COULEURS (histoire des), HERVE FISCHER (1941-...), HISTOIRE, LIVRE, LIVRES, LIVRES - RECENSION, MICHEL PASTOUREAU (1947-....), MICHEL PASTOUREAU ET L'HISTOIRE DES COULEURS, SOCIOLOGIE

Michel Pastoureau et l’histoire des couleurs

 

Michel Pastoureau et l’histoire des couleurs

AVT_Michel-Pastoureau_224

Michel Pastoureau est né en 1947, il a publié notamment au Seuil, dans « La Librairie du XXIe siècle » : L’Étoffe du diable (1991), Une histoire symbolique du Moyen-Âge occidental (2004) et L’Ours. Histoire d’un roi déchu (2007). Son autobiographie Les Couleurs de nos souvenirs a reçu le prix Médicis Essai en 2010.

Il est professeur à la Sorbonne et à l’école pratique des Hautes Etudes où il est titulaire de la chaire d’Histoire de la symbolique occidentale.
Historien de la symbolique occidentale mondialement connu pour ses travaux sur l’histoire des couleurs en Occident, il a également publié une dizaine d’ouvrages sur les significations de l’héraldique, sur les blasons et les armoiries.

 

Le Petit livre des couleurs

Michel Pastoureau, Dominique Simonnet

Paris, Points, 2014. 144 pages

dsc_0006-2

Ce n’est pas un hasard si nous voyons rouge, rions jaune, devenons verts de peur, bleus de colère ou blancs comme un linge. Les couleurs ne sont pas anodines. Elles véhiculent des tabous, des préjugés auxquels nous obéissons sans le savoir, elles possèdent des sens cachés qui influencent notre environnement, nos comportements, notre langage, notre imaginaire. Les couleurs ont une histoire mouvementée qui raconte l’évolution des mentalités.

L’art, la peinture, la décoration, l’architecture, la publicité, nos produits de consommation, nos vêtements, nos voitures, tout est régi par ce code non écrit. Apprenez à penser en couleurs et vous verrez la réalité autrement !

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Bleu : Histoire d’une couleur

Michel Pastoureau

Paris, Le Seuil, 2000

histoire_couleur_moyen-age_michel_pastoureau_conference_monde_medieval_anthropologie

L’histoire de la couleur bleue dans les sociétés européennes est celle d’un complet renversement : pour les Grecs et les Romains, cette couleur compte peu ; elle est même désagréable à l’œil. Or aujourd’hui, partout en Europe, le bleu est de très loin la couleur préférée (devant le vert et le rouge).

L’ouvrage de Michel Pastoureau raconte l’histoire de ce renversement, en insistant sur les pratiques sociales de la couleur (étoffes et vêtements, vie quotidienne, symboles) et sur sa place dans la création littéraire et artistique, depuis les sociétés antiques et médiévales jusqu’à l’époque moderne. Il analyse également le triomphe du bleu à l’époque contemporaine, dresse un bilan de ses emplois et significations, et s’interroge sur son avenir.

^^^^^^^^^^^^^^^^

Noir. Histoire d’une couleur

Michel Pastoureau

Paris, Le Seuil, 2008. 216 pages.

unnamed (9)

Couleur de la mort et de l’enfer, le noir n’a pas toujours été une couleur négative. Au fil de son histoire, il a aussi été associé à la fertilité, à la tempérance, à la dignité. Et depuis quelques décennies, il incarne surtout l’élégance et la modernité.

Du noir des moines et des pirates au noir des peintres et des couturiers, Michel Pastoureau retrace la destinée européenne de cette couleur pas comme les autres. Il s’attache à cerner sa place dans les faits de langue, les pratiques sociales, la création artistique et le monde des symboles. Couleur à part entière jusqu’à ce que l’invention de l’imprimerie puis les découvertes de Newton lui donnent le statut particulier de non-couleur, le noir dévoile ici une histoire culturelle extrêmement riche, depuis les mythologies des origines jusqu’à son triomphe au XXe siècle.

