamondon et Richard Cocciante.

2002 : Klokkeren fra Notre-Dame,, comédie musicale du compositeur danois Knud Christensen.

 Cinéma

1905 : La Esmeralda  est un film d’Alice Guy et Victorin Jasset.

1911 : Notre-Dame de Paris, film de Albert Capellani.

1917 : The Darling of Paris est un film de J. Gordon Edwards  

1923 : Notre-Dame de Paris (The Hunchback of Notre Dame), film de Wallace Worsley

1931 : Notre-Dame-de Paris, film de Jean Epstein

1939 : Quasimodo (The Hunchback of Notre-Dame), film de William Dieterle

1942 ; Notre-Dame de Paris est un film de René Hervouin.

1956 : Notre-Dame de Paris film de Jean Delannoy

1996 : Le Bossu de Notre-Dame (The Hunchback of Notre Dame), film d’animation de Walt Disney Company

1999 : Quasimodo d’El Paris, comédie de Patrick Timsit

Sept-05-28.lr_.jpg

 

EMILE ZOLA (1840-1902), LE REVE, LIVRES - RECENSION, ROMAN, ROMANS

Le rêve de Emile Zola

Le Rêve

Emile Zola

Paris, Le Livre de Poche, 1971. 224 pages

9782253002833-001-T

Le Rêve : L’adoration Et L’extase

Le roman le plus court de la série des Rougon-Macquart d’Emile Zola, Le Rêve, parait en 1888 et se positionne seizième dans l’immense fresque des vingt volumes. Le Rêve aborde le thème de la religion mais pas sous l’effet trompeur et troublé de La Faute de l’Abbé Mouret, plutôt dans la véritable extase que peut provoquer l’adoration. L’auteur y met en scène Angélique Rougon, fille de Sidonie Rougon et d’un inconnu. L’histoire se passe en Picardie, dans un village appelé Beaumont pour lequel l’auteur s’est librement inspiré de la ville de Cambrai pour en décrire l’architecture. Abandonnée dès sa naissance, la petite Angélique, confiée tout d’abord à la grande institution de l’assistance publique, se verra par la suite placée chez une nourrice puis chez une fleuriste. Sa troisième famille d’accueil, les Rabier, la maltraiteront et elle s’enfuiera une nuit de noël jusqu’au pied d’une cathédrale contre laquelle elle se refugiera. Les Hubert, qui habitent juste à côté, la recueille. Ce couple sans enfant, très pieux, considère cette rencontre comme providentielle et décide d’adopter la fillette. Elle aussi adoptera immédiatement cette famille dont le métier consiste à réaliser des broderies et des ornements écclésiastiques.

 

Le Rêve : Angélique Dans La Brume

Mr Hubert fera quelques recherches sur le passé d’Angélique et il taira ce qu’il découvrira. Il mentira à Angélique en lui disant que ses vrais parents sont décédés. Elle se réalisera complètement dans la profession de brodeuse, donnant naissance à des ouvrages magnifiques. Elle vivra en toute quiétude, rêvant à un hypothétique prince charmant fabuleusement riche, rêve inspiré par les histoires racontées par Mme Hubert. Le rêve va se réaliser, en prenant la forme de Félicien, le fils de l’évêque qui est un peintre verrier. Leur amour ne rencontrera pas l’approbation de leurs parents respectifs. Mme Hubert pense qu’elle a été punie par le fait de ne pas pouvoir avoir d’enfant car elle s’est mariée sans l’assentiment de ses parents. Idem pour le père de Félicien, Monseigneur Hautecoeur, entré dans les ordres suite au décès de sa femme. Le mariage ne se fera pas. Angélique s’éteindra lentement face à cette interdiction, comme consumée par l’amour qu’elle ne peut ni exprimer ni vivre. Devant l’état inquiétant de la jeune fille, les parents donnent leur accord, mais trop tard. Angélique meurt dans les bras de son mari Félicien à la sortie de l’église après avoir échangé avec lui un premier et ultime baiser. Un livre court, qui évolue dans une brume claire, comme effectivement un rêve aux contours brillants. Ce roman très fleur bleue est vraiment en décalage par rapport à toute la saga avec un style auquel Zola ne nous avait pas encore habitué. Repos et pause de courte durée, l’auteur reviendra très vite dans le style naturaliste qui est le sien avec La Bête humaine en 1890, deux ans plus tard.

