AIX-EN-PROVENCE (BOUCHES-DU-RHÔNE), EGLISE SAINT-JEAN-DE-MALTE (Aix-en-Provence), PAROISSE SAINT-JEAN-DE-MALTE (Bouches-du-Rhône), PEINTURE, TABLEAUX

Tableaux : église Saint-Jean-de-Malte (Aix-en-Provence)

Les tableaux exposés à l’église Saint-Jean-de-Malte.

 

Parmi les tableaux exposées dans l’église, la Crucifixion de Delacroix est celui qui attire le plus de visiteurs. Plusieurs vitraux se trouvent à l’intérieur. Le vitrail du chevet datant de 1854 a pour thème principal le Baptême du Christ.

jean_malte_009 (1)

 

 

toiles_012.jpg

 

L’Annonciation et La Mort de la Vierge, André Boisson (1678). Ces tableaux avaient été commandés pour la chapelle de la Cour des comptes de l’ancien palais. Dans la même série de Boisson, deux œuvres sont aujourd’hui à la Madeleine, tandis que deux autres sont perdues.toiles_018 (2).jpgL’Annonciation

 

toiles_035 (3)

La Mort de la Vierge

 

La Théologie, Michel-François Dandré-Bardon (entre 1744 et 1749). Il s’agit de l’œuvre la plus récente de Saint-Jean-de-Malte. On a longtemps cru devoir l’attribuer à Carle van Loo.

 

jean_malte_040 (2)

 

La Résurrection du Christ, Louis Finson (1610). Ce tableau est la plus ancienne œuvre de Finson répertoriée en Provence. Il se trouve dans l’église Saint-Jean-de-Malte depuis le Consulat.

toiles_043 (2).jpg

 

 

Le Christ apparaissant à sainte Madeleine au jardinLe Miracle de saint Blaise et Notre-Dame de Bon-Repos, Gilles Garcin (1690). Tous trois commandés par le prieur Viany.

toiles_037 (4).jpg

Le Christ apparaissant à Marie-Madeleine

 

 

toiles_009 (2)

Le Miracle de Saint Blaise

 

toiles_016 (4).jpg

Notre-Dame de Bon Repos

 

Descente de croix, André Gaudion (1612). Ce tableau proviendrait d’un couvent franciscain d’Aix.

toiles_038 (4).jpg

 

Saint Bruno au pied de la Vierge, Reynaud Levieux (1663), peint à l’origine pour le maître-autel de la chartreuse d’Aix.

toiles_033 (2).jpg

 

Descente de croix, Guillaume Martin dit Adam (1611). Cette œuvre a été acquise par Joseph-Félix Alphéran, futur prieur de Saint-Jean, qui en a fait don à l’église.

jean_malte_032 (2).jpg

 

Vierge du Carmel, Nicolas Mignard, dit Mignard d’Avignon (s. d.). Tableau venant de l’église des Grands-Carmes ; il est transféré à l’église du Saint-Esprit à la Révolution, puis à Saint-Jean.

toiles_045 (3).jpg

 

Le Christ en croix entre la Vierge et saint JeanLe Jugement de Salomon et La Femme adultère, Nicolas Pinson (1673). Ces tableaux étaient initialement installés dans la grande chambre du Parlement de l’ancien palais des comtes de Provence.

toiles_022.jpg

Le Christ en Croix entre la Vierge et Saint Jean

 

toiles_023 (1)

Le Jugement de Salomon

 

toiles_025

La Femme adultère

 

L’Apothéose de saint Augustin, Michel Serre (s. d.). Ancien tableau de l’église des Augustins.

toiles_006 (1)

 

 

toiles_032 (2).jpg

Baptême du Christ

 

 

toiles_028

Saint Roch, Bernardin de Sienne, saint Sébastien. Florence. XIVè siècle

 

toiles_008 (1)

Transfiguration. N. Pegand. 2006.