Longtemps, en Occident, le noir a été considéré comme une couleur à part entière, et même comme un pôle fort de tous les systèmes de la couleur. Mais son histoire change au début de l’époque moderne : l’invention de l’imprimerie, la diffusion de l’image gravée et la Réforme protestante lui donnent, comme au blanc, un statut particulier. Quelques décennies plus tard, en découvrant le spectre, Newton met sur le devant de la scène un nouvel ordre des couleurs au sein duquel il n’y a désormais plus de place ni pour le noir ni pour le blanc : pendant presque trois siècles, ce ne seront plus des couleurs. Toutefois, dans le courant du XXe siècle, l’art d’abord, la société ensuite, la science enfin redonnent progressivement au noir son statut de couleur véritable.

C’est à cette longue histoire du noir dans les sociétés européennes qu’est consacré le livre de Michel Pastoureau. L’accent est mis autant sur les pratiques sociales de la couleur (lexiques, teintures, vêtements, emblèmes) que sur ses enjeux proprement artistiques. Une attention particulière est portée à la symbolique ambivalente du noir, tantôt pris en bonne part (fertilité, humilité, dignité, autorité), tantôt en mauvaise (tristesse, deuil, péché, enfer, mort). Et comme il n’est guère possible de parler d’une couleur isolément, cette histoire culturelle du noir est aussi, partiellement, celle du blanc (avec lequel le noir n’a pas toujours fait couple), du gris, du brun, du violet et même du bleu.

^^^^^^^^^^^^^^^^^

Vert : Histoire d’une couleur

Michel Pastoureau

Paris, Le Seuil, 2013. 240 pages.

514z8bfntwL

Aimez-vous le vert ? À cette question les réponses sont partagées. En Europe, une personne sur six environ a le vert pour couleur préférée ; mais il s’en trouve presque autant pour détester le vert, tant chez les hommes que chez les femmes. Le vert est une couleur ambivalente, sinon ambiguë : symbole de vie, de sève, de chance et d’espérance d’un côté, il est de l’autre associé au poison, au malheur, au Diable et à ses créatures.

Le livre de Michel Pastoureau retrace la longue histoire sociale, artistique et symbolique du vert dans les sociétés européennes, de la Grèce antique jusqu’à nos jours. Il souligne combien cette couleur qui a longtemps été difficile à fabriquer, et plus encore à fixer, n’est pas seulement celle de la végétation, mais aussi et surtout celle du Destin. Chimiquement instable, le vert a symboliquement été associé à tout ce qui était instable : l’enfance, l’amour, la chance, le jeu, le hasard, l’argent. Ce n’est qu’à l’époque romantique qu’il est définitivement devenu la couleur de la nature, puis celle de la santé, de l’hygiène et enfin de l’écologie. Aujourd’hui, l’Occident lui confie l’impossible mission de sauver la planète.

 

^^^^^^^^^^^^^^^^

Rouge, Histoire d’une couleur

Michel Pastoureau

Paris, LE Seuil,  2016. 216 pages

31+aMpLgcML._SX258_BO1,204,203,200_

 

Le rouge est en Occident la première couleur que l’homme a maîtrisée, aussi bien en peinture qu’en teinture. C’est probablement pourquoi elle est longtemps restée la couleur « par excellence », la plus riche du point de vue matériel, social, artistique, onirique et symbolique.

Admiré des Grecs et des Romains, le rouge est dans l’Antiquité symbole de puissance, de richesse et de majesté. Au Moyen Âge, il prend une forte dimension religieuse, évoquant aussi bien le sang du Christ que les flammes de l’enfer. Mais il est aussi, dans le monde profane, la couleur de l’amour, de la gloire et de la beauté, comme celle de l’orgueil, de la violence et de la luxure. Au XVIe siècle, les morales protestantes partent en guerre contre le rouge dans lequel elles voient une couleur indécente et immorale, liée aux vanités du monde et à la « théâtralité papiste ». Dès lors, partout en Europe, dans la culture matérielle comme dans la vie quotidienne, le rouge est en recul. Ce déclin traverse toute l’époque moderne et contemporaine et va en s’accentuant au fil du temps. Toutefois, à partir de la Révolution française, le rouge prend une dimension idéologique et politique. C’est la couleur des forces progressistes ou subversives, puis des partis de gauche, rôle qu’il a conservé jusqu’à aujourd’hui.