Après Le Rêve, découvrez la suite de la saga avec La Bête Humaine

http://www.les-rougon-macquart.fr/le-reve.html

 

Quelques extraits

À cette distance, elle le voyait comme en plein jour, âgé de vingt ans, blond, grand et mince. Il ressemblait au saint Georges, à un Jésus superbe, avec ses cheveux bouclés, sa barbe légère, son nez droit, un peu fort, ses yeux noirs, d’une douceur hautaine. Et elle le reconnaissait parfaitement : jamais elle ne l’avait vu autre, c’était lui, c’était ainsi qu’elle l’attendait. Le prodige s’achevait enfin, la lente création de l’invisible aboutissait à cette apparition vivante. Il sortait de l’inconnu, du frisson des choses, des voix murmurantes, des jeux mouvants de la nuit, de tout ce qui l’avait enveloppée, jusqu’à la faire défaillir. Aussi le voyait-elle à deux pieds du sol, dans le surnaturel de sa venue, tandis que le miracle l’entourait de toutes parts, flottant sur le lac mystérieux de la lune. Il gardait pour escorte le peuple entier de la Légende, les saints dont les bâtons fleurissent, les saintes dont les blessures laissent pleuvoir du lait. Et le vol blanc des vierges pâlissait les étoiles.

 

Souriante, elle avait levé la main, d’un geste d’attention profonde. Tout son être était ravi dans les souffles épars. C’étaient les vierges de la Légende, que son imagination évoquait comme en son enfance, et dont le vol mystique sortait du vieux livre, aux images naïves, posé sur la table. Agnès, d’abord, vêtue de ses cheveux, ayant au doigt l’anneau de fiançailles du prêtre Paulin. Puis, toutes les autres, Barbe avec sa tour, Geneviève avec ses agneaux, Cécile avec sa viole, Agathe aux mamelles arrachées, Élisabeth mendiant par les routes, Catherine triomphant des docteurs. Un miracle rend Luce si pesante, que mille hommes et cinq paires de bœufs ne peuvent la traîner à un mauvais lieu. Le gouverneur qui veut embrasser Anastasie, devient aveugle. Et toutes, dans la nuit claire, volent, très blanches, la gorge encore ouverte par le fer des supplices, laissant couler, au lieu de sang, des fleuves de lait. L’air en est candide, les ténèbres s’éclairent comme d’un ruissellement d’étoiles. Ah ! mourir d’amour comme elles, mourir vierge, éclatante de blancheur, au premier baiser de l’époux !

 

– Venez, les routes sont noires à cette heure, la voiture nous emportera dans les ténèbres ; et nous irons toujours, toujours, bercés, endormis aux bras l’un de l’autre, comme enfouis sous un duvet, sans craindre les fraîcheurs de la nuit ; et, quand le jour se lèvera, nous continuerons dans le soleil, encore, encore plus loin, jusqu’à ce que nous soyons arrivés au pays où l’on est heureux… Personne ne nous connaîtra, nous vivrons, cachés au fond de quelque grand jardin, n’ayant d’autre soin que de nous aimer davantage, à chaque journée nouvelle. Il y aura là des fleurs grandes comme des arbres, des fruits plus doux que le miel. Et nous vivrons de rien, au milieu de cet éternel printemps, nous vivrons de nos baisers, ma chère âme.

 

Elle se dressait, éperdue, s’agenouillait parmi les draps rejetés, la sueur aux tempes, toute secouée d’un frisson ; et elle joignait les mains, et elle bégayait : « Mon Dieu, pourquoi m’avez-vous abandonnée ? » […] C’était la grâce qui se retirait d’elle, Dieu cessait d’être à son entour, le milieu l’abandonnait. Désespérément, elle appelait l’inconnu, elle prêtait l’oreille à l’invisible.
Et l’air était vide, plus de voix chuchotantes, plus de frôlements mystérieux. Tout semblait mort : le Clos-Marie, avec la Chevrotte, les saules, les herbes, les ormes de l’Évêché, et la cathédrale elle-même. Rien ne restait des rêves qu’elle avait mis là, le vol blanc des vierges, en s’évanouissant, ne laissait des choses que le sépulcre. Elle en agonisait d’impuissance, désarmée, en chrétienne de la primitive Église que le péché héréditaire terrasse, dès que cesse le secours du surnaturel. Dans le morne silence de ce coin protecteur, elle l’écoutait renaître et hurler, cette hérédité du mal, triomphante de l’éducation reçue. Si, deux minutes encore, aucune aide ne lui arrivait des forces ignorées, si les choses ne se réveillaient et ne la soutenaient, elle succomberait certainement, elle irait à sa perte. « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’avez-vous abandonnée ? » Et, à genoux au milieu de son grand lit, toute petite, délicate, elle se sentait mourir. 

 

Comme elle furetait un matin, fouillant sur une planche de l’atelier, couverte de poussière, elle découvrit, parmi des outils de brodeur hors d’usage, un exemplaire très ancien de La Légende dorée, de Jacques de Voragine. Cette traduction française, datée de 1549, avait dû être achetée jadis par quelque maître chasublier, pour les images, pleines de renseignements utiles sur les saints.