 

toiles_019

Notre-Dame des Calissons. XVIè siècle

 

  • Notre-Dame de Lorette (anonyme). Tableau offert par Mme Bourguignon de Fabregoules.
AIX-EN-PROVENCE (BOUCHES-DU-RHÔNE), EGLISE DU SAINT-ESPRIT (AIX-EN-PROVENCE), EGLISE DU SAINT-ESPRIT (AIX-EN-PROVENCE°, JEAN DARET (1614-1668), LA PENTECÔTE, PAROISSE DU SAINT-ESPRIT (Aix-en-Provence : Bouches-du-Rhône), SAINT-ESPRIT (paroisse ; Aix-en-Provence), SAINT-ESPRIT (paroisse du ; Aix-en-Provence), TABLEAU "LA PENTECÔTE", TABLEAUX

Tableau « La Pentecôte » de Jean Daret dans l’église du Saint-Esprit (Aix-en-Provence)

La Pentecôte

 

IMG_20190814_185433

 

Ce tableau de Jean Daret date de 1653

Aujourd’hui on ne peut admirer que la partie centrale : l’Annonciation et le Baptême du Christ ont disparu ainsi  que deux autres manifestations du Saint-Esprit qui l’encadraient. Seule subsiste la partie centrale. L’ensemble avait été commandé à Jean Daret par la confrérie du Saint-Esprit dont les noms sont inscrits sur le parapet au premier plan à gauche ainsi que la date d’achèvement du tableau : 1653.

Composition recueillie qui s’ouvre sur la figure lumineuse de Marie entourée des Apôtres ordonnés comme en une frise dont les horizontales équilibrent le jeu des verticales ascendantes qui accompagnent les regards levés vers l’apparition.

IMG_20190731_120409

IMG_20190731_120530

Hommage à Jean Daret

 

 

 

 

 

 

EGLISE DU SAINT-ESPRIT (AIX-EN-PROVENCE), EGLISE DU SAINT-ESPRIT (AIX-EN-PROVENCE°, TABLEAUX

Tableaux de J.-B. Daniel au Saint-Esprit

TABLEAUX AU SAINT- ESPRIT

Véronèse2

 

Il existe parfois des tableaux qui excitent la curiosité justement parce qu’il est difficile d’en percer le mystère. C’est le cas dans l’église du Saint-Esprit où vu leur mauvais état de conservation il est quasi impossible d’en deviner le sujet. Il s’agit de deux fresques qui représentent l’une le repas de Jésus chez Simon le pharisien et l’autre Jésus au milieu des docteurs de la Loi.

 

Jésus et les Docteurs de la Loi (1712)

Le repas chez Simon le pharisien (début XVIIIè par J.-B. Daniel)

Ce sont de grandes toiles brossées en manière de fresque fresque (d’où leur mauvais état de conservation) par le peintre décorateur Jean-Baptiste Daniel au début du XVIIIè siècle. Elles faisaient parties à l’origine de deux ensembles de peintures narratives encadrées de stucs ou de boiseries sur les murs de deux chapelles aixoises. L’une, Le Repas chez Simon (ou la Madeleine au pied du Christ) s’insérait dans un cycle sur le thème de la Pénitence réalisé pour la Chapelle des Pénitents des Cames (rue Maréchal Joffre). L’autre Jésus et les Docteurs, dans une série de scènes de la vie de la Vierge Marie commandée par la Congrégation des Dames (dépendant des Jésuites), non loin de Pénitents des Carmes (rue du Petit-Saint-Esprit). Mais après la Révolution elles se sont retrouvées dans cette église où l’on peut les voir (faute de pouvoir les admirer !).

« La mise en scène tumultueuse, un brin désordonnée de ce deux épisodes du Nouveau Testament est typique de leur auteur. Jean-Baptiste se souvient ici des grandes compositions vénitiennes de la fin duXVIè siècle, de Tintoret et de Véronèse surtout. Il joue avec un dynamisme qui le caractérise de fonds d’architecture comme d’un décor de théâtre où se déploie le geste des personnages, expressif jusqu’à la violence, selon un mode propre au tempérament profondément baroque, sans préjugé aucun, de ce Marseillais, comme Pierre Puget ».

http://provence-historique.mmsh.univ-aix.fr/Pdf/PH-1976-26-104_05.pdf

 

VERONESE1

Source : L’Eglise du Saint-Esprit à Aix-en-Provence par Jacques Balesta. Editions Edisud, 1989.

Les tableaux de Véronèse pour illustrer cet article sont là pour donner une idée de ce l’on aurait peut-être pu voir si ces deux fresques étaient en meilleur état de conservation.