Soutenu par une abondante iconographie, cet ouvrage est le quatrième d’une série consacrée à l’histoire sociale et culturelle des couleurs en Europe. Rouge.Histoire d’une couleur fait suite à Bleu. Histoire d’une couleur (2000), Noir. Histoired’une couleur (2008) et à Vert. Histoire d’une couleur (2013).

 

^^^^^^^^^^^^^^^^

Jaune – Histoire d’une couleur

Michel Pastoureau

Paris, Le Seuil, 2019. 240 pages

71qtWafQbRL

Aujourd’hui, en Europe, le jaune est une couleur discrète, peu présente dans la vie quotidienne et guère sollicitée dans le monde des symboles. Il n’en a pas toujours été ainsi. Les peuples de l’Antiquité voyaient en lui une couleur presque sacrée, celle de la lumière, de la chaleur, de la richesse et de la prospérité. Les Grecs et les Romains lui accordaient une place importante dans les rituels religieux, tandis que les Celtes et les Germains l’associaient à l’or et à l’immortalité. Le déclin du jaune date du Moyen Âge qui en a fait une couleur ambivalente. D’un côté le mauvais jaune, celui de la bile amère et du soufre démoniaque : il est signe de mensonge, d’avarice, de félonie, parfois de maladie ou de folie. C’est la couleur des hypocrites, des chevaliers félons, de Judas et de la Synagogue. L’étoile jaune de sinistre mémoire trouve ici ses lointaines racines. Mais de l’autre côté il y a le bon jaune, celui de l’or, du miel et des blés mûrs ; il est signe de pouvoir, de joie, d’abondance.

À partir du XVIe siècle, la place du jaune dans la culture matérielle ne cesse de reculer. La Réforme protestante puis la Contre-Réforme catholique et enfin les  » valeurs bourgeoises  » du XIXe siècle le tiennent en peu d’estime. Même si la science le range au nombre des couleurs primaires, au même titre que le rouge et le bleu, il ne se revalorise guère et sa symbolique reste équivoque. De nos jours encore, le jaune verdâtre est ressenti comme désagréable ou dangereux ; il porte en lui quelque chose de maladif ou de toxique. Inversement, le jaune qui se rapproche de l’orangé est joyeux, sain, tonique, bienfaisant, à l’image des fruits de cette couleur et des vitamines qu’ils sont censés contenir.

Michel Pastoureau poursuit son histoire des couleurs : après Bleu (2000), Noir (2008), Vert (2013) et Rouge (2016), il invite à une observation de l’usage et de la symbolique du jaune à travers un parcours iconographique extrêmement riche (plus de 230 illustrations). Le médiéviste s’attache à la perception de cette couleur ambiguë, symbole un temps de l’hérésie, en explorant des champs aussi variés que la philologie ou l’héraldique. La perception du jaune est mise en lien avec l’évolution artistique (le clair-obscur) et sociale (le protestantisme). Cette couleur, délaissée par la Bible, mal aimée, connut un regain d’intérêt par une invention technique, le jaune d’argent utilisé dans les vitraux du XIVsiècle, et par des apports non occidentaux, comme les « chinoiseries ». Ce caractère ambivalent forge également le pouvoir d’évocation politique du jaune, comme le montre sa place dans les mouvements contemporains de contestation.