Longtemps elle-même ne s’intéressa guère qu’à ces images, ces vieux bois d’une foi naïve, qui la ravissaient. Dès qu’on lui permettait de jouer, elle prenait l’in-quarto, relié en veau jaune, elle le feuilletait lentement : d’abord, le faux titre, rouge et noir, avec l’adresse du libraire, « à Paris, en la rue Neuve Nostre Dame, à l’enseigne Saint Jean Baptiste » ; puis, le titre, flanqué des médaillons des quatre évangélistes, encadré en bas par l’adoration des trois Mages, en haut par le triomphe de Jésus-Christ foulant des ossements. Et ensuite les images se succédaient, lettres ornées, grandes et moyennes gravures dans le texte, au courant des pages : l’Annonciation, un Ange immense inondant de rayons une Marie toute frêle ; le Massacre des Innocents, le cruel Hérode au milieu d’un entassement de petits cadavres ; la Crèche, Jésus entre la Vierge et saint Joseph, qui tient un cierge ; saint Jean l’Aumônier donnant aux pauvres ; saint Mathias brisant une idole ; saint Nicolas, en évêque, ayant à sa droite des enfants dans un baquet ; et toutes les saintes, Agnès, le col troué d’un glaive, Christine, les mamelles arrachées avec des tenailles, Geneviève, suivie de ses agneaux, Julienne flagellée, Anastasie brûlée, Marie l’Egyptienne faisant pénitence au désert, Madeleine portant le vase de parfum. D’autres, d’autres encore défilaient, une terreur et une pitié grandissaient à chacune d’elles, c’était comme une de ces histoires terribles et douces, qui serrent le cœur et mouillent les yeux de larmes. 

EMILE ZOLA (1840-1902), LE REVE, LITTERATURE FRANÇAISE, LIVRES - RECENSION, ROMAN, ROMANS

Le Rêve de Emile Zola

9099297432

Le Rêve (roman)

 

Le Rêve est un roman d’Emile Zola publié en 1888, , le seizième volume de la série Les Rougon-Macquart. Zola y aborde le thème de la religion mais de façon beaucoup moins violente et polémique qu’il ne l’avait fait dans La Conquête de Plassans ou La Faute de l’Abbé Mouret. Cette fois-ci, il s’intéresse à la foi populaire et au renouveau du mysticisme dans la société française de la seconde moitié du XIXè siècle.

Résumé

L’histoire se déroule dans le Val-d’Oise, dans une ville appelée Baumont-sur-Oise (inspiré de Cambrai pour décrire cette ville). La description de Beaumont-sur-Oise est précise, avec la ville haute ancienne et la ville basse plus moderne. La ville est accessible par la gare du Nord. L’héroïne est Angélique Rougon, fille de Sidonie Rougon et d’un père inconnu (elle est née quinze mois après le décès du mari de sa mère). Dès sa naissance, elle a été placée par la sage-femme à l’Assistance publique, puis confiée à une nourrice dans la Nièvre, à une fleuriste, et enfin aux Rabier, une famille de tanneurs qui la maltraitent. Une nuit de Noël, elle décide de fuir les Rabier et est recueillie par un couple de brodeurs, les Hubert, qui l’ont découverte transie, adossée à un pilier de la cathédrale de Beaumont. Cette famille très pieuse (ils confectionnent des broderies pour les vêtements et ornements ecclésiastiques) vit dans une toute petite maison adossée à la cathédrale. Angélique, qui est devenue la pupille des Hubert, montre beaucoup d’application et de goût pour la broderie. En même temps elle lit, et découvre la Légende dorée de Jacques de Vorogine, un ouvrage qui va changer sa vie d’adolescente. Elle s’identifie aux martyres, rêve d’avoir le même destin glorieux qu’elles, guettant par la fenêtre l’apparition qui va changer sa vie.

Cette apparition se présente finalement sous la forme d’un charmant jeune homme, Félicien, peintre verrier qu’elle identifie à saint Georges descendu de son vitrail. L’amour naît en eux, mais leurs familles s’opposent à leur mariage : d’un côté, Hubertine Hubert, sa mère adoptive, qui s’est mariée malgré l’interdiction de sa mère et estime en avoir été punie par le fait qu’elle ne peut avoir d’enfant, ne veut pas d’un mariage dicté par la passion ; même chose pour le père de Félicien, Monseigneur d’Hautecœur, évêque entré dans les ordres à la suite du décès de sa femme. Finalement, voyant qu’Angélique se consume peu à peu devant cette interdiction, les deux familles consentent au mariage. Mais Angélique meurt à la sortie de l’église, après avoir donné à Félicien son premier et dernier baiser.

