GEORGES DE LA TOUR (1593-1652), LE VIELLEUR A LA MOUCHE, PEINTRE FRANÇAIS, PEINTURE

Le vielleur à la mouche de Georges de La Tour

Le vielleur dit aussi le vielleur à la mouche
Georges de La Tour, vers 1630

Huile sur toile, 162 x 105 cm (Nantes, Musée des Beaux-arts)

La_Tour_-_Le_Vielleur_MBAR_20140803

 Ce tableau n’est pas signé. Il a été acquis en 1810 par la ville de Nantes comme une des pièces les plus estimées de la collection Cacault et placé dans le cabinet du maire, à l’hôtel de ville. En 1830, il a été transféré au Musée des Beaux-arts, au moment de sa création. Vers 1860, un nettoyage aurait fait disparaître du fond « une porte ajoutée par un peintre maladroit et sans talent ».

En 1810, il était attribué à Murillo, ce qui fut mis en doute par Mérimée en 1835. En visitant le Musée en 1837, Stendhal le décrit dans un passage célèbre des Mémoires d’un touriste: « Ignoble et effroyable de vérité, tableau espagnol attribué á Murillo. Il n’est pas sans mérite, coloris sage, expression vraie… Peut-être est-il de Vélasquez, qui, à son début, s’essaya dans les sujets vulgaires ». Le nom de Murillo est maintenu dans les catalogues, jusqu’en 1903. Ensuite, c’est la confusion et après des débats l’attribuant successivement à Vélasquez, Zurbaran… c’est le nom de Georges de La Tour qui est proposé en 1923. Les spécialistes se mettent d’accord pour l’exposition Les peintres de la réalité, en 1934 à Paris où le tableau est admis comme un Georges de La Tour. Il s’agirait d’une œuvre  des débuts de La Tour, vers les années 1630. On peut la rapprocher de la Rixe des mendiants du Musée de Chambéry dans lequel on voit aussi un aveugle joueur de vielle.

600x337_le-vielleur_1280x720

Se détachant sur un fond sombre, un pauvre vieillard aveugle chante, en s’accompagnant d’une vielle. L’instrument est élégamment décoré et rendu avec une grande précision. Le musicien tourne la manivelle de sa main droite, ce qui actionne une roue sur laquelle passent les cordes ; il appuie sur les touches de sa main gauche. La vielle est, à l’époque, un instrument très populaire dans toutes les campagnes d’Europe. Le vielleur fait danser aux bals de noce. Mais c’est aussi un instrument de luxe que l’on peut trouver dans de riches familles. Le musicien est assis de biais, les jambes croisées, sur un gros bloc de pierre. D’autres pierres, plus petites, délimitent l’espace, derrière lui, sur sa droite, et devant au premier plan. Il a posé sur l’une d’elles son chapeau rouge garni de plumes. Une mouche peinte en trompe-l’oeil au-dessous du ruban rose explique le titre longtemps donné á ce tableau : le vielleur à la mouche

La_Tour_-_Le_Vielleur_MBAR_20140803_detail

L’équilibre du tableau repose sur le jeu des obliques et des courbes : grande oblique de la jambe gauche qui forme un angle avec celle de la manivelle. Un grand arc de cercle allant de la tête au genou gauche, arrondit la composition et enveloppe l’ensemble de la scène dans les courbes amples et douces du manteau. Ces lignes de composition créent une impression d’élégance et donnent au personnage une certaine noblesse.

Le réalisme de ce tableau se situe dans la tradition du Caravage et des peintres espagnols qui ont traité des sujets populaires, des mendiants en guenilles et à qui l’on a justement pensé attribuer un tel thème : Murillo, Vélasquez, Zurbaran… Les yeux clos, la bouche ouverte et édentée, la barbe grise, des cheveux rares et hirsutes sur le côté du crâne chauve, donnent à ce visage une expression de souffrance infinie, comme s’il criait toute la misère humaine. Mais, dit P. Quignard, c’est un cri silencieux : « Vous qui voyez la toile qui est sous vos yeux, n’avez de témoin de votre vue qu’un aveugle. Cet homme qui ne vous voit pas, hurle de douleur: vous ne l’entendez pas ? ».

220px-Georges_de_La_Tour_Le_Vielleur_detail_du_visage

Le souci de vérité se lit aussi dans les vêtements : le manteau élimé, la collerette défraîchie, la culotte déchirée aux genoux, tellement usée que l’on voit la trame du tissu dans les plis de la cuisse droite et sur trois lignes parallèles de la cuisse gauche, les bas blancs sont tendus tant bien que mal et resserrés sous le genou par un ruban. Le lacet rouge dénoué des chaussures parle comme un signe de détresse. Enfin, le soin avec lequel est peint dans les moindres détails l’instrument de musique, révèle la volonté de réalisme de l’artiste. Comme dans les tableaux de natures mortes et de vanités, l’artiste mobilise la vue mais aussi l’ouïe. La mouche que l’on a envie de chasser de la main nous invite à une réflexion sur la fragilité, la décrépitude, mais aussi sur le réel et l’illusion.

Ce tableau est classé parmi les « diurnes » de Georges de La Tour, mais il y a un travail de la lumière tellement subtil qu’on ne sait trop s’il fait jour ou s’il fait nuit. La lumière vient de la gauche et les ombres sont portées vers la droite, mais certaines parties sont beaucoup mieux éclairées que d’autres. Le fond sombre est séparé en deux zones d’éclairage différentes. La richesse et l’harmonie des couleurs ont été maintes fois admirées. C’est A. Chastel qui parle « d’une coulée de miel et de vieux rose » (Le Monde, 1972) pour évoquer l’extraordinaire camaïeu de beiges, d’orangés, d’ocres, de blancs rosés, de blancs jaunes, de gris, de roses, soulignés par la tâche rouge du chapeau et le fil rouge des lacets. Misère et grandeur de l’homme, selon Pascal. Georges de La Tour traduit ici magnifiquement les tensions de ce XVIIe siècle, entre la souffrance, la fragilité, la douleur sans nom de son musicien des rues et sa grandeur, sa dignité, sa profonde humanité. Mystère et réflexion sur le travail du peintre, du musicien, de l’artiste créateur relié.

Source : Musée des Beaux-arts de Nantes

 

GEORGES DE LA TOUR (1593-1652)

Georges de La Tour

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s