^^^^^^^^^^^^^^

Les couleurs de l’Occident: De la Préhistoire au XXIᵉ siècle 

Hervé Fischer

Paris, Gallimard, 2019. 512 pages.

unnamed (10)

Quatrième de couverture

Nos couleurs d’aujourd’hui ne sont plus qu’une question de goût, dans un grand désordre que ne gouverne aucune règle. Pourtant, ce moment de leur longue histoire n’est qu’une exception.Toujours, les sociétés ont régi les significations de la couleur et ses usages magiques, religieux, politiques, sociaux selon des systèmes chromatiques qui ne se transgressaient pas sans risque et ne variaient qu’avec l’évolution des structures et des idéologies sociales. Hervé Fischer, en artiste et en sociologue, scrute l’oscillation permanente de la vision et de l’usage des couleurs en Occident entre deux pôles – rationalisation et irrationalité, contrainte et liberté – et dégage de leur tension les fondements d’une sociologie de la couleur, pour mieux en bâtir l’histoire. De la gamme rouge-jaune-noir-blanc des cavernes jusqu’aux fausses couleurs qui font voir l’univers invisible, des premières icônes jusqu’à la publicité et aux modes contemporaines en passant par le cercle de Chevreul, depuis les cathédrales colorées jusqu’au blanc des murs modernes, l’auteur dégage un chemin qui va du symbolisme des couleurs pures à l’invention du réalisme des couleurs, du clair-obscur de Rembrandt à la couleur lumière des impressionnistes et à l’anarchisme fauviste faisant écho aux crises sociales du temps. Vient alors l’idée du rôle moteur des grands artistes de l’Occident dans la trajectoire apparente des couleurs. On ne sait plus, au bout du compte, de la société ou de l’individu, qui agit sur l’autre pour bouleverser l’ordre établi – tout ce qui fait d’un Léonard, d’un Delacroix, d’un Van Gogh, d’un Matisse un révolutionnaire. Eux le savaient, et les citations de leurs écrits qui émaillent le texte de ce livre, en accord avec la pertinence des images, nous conduisent à mesurer, par leurs questionnements et leurs certitudes, la hauteur des débats et la puissance des enjeux qui se nouent autour de la couleur.

Biographie de l’auteur

Artiste, philosophe, sociologue, Hervé Fischer a publié plus de vingt ouvrages, est intervenu dans de multiples lieux du monde et a bénéficié de nombreuses expositions, dont une rétrospective mémorable au Centre Pompidou, à Paris, en 2017, dont on peut consulter le catalogue, Hervé Fischer et l’art sociologique.

Analyse dans la revue Etudes (avril-juin 2020)

Hervé Fischer, artiste et sociologue, relie les couleurs à leur symbolique sociale et construit des outils « sociochromatiques », grâce auxquels il aborde des domaines que ne traite pas Pastoureau, comme l’architecture. Il propose ainsi une archéologie de la couleur (dans le sens étendu que lui a donné Michel Foucault). Selon Fischer, le langage social des couleurs prend son sens à la fin de la période médiévale. Sa symbolique s’établit dès lors parallèlement à l’affermissement des institutions, jusqu’à l’explosion colorée du baroque. L’auteur montre qu’il existe une concordance entre le désordre chromatique et l’organisation sociale autour d’un État absolu. La couleur prend une dimension morale (ce qu’il appelle l’« éthique chromatique ») qui n’est pas sans rapport avec l’avènement de la bourgeoisie. L’usage intensif de la couleur la dote d’une valeur idéologique pleinement exploitée par le XXsiècle, sur lequel se concentre Fischer. À la « couleur pour la couleur » d’un Robert Delaunay s’oppose la conscience politique de la violence chromatique des Fauves. La subjectivité des couleurs apparaît alors comme une idée moderne, pensée comme une revendication de la liberté individuelle.

 

JERÔME FOURQUET, L'ARCHIPEL FRANÇAIS, LIVRES - RECENSION, POLITIQUE FRANÇAISE, POLITIQUE FRANCAISE, SOCIETE FRANÇAISE, SOCIOLOGIE

L’Archipel français de Jérôme Fourquet

 

L’Archipel français. Naissance d’une nation multiple et divisée 

Jérôme Fourquet, avec la collaboration de Sylvain Manternach

 

L-archipel-francais-de-Jerome-Fourquet-Prix-du-livre-politique-2019

 

Présentation de l’éditeur

En quelques décennies, tout a changé. La France, à l’heure des gilets jaunes, n’a plus rien à voir avec cette nation une et indivisible structurée par un référentiel culturel commun. Et lorsque l’analyste s’essaie à rendre compte de la dynamique de cette métamorphose, c’est un archipel d’îles s’ignorant les unes les autres qui se dessine sous les yeux fascinés du lecteur.