 

 

Les Personnages des Rougon-Macquart
POUR SERVIR À LA LECTURE ET À L’ÉTUDE DE L’ŒUVRE DE 
ÉMILE ZOLA

par C. RAMOND (1901)

 

Personnages du livre « Le rêve »

Angélique Marie (l). — Fille non reconnue de Sidonie Rougon. Père inconnu. Elle est née à Paris, le 22 janvier 1851, quinze mois après la mort du mari de Sidonie. La sage-femme Foucart l’a déposée le 23 du même mois aux Enfants-Assistés de la Seine; elle y a été inscrite sous le numéro matricule 1634 et, faute de nom, a reçu les prénoms d’Angélique Marie. Le 25 janvier, l’enfant a été confiée à la nourrice Françoise Hamelin, maman Nini, qui l’a emportée dans la Nièvre, où elle a grandi en pleine campagne, conduisant la Rousse aux prés, marchant pieds nus, sur la route plate de Soulanges. Au bout de neuf ans, le 20 juin 1860, comme il fallait lui apprendre un état, elle est passée aux mains d’une ouvrière fleuriste, Thérèse Franchomme, née Rabier, cousine par alliance de maman Nini. Thérèse est morte six mois après chez son frère, un tanneur établi à Beaumont, et Angélique Marie, affreusement traitée par les Rabier, s’est enfuie, une nuit de décembre, le lendemain de Noël, emportant comme un trésor, cachant avec un soin jaloux le seul bien qu’elle possédât, son livret d’enfant assisté ! Habillée de loques, la tête enveloppée d’un lambeau de foulard, les pieds nus dans de gros souliers d’homme, elle a passé la nuit sous la neige, adossée à un pilier de la cathédrale et serrée contre la statue de sainte Agnès, la Vierge martyre, fiancée à Jésus. Au matin, la ville est couverte d’un grand linceul blanc, toutes les Saintes du portail sont vêtues de neige immaculée, et l’enfant misérable, blanche de neige, elle aussi, raidie à croire qu’elle devient de pierre, ne se distingue plus des grandes Vierges [4.].

Les Hubert la recueillent toute froide, d’une légèreté de petit oiseau tombé du nid [9]. C’est une gamine blonde, avec des yeux couleur de violette, la face allongée, le col surtout très long, d’une élégance de lis sur des épaules tombantes [5]. Son allure est celle d’un animal qui se réveille, pris au piège; il y a en elle un orgueil impuissant, la passion d’être la plus forte [12], on la sent enragée de fierté souffrante, avec pourtant des lèvres avides de caresses [17]. Elle va, pendant une année, déconcerter les Hubert par des sautes brusques; après des journées d’application exemplaire à son nouveau métier de brodeuse, elle deviendra tout à coup molle, sournoise, et, si on la gronde, elle éclatera en mauvaises réponses; certains jours, quand on voudra la dompter, elle en arrivera à des crises de folie orgueilleuse, raidie, tapant des pieds et des mains, prête à déchirer et à mordre. Mais ces affreuses scènes se terminent toujours par le même déluge de larmes, la même exaltation de repentir, qui la jette sur le carreau, dans une telle soif de châtiment qu’il faut bien lui pardonner [25]. C’est la lutte de l’hérédité et du milieu. Hubertine lui a enseigné le renoncement et l’obéissance, qu’elle oppose à la passion et à l’orgueil. A chaque révolte, elle lui a infligé une pénitence, quelque basse besogne de cuisine qui l’enrageait d’abord et finissait par la vaincre. Ce qui inquiète encore, chez cette enfant, c’est l’élan et la violence de ses caresses, on la surprend se baisant les mains; elle s’enfièvre pour des images, des petites gravures de sainteté qu’elle collectionne; elle s’énerve, les yeux fous, les joues brûlantes.

Angélique est une Rougon, aux fougues héréditaires, et elle vit loin du monde, comme en un cloître où tout conspire à l’apaiser. A l’heure de la première communion, elle a appris le mot à mot du catéchisme dans une telle ardeur de foi qu’elle émerveillait tout le monde par la sûreté de sa mémoire. Elle adore la lecture. Le livre qui achèvera de former son âme est la Légende dorée, de Jacques de Voragine, où d’abord les vieilles images naïves l’ont ravie, et dont elle s’est accoutumée à déchiffrer le texte. La Légende l’a passionnée, avec ses Saints et ses Saintes, aux aventures merveilleuses aussi belles que des romans, les miracles qu’ils accomplissent, leurs faciles victoires sur Satan, les effroyables supplices des persécutions, subis le sourire aux lèvres, un dégoût de la chair qui aiguise la douleur d’une volupté céleste, tant d’histoires captivantes où les bêtes elles-mêmes ont leur place, le lion serviable, le loup frappé de contrition; elle ne vit plus que dans ce monde tragique et triomphant du prodige, au pays surnaturel de toutes les vertus, récompensées de toutes les joies [39]. Le livre lui a appris la charité; c’est un emportement de bonté, où elle se dépouille d’abord de ses menues affaires, commence ensuite à piller la maison et se plaît à donner sans discernement, la main ouverte. A quatorze ans, elle devient femme, et quand elle relit la Légende, ses oreilles bourdonnent, le sang bal dans les petites veines bleues de ses tempes, elle s’est prise d’une tendresse fraternelle pour les Vierges. Elisabeth de Hongrie lui devient un continuel enseignement; à chacune des révoltes de son orgueil, lorsque la violence l’emporte, elle songe à ce modèle de douceur et de simplicité [43] et la gardienne de son corps est la vierge-enfant, Sainte Agnès [45].