C’est que le socle de la France d’autrefois, sa matrice catho-républicaine, s’est complètement disloqué. Jérôme Fourquet envisage d’abord les conséquences anthropologiques et culturelles de cette érosion, et il remarque notamment combien notre relation au corps a changé (le développement de pratiques comme le tatouage et l’incinération en témoigne) ainsi que notre rapport à l’animalité (le veganisme en donne la mesure). Mais, plus spectaculaire encore, l’effacement progressif de l’ancienne France sous la pression de la France nouvelle induit un effet d’« archipelisation » de la société tout entière : sécession des élites, autonomisation des catégories populaires, formation d’un réduit catholique, instauration d’une société multiculturelle de fait, dislocation des références culturelles communes (comme l’illustre, par exemple, la spectaculaire diversification des prénoms).

À la lumière de ce bouleversement sans précédent, on comprend mieux la crise que traverse notre système politique : dans ce contexte de fragmentation, l’agrégation des intérêts particuliers au sein de coalitions larges est tout simplement devenue impossible. En témoignent, bien sûr, l’élection présidentielle de 2017 et les suites que l’on sait…

 

Avec de nombreuses cartes, tableaux et graphiques originaux réalisés par Sylvain Manternach, géographe et cartographe.

Jérôme Fourquet est analyste politique, directeur du département Opinion à l’IFOP.

 

Recension dans la Revue Etudes

Armé de sondages et d’enquêtes d’opinion, de cartes, de tableaux et de graphiques en tous genres, Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion à l’Ifop, fait l’état des lieux de la France. À l’en croire, elle est travaillée par un syndrome de division et même, désormais, une «archipelisation» sans remède. C’en est fini de toutes les vieilles divisions binaires, pour une part structurantes, de la République : celles de la France « catho-laïque », des France du Nord et du Sud, de l’Est et de l’Ouest, de droite et de gauche, des France industrielle et rurale, citadine et villageoise, bourgeoise et ouvrière, du centre et de la périphérie, etc. Ou si elles n’ont pas disparu, elles sont désormais enfouies. Partout ont émergé des îles et des îlots qui exhibent surtout leurs différences et des intérêts divergents. Derrière ce qui pourrait s’appeler aussi balkanisation voire « tribalisation » en grands ensembles territoriaux, culturels et autres, opère de surcroît le travail d’émiettement et de dissolution de l’individualisme.

Les causes de la fragmentation sont bien sûr multiples mais, sans vraie surprise, c’est l’effondrement du socle catholique (et finalement, avec lui mais autrement, du socle laïque et républicain) qui reste le fond de ­l’explication. L’affaissement de la pratique religieuse est bien connu, mais Jérôme Fourquet en indique avec justesse des conséquences anthropo­logiques et culturelles invisibles, telles que le tatouage en très forte hausse, la diversification des prénoms (avec l’effondrement du prénom chrétien le plus typique : Marie), la déculpabilisation générale et la permission donnée aux identités et aux expériences sexuelles, à des pratiques comme l’Ivg, etc. Effondrée aussi, bien sûr, l’«Église rouge» (le Parti communiste). Fragmentés, les médias et l’information. En sécession, les élites. Éloignées de la culture et des idéologies communes, les catégories populaires. En hausse, l’hétérogénéité ethnoculturelle. Marqués à la fois par des dynamiques de réislamisation et de «sortie de la religion», les musulmans. Le tout répercuté dans l’école et le tissu urbain. Il est intéressant de noter la place importante – pour l’évolution économique et sociologique – du trafic de stupéfiants (cannabis), dans toutes les villes de France : il enfonce, à cause de l’insécurité, de la pauvreté, de la délinquance, etc., de nombreux quartiers dans la sécession. La fracture sociale s’affiche sans surprise aussi sur la carte scolaire (écoles choisies en fonction de la qualité, de la sécurité, de la non-mixité ethnique, etc.), de même qu’elle se répercute dans les réactions différenciées aux «grands événements» (1983 : affirmation du Front national et marche des Beurs ; 2005 : victoire du « Non » lors du référendum sur le Traité constitutionnel européen, émeutes dans les banlieues ; 2015 : attentats de janvier 2015 contre ­Charlie-Hebdo et l’Hyper Casher de la porte de Vincennes, où tout le monde, loin de là, n’a pas été « Charlie »).

En fin de compte, la présidentielle de 2017 a été le reflet inattendu de ces nouvelles partitions françaises. Chiffres et cartes en mains, Jérôme Fourquet démontre impeccablement comment la dualité droite-gauche a été pratiquement balayée et absorbée par une nouvelle configuration politique. Alors que le Rassemblement (auparavant Front) national avait déjà réuni, sur son programme et ses chefs, la révolte et les ressentiments de la France des «perdants de la mondialisation», Macron a pu, grâce à une série d’événements favorables, fédérer tout l’archipel des «gagnants», du centre-droit à la gauche socialiste, consacrant ainsi un «nouveau clivage de classe[1]», où le niveau d’étude constitue aujourd’hui «la variable la plus discriminante» et explique la «constitution dun bloc libéral-­élitaire». La répartition de ces deux nouvelles entités – grossièrement : un «haut» et un «bas», eux-mêmes divers et fragmentés – se reflète en particulier dans la géographie. Encore ce tableau est-il partiel car, par exemple, Jérôme Fourquet radiographie aussi plus brièvement le devenir des communautés turques, africaines, asiatiques, polonaises et portugaises, tout en faisant le récit de divers émiettements sociologiques et politiques. Curieusement, il insiste peu sur le rôle d’Internet et des réseaux sociaux, sinon pour rappeler leurs délires complotistes et signaler la perte d’influence des grands médias (surtout dans les jeunes générations).

Que tirer de tout cela, qui paraît peu contestable ? La difficulté, bien sûr, de gouverner un pays si fragmenté, où chacun (même les gagnants de la mondialisation) réclame ses droits en ayant peu de souci du «commun». Mais c’est moins la détresse des «perdants», plus ou moins connue et souvent évoquée, qui surprend que la description de la «sécession des élites», de la frange supérieure de la société donc, qui s’est ménagé un entre-soi et se protège culturellement, géographiquement, économiquement… Le livre éclaire donc à la fois sur des aspects «neufs» de l’insurrection des Gilets jaunes (par exemple, le choix de manifester dans les centres-villes cossus, où les vitrines exposent crûment le monde luxueux des riches et leur bien-être) et sur les réactions (hostiles ou favorables) qui les ont accueillis. Mais en lisant Jérôme Fourquet, on comprend aussi que les affinités entre Gilets jaunes et Rassemblement national (et, au contraire, leur surdité aux sirènes de gauche) viennent de loin. Quoi qu’il en soit, on ne voit plus ce qui fait lien, ce qui créerait davantage qu’une coexistence sans communauté de destin (hors de moments brefs de communion nationale et lors d’éphémères triomphes sportifs). L’invocation, comme un mantra, du «vivre-ensemble» n’est que l’envers d’un vide (de même, d’ailleurs, que la fraternisation sur les ronds-points).

Mais si Jérôme Fourquet analyse avec pertinence la défection, essentielle, de l’Église catholique, il est pratiquement silencieux sur celle, concomitante, de sa vieille rivale, la République. Même si les républicains anticléricaux ne le reconnaissent pas, la conflictualité ou la tension entre les deux étaient sources de rivalité et de vitalité civiques. Après tout, on aurait pu imaginer que ce pilier politique survive, avec la Nation. Force est de constater qu’il s’est effondré et que les néo-­républicains du moment semblent brasser du vide, comme si, dans la « catho-laïcité », l’énergie fondatrice restait malgré tout, invisiblement, la tradition chrétienne. En tout cas, la disjonction, depuis les années 1970, entre les deux forces – l’Église et la République laïque[2] –, dans le sens de la résistance au «progrès» de l’individualisation éthique et aux nouveautés «sociétales» ou au contraire du soutien à leur donner, n’y a rien fait : elles sont à terre toutes deux. Jérôme Fourquet ne se risque pas à des prévisions, encore moins à des solutions de sortie de crise : on le comprend. Les religions languissantes peuvent compter sur des «réveils», mais les Républiques ? Sur des révolutions ?