A quinze ans, Angélique est ainsi une adorable fille; elle a grandi sans devenir fluette, le cou et les épaules toujours d’une grâce fière, la gorge ronde, la taille souple : et gaie, et saine, une beauté rare, d’un charme infini, où fleurissent la chair innocente et l’âme chaste [46]. Elle est devenue une brodeuse remarquable, qui donne de la vie aux fleurs, de la foi aux symboles ; elle a le don du dessin, on s’extasie devant ses Vierges, comparables aux naïves figures des Primitifs, on lui confie tous les travaux de grand luxe, des merveilles lui passent par les mains. Et sa pensée s’envoie, elle vit dans l’attente d’un miracle, au point qu’ayant planté un églantier, elle croit qu’il va donner des roses. A seize ans, Angélique s’enthousiasme pour les Hautecœur , en qui elle voit les cousins de la Vierge; elle voudrait épouser un prince, un prince qu’elle n’aurait jamais aperçu, qui viendrait au jour tombant la prendre par la main et la mènerait dans un palais; il serait très beau, très riche, le plus beau, le plus riche que la terre eût jamais porté. Et elle voudrait qu’il l’aimât à la folie, afin elle-même de l’aimer comme une folle, et ils seraient très jeunes, très purs et très nobles, toujours, toujours [69]. C’est ce rêve qu’elle va poursuivre maintenant.

Le miracle naîtra de son imagination échauffée de fables, des désirs inconscients de sa puberté. Elle s’est exaltée dans la contemplation du vitrail de la chapelle Hautecœur et quand, sous le mince croissant de la lune nouvelle, elle entrevoit une ombre immobile, un homme qui, les regards levés, ne la quitte plus, il lui semble que Saint Georges est descendu de son vitrail et vient à elle. L’apparition se précise, l’homme est un peintre verrier qui fait un travail de restauration ; elle sourit, dans une absolue confiance en son rêve de royale fortune. Lorsque l’inconnu pénètre chez les Hubert, elle peut bien jouer l’indifférence, la femme qui est en elle peut obéir à un obscur atavisme, se réfugier dans la méfiance et le mensonge; Angélique, malgré ses malices d’amoureuse, ne cesse de croire à sa grande destinée, elle reste certaine que l’élu de son cœur ne saurait être que le plus beau, le plus riche, le plus noble. Et la révélation décisive, l’humble verrier devenu Félicien VII de Hautecœur, héritier d’une illustre famille, riche comme un roi, beau comme un dieu, ne parvient pas a l’étonner. Sa joie est immense, parfaite, sans souci des obstacles, qu’elle ne prévoit pas. il semble à Angélique que le mariage s’accomplira dès le lendemain, avec celle aisance des miracles de la Légende. Hubertine la bouleverse en lui montrant la dure réalité, le puissant évêque ne pouvant marier son fils à une pauvresse. Son orgueil est abattu, elle retombe à l’humilité de la grâce, elle se cloître même, sans chercher à revoir Félicien ; mais elle est certaine que les choses se réaliseront malgré tout ; elle attend un miracle, une manifestation de l’invisible. Dans son inlassable confiance, sûre que si monseigneur refuse, c’est parce qu’il ne la connaît pas, elle se présente à lui au seuil de la chapelle Hautecœur et, d’une voix pénétrante de charme, peu à peu raffermie, elle dépend sa cause, elle se confesse toute, dans un élan de naïveté, d’adoration croissante; elle dit le cantique de son amour et elle apparaît comme une décès vierges légendaires des anciens missels, avec quelque chose de frêle, d’élancé dans la passion, de passionnément, pur [227]. Au refus de l’évêque, toute espérance humaine est morte, il semble que le rêve soit à jamais aboli. Une courte révolte soulève Angélique, elle aime en désespérée, prête à fuir aveu l’amant : c’est une dernière bataille que se livrent l’hérédité et le milieu. Elle sort de ce suprême combat touchée définitivement par la grâce, mais une langueur l’épuisé, c’est un évanouissement de tout son être, une disparition lente, elle n’est plus qu’une flamme pure et très belle [254].