 

[1] - Voir Jérôme Fourquet, Le Nouveau Clivage. Mondialisation, libre-échange, métropolisation, flux migratoires: état des démocraties occidentales, Paris, Cerf, 2018.

 

[2] - Voir Olivier Roy, L’Europe est-elle chrétienne?, Paris, Seuil, 2019.

https://esprit.presse.fr/actualite-des-livres/esprit/l-archipel-francais-naissance-d-une-nation-multiple-et-divisee-jerome-fourquet-avec-la-collaboration-de-sylvain-manternach-42100

FRANCE, JERÔME FOURQUET, L'ARCHIPEL FRANÇAIS, LIVRE, LIVRES, LIVRES - RECENSION, SOCIOLOGIE

L’archipel français de Jérôme Fourquet

L’archipel français : naissance d’une nation multiple et divisée

Jérôme Fourquet

Paris, Le Seuil, 2019. 384 pages

L-archipel-francais

 

Présentation de l’éditeur

En quelques décennies, tout a changé. La France, à l’heure des gilets jaunes, n’a plus rien à voir avec cette nation soudée par l’attachement de tous aux valeurs d’une république une et indivisible. Et lorsque l’analyste s’essaie à rendre compte de la dynamique de cette métamorphose, c’est un archipel d’îless’ignorant les unes les autres qui se dessine sous les yeux fascinés du lecteur.

C’est que le socle de la France d’autrefois, sa matrice catho-républicaine, s’est complètement disloqué. Jérôme Fourquet envisage d’abord les conséquences culturelles et morales de cette érosion, et il remarque notamment combien notre relation au corps a changé (le développement de certaines pratiques comme le tatouage et l’incinération en témoigne) ainsi que notre rapport à l’animalité (le veganisme et la vogue des théories antispécistes en donnent la mesure). Mais, plus spectaculaire encore, l’effacement progressif de l’ancienne France sous la pression de la France nouvelle induit un effet d' » archipelisation  » de la société tout entière : sécession des élites, autonomisation des catégories populaires, formation d’un réduit catholique, instauration d’une société multiculturelle de fait, dislocation des références culturelles communes.

À la lumière de ce bouleversement anthropologique, on comprend mieux la crise que traverse notre système politique : dans ce contexte de fragmentation, l’agrégation des intérêts particuliers au sein de coalition larges est tout simplement devenue impossible. En témoignent, bien sûr, l’élection présidentielle de 2017 et les suites que l’on sait…

Cette exploration inédite de la France nouvelle est fondée sur la combinaison originale de différents outils (sondages, analyse des prénoms, géographie électorale, enquête-monographie de terrain), méthode permettant de demeurer au plus près de l’expérience de celles et de ceux qui composent la société française d’aujourd’hui.

Avec de nombreuses cartes, tableaux et graphiques originaux réalisés par Sylvain Manternach, géographe et cartographe.

Un mot de l’auteur

Jérôme Fourquet est analyste politique, expert en géographie électorale, directeur du département Opinion à l’IFOP.
Sylvain Manternach est géographe et cartographe, issu de l’Institut français de géopolitique.

++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Recension du journal La Croix

Le nouveau visage d’une France morcelée

Spécialiste des études d’opinion, Jérôme Fourquet publie une analyse sur les transformations en profondeur de la société française marquée notamment par la disparition de la « matrice catholique ».