Et alors le miracle s’accomplit. Monseigneur a cédé. Angélique était sans connaissance, les paupières closes, les mains l’aidés, pareille aux minces et rigides figures de pierre couchées sur les tombeaux. Le : « SI DIEU DIEU VEUT, JE VEUX » des Hautecœur l’a ressuscitée. Plus rien des révoltes humaines ne vit eu elle. Désormais en état d’humilité parfaite, elle remet au cher seigneur qu’elle va épouser son livret d’élève, celte pièce administrative, cet écrou où il n’y a qu’une date suivie d’un numéro et qui est son unique parchemin. ET c’est maintenant la pleine réalisation de son rêve ; elle laisse tomber sur les misérables un fleuve de richesses, un débordement de bien-être; elle épouse la fortune, la beauté, la puissance, au delà de tout espoir et, toute blanche dans sa robe de moire ornée de dentelles et de perles, parvenue au sommet du bonheur, elle meurt en mettant un baiser sur la bouche de Félicien [309]. (Le Rêve.)

 

Hautecœur (Félicien VII de) (l). — Fils de Jean XII de Hautecœur, depuis évêque de Beaumont, et de Paule de Valençay. il a perdu sa mère en naissant. Un oncle de celle-ci, un vieil abbé, l’a recueilli, son père ne voulant pas le voir, faisant tout pour oublier son existence. On l’a élevé dans l’ignorance de sa famille, durement, comme s’il avait été un enfant pauvre. Plus tard, le père a décidé d’en faire un prêtre, mais le vieil abbé n’a pas voulu, le petit manquant tout à fait de vocation. Et le fils de Paule de Valençay n’a su la vérité que très tard, à dix-huit ans. Il a connu alors son ascendance illustre, ce long cortège de seigneurs dont les noms emplissent l’histoire et dont il est le dernier rejeton; l’obscur neveu du vieil abbé est brusquement devenu Félicien VII de Hautecœur, et ce jeune homme qui, épris d’un art manuel, devait gagner sa vie dans les vitraux d’église, a vu toute une fortune s’écrouler sur lui ; les cinq millions laissés par sa mère ont’ été décuplés par des placements en achats de terrains à Paris, ils représentent aujourd’hui cinquante millions [66]. Un des grands chagrins de l’évêque est la fougue du jeune homme, sur laquelle l’oncle lui fournit des rapports inquiétants, ce ne sera jamais qu’un passionné, un artiste. Et, craignant les sottises du cœur, il l’a fait venir près de lui, à Beaumont, réglant à l’avance un mariage pour prévenir tout danger [207].

A cette époque, Félicien Vil a vingt ans. Blond, grand et mince, il ressemble au saint Georges de la cathédrale, à un Jésus superbe, avec ses cheveux bouclés, sa barbe légère, son nez droit, un peu fort, ses yeux noirs d’une douceur hautaine. Et malgré ces yeux de bataille, il est timide; à la moindre émotion, colère ou tendresse, le sang de ses veines lui monte à la face [106]. Le fils de Jean XII de Hautecœur habite un pavillon dans le parc de l’évêché, séparé par le clos Marie de la fraîche maison des Hubert où vit Angélique. Il aime la petite brodeuse depuis un soir qu’il l’a aperçue à sa fenêtre; elle n’était alors qu’une blancheur vague ; il distinguait à peine son visage et pourtant, il la voyait, il la devinait telle qu’elle était. El comme il avait très peur, il a rôdé pendant des nuits sans trouver le courage de la rencontrer en plein jour. Plus lard, il a su qui était cette jeune fille ; c’est alors que la fièvre a commencé, grandissant à chaque rencontre ; il s’est senti très gauche la première fois, ensuite il a continué à être très maladroit en poursuivant Angélique jusque chez ses pauvres ; il a cessé d’être le maître de sa volonté, faisant des choses avec l’étonnement et la crainte de les faire, et lorsqu’il s’est présenté chez les Hubert pour la commande d’une mitre, c’est une force qui l’a poussé [159]. Longtemps il a cru qu’on ne l’aimait pas, il a erré en rase campagne, il a marché la nuit, le tourment galopant aussi vite que lui et le dévorant. Mais lorsqu’il reçoit l’aveu d’Angélique, sa jeunesse vibre dans la pensée d’aimer et d’être aimé.

Il est la passion même, la passion dont sa mère est morte, la passion qui l’a jeté à ce premier amour, éclos du mystère [197]. Angélique connaît maintenant son grand nom, il est le fier seigneur dont les Saintes lui ont annoncé la venue, mais la sage Hubertine, inaccessible aux mirages du rêve, a exigé de Félicien le serment de ne plus reparaître, tant qu’il n’aura pas l’assentiment de monseigneur [215]. Le soir même, il s’est confessé à son père, qui, le cœur déchiré par sa passion ancienne, a formellement condamné en son fils cette passion nouvelle, grosse de peines; la parole de l’évêque est d’ailleurs engagée aux Voincourt, jamais il ne la reprendra. Et Félicien s’en est allé, se sentant envahir d’une rage, dans la crainte du flot de sang dont ses joues s’empourprent, le flot de sang des Hautecœur, qui le jetterait au sacrilège d’une révolte ouverte [219].

Il s’enfièvre, il écrit à Angélique des lettres que les parents interceptent, il voudrait partir avec elle, conquérir le bonheur qu’on leur refuse, mais la pure enfant est défendue par les vierges de la Légende [269]. Celte fois, Félicien se révolte contre l’impitoyable évêque, perdant tout ménagement, parlant de sa mère ressuscitée en lui pour réclamer les droits de la passion. Enfin, devant Angélique mourante, l’évêque a fléchi ; il accomplit le miracle de la faire revivre, elle deviendra sa fille, Félicien Vil de Hautecœur sera uni, en une cérémonie pompeuse, à l’humble créature qui, pour tous parchemins, possède un livret d’enfant assisté [296].

Et Félicien achète derrière l’Evêché, rue Magloire, un ancien hôtel, qu’on installe somptueusement. Ce sont de grandes pièces, ornées d’admirables tentures, emplies des meubles les plus précieux, un salon en vieilles tapisseries, un boudoir bleu, d’une douceur de ciel matinal, une chambre à coucher surtout, un nid de soie blanche et de dentelle blanche, rien que du blanc, léger, envolé, le frisson même de la lumière [298]. Mais Angélique ne connaîtra pas cet hôtel princier, plein de bijoux et de toilettes de reine. Au sortir de la cathédrale, parmi l’encens et le chant des orgues, elle s’éteint dans un baiser et Félicien ne tient plus qu’un rien très doux, très tendre, cette robe de mariée, toute de dentelles et de perles, la poignée de plumes légères, tièdes encore, d’un oiseau [310]. (Le Rêve.)

(l) Félicien de Hautecœur, marié en 1869 a Angélique Rougon. (Arbre généalogique des Rougon-Macquart.)

 

Rougon (Sidonie) (1). — Fille de Pierre Rougon et de Félicité Puech. Sœur d’Eugène, Pascal, Aristide et Marthe. Mère d’Angélique Marie. Elle est née en 1818 à Plassans. A vingt ans, elle a épousé un clerc d’avoué de Plassans et est allée se fixer avec lui à Paris [81]. (La Fortune des Rougon.)

Elle s’est établie rue Saint-Honoré, où elle a tenté avec son mari, un sieur Touche, le commerce des fruits du Midi. Mais les affaires n’ont pas été heureuses et, en 1850, on la retrouve veuve, pratiquant des métiers interlopes, dans une boutique avec entresol et entrée sur deux rues, faubourg Poissonnière et rue Papillon.

Petite, maigre, blafarde, doucereuse, sans âge certain [231], elle tient bien aux Rougon par cet appétit de l’argent, ce besoin de l’intrigue qui caractérise la famille. Les influences de son milieu en ont fait une sorte de femme neutre, homme d’affaires et entremetteuse à la fois [69]. La fêlure de cet esprit délié est de croire elle-même à une fantastique histoire de milliards que l’Angleterre doit rembourser, appât magique dont elle sait se servir avec habileté pour griser ses clientes. Son frère aîné Eugène Rougon, qui estime fort son intelligence, l’emploie à des besognes mystérieuses ; elle a puissamment aidé aux débuts de son frère cadet Aristide, en combinant son mariage avec Renée Béraud Du Châtel et elle continue ses bons offices au ménage, servant les intérêts du mari auprès des puissants [98], offrant des amants à la femme, dont elle abrite les passades [131], mettant son entresol à la disposition du jeune Maxime Saccard [133]. Elle juge les femmes d’un coup d’œil, comme les amateurs jugent les chevaux [132] et s’emploie, moyennant finances, à protéger toutes les turpitudes et àétouffer tous les scandales. Mielleuse et aimant l’église, Sidonie est au fond très vindicative. Pleine de colère contre Renée, qui s’est révoltée devant la grossièreté d’un de ses marchés d’amour [235], elle se charge de l’espionner et dénonce à Aristide ses amours avec Maxime [310]. Cette dernière infamie lui rapporte dix mille francs [336], qu’elle va manger à Londres, à la recherche des milliards fabuleux. (La Curée.)

Son mari mort et enterré, elle a eu une fille quinze mois après, en janvier 1851, sans savoir au juste où elle l’a prise. L’enfant, déposée sans état civil, par la sage-femme Foucart, à, l’Assistance publique, a reçu les prénoms d’Angélique Marie. Jamais le souvenir de cette enfant, née d’un hasard, n’a échauffé le cœur de la mère [50]. (Le Rêve.)