L’élection d’Emmanuel Macron, en mai 2017, n’est pas un accident de l’histoire. Si le jeune président a bénéficié de circonstances particulières – l’imprévisible disqualification du candidat de la droite – elle est le résultat d’une profonde recomposition politique qui, elle-même, révèle un puissant mouvement des plaques tectoniques travaillant la société française depuis des décennies. Dans un livre à paraître le 7 mars, Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion à l’institut Ifop analyse, en sismographe, cette transformation à l’œuvre.

La déchristianisation est certes un vieux processus qui a débuté au XVIIIe siècle, mais les choses se sont considérablement accélérées depuis la fin des années 1950. Si les statistiques sur la baisse de la pratique dominicale ou la chute des ordinations de prêtres sont connues, Jérôme Fourquet recourt à d’autres balises comme l’usage des prénoms (0,3 % des petites filles étaient prénommées Marie en 2016, contre 20 % environ en 1900) ou le rapport au corps. La proportion de Français souhaitant se faire incinérer est désormais majoritaire et la pratique des tatouages explose (25 % des moins de 34 ans contre 1 % des plus de 65 ans).

 La bascule anthropologique

L’observation de l’évolution des mœurs et de la famille apparaît également sans appel. L’auteur, à partir des études d’opinion sur le Pacs, le mariage pour tous ou la PMA, montre que l’adoption d’une loi ouvrant des droits nouveaux pour les homosexuels se traduit automatiquement par « une hausse de l’adhésion à une revendication supplémentaire ». Ce qu’il appelle « l’effet-cliquet » de ces réformes sociétales. Le renouvellement des générations en cours annonce « un basculement anthropologique menant à une sortie définitive du référentiel catholique », insiste Jérôme Fourquet.

 La sécession des élites

L’autre glissement à l’œuvre est un mouvement de « séparatisme social ». De manière plus ou moins volontaire, « les membres de la classe supérieure se sont progressivement coupé du reste de la population », écrit Jérôme Fourquet qui exploite là aussi toute une batterie d’indices tel que la part des élèves d’origine modeste dans les grandes écoles, passée de 29 % en 1950 à 9 % au milieu des années 1990. Depuis une trentaine d’années, l’entre-soi des milieux aisés s’est renforcé comme le montre l’évolution de la composition des grandes métropoles régionales ou de la capitale. À Paris, la part de cadres et professions intellectuelles est passée de 24,7 % en 1982 à 46,4 % en 2013. Ce phénomène de séparatisme social s’observe aussi dans des villes moyennes ou au sein des périphéries des grandes agglomérations.

 Une « archipelisation » de la société

Cette « archipelisation » de la société et la disparition de la matrice catholique – qui marqua profondément la carte électorale française – se sont fait spectaculairement sentir lors de la présidentielle de 2017. À grand renfort d’enquêtes et de chiffres, Jérôme Fourquet montre que le clivage gauche-droite perd en pertinence au profit d’une forme de rapport au monde, qu’on peut simplifier par l’opposition perdants/gagnants de la mondialisation. Le niveau de diplôme, l’optimisme face à l’avenir, le lieu de résidence ou le sentiment de déclassement sont les marqueurs d’un « fossé socioculturel de plus en plus structurant ».

 Les pièces d’un puzzle

Jérôme Fourquet est l’un des meilleurs spécialistes de l’opinion publique française sur les aspects identitaires et culturels. Élections après élections, il étudie notamment les comportements selon les affinités religieuses ou régionales. On lui doit ainsi de précédentes études sur le vote des catholiques ou des populations issues de l’immigration, sur la question corse ou l’attitude des juifs face à la montée de l’antisémitisme.

Le livre qui sortira la 7 mars est un peu la somme de toutes ces analyses. Jérôme Fourquet a rassemblé les pièces du puzzle pour faire émerger la photographie d’une France qui, selon le regard qu’on y porte, se recompose ou se décompose. La richesse des données rassemblées, graphiques, statistiques, cartographiques, rend la démonstration passionnante… sans pour autant clore le débat.

https://www.la-croix.com/France/Le-nouveau-visage-dune-France-morcelee-2019-03-01-1201005798