Sidonie vient à l’enterrement de son cousin le peintre Claude Lantier. Elle a toujours sa tournure louche de brocanteuse. Arrivée rue Tourlaque, elle monte, fait le tour de l’atelier, flaire cette Misère Due et redescend, la bouche dure, irritée d’une corvée inutile [477]. (L’Œuvre.)

Beaucoup plus tard, lasse de métiers louches, elle se retire, désormais d’une austérité monacale, à l’ombre d’une sorte de maison religieuse; elle est trésorière de l’Œuvre du Sacrement, pour aider au mariage des filles-mères [l29]. (Le Docteur Pascal.)

(1) Sidonie Rougon, née en 1818; épouse, en 1838, un clerc d’avoué de Plassans, qu’elle perd à Paris, en 1850 ; a d’un inconnu, en 1851, une fille qu’elle met aux Enfants Assistés. [Élection du père. Ressemblance physique avec la mère]. Courtière, entremetteuse, tous les métiers, puis austère. Vit encore à Paris, trésorière de l’Œuvre du Sacrement. (Arbre généalogique des Rougon-Macquart.)

 

 

Emile Zola (1840-1902)

 emile-zola-2-638

Emile Zola n’a que sept ans quand meurt son père, ingénieur vénitien. Il vit alors dans la pauvreté. Après avoir abandonné ses études scientifiques, il devient, de 1862 à 1866, chef de publicité à la librairie Hachette, ce qui lui permet de connaître les plus grands auteurs de l’époque. Emile Zola publie son premier ouvrage, « Contes à Ninon » à l’âge de vingt-quatre ans et fréquente les républicains. Puis il se lance dans une carrière de journaliste engagé. Dans ses critiques littéraires, il prône une littérature « d’analyse » s’inspirant des méthodes scientifiques. Son premier succès, le roman « Thérèse Raquin », lui vaut de nombreuses critiques de la part de la presse. 

Influencé par les études de Prosper Lucas et de Charles Letourneau sur l’hérédité et la psychologie des passions, Emile Zola entreprend une immense œuvre naturaliste, « Les Rougon-Macquart, histoire naturelle et sociale d’une famille sous le second empire », une saga constituée de romans réalistes et « scientifiques ». Ce projet l’occupera pendant un quart de siècle. Chacune des œuvres des « Rougon-Macquart », préparée par une enquête détaillée, montre l’affrontement des forces naturelles, soumises aux circonstances et à l’environnement social, qui gouvernent le destin des personnages. Et ceci quel que soit leur milieu d’origine : Paris populaire, courtisanes, capitalisme, mineurs, paysans… C’est le septième roman de la série, « L’assommoir » (1877), chef d’œuvre du roman noir qui lui apporte la célébrité. Dans « Germinal » (1885), il dépeint le monde ouvrier comme jamais il ne l’avait été auparavant et décrit le déterminisme économique comme la fatalité moderne. 

Avec toute son ardeur combattante, son courage et le poids de sa notoriété, Emile Zola s’engage dans l’affaire Dreyfus en publiant plusieurs articles dont son célèbre « J’accuse » dans le journal « L’Aurore » du 13 janvier 1898. Il est très critiqué par les nationalistes et le procès qui s’en suit l’oblige à s’exiler pendant un an en Angleterre. 

A l’issue des « Les Rougon-Macquart », il veut montrer qu’il ne sait pas uniquement peindre les tares de la société. Séduit par les idées socialistes, il souhaite proposer des remèdes sous la forme d’une vision prophétique du devenir de l’homme dans ses « Quatre Evangiles : « Fécondité », « Travail », « Vérité ». Le quatrième, « Justice », vient d’être commencé, lorsqu’il meurt « accidentellement » asphyxié dans son appartement.

Principales œuvres (Les titres suivis de * font partie des Rougon-Macquart) :

Contes à Ninon (1864)

La confession de Claude (1865)

Thérèse Raquin (1867)

Madeleine Férat (1868)

La Fortune des Rougon* (1871)

La Curée* (1872)

Le Ventre de Paris* (1873)

La Conquête de Plassans* (1874)

La Faute de l’abbé Mouret* (1875)

Son Excellence Eugène Rougon* (1876)

L’Assommoir* (1877)

Une Page d’Amour* (1878)

Le Roman Expérimental (1880)

Nana* (1880)

Pot-bouille* (1882)

Au bonheur des dames* (1883)

La Joie de Vivre* (1884)

Germinal* (1885)

L’Oeuvre* (1886)

La Terre* (1887)

Le Rêve* (1888)

La Bête humaine* (1890)

L’Argent* (1891)

La Débâcle* (1892)

Le Docteur Pascal* (1893)

Lourdes (1894)

Rome(1896)

Paris (1898)

Fécondité (1899)

Travail (1901)

Vérité (1903)